Saint Augustin - Discours sur les psaumes - Ps 102 Les Bienfaits Du Seigneur

Share Embed Donate


Short Description

Ce recueil qui commente un par un chaque Psaume, parfois en plusieurs discours pour un seul Psaume (32 pour le fameux Ps...

Description

102

DISCOURS SUR LE PSAUME CII. SERMON POUR MARTYRS.

UNE

FÊTE

DES

LES BIENFAITS BIENFAITS DU SEIGNEUR.  En nous appelant à bénir le Seigneur, Seigneur, le Prophète s’adresse à ce qu’il y a d’intérieur en nous, ou à notre âme, qui a toujours quelqu’un qui l’écoute et qui doit chanter intérieurement, au souvenir de nos péchés pour les désavouer, au  souvenir des bienaits de !ieu, lequel stimulait dans les martyrs l’espérance de retrouver dans le ciel la vie qu’ils donnaient pour !ieu" #ls ne lui reportaient  que ses dons, il est vrai, et ne pas oublier ses dons, c’est lui en rendre grâce$ s’il  nous demande un culte, c’est pour nous attirer à lui" !e nous%m&mes nous n’avons que le péché$ de lui nous vient le calice du salut, ou la douleur qu’il   aut subir en invoquant son nom" '’oublions, donc jamais( ) *u’il nous remet  nos autes, mais en nous imposant des peines qui nous ramènent à lui$ ) *u’il   guérit nos langueurs, pourvu que nous soyons patients dans nos peines dont il  nous guérira certainement, comme le malade se laisse opérer par le médecin qui n’est pas s+r de le guérir$ ) *u’il nous délivrera délivrera ainsi de la corruption corruption en nous donnant te christ par qui nous sommes incorruptibles" )) *u’il nous couronnera dans sa miséricorde, car la lutte qui nous donnera la couronne viendra de la grâce$ ) *u’il nous rassasiera de bonheur, en nous donnant !ieu lui%m&me, dont nous ne sentons point ici%bas l’ineable douceur, parce que notre corps est appesanti$ ) *u’il renouvellera ce corps quand l’aigle sent son bec trop allongé par les années, pour laisser passage à la nourriture, il l’use sur  la pierre et reprend reprend par la nourriture de nouvelles orces$ ainsi !ieu usera notre corps sur la pierre qui est le hrist et le rev&tira de" jeunesse en le rassasiant  des trois pains de l’Evangile ou de !ieu en trois personnes$ ) *u’il ait  miséricorde à ceu- qui sont miséricordieu-, et quand on lui amène la emme adultère, il écrit la loi sur la terre, pour marquer les vertus chrétiennes, et nous apprendre à chercher si nous ne sommes point coupables" Pour le juste nous n’avons que la miséricorde corporelle$ à l’injuste pourtant nous devons aire aussi miséricorde, non parce qu’il est injuste, mais parce qu’il est homme, comice au juste, parce qu’il est juste" .a vengeance n’est permise que quand  elle est une juste correction inligée à ceu- qui nous sont soumis$ s’agit%il des  puissants, endurons persécution" !ieu a montré à /o0se qu’il donnait la loi, ain que l’homme vit le nombre de ses autes, et e+t recours à l’aveu et à la  grâce" 1outeois 1outeois !ieu est lent à punir, punir, parce qu’il nous invite à la pénitence, et   pourtant nous remettons remettons cette pénitence indéiniment$ et !ieu ne nous traite

 point selon nos oenses$ chaque jour il nous protège comme le ciel protége la terre" #l met nos péchés au couchant pour n’y plus revenir, et sa grâce à un orient sans occident, #l sait que nous sommes aibles, que nos jours sont courts, que tout passe vite ici%bas, ici%bas, qu’il récompensera récompensera non ceu- qui connaissent connaissent la loi, mais ceu- qui en ont les oeuvres, non point, seulement à l’e-térieur, mais aussi de coeur" 1. Dans tous les dons qui nous viennent du Seigneur notre Dieu, dans les consolations qu’il nous envoie, comme dans les châtiments qu’il nous inflige, dans les grâces qu’il a daigné nous faire, comme dans cette miséricorde qui iie nous traite point dans la rigueur de sa justice, enfin dans toutes ses oeuvres, que notre âme énisse le Seigneur. !oil" ce que nous avons chanté# c’est ainsi que commence commence le psaume psaume que nous allons e$pliquer e$pliquer avec le secours de ce Dieu que notre âme énit " jamais. %ue chacun de nous donc e$horte sou âme, et se stimule en disant& ' ( mon âme, énis e le Seigneur). %ue tous ensemle, que tous les fr*res en +ésus-hrist répandus partout et ne formant qu’un seul homme, dont la tte est déj" dans le ciel, que cet homme unique e$horte e$hor te aussi son âme, et lui dise& ' ( mon âme, énis le Seigneur ). -ette âme écoute, elle oéit, elle fait ce qu’on la presse de faire, elle c*de " une persuasion qui ne vient pas de nous, mais de ce Dieu qu’elle énit. énit. /e roph*te roph*te en effet effet entreprend de nous montrer  montrer   pourquoi notre âme doit énir le Seigneur, comme co mme si notre âme lui répondait & ourquoi m’engager " énir Dieu coutons donc, et que notre âme écoute , qu’elle consid*re tout ce qui peut la stimuler, afin de n’tre point lâche " énir  Dieu, et de voir s’il est ien juste de lui dire& ' 3on âme, énis le 450 Seigneur )# qu’elle consid*re si elle doit en énir un antre que lui. ' 6énis le Seigneur, 7 mon âme ), dit le roph*te. 2. 8otre interlocuteur rép*te ce qu’il vient de dire en termes ien plus e$pressifs. ' 3on âme, énis le Seigneur, et que tout ce qui est en moi énisse son saint nom 1). +e crois qu’il ne s’adresse ici " rien de corporel, et qu’il ne veut point e$horter nos poumons, notre foie, et ce qu’il 9 a de charnel dans nos entrailles " éclater en cris de joie pour énir le Seigneur. Sans doute notre poumon est comme un soufflet qui, tour " tour, aspire l’air et l’e$pulse, et ce souffle d’air  e$pulsé forme, quand nous parlons, le son, la voi$# et nul son de voi$ ne peut sortir de notre ouche, s’il n’est émis par notre poumon. 3ais il ne s’agit point de cela qui est seulement pour l’oreille des hommes. Dieu aussi a ses oreilles, comme comme le coeur a sa voi$. -’est tout ce qui est en lui que le roph*te roph*te e$horte "  énir le Seigneur, quand il dit& '%ue '%ue tout ce que j’ai d’intérieur énisse son saint nom). %u’aije d’intérieur, dirastu :on âme ellemme. t d*s lors& ' 3on âme, énis le Seigneur),est identique " cette autre parole& ' t tout ce que j’ai d’intérieur, son saint nom ), en sousentendant énisse. %ue ta voi$ s’él*ve, si c’est un homme qui doit entendre, qu’elle se taise, si nul n’est l" pour entendre # mais ton coeur a toujours quelqu’un qui l’écoute. 8otre ouche a donc fait retent retentir ir cette cette énédi énédicti ction, on, quand quand nous nous avons avons chanté chanté ces paroles paroles&& ' 6énis 6énis le

Seigneur, 7 mon âme, et tout ce que j’ai d’intérieur, son saint nom). 8ous 9 avons mis le temps qu’il fallait, puis nous avons gardé le silence# mais dans notre coeur, la louange de Dieu doitelle donc se taire %ue le son de fois " autre se fasse entendre, mais que la voi$ intérieure soit sans fin. %uand tu es venu " l’église réciter une h9mne, ta voi$ a lait retentir la louange de Dieu& tu as parlé selon ton pouvoir, et tu t’es ensuite retiré& mais que ton âme chante sans cesse la louange de Dieu. stu occupé d’une affaire que ton âme énisse le Seigneur. rendstu de la nourriture écoute cette parole de saint aul& ' Soit que vous mangie;, soit que vous uvie;, faites tout pour la gloire du Seigneur 2). +’oserai mme dire & stu dans le sommeil que ton âme énisse le Seigneur. %ue la  pensée du crime, que le dessein d’un vol, que le rende;vous de /’infamie 1. s. -, 4. = 2. s. !!, 2C.= ?. , 41.= A. /uc, !>>>
View more...

Comments

Copyright ©2017 KUPDF Inc.