HokousaïL'art japonais au XVII Siècle by Goncourt, Edmond de, 1822-1896

November 3, 2017 | Author: Gutenberg.org | Category: Paintings, Drawing, Japan, Ukiyo E, Translations
Share Embed Donate


Short Description

Download HokousaïL'art japonais au XVII Siècle by Goncourt, Edmond de, 1822-1896...

Description

The Project Gutenberg EBook of Hokousa�, by Edmond de Goncourt This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org Title: Hokousa� L'art japonais au XVII Si�cle Author: Edmond de Goncourt Release Date: July 1, 2006 [EBook #18724] Language: French Character set encoding: ISO-8859-1 *** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK HOKOUSA� ***

Produced by Carlo Traverso, Mireille Harmelin and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images generously made available by the Biblioth�que nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)

HOKOUSA� L'art japonais au XVIIIe si�cle par EDMOND DE GONCOURT

POSTFACE DE M. L�ON HENNIQUE de l'Acad�mie Goncourt �dition d�finitive publi�e sous la direction de l'Acad�mie Goncourt ERNEST FLAMMARION, �DITEUR, 26, Rue Racine, 26 EUG�NE FASQUELLE, �DITEUR, 11, Rue de Grenelle, PARIS Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction r�serv�s

pour tous les pays

PR�FACE _L'�cho de Paris_ publiait, sous ma signature, le 7 juin 1892, cet article. La vie litt�raire, en ses duret�s, a parfois d'aimables surprises, mais au bout de bien des ann�es. Cet hiver, je recevais cette lettre du Japon: Yokohama (H�pital g�n�ral). Monsieur, Voulez-vous permettre � un jeune Fran�ais de vous exprimer tout le plaisir que lui a caus� _Outamaro_, mieux plac� que tout autre pour le comprendre puisque je suis au milieu des Japonais... J'avais quinze ans quand j'ai lu Soeur Philom�ne et j'ai voulu �tre interne, et je suis m�decin... _La Maison d'un Artiste_ m'a fait venir au Japon. En un mot, comme cette �toile qui guide le marin, ignorante elle-m�me des destins qu'elle m�ne, vous avez eu une influence dominatrice sur toute ma vie. Je vous le dis, pourquoi ne vous l'ai-je pas dit plus t�t,--cette timidit� b�te qui fait qu'on est muet devant la femme qu'on aime, fait aussi qu'on renferme en soi ses amours litt�raires;--c'est peut-�tre la raison qui fait que je n'ai jamais os� aller vous rendre une seule visite quand j'�tais � Paris. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Permettez-moi de me mettre � votre disposition. Je suis au Japon, j'aime le Japon, je parle le japonais et, comme on dit dans les vieux drames: �Profitez, usez de moi...� Docteur MICHAUT. Cette lettre me faisait demander au docteur, sans grand espoir de r�ussite, la traduction de la biographie d'Hokousa� tir�e du livre manuscrit: Oukiyoy� Rouik�, par Ki�d�n, compl�t� successivement par Samba, Moumei�, Guekkin, Ki�san, Tan�hiko, traduction que je n'avais pu obtenir des Japonais habitant Paris, et je la re�ois aujourd'hui, cette traduction, de l'aimable docteur, en collaboration avec le Japonais Ourakami. Cette traduction, j'ai le projet de la faire entrer dans l'�tude annonc�e en un volume sur Hokousa�, mais, � mon �ge, on n'est jamais s�r du lendemain, et je veux que cette �tude biographique des Vasari japonais sur le grand artiste qui pr�occupe si vivement le monde de l'art europ�en,--et qui n'a encore �t� ni imprim�e, ni traduite en fran�ais, paraisse dans l'_�cho de Paris_ pour la premi�re fois.

HOKOUSA�. N� � Y�do, Hokousa� est, dit-on, le fils d'un fabricant de miroirs de la cour de Tokougawa. Son nom d'enfance est Tokitaro; plus tard, il le changea contre celui de T�tsoujiro. Il entre d'abord comme �l�ve chez Katsoukawa Shunsh� et, pour nom d'artiste, il prend le nom de Katsoukawa Shunr�. L�, il peint des acteurs et des sc�nes de th��tre dans le style de Tsoutzoumi T�-rin et produit beaucoup de dessins sur des feuilles volantes, appel�s _Ki�ka Sourimono_. Chass� de la maison de son ma�tre pour des raisons rest�es inconnues, il va prendre la succession du peintre Tawaraya-S�ri, et se fait reconna�tre pour le successeur de ce peintre. Depuis, il change son style, en cr�e un tout nouveau, qui lui est personnel. Alors il repasse son nom de S�ri � son �l�ve S�ji, et rend � la famille Tawaraya la signature qu'il avait re�ue d'elle. C'est seulement � la dixi�me ann�e de l'�re Kwanse� (1789) que le public, pour la premi�re fois, lit, au bas des impressions du ma�tre, le nom d'Hokousa� (Hokousa�, Tokimasa Ta�to) nom qu'il prit, dit-on, � cause de sa profonde v�n�ration pour le dieu Hokoushin-Mi�k�n. Quant au nom de Ta�to, il l'abandonna plus tard � son gendre Shigh�nobou. Le style appel� _Hokousa�-riou_ est le style de la vraie peinture Oukiyoy�, la peinture _naturiste_, et Hokousa� est le vrai et le seul fondateur d'une peinture qui, prenant ses assises dans la peinture chinoise, est la peinture de l'�cole japonaise moderne. Et son oeuvre, lorsqu'il a paru, a eu la bonne fortune, non seulement d'exciter l'admiration de ses confr�res les peintres, mais encore de s�duire le gros public, tant il �tait une nouveaut� particuli�re. Durant les ann�es de l'�re Kwanse� (1789-1800) Hokousa� �crit de nombreux contes et romans pour la lecture des femmes et des enfants: romans dans lesquels il fit lui-m�me des illustrations, romans o� il signe comme �crivain Tokitaro-Kak�, et comme peintre Gwaki�jin-Hokousa�. Et ce fut gr�ce � ses pinceaux spirituels et pr�cis que les contes populaires et les romans commenc�rent � se r�pandre dans le public. Il fut aussi un excellent po�te dans la po�sie Ha�-Kai (po�sie populaire). Dans ce temps, il habita Asakousa o� de nombreux �l�ves-peintres de Ki�to et d'Ohsaka vinrent le trouver et entr�rent dans son atelier, et, dans ce temps o� il y avait bien des peintres dans les villes de Nagoya, de Ki�to, d'Ohsaka, aucun ne put le surpasser. C'est alors que sortent, de dessous ses pinceaux, des livres ou mod�les de gravures, et des impressions, et des dessins innombrables. Bient�t (c'est l'habitude l�-bas, pour les peintres, de changer perp�tuellement de noms), le ma�tre l�guait sa signature d'Hokousa� � un

de ses �l�ves qui tenait un restaurant dans le Yoshiwara, le quartier des maisons publiques, et qui peignait dans son �tablissement des peintures de 16 ken (32 m�tres) chaque fois que Hokousa� faisait l'ouverture de r�unions d'artistes pour l'adoption de nouvelles signatures. � partir de ce temps, il signa ses impressions Sakino Hokousa�, Ta�to (ancien Hokousa� Ta�to). Il changea encore une fois son nom propre et s'appela Tam� Kazou ou I-itsou. N'ayant pas eu assez de temps pour donner les mod�les de la peinture � ses �l�ves, il en fit graver des volumes qui, plus tard, obtinrent beaucoup de succ�s. Il fut encore tr�s habile dans la peinture dite Kiokou y�, peinture de fantaisie, faite avec des objets ou des services de table tremp�s dans l'encre de Chine, tels qu'une bo�te servant de mesure de capacit�, des oeufs, des bouteilles[1]. [Note 1: Hokousa� affirmait par l� que l'ex�cution d'un beau dessin ne tient pas aux instruments de la peinture, � d'excellente pinceaux, mais est tout enti�re dans l'art de dessiner du peintre.] Il peignait encore admirablement bien avec sa main gauche, ou bien de bas en haut. Et sa peinture faite au moyen des ongles de ses doigts �tait tout � fait �tonnante et, quant � ce fait particulier, il fallait �tre t�moin soi-m�me du travail de l'artiste, sans quoi on e�t pris ses peintures � l'ongle pour des peintures faites avec des pinceaux. �Apr�s avoir �tudi�, dit-il quelque part, pendant de longues ann�es, la peinture des diverses �coles, j'ai p�n�tr� leurs secrets et j'en ai recueilli tout ce qu'il y a de meilleur. Rien n'est inconnu pour moi en peinture. J'ai essay� mon pinceau sur tout, et je suis parvenu � r�ussir tout.� En effet, Hokousa� a peint depuis les images les plus vulgaires, nomm�es _Kamban_[2], c'est-�-dire les images-r�clames pour les th��tres ambulants, jusqu'aux compositions les plus �lev�es. [Note 2: _Kamban_, me dit Hayashi, n'est que l'enseigne ou l'affiche d'un marchand quelconque.] Ses productions furent m�me tr�s recherch�es par les �trangers, et il y eut une ann�e o� l'on exporta ses dessins et ses gravures par centaines, mais presque aussit�t cette exportation fut d�fendue par le gouvernement de Tokougawa. Durant les ann�es de l'�re T�mp� (1830-1843), Hokousa� publia, en nombre immense, des nishikiy�, impressions en couleur, et des _dessins d'amour_ ou images obsc�nes, dites _shungwa_, d'une coloration admirable, qu'il signait toujours du pseudonyme de Goummatei. Le plus grand honneur que cet artiste obtint, durant sa vie, fut que sa c�l�brit� parvint jusqu'� la cour de Tokougawa, et qu'il put �taler son talent sans rival devant le grand prince. Une fois, pendant que le sh�goun faisait sa promenade dans la ville de Y�do, Hokousa� fut invit� par le prince � peindre devant lui. Et, sur une immense feuille de papier, avec une brosse � colle, il commen�a d'abord � tracer des pattes de coq, puis, transformant soudainement le dessin par une couleur d'indigo mis sur les pattes, il en faisait un paysage du fleuve Tatsouta qu'il pr�sentait au prince �tonn�[3].

[Note 3: Hayashi s'indigne de la mauvaise traduction de ce passage, et me communique la note suivante: la suite d'un retour de chasse aux faucons, le Sh�goun sur sa route prit plaisir � voir dessiner deux grands artistes du temps, Tani Bountch� et Hokousa�. Bountch� commen�a et Hokousa� lui succ�da. Tout d'abord il dessina des fleurs, des oiseaux, des paysages, puis, d�sireux d'amuser le Sh�goun, il couvrit le bas d'une immense bande de papier d'une teinte d'indigo, se fit apporter par ses �l�ves des coqs, dont il plongea les pattes dans la couleur pourpre, les fit courir sur la teinte bleue, et le prince eut l'illusion de voir la rivi�re Tatsouta avec ses rapides, charriant des feuilles de _momiji_. L'anecdote �tait racont�e par Bountch� � Tan�hiko.] Hokousa� avait la manie de changer perp�tuellement d'habitation et ne demeura jamais plus d'un ou de deux mois dans le m�me endroit. Hokousa� mourut le 13 avril de la deuxi�me ann�e de Kayei (1849)[4], � l'�ge de 90 ans. Il fut enterr� au cimeti�re du Temple Seiki�ji, dans le quartier de Hatchikendera-matchi � Asakousa, o� se lit encore son �pitaphe. [Note 4: Erreur. Hokousa� mourut le 10 mai 1849.] La po�sie de la derni�re heure, qu'il laissa en mourant, fut celle-ci, presque intraduisible en fran�ais: �Oh! la libert�, la belle libert�, quand on va aux champs d'�t� pour y laisser son corps p�rissable�[5]! [Note 5: Je donne une traduction plus litt�rale d'Hayashi de �cette po�sie de la derni�re heure� au chapitre de la mort d'Hokousa�.] Hokousa� eut trois filles, dont la plus jeune devint un peintre tr�s habile. Elle �pousa Minamisawa, mais divor�a. Des nombreux �l�ves qu'eut Hokousa�, ceux dont les noms furent inscrits dans les chronologies, et connus du public, montent � seize ou dix-sept. En 1860, j'ai d�couvert, et publi� d'apr�s le manuscrit des _S�ances de l'Acad�mie Royale de Peinture_, provenant de la biblioth�que d'un portier, ramass�e sur les quais, la biographie in�dite de Watteau par le comte de Caylus: biographie qu'on croyait perdue et qui manque aux M�MOIRES IN�DITS SUR LES MEMBRES DE CETTE ACAD�MIE, �dit�e en 1854. Aujourd'hui je donne pour la premi�re fois, dans une langue de l'Europe, la biographie inconnue d'Hokousa�, le plus grand artiste de l'Extr�me-Orient. Pour la biographie de ce grand peintre de l'Extr�me-Orient, compl�tement inconnue en Europe, cette br�ve notice �tait quelque chose, mais ce n'�tait vraiment pas assez. C'est alors que, dans la patrie d'Hokousa�, se publiait par le Japonais I-ijima Hanj�r�: _Katsoushika Hokousa� d�n_, une biographie du peintre, illustr�e de dessins et de portraits, contenant des renseignements du plus haut et du plus intime int�r�t. Or, la traduction de cette biographie japonaise, �tait-ce suffisant encore pour faire conna�tre l'Homme et son OEuvre? Non! Il fallait tenir entre

ses mains cette oeuvre presque compl�te,--et, soit au Japon soit en Europe, il n'existe cette oeuvre, je crois, que chez Hayashi qui, depuis nombre d'ann�es, collectionne son peintre favori. C'est donc sur cette oeuvre, contenant les impressions les plus belles, les petits livres les plus rarissimes, les illustrations des romans, en 90 volumes, les plus compl�tes, les dessins les plus authentiques, que j'ai pu �crire cette biographie, aid� de l'�rudition de ce compagnon de travail qui s'est mis obligeamment � ma disposition et qui, dans de longues et laborieuses s�ances o� j'ai eu l'id�e de lui faire traduire les pr�faces que Hokousa� a jet�es en t�te de ses albums, m'a fourni toute la documentation ne se trouvant pas dans le _Katsoushika Hokousa� d�n_, ou dans le _Oukiy�y� Rouik�_[6] de Ki�d�n. Auteuil, 20 d�cembre 1895. EDMOND DE GONCOURT. [Note 6: Voici la d�composition des cinq mots _Oukiyoy� Rouik�: Ouki_ �qui flotte, qui est en mouvement�--_yo_ �monde�--_y�_ �dessin� --_roui_ �m�me esp�ce�--_k�_ �recherche�. Et _rouik�_, devenu un seul mot, signifie: ��tude d'ensemble d'une m�me esp�ce de choses.�]

HOKOUSA�

I Dans les deux h�misph�res, c'est donc la m�me injustice pour tout talent ind�pendant du pass�! Voici le peintre qui a victorieusement enlev� la peinture de son pays aux influences persanes et chinoises et qui, par une �tude pour ainsi dire religieuse de la nature, l'a rajeunie, l'a renouvel�e, l'a faite vraiment toute japonaise; voici le peintre universel qui, avec le dessin le plus vivant, a reproduit l'homme, la femme, l'oiseau, le poisson, l'arbre, la fleur, le brin d'herbe; voici le peintre qui aurait ex�cut� 30 000 dessins ou peintures[7]; voici le peintre qui est le vrai cr�ateur de l'_Oukiy� y�_[8], le fondateur de l'�COLE VULGAIRE, c'est-�-dire l'homme qui ne se contentant pas, � l'imitation des peintres acad�miques de l'�cole de Tosa, de repr�senter, dans une convention pr�cieuse, les fastes de la cour, la vie officielle des hauts dignitaires, l'artificiel pompeux des existences aristocratiques, a fait entrer, en son oeuvre, l'humanit� enti�re de son pays, dans une r�alit� �chappant aux exigences nobles de la peinture de l�-bas; voici enfin le passionn�, l'affol� de son art, qui signe ses productions: _fou de dessin_... Eh! bien, ce peintre--en dehors du culte que lui avaient vou� ses �l�ves,--a �t� consid�r� par ses contemporains comme un amuseur de la canaille, un bas artiste aux productions indignes d'�tre regard�es par les s�rieux hommes de go�t de l'Empire du Lever du Soleil. Et ce m�pris, dont m'entretenait encore hier le peintre am�ricain La Farge, � la suite des conversations qu'il avait eues autrefois au Japon avec les peintres id�alistes du pays, a continu� jusqu'� ces derniers jours o�, nous les Europ�ens, mais les Fran�ais en premi�re ligne[9], nous avons r�v�l� � la patrie d'Hokousa� le grand artiste qu'elle a perdu il y a un demi-si�cle.

[Note 7: _L'Art Japonais_, par GONSE. Paris, Quantin, 1883.] [Note 8: Hokousa� a pour pr�curseur Matahei au XVIIe si�cle.] [Note 9: Voir les articles de Burty et de Duret.] Oui, ce qui fait d'Hokousa� l'un des artistes les plus originaux de la terre: c'est cela qui l'a emp�ch� de jouir de la gloire m�rit�e pendant sa vie, et le DICTIONNAIRE DES HOMMES ILLUSTRES DU JAPON constate que Hokousa� n'a pas rencontr� pr�s du public la v�n�ration accord�e aux grands peintres du Japon, parce qu'il s'est consacr� � la repr�sentation de la _Vie vulgaire_[10], mais que, s'il avait pris la succession de Kano et de Tosa, il aurait certainement d�pass� les Okiyo et les Bountch�. [Note 10: Je me conforme � la traduction consacr�e, mais _Oukiy� y�_ serait plut�t traduisible par: _la vie courante, la vie telle qu'elle se pr�sente rigoureusement aux yeux du peintre_.]

II Hokousa�[11] est n� le dix-huiti�me jour du premier mois de la dixi�me ann�e de H�r�ki, le 5 mars 1760. [Note 11: Les Japonais mangent le _ou_ du nom et le prononcent _Hok'sa�_. Maintenant encore, les Japonais aspirent tr�s fort l'_H_ du commencement du nom du peintre, et il faudrait peut-�tre, pour conserver au nom l'aspiration de l�-bas, redoubler l'_H_, mais ce serait changer trop compl�tement l'orthographe � laquelle le public fran�ais est habitu�.] Il est n� � Y�do, dans le quartier Honj�, quartier de l'autre c�t� de la Soumida, touchant � la campagne, quartier affectionn� par le peintre et qui lui a fait un temps signer ses dessins: _le paysan de Katsoushika_, --Katsoushika �tant le district de la province o� se trouve le quartier Honj�. D'apr�s le testament de sa petite fille Shira� Tati, il serait le troisi�me fils de Kawamoura Itiroy�mon qui, sous le nom de Bounsei, aurait �t� un artiste � la profession inconnue. Mais, vers l'�ge de quatre ans, Hokousa�, dont le premier nom �tait Tokitaro, �tait adopt� par Nakajima Iss�, fabricant de miroirs de la famille princi�re de Tokougawa: adoption qui lui faisait faussement donner pour p�re ce Nakajima Iss�. Hokousa�, encore gar�onnet, entrait comme commis de librairie chez un grand libraire de Y�do o�, tout � la contemplation des livres illustr�s, il remplissait si paresseusement et si d�daigneusement son m�tier de commis qu'il �tait mis � la porte. Ce feuilletage des livres illustr�s du libraire, cette vie dans l'image, pendant de longs mois, avait fait na�tre chez le jeune homme le go�t, la passion du dessin, et nous le trouvons vers les ann�es 1773, 1774, travaillant chez un graveur sur bois, et en 1775, sous le nouveau nom de T�tsouz�, gravant les six derni�res feuilles d'un roman de Santch�. Et le

voil� graveur jusqu'� l'�ge de dix-huit ans.

III En 1778, Hokousa�, alors dit T�tsouz�, abandonne son m�tier de graveur, ne consent plus � �tre l'interpr�te, le traducteur du talent d'un autre, est pris du d�sir d'inventer, de composer, de donner une forme personnelle � ses imaginations, a l'ambition de devenir un peintre. Et il entre � l'�ge de dix-huit ans dans l'atelier de Shunsh� o� son talent naissant lui m�rite un nom: le nom de Katsoukawo Shunr� sous lequel le ma�tre l'autorise � signer ses compositions repr�sentant une s�rie d'acteurs, dans le format en hauteur des dessins de com�diens de Shunsh� son ma�tre, et o� commence � appara�tre chez le jeune Shunr� un rien du dessinateur qui sera plus tard le grand Hokousa�. Et, avec la pers�v�rance d'un travail ent�t�, il continue � dessiner et � jeter dans le public, jusqu'en 1786, des compositions portant la signature de Katsoukawo Shunr� ou simplement Shunr�. Les compositions de ces ann�es d'Hokousa�, ainsi que les premi�res compositions d'Outamaro, �taient grav�es dans des petits livres � cinq sous, ces livres populaires, au tirage en noir, � la couverture jaune, d'o� ils tirent leur nom: _Kibi�shi_, LIVRES JAUNES. Le premier livre jaune qu'il illustrait, en 1781, � l'�ge de vingt et un ans, �tait un petit roman en trois volumes, intitul�: _Arigata� tsouno itiji_, GR�CE � UN MOT GALANT, TOUT EST PERMIS, roman que ni Hayashi, ni les biographes du peintre japonais n'ont rencontr�, et dont le texte, � l'�poque de la publication, a �t� attribu� � Kitao Masanobou, plus tard le c�l�bre romancier Ki�d�n, tandis que le texte et les dessins sont d'Hokousa� qui avait publi� cette plaquette sous le pseudonyme de Kor�wasa�, sobriquet signifiant: �Est-ce cela?� le refrain d'une chansonnette du temps. L'ann�e suivante, en 1782, Hokousa� publie les COURRIERS DE KAMAKOURA, deux fascicules dont il fait le texte et les dessins et qu'il pr�sente au public sous le nom de Guioboutsou pour le texte, et de Shunr� pour les dessins. C'est le r�cit d'un fait historique, d'une tentative au XVIIe si�cle du renversement du troisi�me sh�goun par Sh�s�tsou. Et l'on voit, dans la succession des planches, le jeune ambitieux complotant presque enfant, se livrant aux exercices militaires, apprenant d'un tacticien myst�rieux l'art de la guerre,--et le moyen magique d'�tre vu par le regard des hommes, sous son apparence sept fois r�p�t�e. Et il organise la conspiration, qui fait �gorger les courriers, et il r�ve la protection d'un dieu favorable � ses desseins, et a l'illusion de se voir dans un miroir, en sh�goun, et un de ses affid�s en premier ministre, et il tient conseil avec ses partisans, et il bataille bravement avec les soldats envoy�s pour le prendre, et enfin, fait prisonnier, il s'ouvre le ventre, tandis qu'au milieu de ses complices encha�n�s, sa m�re, sa femme et ses enfants sont soumis � la torture,--sa m�re � la torture de l'_enfumage_. Il publie encore, la m�me ann�e, un roman en deux volumes: _Shit�nn�

Da�tsou jitat�_, LES QUATRE ROIS C�LESTES DES POINTS CARDINAUX, HABILL�S � LA DERNI�RE MODE, avec l'annonce d'un texte de Kor�wasa� qui est bien de lui, ainsi que les dessins sign�s: Shunr�. Cette ann�e ou la suivante, il publie un autre livre jaune qu'il signe exceptionnellement Katsoukawa Shunr�, et qui est l'histoire de Nitir�n, pr�tre bouddhique, le cr�ateur d'une nouvelle secte. C'est le bapt�me, le commencement des �tudes, la contemplation de la nature, la vie d'asc�te dans une grotte de la montagne, l'expulsion de partout du pr�tre r�volutionnaire pour la nouveaut� de ses opinions, sa retraite dans un temple, l'apparition d'une com�te annon�ant de tragiques �v�nements, sa d�fense avec un chapelet contre un guerrier qui veut le tuer, le pouvoir de son influence myst�rieuse amenant le naufrage de la flotte mongole, sa condamnation � mort o� le sabre du bourreau est bris� par un �clair, son exil dans une �le �loign�e, ses pr�dications, ses p�lerinages, sa mort au milieu de ses disciples en pleurs. En 1784 Hokousa� illustre deux ouvrages: 1� _Ka�-oun Aughino Hanaka_, LE PARFUM DES FLEURS D'�VENTAIL (2 volumes); 2� _Nozoki Karakouri Yoshitsoun� Yama iri_. EXP�DITION DE YOSHITSOUN� � LA MONTAGNE VUE DANS LA BOITE � SPECTACLE (2 volumes). Texte de Ikoujimona� (propre � rien) et illustration de Shunr�. Cet Ikoujimona� pourrait bien �tre Hokousa�. En 1785 Hokousa� publie deux livres jaunes o� il n'est pas parl� du texte, et o� seulement est annonc� que l'illustration est de Shunr�. Ce sont: 1� _Onn�n Oujino Hotaroubi_, TRANSFORMATION DE LA HAINE EN FEU DES LUCIOLES DE OUJI (3 volumes).--2� _Oya Yuzouri Hanano K�mi�_ L'H�RITAGE DU PARENT, LA GLOIRE DU NEZ (3 volumes). Dans ce dernier ouvrage Shunr� devient Goummatei. Oui, en ces premiers temps, souvent Hokousa� est � la fois l'illustrateur et l'�crivain du roman qu'il publie, et sa litt�rature est go�t�e, gr�ce � des observations intimes de la vie japonaise, est m�me parfois attribu�e, comme on l'a vu pour son premier roman, � des romanciers de la r�putation de Ki�d�n. Selon Hayashi, la litt�rature du peintre a un autre m�rite: l'esprit railleur de l'artiste en aurait fait un parodiste de la litt�rature de ses contemporains, de leur style, de leurs proc�d�s, et surtout de l'entassement des aventures, et du m�li-m�lo des bonshommes modernes en contact avec des personnages du XIIe et du XIVe si�cle, et ce serait tr�s sensible dans LES COURRIERS DE KAMAKOURA, o� il aurait employ�, sur une l�gende du XIIe si�cle, tous les faits fabuleux et invraisemblables de l'histoire du vieux Japon. Ce double r�le d'�crivain et de dessinateur ne dure gu�re que jusqu'en 1804, o� il n'est plus que peintre.

IV En cette ann�e 1789, o� le jeune peintre a vingt-six ans, une circonstance particuli�re le fait quitter l'atelier de Katsoukawa. Il avait peint une affiche d'un marchand d'estampes, et le marchand en avait �t� si satisfait et si glorieux qu'il l'avait fait richement encadrer et placer devant sa boutique, lorsqu'un jour passe devant la boutique un camarade d'atelier,

d'une r�ception plus ancienne que lui, et qui trouve l'affiche mauvaise, et la d�chire pour sauver l'honneur de l'atelier Shunsh�. De l� une dispute entre l'ancien et le nouvel �l�ve, � la suite de laquelle il quitte l'atelier avec la r�solution de ne plus s'inspirer que de lui-m�me, de devenir un peintre ind�pendant des �coles qui l'ont pr�c�d� et, en ce pays o� les artistes semblent changer de noms presque autant que d'habits, il abandonne la signature de Katsoukawa pour prendre la signature de Mougoura, qui signifie _buisson_, et disait au public que le peintre portant ce nouveau nom n'appartenait � aucun atelier. Et, secouant compl�tement le joug du style de Katsoukawa, les dessins sign�s Mougoura sont plus libres, plus vus sous une optique personnelle.

V En 1786 Hokousa� publie le _Z�nz�n Ta�keiki_, un fragment de l'histoire de Minamoto, o� commencent � appara�tre chez le jeune dessinateur les chevauch�es terribles, les corps � corps homicides de son oeuvre future. En 1792 Hokousa�, toujours sous le nom de Shunr�, illustre un CONTE POUR LES ENFANTS de Ki�d�n, se rapportant � la l�gende de Momotaro o� ses dessins, mettant de la vie humaine sous des figurations d'animaux, ont quelque chose des SC�NES DE LA VIE PRIV�E DES ANIMAUX de Grandville. Une m�chante vieille femme, au visage _aigre comme du vinaigre_, surprenant un moineau qui mangeait l'empois pr�par� pour empeser du linge, lui coupe la langue, et c'est une envol�e comique des moineaux fuyant � tire-d'aile dans une bousculade de peur. Mais, � c�t� de la m�chante femme, il y a un bon m�nage qui aimait ce moineau, et le mari et la femme s'en vont criant dans les champs et les bois: �Qui a vu le moineau � la langue coup�e? Cher petit moineau, qu'es-tu devenu?� Enfin ils trouv�rent le pauvre petit bless� dans la maison des moineaux o� la m�re avait d�j� pans� la langue de son enfant et o� il �tait soign� avec amour par ses fr�res et soeurs. Oh! l'aimable accueil fait � ces bons vieux: le p�re leur dansa la _Souzoum� odori_, la vraie danse des moineaux et, quand ils partirent, on leur apporta une bo�te dans laquelle ils trouv�rent, � leur rentr�e � la maison, un marteau, un marteau dont chaque coup miraculeux faisait tomber une pi�ce d'or. Or, la m�chante voisine avait vu cela par la fen�tre. Elle obtient d'�tre invit�e par les moineaux, se fait donner par eux une bo�te dont sort, lorsqu'elle soul�ve le couvercle, une collection de monstres cornus qui la mettent en pi�ces. Par contre, la bonne femme trouve encore la p�che d'o� sort Momotaro, le conqu�rant du royaume des monstres. En 1793 Hokousa� illustre _Himpoukou ri�d� d�tch�ki_, LA ROUTE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRET�, un curieux livre dont le texte est de Ki�d�n, et qui est, c�te � c�te, l'exposition de deux vies comme aimait � les repr�senter le peintre Hogarth. La premi�re planche repr�sente le lavage de l'enfant pauvre par le p�re, pr�s du lit de la femme couch�e, tandis que la planche, en contre-partie,

nous montre le lavage de l'enfant riche sous les yeux du m�decin, de la sage-femme, des servantes. Arrive pour le jeune riche et le jeune pauvre, � quinze ans, le _gu�n boukou_, la majorit�, l'entr�e dans la vie de l'homme, indiqu�e l�-bas par le rasement du front et qui, chez le riche, est fait par un grand personnage, chez le pauvre par sa m�re. Et ici commencent vraiment les deux routes: la route du riche dans son norimon au milieu de ses serviteurs, la route du pauvre o� il est tout seul et mal v�tu sous la pluie; la route du riche dans des paysages d'arbres � fleurs, tenant sa pens�e dans les beaut�s de la peinture, la route du pauvre dans des paysages d�sol�s, au milieu des montagnes, comme cette montagne pr�s de Ki�to o� les excavations forment comme le mot p�re, pr�s de rochers comme ceux d'Is�, semblables aux mamelles dess�ch�es de la m�re du pauvre, peuplant sa pens�e du souvenir de leurs privations. Et les all�gories continuent. C'est pour le riche la r�ception dans une auberge par de charmantes _mousm�s_ avec, dans le lointain, des lignes de paysages formant ainsi que des armoiries des femmes du Yoshiwara, tandis que le pauvre, qui est entr� dans le commerce, passe sur un pont qui est un _soroban_ (une machine � compter), se trouve sous des temples aux tours faites de pi�ces de monnaie, pr�s d'une pagode au toit couvert d'un livre de caisse, et fait la rude route de sa vie _en allumant le bout de ses ongles_, ce qui veut dire en japonais: en supportant d'atroces souffrances. Et, � la fin des deux routes, le pauvre devenu riche, mont� sur un cheval tra�n� par un singe,--la volont� men�e par l'intelligence,--rencontre tout d�penaill� le riche honteux de se trouver sur son chemin, tandis que disparaissent dans le lointain, sous des haillons de mendiants, deux de ses familiers au temps de sa richesse. Et, comme apoth�ose du pauvre, la derni�re planche le montre adoss� � des caisses d'or surmont�es de bouteilles de sak�. En 1794 Hokousa�, sous le nom de Tokitar� Kak�, illustre _Mousoum� no Tomo zouna_, LE CORDON D'UNE FILLE, petit livre dont le texte est de Kiorori. Une histoire assez obscure, o� se voit une jeune fille achetant un journal dont la lecture lui fait quitter la maison qu'elle habite, apr�s avoir laiss� une lettre qui met en larmes l'homme et la femme de la maison. En route, elle est attaqu�e par de mauvais samoura�s, et d�livr�e par un passant qui lui donne l'hospitalit�. Elle serait partie dans l'id�e de venger son p�re qui aurait �t� assassin�. Puis, au moment o� elle va tuer l'assassin, elle apprend qu'il est le p�re de son sauveur, amoureux d'elle. Et Hokousa� la repr�sente l�chant sa chevelure qu'elle tient dans sa main, pr�te � le tuer, et se contentant de lui faire perdre sa qualit� de guerrier. Peut-�tre cette ann�e, ou les ann�es qui suivent, para�t _Seir� niwaka z�nse� asobi_, F�TE IMPROVIS�E AU QUARTIER DES MAISONS VERTES, une s�rie d'estampes en couleur, r�unies en un album, montrant le Carnaval des rues du Yoshiwara o� l'on voit des femmes th��tralement costum�es et couronn�es de chapeaux de fleurs, ex�cutant des danses, jouant de petites sc�nes dramatiques, repr�sentant des revues de l'ann�e. En 1795 Hokousa�, alors dit Shunr�, change encore une fois de nom, prend

la succession de l'atelier de Tawaraya S�ri de l'�cole de S�tat-sou, et signe S�ri. C'est l'�poque o� il met au jour ces innombrables s�ries de merveilleux sourimonos.

VI Les sourimonos, les impressions moelleuses o� la couleur et le dessin semblent tendrement bus par la soie du papier japonais, et qui sont ces images � la tonalit� si joliment adoucie, si artistement perdue, si d�lav�e, de colorations pareilles aux nuages � peine teint�s que fait le barbotage d'un pinceau charg� de couleur dans l'eau d'un verre, ces images qui, par le soyeux du papier, la qualit� des couleurs, le soin du tirage et des rehauts d'or et d'argent, et encore par ce compl�ment du _gaufrage_--obtenu, le croirait-on, par l'appuiement du coude nu de l'ouvrier sur le papier,--ces images n'ayant rien de similaire dans la gravure d'aucun peuple de la terre, font une grande partie de l'oeuvre d'Hokousa�. Ces impressions, dont le nom vient de _souri_ (empreinte prise au moyen d'un frottement), et _mono_ (chose), ne sont point faites pour le commerce. C'est une carte du Jour de l'An qu'on offrait � un petit nombre d'amis, c'est un programme de concert, c'est la comm�moration d'une f�te en l'honneur d'un lettr�, d'un artiste mort ou vivant. 1793 Le premier sourimono qu'on conna�t d'Hokousa� est � la date de 1793, avec la signature de _Mougoura Shunr�_. Il repr�sente un jeune marchand d'eau fra�che, assis sur le b�ton qui lui sert � porter ses deux barillets, � c�t� d'un petit dressoir o� sont des pots de sucre, des bols de porcelaine, des bols de m�tal. Ce sourimono porte, au dos, le programme d'un concert organis� au mois de juillet pour faire conna�tre le changement de nom d'un musicien, avec les noms des ex�cutants et avec l'invitation suivante qu'il est peut-�tre bon de donner: �Malgr� la grande chaleur, j'esp�re que vous �tes en bonne sant�, et je viens vous informer que mon nom est chang�, gr�ce � mon succ�s pr�s du public, et que, pour c�l�brer l'inauguration de mon nouveau nom, le quatri�me jour du mois prochain, j'organise un concert chez Ki�ya de Ri�gokou, avec le concours de tous mes �l�ves, un concert de dix heures du matin jusqu'� quatre heures du soir, et qu'il fasse beau ou pluie, je compte sur l'honneur de votre visite. �TOKIWAZOU MOZITAYU.� 1794 En 1794, on conna�t de Hokousa� quelques petites feuilles pour le Jour de

l'An, de la grandeur de nos cartes � jouer. 1795 En 1795, des sourimonos de femmes m�l�s � des sourimonos d'objets intimes, comme celui-ci, o� se voient accroch�s � une grille une serviette brod�e, un sac de son, un parapluie, objets indiquant, que la ma�tresse de la maison vient de prendre un bain. Ces sourimonos sont sign�s Hishikawa S�ri, ou simplement S�ri. 1796 En 1796, un assez grand nombre de sourimonos dont les plus remarquables, deux longues bandes, sont une r�union d'hommes et de femmes sur ces tables-lits aux pieds plongeant dans la rivi�re, et sur lesquelles on prend le frais, le soir. 1797 En 1797, des sourimonos tir�s de la reproduction d'objets de la vie famili�re, comme des enveloppes de paquets de parfums avec une branche fleurie de prunier; des sourimonos o� il y a une femme riant du kami Fokorokou auquel elle a mis une cocotte en papier sur le cr�ne; ce sourimono o� se voit un bateau dans lequel il y a un montreur de singe; et toute une s�rie de sourimonos d'ironies contre les dieux de l�-bas, sur papier jaune, avec coloration des sujets en violet et en vert. En cette ann�e qui, dans l'almanach japonais, est une ann�e sous le signe du serpent, un joli petit sourimono repr�sentant une femme que la vue d'un serpent a fait tomber sur le dos, une jambe en l'air. Puis des bandes de grands sourimonos o� se voient des promenades de femmes dans la campagne. 1798 En 1798, de nombreux sourimonos o�, particularit� curieuse, le cheval revenant avec l'�l�ment de la terre dans le calendrier japonais, beaucoup des sourimonos repr�sentent un cheval, et cette repr�sentation du cheval va dans les sourimonos jusqu'� la figuration d'une t�te de cheval faite par les doigts d'un enfant � travers un ch�ssis. Ce sont: un vendeur d'un joujou marchant sur une natte et que regardent des Japonais; deux enfants dont l'un fait danser, par-dessus un paravent, un pantin que l'autre accroupi � terre contemple, les deux mains sous le menton; un marchand de th� devant le temple d'Ouy�no � Y�do, avec un groupe de femmes et d'enfants; des hommes et des femmes se d�guisant en dieux et en d�esses de l'Olympe japonais; une course de chevaux; un grand paysage au bord de la Soumida, avec de tous petits personnages. Puis des sourimonos de femmes: la c�r�monie du th� _Tchanoyu_ entre femmes; deux femmes lisant couch�es � terre, l'une la t�te pench�e sur le papier, l'autre lisant avec un joli mouvement de t�te de c�t�, deux femmes roul�es l'une sur l'autre sur le plancher, s'arrachant une lettre.

Et, dans ces grands sourimonos de femmes de cette ann�e et des ann�es qui vont suivre, Hokousa� �chappe � la gr�ce mignarde, poupine, conventionnelle de ses premi�res ann�es; il arrive dans des cr�atures plus amples, plus en vraie chair, � la v�ritable gr�ce f�minine donn�e par l'�tude d'apr�s la nature. 1799 En 1798 est apparu pour la premi�re fois le nom d'_Hokousa�_ joint � celui de S�ri. Mais ce n'est qu'au jour de l'an 1799 qu'il annonce officiellement son changement de nom, _S�ri, chang� de nom en Hokousa�_. Il a c�d� son nom de S�ri � son �l�ve S�ji et, avec le nom d'Hokousa�, il prend le pr�nom de _Tokimasa_. Et l'ann�e suivante, en 1800, il signe dans les premiers mois _Hokousa� pr�c�demment S�ri_ et, dans les derniers mois, _Hokousa� fou de dessin_, en japonais, GWA-KIOJIN HOKOUSA�. L'ann�e 1799 est une ann�e o� le mouton du zodiaque est revenu dans le calendrier japonais et o� nombre de sourimonos ont, dans quelque coin de la composition, cet animal. Un de ces sourimonos m�me repr�sente un Japonais tenant en ses bras un mouton, et c'est peut-�tre une allusion � ceci. Le Japonais d'autrefois, me disait le docteur Michaut, �tonn� de voir les Hollandais faire la travers�e du Japon sans femmes, s'�tait persuad� que les moutons qu'ils avaient � bord les rempla�aient, et se l'�tait si bien persuad� qu'� l'heure pr�sente les Japonaises qui ont commerce avec les �trangers sont appel�es par leurs compatriotes _moutons_. Des sourimonos curieux d'industries: la marchande de poudre dentifrice en train de fa�onner un bout de bois de camphrier noir pour en faire une brosse � dents; la fabricante de perruques et de nattes; la rouleuse de la soie et sa fabrication � la campagne. Une s�rie de femmes en buste. Une s�rie de petites femmes, � la gr�ce tortillarde: une femme qui balaie la neige; une femme qui debout plie une �toffe de sa hauteur avec une retraite du corps du plus joli contournement. Un sourimono repr�sentant le plus pustuleux de tous les crapauds. Un grand sourimono d'une facture surprenante: un store � moiti� relev� sur une branche en fleur dont une partie se voit obombr�e � travers le tissage du store. 1800 Une s�rie de quinze sourimonos: L'ENFANCE DES PERSONNAGES HISTORIQUES. Une s�rie de sept sourimonos: LES SAGES DES BAMBOUS, de vieux sages repr�sent�s par des femmes modernes. Une s�rie de vingt-quatre sourimonos intitul�e: PI�T� FILIALE, parmi lesquels un charmant dessin d'une femme lavant, le haut du corps nu, et dont le torse est tout �toil� des p�tales d'un prunier en fleurs secou� par le vent au-dessus de la laveuse.

Une s�rie des douze mois de l'ann�e, repr�sent�s par des femmes, o� est un gracieux dessin de fillette japonaise frottant un plancher et que regarde paresseusement sa ma�tresse. Trois musiques repr�sent�es par trois musiciennes. Une s�rie intitul�e: HUIT CHAMBRES, qui sont huit figurations de petites femmes dont l'une, le torse nu, fait sa toilette devant un singe sur lequel elle a jet� sa robe; le singe �tant cette ann�e le d�nominateur de l'ann�e et revenant dans un certain nombre de planches. Une jolie petite impression repr�sentant un miroitier repassant sur une pierre un miroir de m�tal, � c�t� d'une femme dont le visage est refl�t� dans le miroir qu'elle tient � la main. Une s�rie un peu caricaturale de sourimonos, dans le genre des _Otsouy�_: cette imagerie industrielle d'�pinal du Japon se fabriquant � Otsou pr�s de Ki�to. Parmi les grandes pi�ces, qui sont en g�n�ral des bandes ayant une hauteur de 19 centim�tres sur une largeur de 51: Tortues en marche avec leurs petits sur la carapace. Une enceinte de lutteurs, form�e de sacs de sable dans des enveloppes histori�es, avec, au milieu, sur une petite table, deux bouteilles de sak� destin�es � �tre offertes aux g�nies du Japon, aux Kami, dans une c�r�monie religieuse pr�c�dant la lutte. L'entr�e du temple Hatiman Foukagawa. La r�colte du th� dans un jardin. La visite chez un horticulteur. Des femmes regardant du pont Yeita�, l'�le Tsoukouda. Trois femmes dont l'une, � l'occasion du Jour de l'An, �crit sur un paravent une pens�e, dont l'autre peint un �ventail, dont une troisi�me illustre une po�sie. Trois femmes en train de plier et de repasser une robe en plumes de paon, avec le fer japonais qui ressemble � une petite bassinoire dans laquelle est un charbon incandescent. 1801 Une s�rie de douze petites pi�ces en hauteur intitul�e: UNE PAIRE DE PARAVENTS. Une s�rie de petites femmes modernes ayant � leurs pieds des vieillards historiques d'autres si�cles. Quelques planches repr�sentant des femmes faisant jouer des marionnettes sur un petit th��tre. Parmi les pi�ces s�par�es, des acteurs et des sc�nes th��trales, dont

l'une repr�sente Da�kokou faisant pleuvoir des pi�ces d'or sur une femme puisant de l'eau. Cette ann�e, commencent � para�tre des sourimonos de natures mortes qui vont fournir � Hokousa� de si originales compositions et de si admirables impressions. Ce sont, dans les petites pi�ces, un canard mort et un bol de porcelaine sur un plateau de laque; une cage o� est un oiseau et un vase de fleurs. Dans les grandes planches: L'arriv�e des _manza�_ dans un palais o� �clate la joie d'un groupe d'enfants qui les acclament et o�, derri�re des stores, s'aper�oivent les ombres chinoises des princesses prises de curiosit� mais ne se montrant pas. Des femmes dans un jardin, l'une s'�ventant avec un �cran, l'autre poursuivant des papillons avec un filet. Des femmes donnant la libert� � des grues, le jour de l'anniversaire d'une mort qui leur a �t� � coeur. Et, parmi ces grandes pi�ces, deux tr�s beaux sourimonos: Une �norme et noueuse branche d'un de ces vieux pruniers appel�s l�-bas: _dragon couch�_, toute fleurie de rose et de blanc. Un chapeau de femme en paille, au fond de cr�pe rouge, laiss� au milieu d'une all�e de jardin et dans lequel sont tomb�es de feuilles d'arbres. 1802 Une petite s�rie de trois planches repr�sentant un jeu japonais par gestes, o� il y a un juge, un chasseur, un renard et o�, dans une des planches, la femme fait le renard avec ses mains rapproch�es de sa figure et recourb�es devant elle. Une s�rie de douze planches donnant un simulacre des sc�nes des r�nins par des femmes et des enfants. Une s�rie en l'honneur de la Lune repr�sent�e par des femmes, et dans laquelle rien de plus gracieux que cette petite femme, la t�te renvers�e en arri�re et d'une main retenant sur sa gorge un fichu-fanchon de cr�pe noir, un _b�shi_, tout envol� autour d'elle et, de l'autre main, tenant contre son c�t� un parasol ferm�. Une s�rie sur Y�do, repr�sent�e par des industries et de petits paysages. Une s�rie intitul�e: LES DOUZE ANIMAUX DU ZODIAQUE, qui y figurent en g�n�ral sous la forme de jouets entre des mains d'�l�gantes petites femmes. Parmi les grandes planches: Une promenade de femmes pr�s d'un cours d'eau o� sont entr�s des enfants dont l'un �l�ve en l'air une petite tortue qu'il vient de prendre.

Une grande langouste � la teinte rouge�tre, du savant dessin d'un naturaliste, un sourimono fait pour le Jour de l'An aux frais d'une soci�t� de vingt personnes. Des passants dans la brume: des hommes porteurs d'instruments de travail, des femmes, des enfants. 1803 Une s�rie de trente-six planches: LES TRENTE-SIX OCCUPATIONS DE LA VIE. Parmi ces compositions, une charmante impression: un petit Japonais qui apprend � �crire et dont la m�re guide la main arm�e du pinceau. Une autre s�rie de cinq planches: LES CINQ FORCES, figur�es par des femmes. Une autre s�rie de dix planches: LES CINQ CHEVALIERS �L�GANTS: les cinq chevaliers �l�gants toujours repr�sent�s par des femmes. Une s�rie de sept planches: LES SEPT KOMATI, les sept p�riodes de la vie de la po�tesse. Cette po�tesse � la vie accident�e et si populaire au Japon, eut un moment l'ambition de devenir la ma�tresse de l'Empereur, en m�me temps qu'un sentiment tendre pour un seigneur lettr� de la cour, nomm� Foukakousa-no-Sh�sh�, avec lequel on raconte qu'elle fit le pacte suivant: Il viendrait causer avec elle amour et po�sie quatre-vingt-dix-neuf nuits, et, � la centi�me nuit, elle lui appartiendrait. L'amoureux remplit les conditions impos�es par la po�tesse mais, � sa sortie de chez elle, la quatre-vingt-dix-neuvi�me nuit,--c'�tait par un hiver tr�s froid,--il fut gel�. Au Japon une femme et un homme ont la r�putation d'�tre morts vierges: la femme c'est Komati, l'homme c'est B�nk�i. Parmi les grandes planches: La danse d'une jeune fille avec un double parasol dans un palais o�, derri�re un store, est l'orchestre et derri�re un autre store sont les princesses. Des sc�nes de th��tre, entre autres Kintoki et sa m�re. Quelques sourimonos dans la facture un peu brutale des sourimonos de Ki�to, parmi lesquels une cantine en laque sur son tapis rouge, surmont�e d'une branche de cerisier en fleurs. 1804 Une s�rie intitul�e: LES DOUZE MOIS DE L'ANN�E. Rappelons une fois pour toutes que, sous tous ces titres, ce sont toujours de petits dessins de femmes. Une s�rie sans titre, et sans doute de dix, repr�sentant les femmes de diff�rentes classes: la femme de la noblesse, la grande courtisane, la _yotaka_, l'oiseau de nuit, raccrochant autour des chantiers et des entrep�ts.

Une s�rie d'une dizaine de planches: CONTEMPLATION DES BELLES VUES DE Y�DO. Une s�rie de dix planches ayant pour titre: LES DIX �L�MENTS. Dans les planches parues s�par�ment, un jeu de jeune fille o� l'on prononce des noms d'animaux et o� l'on pince le dessus de la main de celle qui se trompe,--et des branches d'arbustes fleuris sur un papier ressemblant � notre basin,--et une curieuse nature morte rappelant un peu la simplicit� des sujets trait�s par Chardin: sur des feuilles de bambou une tranche de saumon et une tranche de katsou�, un autre poisson tr�s estim� des Japonais. Parmi les grandes planches: La cour du temple Ohji, avec son concours de monde. La maison de th� d'�t�, provisoirement �tablie sur une route, o� la mousm� remplit la tasse de th� d'un voyageur sur un banc; � la porte, une femme � cheval et un gar�onnet se rafra�chissant. La coulisse d'une repr�sentation dans un palais: l'ouverture du manuscrit de la pi�ce, les appr�ts de la toilette des acteurs, les essais des instruments. Cette ann�e, �tant sous le signe zodiacal du rat, un sourimono du Jour de l'An repr�sente un �norme rat en neige, auquel un peintre peint l'oeil dans un attroupement d'hommes et de femmes. L'ann�e 1804 est l'ann�e o� Hokousa� a publi� un nombre de sourimonos tel que Hayashi dit que personne ne pourrait en publier le catalogue complet. � ce catalogue de sourimonos, qui me sont presque enti�rement fournis par la collection de Hayashi, et un rien par la mienne, je voudrais joindre quelques-uns des plus beaux, des plus originaux parmi les grands, parmi ceux qui mesurent comme largeur 50 centim�tres sur 18 de hauteur, et qui se trouvent dans les autres collections. Et, tout d'abord, je citerai parmi ceux de la collection Manzi, qui sont en grandissime nombre, et tous hors ligne, comme beaut� d'�preuves: Un vol de sept grues sur le rouge d'un soleil couchant. Un prunier en fleurs, au pied duquel sont deux faisans, et dont les rameaux s'�tendant sur une rivi�re laissent voir sous la verdure fleurie la perspective de deux bateaux. Trois femmes agenouill�es au bord d'une baie, le regard � la mer, pendant qu'une servante souffle avec le vent d'un �cran le feu d'un r�chaud sur lequel chauffe le sak�. Au-dessus de la neige d'un cerisier tout fleuri, le vol de deux hirondelles au col rouge. Rien ne peut donner une id�e de la douceur de cette planche et, dans le nuage de l'impression, le charme effac� de ces fleurs, o� presque un imperceptible gaufrage d�tache les pistils. Je citerai parmi les sourimonos de la collection de M. Gonse:

Un bouquet d'arbres sur une rivi�re, et la devanture d'un int�rieur de maison o� deux hommes travaillent � la fabrication de poup�es. Ce serait l'habitation de Toyokouni, le voisin d'Hokousa�, dans le Katsoushika, en le temps o� Toyokouni n'�tait pas encore peintre, mais fabricateur de poup�es. Un paysage tout blanc, tout rose, qui par la floraison des arbres fruitiers est comme le jaillissement du printemps dans un paysage d'hiver. Je citerai parmi les sourimonos de M. Vever: La promenade, dans un temple, de Japonais et de Japonaises examinant les tableaux accroch�s au mur, et o� est repr�sent� un groupe de deux Japonais arr�t�s devant un kak�mono, dont l'un regarde la peinture et l'autre regarde les femmes. Un Japonais dans une �Maison Verte� en train de fumer. Sa ma�tresse, � c�t� de lui, fait essayer, pour l'amusement de son amant, un pas de danse � sa _kamouro_, � sa fillette de service, dont un ma�tre de danse, agenouill� devant elle, guide les mouvements. Je citerai, dans le format moyen, parmi les sourimonos de M. Haviland: Un dieu du tonnerre se pr�cipitant au milieu des �clairs dans le bain d'une femme � moiti� d�shabill�e; un lutteur ou un kami, dont une femme remplit de sak� la coupe, une coupe grande comme un plat, tandis que deux autres femmes accroupies � ses pieds rient de sa grosse bedaine poilue, prenant l'air. Dans les grandes bandes: Une vue de la Soumida couverte de bateaux. Des tisseuses de soie, au m�tier �tabli en pleine campagne, et dont l'une se voit � travers les fils d'un compartiment du m�tier. De petits Japonais jouant aupr�s d'un pont. Impression sign�e: _Gwaki�jin Hokousa�, en �tat d'ivresse_. Citons en dernier lieu, dans la collection de M. Chialiva: Un sourimono unique, le plus grand sourimono qu'on connaisse (L. 100) et qui repr�sente un pont dans le genre du grand pont de la Soumida d'Outamaro et o�, dans un personnage de profil, au petit bonnet noir, � la robe bleu�tre, on croit reconna�tre Hokousa�. C'est, sur ce pont, des promeneurs et des promeneuses dans une halte de repos et de contemplation. Il y a un groupe de trois femmes dont la t�te pench�e de l'une en dehors de la balustrade, regarde dans la rivi�re; un autre groupe d'hommes est en train de disserter; un Japonais, qui a accroch� � une traverse une branche d'arbuste fleuri, est � demi couch� sur la barri�re tandis qu'au bout du pont une femme cause avec une amie, les deux mains appuy�es contre la rampe dans une attitude charmante de v�rit�. Ce sourimono qui est la r�union de deux grands sourimonos est sign�: _Hokousa� S�ri_.

VII Mais revenons en arri�re; revenons � ces ann�es o�, en m�me temps que Hokousa� publie de nombreux sourimonos, il illustre un certain nombre d'ouvrages. En 1797, para�t _Hatsou Wakana_, LES PRIMEURS DES L�GUMES VERTS. Un volume rarissime, illustr� en tout d'une seule planche d'Hokousa�, qui signe: _Hokousa� Sori chang� de nom._ Une paysanne en train de cueillir des herbes, � laquelle un enfant indique que le soleil se couche, et qui se retourne une main devant les yeux. La m�me ann�e para�t: _Yanaghi-no-ito_, CORDELETTES DU SAULE PLEUREUR, un volume de po�sies, dont l'illustration �tait due � Yeshi, Kitao Shigh�masa, et � Hokousa�, qui repr�sente la rive de la mer, � Y�noshima, o� d�ferle une grosse vague, une planche qui a le doux coloriage et le joli gaufrage d'un sourimono. La m�me ann�e para�t _Shunki�-j�_, DISTRACTIONS DU PRINTEMPS, un volume de po�sies dont Hayashi n'a jamais rencontr� qu'un seul exemplaire, un volume aux nuances douces, amorties des planches, annon�ant une publication faite par une soci�t� d'amateurs. Une impression charmante est la planche en couleur o� Hokousa� a repr�sent� une collation dans la campagne, et o� des femmes s'amusent � faire flotter sur un cours d'eau des coupes � sak�, et l'homme auquel le courant l'apporte est oblig� d'improviser une phrase po�tique, sous peine, s'il ne peut l'improviser, de boire trois coupes. La m�me ann�e para�t encore _Sandara Kasoumi_, LA BRUME DE LA CAMPAGNE, un volume fait en collaboration avec Shigh�masa et Tsoukan�. La planche qu'Hokousa� signe _Hokousa� S�ri_ nous fait voir une habitation de la campagne dont sort une paysanne, un enfant � la main, un autre enfant li� sur son dos par sa ceinture, tandis que dans le fond arrivent des femmes de la ville suivies d'un porteur. Des roses, des gris, des jaunes, qui sont comme l'aube de ces couleurs, et au milieu desquelles �clate le rouge de la robe de l'enfant que la paysanne tient par la main.

VIII En 1798, para�t _Dan t�ka_, CHANSONS DE DANSE POUR HOMMES[12]. [Note 12: Le titre est trompeur, car le volume ne contient que des po�sies qui ne peuvent pas se chanter.] Un volume de po�sies o� collaborent les dessinateurs Y�kighi T�rin, Yeishi,

Shigh�masa, Outamaro, Hokousa�: chaque artiste apportant le dessin d'une planche. Une impression tr�s soign�e ressemblant � de la vraie aquarelle, avec le marron comme couleur dominante dans les robes des femmes. La m�me ann�e Hokousa� publie, sous la signature _Kak�_, l'HISTOIRE NATURELLE DES MONSTRES, _Wak�mono Yamato Honz�_, dont le texte �tait donn� par Ki�d�n. Un livre aux allusions ironiques, sans doute � propos de la publication d'un s�rieux ouvrage sur l'histoire naturelle, et o� l'imagination du dessinateur se donne toute libert� dans la cr�ation de ses monstres, les faisant, tour � tour, ridicules ou terribles. C'est dans l'effroi de femmes se cachant la figure, d'hommes couch�s � terre, un monstre aux ailes de toile d'araign�e, � la queue form�e par le d�roulement d'une lettre japonaise, � la t�te faite par des besicles jouant l'appareil visuel de la libellule; c'est une t�te de femme flottant sur l'eau, dont les �pingles de la chevelure lui donnent l'aspect d'un crabe; c'est un arbre dont les feuilles sont des pi�ces d'or; c'est un oiseau � deux t�tes, un dessin faisant revivre la l�gende des deux oiseaux si amoureux l'un de l'autre qu'ils semblaient ne faire qu'un oiseau.

IX En ces ann�es, en cette fin du XVIIIe si�cle, le talent d'Hokousa� n'a pas seulement fait sa popularit� chez ses compatriotes, ce talent commen�ait � �tre appr�ci� par les Hollandais faisant leur visite d'office, tous les cinq ans, � Y�do, et l'un d'eux, que l'on croit �tre le capitaine Isbert Hemmel, avait eu l'intelligente id�e de rapporter en Europe deux rouleaux dus au pinceau de l'illustre ma�tre, repr�sentant, le premier, tous les �pisodes de l'existence d'un Japonais depuis sa naissance jusqu'� sa mort, le second, tous les �pisodes de l'existence d'une Japonaise, �galement depuis sa naissance jusqu'� sa mort. Le prix convenu de ce curieux historique de la vie japonaise �tait de 150 rios d'or (le rio d'or vaut une livre sterling). Et Hokousa� recevait du m�decin hollandais attach� � l'exp�dition une commande d'un double des deux rouleaux. Hokousa� apporta tous ses soins et sa science � la confection des quatre rouleaux, termin�s au moment du d�part des Hollandais. Et, quand Hokousa� livra ces rouleaux, le capitaine, tr�s enchant�, lui remit l'argent convenu, mais le m�decin, sous pr�texte qu'il avait un traitement inf�rieur � celui du capitaine, ne voulut payer que la moiti� du prix. � quoi Hokousa� se refusa, aussi bien qu'� lui laisser un rouleau � 75 rios. Mais la somme que le peintre devait toucher �tait d�j� escompt�e pour payer des dettes, et la femme d'Hokousa� lui reprochant de n'avoir pas c�d� un rouleau au m�decin, dont les 75 rios auraient sauv� le m�nage de la grande mis�re, Hokousa� laissant parler sa femme, apr�s un long silence, lui disait qu'il ne se faisait aucune illusion sur la mis�re qui les attendait, mais qu'il ne pouvait supporter le manque de parole d'un

�tranger les traitant avec si peu d'�gards, ajoutant: �J'ai pr�f�r� la mis�re � un _pi�tinement_ (humiliation).� Le capitaine, mis au fait du proc�d� du m�decin, envoyait son interpr�te avec l'argent et faisait prendre les deux rouleaux command�s par le m�decin. Maintenant, sont-ils arriv�s en Europe ces quatre rouleaux? Le capitaine Isbert Hemmel mourait en 1798, dans la travers�e de Y�do � Nagasaki. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'ils ne sont pas au mus�e de la Haye, dont M. Gonse a fait une �tude. Hokousa� continua de vendre un certain nombre de dessins aux Hollandais, jusqu'au jour, o� il lui fut interdit de livrer aux �trangers les d�tails de la vie intime des Japonais.

X Si vraiment il a �t� vers� 300 rios d'or � Hokousa� par le capitaine hollandais, Isbert Hemmel, pour les quatre makimonos sur la vie japonaise, je crois bien que c'est la seule fois o� sa peinture a �t� richement pay�e, car ses dessins pour l'illustration des livres--le revenu le plus clair de l'artiste,--sont mis�rablement r�tribu�s par les �diteurs, et au moment o� l'artiste jouit de toute sa c�l�brit�. Je donnerai, comme preuve, ce fragment d'une lettre, adress�e en 1836, d'Ouraga, � l'�diteur Kobayashi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . _Je vous envoie trois feuilles et demie des Po�sies de l'�poque des Thang. Sur 42 momm�s_ (le momm� vaut 10 sous), _que j'ai � toucher, retranchez un momm� et demi que je vous dois; et veuillez remettre le reste, 40 momm�s et demi, au porteur de la lettre_. D'apr�s cette lettre, �a mettrait le payement des dessins d'Hokousa� de six � huit francs. Et il se conserverait au Japon des billets o� Hokousa� empruntait de mis�rables sommes pour le payement des choses de la vie journali�re, pr�s des fruitiers, des marchands de poissons, et c'est ainsi que j'entendais conter � M. Bing que, parmi les documents qu'il avait r�unis sur Hokousa�, il existait la demande par le peintre � un �diteur d'un emprunt d'un ri� (25 francs), le priant de lui payer ces 25 francs dans la plus petite monnaie possible, afin de solder ses infimes dettes criardes pr�s des fournisseurs de son quartier. Oui, ainsi que le t�moigne une autre lettre, o� Hokousa� se plaint de n'avoir qu'une robe pour d�fendre son vieux corps de 76 ans contre le froid d'un hiver rigoureux, l'artiste a v�cu, toute sa vie, dans une mis�re noire, par suite des bas prix pay�s au Japon par les �diteurs aux artistes, et l'effet d'une ind�pendance d'esprit qui lui faisait accepter seulement le travail qui lui plaisait, et aussi � l'occasion des dettes qu'il eut � payer pour son fils Tominosouk� et son petit-fils, n� de sa fille Omiyo,--du reste tirant une esp�ce de vanit� de cette pauvret�.

XI En 1799 Hokousa� publie _Azouma Asobi_, PROMENADE DE L'EST (Promenade de la capitale de l'Est, qui est Y�do), un volume en noir, republi� en trois volumes en couleur, l'ann�e 1802. Des int�rieurs de ville et des paysages vilainement coup�s de langues de nuages rouges, couleur de soleil couchant, dissimulant tout ce que l'artiste ne trouve pas d'int�r�t � dessiner, proc�d� qu'abandonna plus tard Hokousa�. Dans le premier volume: la vue int�ressante du temple sintho�ste Shimm�i avec sa sobre architecture, et le pont de Nihon-bashi avec la foule grouillante qui l'emplit tout le jour. Dans le second volume: une boutique de _nori_, la plante marine comestible dont il se fait au Japon une grande consommation; une maison de th� o� se tient sur la porte une _gu�sha_; une rue du quartier marchand de Sourouga-teb�; une boutique de poup�es � Jikkendana, avant la f�te des filles, avec les pyramides des caisses, le petit monde de ses vendeuses, la queue interminable des acheteurs allant jusqu'au bout de la rue; une teinturerie � la porte de laquelle un teinturier tend ses �toffes; une tuilerie; l'h�tel des Hollandais, Nagasakiya, devant lequel un rassemblement de curieux regarde trois habitants de l'h�tel � une fen�tre; la boutique du libraire Tsoutaya, l'�diteur d'Outamaro, avec sa marque faite d'une feuille de vigne vierge surmont�e du pic de Fouzi-yama, sur une lanterne, et ses piles d'images, et ses commis en train de faire des rangements, et l'annonce de ses albums nouveaux sur les planches de bois de la devanture. Dans le troisi�me volume: la cour du temple Asakousa emplie de la presse des acheteurs et des acheteuses devant les petites boutiques de la cour; un atelier d'armurier o� un ouvrier mart�le une pi�ce et o� sont suspendus une selle, des �triers, des gants pour l'escrime du sabre.

XII Avec les livres et les sourimonos mis au jour par Hokousa� depuis 1778 jusqu'� la fin du si�cle, il est de toute n�cessit� de cataloguer les planches publi�es s�par�ment par l'artiste pendant ces vingt ann�es. D'abord, dans ces planches publi�es s�par�ment,--quoique souvent r�unies en albums,--ce sont vers 1778, avons-nous d�j� dit, des impressions d'acteurs ressemblant tout � fait � des Shunsh�, et tir�es dans des tons jaunes avec un rien de coloration ros�tre, d'une harmonie un peu triste. Et parmi les rarissimes estampes de ces ann�es, il y a un Kintoki entre un singe et un chien portant son coffre; un petit Japonnais riant d'un p�cheur auquel une pieuvre s'est attach�e; des t�tes caricaturales destin�es � �tre d�coup�es pour l'amusement des enfants; des promenades

de Japonaises dans des campagnes d�sagr�ablement coup�es par ces nuages rouges qui sont des imitations malheureuses des bandes de poudre dor�e des anciens rouleaux. Au fond, des reproductions assez grossi�res de dessins que ne recommande pas encore aux �diteurs un nom connu. Vers 1793, une belle planche repr�sentant le corps � corps de deux lutteurs aux anatomies �l�phantines. Dans les ann�es suivantes, un _bateau de bonheur_ sur lequel l'Olympe japonais p�che � la ligne; deux diptyques, l'un repr�sentant une procession d'enfants, l'autre, une r�union d'enfants dessinant d'apr�s des images; un triptyque de l'attaque du ch�teau de K�zouk� par les ronins. Parmi ces compositions, un dessin tout � fait capital, sign� _Shunr�_, et o� s'annonce la ma�trise future de l'artiste. Un dessin, o� Kintoki est repr�sent� une main autour du cou d'un ours, un aigle sur l'�paule, et o� le corps couleur de brique de l'enfant hercul�en, entre le noir de l'aigle et le fauve de l'ours, fait de la coloration toute-puissante. Une autre impression d'un grand caract�re, repr�sentant l'imp�ratrice Dakki qui, d'apr�s une l�gende japonaise, serait un _renard � neuf queues_: cette imp�ratrice ayant le go�t du sang, faisant ouvrir le ventre des femmes enceintes, et que l'on voit � une fen�tre, regardant un enfant qu'un bourreau tient suspendu en l'air par le collet de sa robe, pr�t � lui couper la t�te avec son sabre. Une autre impression vous montre la d�esse du Soleil, n�e du mariage de Isanagui et de Izanami, les premi�res divinit�s m�les et femelles cr�atrices du Japon, retir�e dans la grotte ferm�e par un immense rocher, et laissant le ciel et la terre plong�s dans les t�n�bres au moment o� le dieu Tatikara, _aux bras puissants_, va la tirer, charm�e qu'elle est par le chant d'Ousoum�, va la tirer hors de sa grotte. En 1796 Hokousa� apprend la perspective de Shiba K�kan, qui la tenait des Hollandais, et cette �tude am�ne, cette ann�e, la publication d'une suite de douze paysages qui ont, sous le pinceau du ma�tre japonais, comme un sentiment hollandais, et o� Hokousa� signe son nom horizontalement, ainsi que dans l'�criture de l'Europe. De cette s�rie qui renferme la premi�re id�e de �la Vague�, M. Mauzi poss�de un tirage extraordinaire qui a l'air d'une suite d'aquarelles tir�e sur un papier torchon. Vers cette �poque Hokousa� publie encore une s�rie de huit feuilles repr�sentant huit vues du lac Biwa, dans une teinte de grisaille violac�e o� bien certainement existe une influence europ�enne. Ici il faut �num�rer les s�ries de T�ka�d�, la route principale reliant Y�do � Ki�to, et qui traverse les villes servant de stations. De l� le nom des 53 _stations_ qui, ajoutant celles de Y�do et Ki�to, forme une suite de 55 planches. On compte cinq s�ries, car cette route de T�ka�d� a �t� un des sujets pr�f�r�s par le pinceau d'Hokousa� qui, d'apr�s Hayashi, en aurait dessin� quatre avant 1800. Une premi�re s�rie est du format in-4 en largeur avec un m�daillon:

De petits croquetons spirituels. Une deuxi�me s�rie �galement du format in-4 en largeur, tir�e sur le papier des sourimonos, et o�, comme ton, domine le bistre. Une jolie impression: un enfant faisant du trap�ze � la branche d'une ancre. Une troisi�me s�rie d'un petit format carr� et o� Y�do et Ki�to font des diptyques. Coloriage d'une publication � bon march�. Une quatri�me s�rie in-12 en hauteur. De beaux dessins anatomiques. Une cinqui�me s�rie de format in-12, tir�e en sourimono, et qui a paru seulement en 1801. Dans cette s�rie il y a sept planches en format double et en largeur. S�rie d'une grande finesse dans le trait et d'une remarquable douceur de couleur. Deux planches charmantes: une femme se coiffant accroupie � terre et tenant d'une main derri�re elle sa natte qu'elle peigne de l'autre, tout en se regardant dans un miroir; et une femme faisant du filet, qui se retourne dans sa marche vers un petit enfant se tra�nant derri�re elle, attach� par une corde � sa robe. Il y a encore des s�ries de paysages. La s�rie des SIX TAMAGAWA, s�rie de six paysages d'un faire un peu brutal. Une seconde s�rie des SIX TAMAGAWA, avec le m�daillon. Une s�rie des TROIS SOIR�ES, s�rie de trois petits paysages anim�s par des promenades de femmes. Une grande vue panoramique des deux rives de la Soumida (H. 25, L. 65), aux maisons et aux arbres minuscules, commen�ant � la fin d'un pont qui r�unit les deux rives, et o� se voit dans le haut du ciel un imperceptible cerf-volant. Et sans doute il existe d'autres, bien d'autres de ces feuilles de passages s�par�es, que peut-�tre la publicit� donn�e au nom d'Hokousa� fera retrouver au Japon ou ailleurs. Pour ma part je poss�de seize de ces paysages en largeur, r�unis en un album qui porte sur la couverture le titre �crit � la main: _T�to Meisho sh�_, COLLECTION DES ENDROITS C�L�BRES DE Y�DO, ILLUSTR�S PAR DES PO�SIES: seize feuilles au tirage le plus rapproch� des sourimonos et qui ont d� �tre publi�s � la fin du dernier si�cle, ou au commencement de celui-ci. 1. Le coucher du soleil sur la mer � l'embouchure de la Soumida. 2. Dans la campagne, un grand cercle en paille entre deux bambous, un cercle sacr� o� un pr�tre fait passer les enfants d'apr�s la croyance que ce passage �vite aux enfants les �pid�mies.

3. Un coup de vent for�ant deux femmes � ramener sur elles leurs robes enroul�es dans un enveloppement plein de gr�ce. 4. Admiration de Japonais et de Japonaises devant les pruniers en fleurs de l'autre c�t� de la Soumida. 5. Terrasse de Ouy�no o� un enfant laisse tomber des feuilles de papier en bas. 6. Japonais flambant le fond d'un bateau qu'il vient de construire. 7. Promenade de trois femmes de la soci�t� suivies d'un serviteur au bord de la Soumida. 8. Le grand sapin sacr� du temple de Mi�k�n � Yanaghishima, entour� de paille. 9. Terrasse du temple d'Inari � Mim�gouri, o� un Japonais porte sur ses �paules son petit gar�on. 10. Maison de paysan � S�kiya, un endroit renomm� pour la quantit� de ses lucioles que les Japonais s'amusent � enfermer dans une petite cage de soie. 11. Deux femmes, suivies d'un serviteur porteur d'une plante et de deux bouteilles de sak�, se promenant au bord de la Soumida, en vue d'un grand bateau d'o� un homme puise de l'eau avec un seau. 12. Jardinier arrosant des l�gumes � Ayas�, pr�s d'un petit pont sur lequel s�chent des bottes de paille de riz. 13. Une femme apportant une tasse de th� � un Japonais, jouissant � l'endroit, appel� autrefois Mattiyama, de la belle vue de la rivi�re. 14. Une barque o� sont embarqu�es deux Japonaises. 15. Effet de neige � Moum�waka. 16. Et la promenade se termine, comme pas mal de promenades de Hokousa�, par la descente de deux Japonais dans une �Maison Verte� du Yoshiwara. Parmi d'autres impressions de collections parisiennes. Une promenade dans le Yoshiwara. Une vue de l'entr�e d'un th��tre, avec les t�tes de la foule d'hommes et de femmes rassembl�s pour entendre le boniment des acteurs sur l'estrade. Des teinturi�res, cette composition de deux femmes coup�es par une bande d'�toffe, qui a tent� successivement Outamaro, Toyokouni. Des b�cheronnes, la t�te charg�e de fagots. Une s�rie de caricatures amusantes par le changement de place du nez, de la bouche, des yeux.

Une s�rie de SIX PO�TES, s�rie de six feuilles, avec le portrait du po�te accompagn� d'un paysage ou d'une fleur. Imagerie un peu vulgaire. Une repr�sentation d'un th��tre chantant o� les acteurs ne font que les gestes et o� les paroles sont dites par des r�citateurs aux bouches immenses. Une planche de trois musiciennes, l'une jouant du _koto_, l'autre du _schamis�n_, la derni�re du _kok�_ (esp�ce de violon). Une planche d'une femme passant en barque sous un pont. Une planche d'une femme se promenant sur un boeuf, dans la province de Y�noshima. Deux planches d'hommes et de femmes, la mar�e retir�e, p�chant avec des paniers le poisson rest� dans les anfractuosit�s de la plage. Une planche repr�sentant la r�union des six po�tes sur une terrasse. La plantation du riz. La cueillette du th�. Une charmante impression est une impression o� un amoureux joue de la fl�te � la porte d'une habitation, et o� l'on voit une servante, envoy�e par sa ma�tresse qui l'entend de son balcon, traverser le jardin et lui ouvrir la porte.

XIII En 1800 Hokousa� publie encore un petit livre jaune, avec son titre bien japonais, _Kamado Sh�goun_, LA TACTIQUE DU G�N�RAL FOURNEAU, un petit livre dont les dessins et le texte sont fournis par le peintre. Il est curieux, ce petit livre, par la figuration de l'auteur pr�sentant son livre � l'�diteur, agenouill�, les deux mains pos�es � terre dans une attitude de supplication, curieux par la modestie de la pr�face de l'�crivain-dessinateur. Voici � peu pr�s la pr�face de ce volume, qui va �tre un des derniers volumes dont Hokousa� �crira le texte: Je viens de faire un travail maladroit, si cependant, apr�s examen, �a faisait votre affaire? Et comme je ne suis pas habitu� � �crire, pour les passages non r�ussis, faites-les retoucher par le ma�tre Bakin. Or, si j'ai la chance d'avoir le moindre succ�s cette ann�e, je travaillerai mieux l'ann�e prochaine. Maintenant si l'on veut avoir une id�e de la litt�rature du peintre, voici un bout de traduction du livre jaune: Dans une lointaine province de l'Ouest, il y avait un grand seigneur, nomm� �le grand coeur�, ayant un revenu d'un million de tonnes de riz.

On le surnomma Dadara Da�jin, le Seigneur D�sordonn�, comme grand amateur de volupt�s et fort buveur de sak�. Et, non content du plaisir de la chasse dans les montagnes, de la p�che dans la mer, il s'amusait � faire nager les gens avec de lourdes pierres attach�es � leurs corps, ou � les faire courir, pieds nus, sur la glace; et le monde de son entourage, il voulait qu'il f�t habill� de chaude ouate, en �t�, et de toile claire, en hiver. Enfin il aurait fallu, pour la distraction de ce seigneur, que les poules chantassent et les roues tournassent de c�t�. C'est dire que l'argent et l'or �taient entre ses mains, comme l'eau de la rivi�re. Or, il se trouvait dans la province voisine un autre seigneur appel� �l'Eau de riz�, habitant le ch�teau des Cr�anciers... Mais ici, le traducteur s'est arr�t�, d�clarant que le texte, se composant, d'un bout � l'autre, de jeux de mots et d'allusions seulement compr�hensibles pour des Japonais, est intraduisible en fran�ais.

XIV La m�me ann�e, en 1800, Hokousa� illustre les trois volumes de _Soumida gawa Ri�gan itiran_, COUP D'OEIL SUR LES DEUX RIVES DE LA SOUMIDA, un panorama des deux rives pouvant se d�plier. Dans le premier volume, c'est � Takanava la vue de la baie o� l'on voit contre le vieux mur des fortifications de Y�do, � la porte d'une maison de th� improvis�e sous des nattes attach�es � des bambous, une _mousm�_ invitant les passants � se rafra�chir. Puis, en remontant la rivi�re, en face de l'�le de Tsoukoudajima, ce sont des enfants enlevant un cerf-volant pr�s d'un porteur de ballots de ouate, de cette ouate dont la mari�e se voile le visage dans les c�r�monies du mariage. A Ohhashi, une femme, � demi couch�e sur un grand banc, prend le frais avec ses enfants. Dans le second volume, voici le pont de Ri�gokou, qui joint les deux rives de la Soumida, et que traverse une foule compacte au-dessus de laquelle s'�l�vent les lances de l'escorte d'un da�mio. Plus loin, � Shubino Matzou, d'�l�gantes femmes en bateau p�chent � la ligne, avec des hame�ons en forme de tridents. A Ohkavabashi, un saltimbanque fait des tours de force devant des enfants. Dans le troisi�me volume, c'est la toiture �lanc�e du temple d'Asakousa dans une nu�e volante de corbeaux. Plus loin, toujours en remontant la rivi�re, nous sommes sur la colline Mattiyama d'o� l'on d�couvre la campagne paysanne et mara�ch�re de Katsoushika. Enfin nous voil� � Invinado, le quartier de la tuile et de la c�ramique. L�, nous abandonnons la Soumida, et Hokousa� nous m�ne � l'entr�e du Yoshiwara et nous prom�ne devant les maisons aux grilles de bois, et dans les rues tout �gay�es de la musique des fl�tes et des tambourins, la veille du Jour de l'An. Car ce spectacle des deux rives de la Soumida, Hokousa� le commence au printemps d'une ann�e et l'ach�ve � la fin de cette ann�e.

XV En 1801 Hokousa�, qui quitte la signature Shunr� pour prendre la signature Goummate�, publie: UN T�NGOU TOMB� DU HAUT DE SON NEZ DANS LE MONDE B�TE D'ICI-BAS, un petit livre fantaisiste dont le texte est de Jakouse�. C'est l'histoire d'un de ces esprits a�riens, de ces g�nies bons ou mauvais � l'interminable nez pointu, aux ailes de chauve-souris, si souvent repr�sent�s dans les albums japonais. Du haut du ciel, un T�ngou aper�oit une Japonaise, en devient amoureux, descend sur la terre et, tant bien que mal dissimulant son nez sous l'envol�e d'un cache-nez, file le parfait amour avec elle, est r�duit � vendre ses ailes � un marchand de plumes pour subvenir aux caprices de la femme, enfin tout � fait ruin� devient un vendeur de _sarasins_ (de p�tes en forme de macaronis et de nouilles), tombe malade, a la vision, en un r�ve, d'un acteur repr�sent� dans un kak�mono, qui a un nez comme les T�ngou, obtient qu'il le soigne, le m�dicamente, lui fasse revenir le pouvoir myst�rieux qu'il avait autrefois comme T�ngou et qu'il a perdu dans le commerce de la courtisane, retourne enfin chez les T�ngous, inquiets de sa disparition et qui lui ont d�p�ch� un messager pour le ramener. Et la derni�re planche le repr�sente �crivant les M�moires de sa vie sur la terre. La m�me ann�e para�t le _Onna Sanj� rokkas�n_, LES TRENTE-SIX PO�TESSES, illustr� par Yeishi: un album renfermant peut-�tre les plus originales impressions en couleur existant dans les livres japonais, et au milieu d'une calligraphie jet�e sur des esp�ces de nuages teint�s des nuances du ciel, de l'aube au coucher du soleil. Et Hokousa� peint, en t�te de l'album, une promenade de personnages de la cour dans la campagne. La m�me ann�e para�t encore _Hitori Hokkou_, CHACUN UNE PENS�E, deux volumes contenant, en leurs cent pages et leurs cinquante dessins, de la litt�rature et des croquis de presque tous les lettr�s et les artistes du temps. Hokousa� n'a qu'un croquis, mais un croquis merveilleux: une oie sauvage, volant la t�te en bas, une aile repli�e, une aile �ploy�e, les pattes rebrouss�es sur le ventre. C'est, pour ainsi dire, un instantan� dont le clich� a �t� gard� au fond d'une m�moire.

XVI Hokousa� publie, en 1802, _Isosouzou-gawa Ki�ka-Gourouma_. CINQUANTE PO�TES MODERNES, album en couleur sign� _Hokousa� Tokimasa_, o� l'artiste a donn� � ces po�tes modernes un caract�re ancien, les a comme travestis dans un carnaval archa�que. Une jolie planche est la premi�re o� les danseuses vierges d'un temple sintho�ste tournent autour d'un petit simulacre de tor�-i, avec leurs couronnes en m�tal dor� aux boules de cristal, et ayant en main des grelots, des branches de pin, de petits

b�tons blancs travers�s de papier portant des pri�res. La m�me ann�e Hokousa� publie le _Y�hon Tch�shin goura_, MAGASIN DES FID�LES VASSAUX, une suite de sc�nes de l'histoire des 47 ronins, tir�es de la pi�ce jou�e un an apr�s l'�v�nement. Ce sont deux petits volumes en couleur, d'une ex�cution assez peu soign�e, sign�s _Hokousa� Tokimasa_, ajoutant des �pisodes peu connus aux �pisodes connus. Ainsi la premi�re planche vous donne la raison de la haine secr�te entre le da�mio Takoumi no Kami et K�zouk� le ma�tre de l'�tiquette pr�s du sh�goun. Takoumi no Kami avait la garde d'un casque port� par l'a�eul du sh�goun vivant, et une planche montre la femme du da�mio le montrant dans une caisse � K�zouk�, envoy� pour l'inspecter. Dans cette entrevue K�zouk� devenait amoureux de la femme, �crivait une d�claration qu'elle traitait avec le m�pris d'une honn�te femme. De l� sans doute la raison qui faisait mettre le sabre � la main � Takoumi no Kami contre K�zouk�, dans le palais du sh�goun. Le bruit a couru au Japon que Hokousa� n'aimait pas � dessiner les �pisodes de l'histoire des 47 ronins parce qu'il �tait un descendant d'un vassal de K�zouk�, mais il n'en est rien: Hokousa� ayant dessin� un grand nombre de sc�nes de cette dramatique histoire[13]. [Note 13: En effet nous avons une s�rie en largeur, publi�e, vers 1798, sign�e Kak�, puis deux s�ries en hauteur chacune de 12 feuilles en couleur, portant toutes deux le m�me titre _Tch�shin-goura_, LE MAGASIN DES VASSAUX FID�LES, une s�rie de 11 feuilles en largeur.] La m�me ann�e, sous le titre de _Itakoboushi_, le nom d'une chanson � la mode dans ce temps, Hokousa� illustre deux volumes consacr�s � la femme japonaise et la montrant saisie sur le vif, dans tous les abandonnements de ses poses et les coquets accroupissements de son �tre quand une pens�e amoureuse l'occupe. La s�rie commence par une planche vous donnant � voir une jeune femme pench�e sur un papier qu'elle d�roule et sur lequel elle va �crire une lettre avec le pinceau dont elle tient le bout dans sa bouche. Suivent d'autres femmes, l'une arrangeant sa chevelure avec ce gracieux mouvement o� la t�te est de face et o� les deux bras disposent la coiffure sur le c�t�; une autre, �tendue � terre, une main sous le menton, lit un roman d'amour pendant qu'un enfant lui grimpe sur le dos; une derni�re, dans un affaissement d�sol�, pleure sur le retard d'un amoureux qu'on aper�oit au bas de l'escalier. Et des attitudes de recueillement amoureux, et des causeries sur l'amour, entre deux femmes pench�es en dehors d'un balcon sur des arbustes en fleurs, et encore des confidences d'amie � amie o�, �tendues tout de leur long � terre, l'une contre l'autre, deux autres femmes r�fl�chissent, un moment silencieuses: l'une d'elles, dans sa pr�occupation, jouant avec un bout de fil. Mais l'une des compositions les plus intimement charmantes est celle-ci: pr�s d'une lanterne encore allum�e, qui a d� servir � la reconduite de quelqu'un, c'est le ramassement � la fois heureux et accabl� de la femme que vient de quitter son amant. La m�me ann�e para�t encore un volume de po�sies, sans titre, illustr� par Hokousa� d'une seule planche, mais d'une planche qui est une petite merveille et qui n'est qu'une branche de prunier fleuri passant sur l'argent oxyd� d'une pleine lune.

XVII En 1803, au commencement de l'ann�e, c'est encore un que publie Hokousa�, et qui a pour titre: _Boutch�h� LA CUISINE IMPROVIS�E, une histoire de m�nage �dit�e le peintre fournit encore une fois et l'illustration pr�face, que voici:

petit livre jaune Sokous�ki-riori_, en 3 volumes dont et le texte et la

Cette ann�e, vous avez bien voulu me commander un livre, mais vous savez bien que je ne suis pas habile, et �a n'a pas march�, d'autant plus que vous m'avez press�. J'ai commenc� par le dessin et, seulement apr�s, j'ai �crit le texte, ce qui pourrait bien avoir amen� du d�cousu dans certaines parties du livre. Toutefois, si vous trouvez l'ouvrage pr�sentable au public, je vous serais oblig� de le faire graver. Le volume est curieux, parce qu'il traite d'une mani�re fantaisiste des choses de la cuisine: Du riz.--Des soupes.--Des sak�s.--Du th� et des g�teaux.--Des l�gumes frais.--Des l�gumes secs.--Des crustac�s.--Des oeufs.--Des plats au vinaigre.--Des r�tis.--Des bouillis.--Des poissons grill�s.--Des sarasin, macaroni, vermicelle. Il est aussi question de choses qu'on ne mange pas en France, de pommes de caladium, de s�same br�l�, d'aubergine sal�e, d'ignames, de pieuvre, de b�che de mer, d'algues, de pousses de bambou, de racines de lotus. Et voil� le morceau humoristique jet� par Hokousa� en t�te du chapitre du sak�: S'il y a le moraliste qui dit qu'� la premi�re coupe c'est l'homme qui boit le sak�, qu'� la seconde coupe c'est le sak� qui boit le sak�, qu'� la troisi�me coupe c'est le sak� qui boit l'homme, il en est d'autres moins s�v�res qui d�clarent qu'il n'y a pas de limite pour boire du sak� tant que �a n'am�ne pas du d�sordre. C'est ainsi que nous avons les gens qui avalent une grande quantit� de sak� pour se vanter de leur capacit�, aussi bien que nous avons les gens qui se retiennent, pour vanter leur mod�ration et proclamer qu'une petite quantit� de sak� est le meilleur des m�dicaments. Et nous avons les gens qui succombent tout de suite, et les gens qui se grisent ind�finiment. Au fond, la limite est le mal de coeur, aussi bien pour les grands buveurs que pour les ap�tres de la mod�ration. L'�quilibre du buveur qui tient debout, le ventre vide de sak� n'est-ce pas l'inverse de l'�quilibre de la bouteille toute droite quand elle est pleine, et qui chute � terre quand elle est vide? Puis Hokousa� d�crit les diff�rentes qualit�s des boissons ferment�es, depuis l'esprit d'alcool qui br�le, jusqu'au _mirin_ qui est doux comme du muscat. La m�me ann�e Hokousa� publie sous la signature de _Tokitar� Kak�_ L'INVENTAIRE DES MENSONGES, _Mouna-zany� Ousono Tana-oroshi_, un livre ironique o� le texte et l'illustration, qui sont tous deux encore du peintre, semblent se moquer des affirmations math�matiques et qui

pourraient bien �tre exag�r�es et aller au del� de la v�rit�, dans l'arpentage d'un champ, le mesurage d'un arbre, le pesage d'un �l�phant. Et cela sous une forme blagueuse dont voici un �chantillon, � propos d'une planche toute noire de rats: �Il est �tabli qu'un m�nage de rats met au monde douze rats dans un mois, et au bout du douzi�me mois, chaque couple produisant 12 rats, il en existe 908, et la naissance continuant dans la m�me proportion, on arrive � la fin de la seconde ann�e, au chiffre colossal de 27.682.574.402. Enfin, la m�me ann�e, Hokousa� illustre encore _Ada-d�hon Tsoushin-mouda_, ALLUSION � LA PI�CE DES 47 RONINS. Deux volumes contenant de petits bois sans importance.

XVIII En 1804 para�t une publication importante d'Hokousa�, trois volumes aux images en couleur portant le titre de _Yama mata yama_, MONTAGNES ET MONTAGNES (paysages), qui sont une suite de vues prises autour de la baie de Y�do et qu'annonce ainsi la pr�face: �Ceux qui ont rendu la beaut� de ces paysages en peinture ou en po�sie sont le dessinateur Hokousa� et le po�te Ta�gu�ntei.� La premi�re planche du premier volume repr�sente la colline du temple Hatiman d'Ityaga, et l'on y voit deux femmes avec un enfant porteur d'un cerf-volant sur son dos, au moment de passer sous un tori-�: une de ces portes � jour � l'entr�e d'un temple sintho�ste. La seconde planche est une vue du quartier Horino-outi, que traverse une femme port�e dans un kago sur le toit duquel est une branche d'arbuste en fleurs; puis c'est � Ohji, devant une maison de th�, des hommes en train de laver des plateaux � une fontaine; puis � Asouka, c'est un porteur d'un barillet de sak� en compagnie d'un camarade, dont la titubation d'ivrognes fait sourire deux femmes; puis � Hongo, c'est un balayeur grotesque balayant le chemin que prennent deux promeneuses. Et c'est sur la colline de Takata, d'o� l'on voit le Fouzi-yama, trois femmes de la soci�t�, reconnaissables au rouleau de soie qui entoure leur chevelure, faisant collation aupr�s d'un arbre dans l'entre-deux des branches duquel est pos� un t�lescope dirig� vers la montagne; et c'est dans la chute d'eau de Dondo, nomm� ainsi � cause du bruit, des gens p�chant avec des charpagnes. Et c'est � Y�dogawa, endroit c�l�bre par sa fra�cheur et d'o� vient dans un conduit l'eau excellente baptis�e _eau pour le th�_, des p�cheurs dans leurs barques. Le second volume nous montre dans une planche des hommes et des femmes que surprend une pluie d'orage � Ohkido, contre l'enceinte de la fortification du sh�goun, et leurs attitudes comiques ou gracieuses pour s'en d�fendre; dans une autre planche, des jeunes femmes sur une terrasse d'Atago, en contemplation du vert paysage qu'elles ont sous leurs pieds; dans une autre planche � Shinjikou, un homme, le jour de la f�te des �toiles, attachant des lanternes et des papiers de couleur � un bambou; dans une autre planche � Foukagawa, une femme qui ach�te, � un marchand d'oiseaux et de poissons vivants, un oiseau qu'elle emporte dans une cage.

Nous trouvons dans le troisi�me volume une vue de la statue en pierre de Ni� et l'entr�e du temple � Z�shigaya; une vue de la terrasse du temple � Akasaka o� sont des femmes et des enfants; une vue d'un paysage o� un homme souffle devant des promeneurs des caramels pour les enfants, en forme d'oiseaux, de th�i�res; une vue en pleine neige de Koudan, o� une Japonaise est si joliment encapuchonn�e de noir; une vue d'Asouka, o� un Japonais est en train de tirer, sur une feuille de papier �tendue sur l'inscription d'un monument comm�moratif d'un artiste ou d'un lettr� (s�kihi), une �preuve de cette inscription dont une autre �preuve est tenue, s�chant devant elle, par une femme. La femme qui peuple les promenades de ces trois livres, c'est la femme tr�s reconnaissable que dessine l'artiste vers ses quarante ans, la gracieuse petite femme longuette, au haut �chafaudage de la chevelure travers�e d'�pingles, aux traits mignons rendus par trois points pour les yeux et la bouche et trois petites lignes pour le nez et les sourcils, � l'ampleur des manches et de la ceinture, au placage contre le ventre et les cuisses de la jupe �troite, s'�vasant et se r�pandant en vagues � ses pieds: un type de femme �l�gant, fluet, gentillet, mais un peu mi�vre. La m�me ann�e Hokousa� illustre encore _Misoka Tsouzoura_, LE PANIER � PAPIER, un petit album de la plus grande raret�, contenant des pens�es, des r�flexions de Hokousa�. Une jolie planche, dans ces colorations d�lav�es des impressions de ce temps, est une planche o� se voient deux jeunes Japonaises jouant avec une souris blanche.

XIX Fantasque comme tous les grands artistes, Hokousa� avait parfois l'humeur pas commode et trouvait un malin plaisir � se montrer d�sagr�able aux gens qui ne lui t�moignaient pas la d�f�rence qui lui semblait due ou dont l'aspect lui �tait tout bonnement antipathique. Onoy� Ba�k�, un grand acteur des premi�res ann�es du si�cle, reconnaissant le talent tout particulier de Hokousa� pour inventer des revenants, avait l'id�e de s'adresser � l'imagination du peintre pour qu'il lui dessin�t un �tre de l'autre monde devant servir � la figuration d'une sc�ne dans son th��tre. Et l'acteur invitait le peintre � venir le voir, ce que se gardait bien de faire Hokousa�. Alors l'acteur se d�cidait � lui faire visite mais, trouvant l'atelier d'une salet� telle qu'il n'osait s'asseoir � terre, il faisait apporter sa couverture de voyage sur laquelle il saluait Hokousa�. Mais le peintre froiss� ne se retournait pas, continuait � dessiner, et l'illustre Ba�k�, tout � fait m�content, se retirait. Toutefois il tenait tant � son dessin qu'il avait, un jour, la faiblesse de faire des excuses � Hokousa� pour l'obtenir. Vers la m�me �poque Hokousa� recevait la visite d'un fournisseur du Sh�goun qui venait lui demander un dessin. On ne sait ce qui d�plut du visiteur � Hokousa�, mais on sait que, dans ce moment, le peintre �tait � prendre, en plein soleil, des poux sur sa robe, et qu'il jeta brutalement au visiteur qu'il �tait tr�s occup� et qu'il ne pouvait �tre � lui. Le visiteur se r�signant � attendre la fin de la chasse d'Hokousa�, il

obtenait le dessin qu'il d�sirait. Mais le visiteur avait � peine pass� la porte que Hokousa�, courant apr�s lui, lui criait d'une voix railleuse: �_Ne manquez pas, si l'on vous demande comment est mon atelier, de dire qu'il est tr�s beau! tr�s propre_[14]!� [Note 14: Biographie d'Hokousa� Katsoushika Hokousa� d�n. par I-ijima Hanjur�.]

XX Le roman japonais est toujours un roman d'aventures,--d'aventures tragiques, le plus souvent amen�es par la vengeance ou la jalousie, les deux mobiles du roman de l'Empire du Lever du Soleil. De l�, presque � chaque page, des batteries, des assassinats, des sc�nes de torture, des suicides, des _hara-kiri_ (ouvertures de ventre), des expositions de t�tes coup�es: �pisodes m�l�s, dans le roman historique, aux tueries universelles de la lutte des Ta�ra et de Minamoto, pr�tant � un dessinateur de la vie en action la bonne fortune de faire, dans une illustration, de beaux dessins mouvement�s de la Guerre et du Crime. C'est dire, n'est-ce pas, que l'illustration de tels romans devait tenter Hokousa�, qui s'y absorbe presque tout entier, en 1805, 1806, 1807, etc., et lui donne, pendant pr�s de vingt ans, les plus longues heures de son travail quotidien. Puis, pour Hokousa�, il y avait encore une autre s�duction dans cette illustration. Le Japon est amoureux du surnaturel, et ses romans sont pleins d'apparitions. Or l'artiste appel� l�-bas _le peintre des fant�mes_, le peintre qui a dessin� ces t�tes des CENT CONTES qui vous laissent dans la m�moire un souvenir d'�pouvante, le peintre auquel les directeurs de th��tres venaient demander des maquettes de visions d'effroi, le peintre pr�s duquel les conf�renciers macabres sollicitaient des figures de mortes, devait aimer � traduire, avec les imaginations de son art, les r�veuses imaginations dans le noir des lettr�s de son pays, et c'est ce qui explique les longues ann�es o� une partie de son talent appartint � l'illustration des romans. En 1805 Hokousa� illustre _Y�hon azouma foutaba nishiki_, LE BROCARD (l'�clat) DES DEUX POUSSES DE LA PLANTE DE L'EST, roman en cinq volumes dont le texte est de Koh�da Sigh�rou et dont l'illustration est, par volume, de six planches doubles. Ce sont deux enfants d'un riche paysan des environs de Y�do, dont l'a�n� est assassin� et que le cadet venge avec l'aide de sa femme et de la veuve de son fr�re. Un dessin plein de mouvement: le dessin de l'assassin passant, dans sa fuite pr�cipit�e, sur le corps d'une femme couch�e qui le reconna�tra. Une foule de p�rip�ties et un tas de comparses prenant part � la fabulation, au bout de laquelle le cadet, � la recherche de l'assassin de son fr�re, arrive � une habitation myst�rieuse o� il retrouve la femme de son a�n�, qui n'a pas c�d� � l'assassin, toute supplici�e, tout attach�e qu'elle est au milieu de cadavres, jet�s la t�te en bas sur le revers

d'une colline et dont les c�tes traversent les chairs pourries de la poitrine, et dont les figures ont les orbites vides des t�tes de mort. Une horrifique planche! Et le roman se termine par un jugement de Dieu, devant un tribunal o�, en champ clos, les deux femmes, soutenues par le cadet, combattent et tuent l'assassin, � la suite de quoi le valeureux fr�re est fait samoura� par un da�mio. L'ann�e suivante, en 1806, Hokousa� illustre un autre roman dont le texte est �galement de Koh�da Shigh�rou, roman publi� en dix volumes, dont les cinq premiers paraissent en 1806 et les cinq autres en 1808. Ce roman, qui a pour titre: _Y�hon Tamano Otiho_, L'�PI DE PERLES TOMB� � TERRE, est l'histoire de Tokou-jumarou, le jeune prince de Nitta, un moment d�poss�d� de ses �tats. Un roman illustr� par nombre de dessins d'un grand int�r�t pour l'histoire des moeurs du Japon, dessins de la r�alit� la plus absolue, entrem�l�s de dessins fantastiques, comme l'apparition d'un esprit � une mari�e, la nuit de ses noces, apparition la faisant accoucher d'un monstre que le mari �trangle; comme l'�trange vision, en un paysage, la nuit, de milliers de renards dans la lumi�re d'un clair de lune: roman dont le d�nouement montre, au milieu d'un noir ciel sillonn� d'�clairs, le prince agenouill� devant la tombe de son p�re, la t�te de son assassin pos�e sur un pr�sentoir. En 1807 Hokousa� illustre _Shin Kasan� gu�datsou monogatari_, LA CONVERSION DE L'ESPRIT DE KASAN�, un roman en cinq volumes, du c�l�bre et populaire romancier Bakin. Bakin, un romancier dont tous les romans ont, comme point de d�part, une l�gende ou un fait historique et qui, dans son ambition de donner pr�s du lecteur un caract�re de v�rit� � ses r�cits, s'est fait un descripteur tr�s fid�le, un g�ographe merveilleux, selon les Japonais, des paysages o� se passe l'action de ses romans;--et la premi�re planche d'Hokousa� offre la vue du village qu'habite Kasan�. Kasan� est une femme laide et mauvaise, tu�e par son mari et dont l'esprit hante la seconde femme de l'assassin: tel est le sujet du roman. Et, dans les images, c'est tout d'abord la femme du pass�, la femme jalouse devenue une religieuse, dont la l�gende a servi � la fabrication du roman, et qui est repr�sent�e pr�s d'un plateau assailli par des vol�es d'oisillons! un symbole de l�-bas pour exprimer le payement des p�ch�s. Le mari assassin, lui, est figur� montrant, au-dessus de sa t�te, un �crit japonais qui se contourne et se termine en un serpent, tandis que sa vilaine femme � la t�te pareille � une calebasse brandit un �cran o� se voit un crapaud. Un dessin des plus spirituels: le p�re de Kasan�, un marchand de marionnettes, qui en a de suspendues tout autour d'un parasol ouvert au-dessus de sa t�te, et tient une esp�ce de pelle o� les mouvements de sa main font danser un pantin aux articulations attach�es � cinq ou six ficelles.

Une planche d'un grand effet est l'assassinat o� la femme, jet�e � l'eau, et se cramponnant des deux mains � la barque, se voit assomm�e par son mari � coups de rame. Une autre planche curieuse montre la seconde femme se tuant par la souffrance qu'elle �prouve de la hantise de la femme assassin�e: et, au moment o� elle meurt, sort d'elle l'esprit qui la hante, sous la forme d'une fum�e surmont�e de la t�te de la laide femme. Et la derni�re planche �tale, dans une grisaille, une vision de l'enfer bouddhique avec un luxe de supplices inimaginable. Dans cette ann�e 1807 Hokousa� illustre _Sou mida gawa Ba�ri� Shinsho_, NOUVEAU LIVRE SUR LE PRUNIER ET LE SAULE DE LA SOUMIDA, un roman en six volumes dont le texte est de Bakin. C'est le roman de deux jeunes fr�res de la noblesse, Matsouwaka et Oum�waka, deux enfants que la m�re, apr�s la mort du prince son mari tu� � la guerre, a fait cacher et, suivant une l�gende du XIIe si�cle, � la recherche desquels elle se met quand il n'y a plus � craindre pour leur vie, et ne trouve que leur tombeau: un roman sentimental qui a eu un grand succ�s au Japon. En t�te de la table des mati�res est repr�sent�, ainsi que c'est l'habitude dans les romans quasi historiques de Bakin, le paysage sur la rive de la Soumida o� se trouvait le tombeau des deux fr�res. Et, dans une planche d'Hokousa�, l'on voit cette m�re, en la recherche de ses enfants, sous la robe d'une mendiante jouant la folie, entour�e d'une troupe d'enfants se moquant de la princesse Hanako devenue m�connaissable, et portant une branche d'arbuste o� est pendu un �ventail sur lequel est �crite une phrase qui doit seulement la faire reconna�tre par ses enfants. Puis, dans une autre planche, on voit la pauvre m�re arriv�e � l'endroit o� est mort son plus jeune fils, avoir la vision, � travers les branches d'un saule, du cher mort, dans une robe lumineuse �clairant le paysage. Dans cette m�me ann�e 1807 Hokousa� illustre _Kataki-outi Ourami Kouzou-no-ha_, LA VENGEANCE DE KOUZOU-NO-HA, un roman en cinq volumes dont le texte est de Bakin. Dans ce roman fabuleux qui se passe au temps de la guerre de Minamoto et des Ta�ra, le guerrier Tadanobou, parti en campagne, a laiss� � la maison une femme et un tout jeune enfant. Pendant la guerre, au moment o� un vieux renard allait �tre tu� d'un coup de fl�che par un de ses compagnons d'armes, Tadanobou l'a sauv� et le renard est rest� reconnaissant au guerrier. Dans ce temps meurt assassin�e la femme de Tadanobou. Or, le vieux renard qui a v�cu mille ans et qui, d'apr�s les croyances de l�-bas, a le pouvoir de se changer en ce qu'il veut, se m�tamorphose en femme et va �lever l'enfant de Tadanobou. Et une planche ing�nieuse d'Hokousa� montre la femme qu'est devenu le renard se regardant dans la rivi�re et se voyant refl�t�e en renard. Puis, au retour du mari, qui trouve son enfant tout �lev�, la femme-renard dispara�t, mais le p�re et le fils vont � sa recherche, et la femme-renard leur appara�t dans une de ces visions, semblables aux visions de Rembrandt, en un coin d'eau-forte � peine mordue, et apprend � l'enfant l'homme qui

a assassin� sa m�re--et que l'enfant tue. Dans cette m�me ann�e 1807 Hokousa� illustre: _Sono-no-Yuki_, LA NEIGE DU JARDIN: un roman de Bakin en six volumes, qui est l'histoire du guerrier Sonob� Yoritsoun� et de la princesse Ousouyuki. Cette illustration, sup�rieure � l'illustration des autres romans publi�s cette ann�e, pourrait faire supposer que les dessins d'Hokousa�, qui ont �t� grav�s en 1807, sont, quelques-uns, de plusieurs ann�es ant�rieurs � cette ann�e et que ces dessins attendaient un �diteur. L'illustration d'Hokousa� d�bute par la repr�sentation d'animaux fantastiques et d'animaux r�els, mais d'une grandeur, d'une puissance, d'une force qui les fait un rien surnaturels. C'est une araign�e gigantesque, une araign�e � la t�te d'une pieuvre, au corps pustuleux d'un crapaud, ayant un chapelet de cr�nes d'hommes autour d'elle, une araign�e montr�e � la lueur de la torche de Yoritsoun� qui a p�n�tr� dans sa caverne; c'est une carpe du format d'un cachalot, soulev�e au-dessus des flots; c'est un tigre chevelu, aux poils en forme de flamme, enchev�tr� dans les replis d'un dragon interminable; c'est un ours aux griffes terribles dans des emmanchements de mastodonte; c'est un aigle, en le vigoureux et tressautant d�ploiement de ses ailes, avant de monter dans les airs:--des animaux qui ont des solidit�s de sculptures de bronze. � c�t� de ces b�tes sorties d'une r�alit� imaginative, des dessins de femmes, tant�t d'une d�licatesse de r�ve, comme cette longue femme dans sa robe blanche, avec le flottement autour d'elle de sa noire chevelure, tant�t d'une originalit� gracieuse, comme ces deux femmes dans un coup de vent qui les courbe presque � terre, avec l'envol�e derri�re elles de leurs cheveux et de leurs robes. Une planche curieuse est un cimeti�re japonais avec ses tombes en pierre et ses longues et hautes planchettes portant �crites des pri�res: cimeti�re o� la princesse et sa suivante sont cach�es sous une tente de papier et qu'envahit une troupe d'hommes arm�s. Et la derni�re planche repr�sente le tra�tre �cartel� par des boeufs, auxquels sont attach�es ses deux jambes. Hokousa� publie encore, en 1807, l'illustration de _Thins�tsou Yumihari Zouki_, LE CROISSANT DE LA LUNE OU LE CONTE DU CAM�LIA, roman de Bakin, en six parties, dont la premi�re et la seconde partie paraissent en 1807, la troisi�me vers 1808, la quatri�me, la cinqui�me et la sixi�me en 1811: ces six s�ries forment vingt-huit volumes. Ce roman est l'histoire de Tam�tomo, un h�ros du XIe si�cle, prenant parti pour un empereur d�poss�d� � la suite d'une r�volte, et qui tente de reprendre le pouvoir. Au fond, ce roman est, comme une s�rie de contes des Mille et une Nuits, une suite de voyages fabuleux dans l'�le de Lieou-Khieou, Formose, les Pescadores, et autres �les de la mer du Japon, par ce Tam�tomo, � l'arc irr�sistible et o� la topographie des endroits est entrem�l�e de toutes les croyances des localit�s et de toutes les l�gendes merveilleuses de ces �les dont quelques-unes passaient pour �tre habit�es seulement par des femmes, et dont l'imagination de l'artiste a peut-�tre donn� une habitante dans cette voluptueuse femme mont�e sur un boeuf, jouant d'une fl�te o� est pos� un oiseau. Et Tam�tomo terrorise et dompte ces populations sauvages,--repr�sent�es par Hokousa� assez semblables aux A�nos couverts de poils,--par la puissance de son arc, avec

lequel il coule un navire, fait sauter un quartier de rocher, et qu'aucun des hommes des contr�es qu'il traverse ne peut tendre. Le roman n'a peur d'aucune invraisemblance: le fils de Tam�tomo tombe malade, le p�re fait fabriquer un immense cerf-volant pour le transporter au Japon, tandis que l'empereur d�poss�d�, devenu dans un coup de foudre un T�ngou,--un de ces g�nies du bien et du mal, si accr�dit�s au Japon, un de ces g�nies au nez en vrille,--et qu'on voit tenir un conseil de guerre avec des g�n�raux qui sont tous des T�ngous, sauve par leur entremise Tam�tomo d'un naufrage; et l'on voit � la fin Tam�tomo dans une apoth�ose, entour� de flammes sur son cheval qui prend feu. Et ce roman fabuleux, o� se trouve un m�li-m�lo de g�ographie exacte et de r�cits impossibles, et de planches dignes d'une icthyologie s�rieuse � c�t� de sir�nes, finit par une interminable g�n�alogie de Tam�tomo dont les rois de l'�le de Lieou-Khieou seraient des descendants. Toujours en cette ann�e 1807, Hokousa� publie l'illustration des cinq premi�res s�ries du _Shimp�n Souikuo Gwad�n_, NOUVEAU COMMENTAIRE ILLUSTR� DE SOUIKO: un roman historique chinois, �crit sous la dynastie des Song par S�ta�-an, et pr�sent� au public japonais dans une traduction arrang�e par Bakin et Ranzan, publi�e en neuf suites de dix volumes, dont la sixi�me, la septi�me, la huiti�me n'ont vu le jour, apr�s un intervalle de trente ans, qu'en 1838 et ann�es suivantes;--ces neuf s�ries composant un roman de quatre-vingt-dix volumes dont Ranzan a �crit quatre-vingts volumes. L'illustration de ce roman c�l�brant les exploits guerriers de cent huit h�ros chinois, qui meurent tous l'un apr�s l'autre, et qui n'est qu'une suite de duels mortels, de combats, de batailles, d�bute par la portraiture effrayante de neuf de ces h�ros, portraiture suivie du renversement d'un monument sacr� d'o� sortent, comme d'une �ruption de volcan, toutes les dissensions et les guerres de ces ann�es. En m�me temps que le roman est une glorification de ces cent huit h�ros, c'est d�j� un pamphlet contre la corruption gouvernementale de la Chine de ce temps, et un pr�tre, qui revient dans toutes les pages, une barre de fer � la main comme b�ton, appara�t comme le grand justicier de cette �pop�e. Une des planches de l'illustration qui a une r�putation au Japon, et dont les artistes s'entretiennent comme d'un tour de force, est la composition o� l'artiste repr�sente ce pr�tre poursuivant un fonctionnaire pr�varicateur qui s'est jet� sur un cheval que, dans sa terreur de la barre de fer, il n'a pas vu attach�, et dont l'effort impuissant pour prendre le galop a fourni le G�ricault le plus mouvement� qui soit. C'est aussi, dans cette pile de livres, un �tonnement, m�me pour les Chinois de trouver une Chine si exactement rendue avec ses costumes, ses types, ses habitations, ses paysages, chez un artiste qui ne l'a pas vue et qui a eu � sa disposition d'assez pauvres �l�ments de reconstitution du pays. Et tout le temps, dans ces trois premi�res s�ries de puissants dessins, comme le dessin du guerrier Boush� �tranglant un tigre, d'une grandeur telle qu'on le voit port� par plus de vingt hommes dans une autre planche; le dessin du m�me guerrier jetant par-dessus sa t�te un colosse � terre, dont la chute forme la courbe d'un corps bris�, d�j� mort; le dessin du m�me guerrier, deux t�tes coup�es � c�t� de lui, et �crivant sur un mur, avec le sang de ces t�tes, que c'est lui qui a tu� ces malfaiteurs.

Un dessin, d'un caract�re indicible, montre un assassin, vu de dos, une main tenant son sabre pr�t � frapper derri�re lui, son autre main serrant � la gorge sa victime, un dessin o� il n'y a d'ombr� que ses cheveux et o� le reste de l'assassin est dans la lumi�re d'un croquis esquiss� seulement avec des traits. Un autre dessin, d'une gr�ce douloureuse, est une sc�ne de torture repr�sentant une femme suspendue en l'air, les bras attach�s derri�re le dos, sa t�te tomb�e de c�t� contre une de ses hanches, ses pieds dans le vide cherchant la terre. Dans ces s�ries, Hokousa� tente--et je crois l� seulement,--de tirer un parti pittoresque, dans ces compositions, de l'escalier, de l'escalier ext�rieur des habitations chinoises et japonaises, tente de repr�senter des sc�nes d'int�rieur coup�es par la mont�e ou la descente au premier plan d'un homme ou d'une femme dans un de ces escaliers a�riens,--et c'est vraiment d'un tr�s joli effet. Dans la quatri�me s�rie, apr�s un dessin repr�sentant un m�decin pansant la blessure faite dans le corps du guerrier Li� par une fl�che qu'il vient de retirer et qu'il tient dans sa bouche, c'est une suite de violents, de col�res, d'homicides dessins. Ici c'est un guerrier qui tombe avec son cheval dans un pr�cipice, le cheval cabr� dans le vide du trou noir sans fond, un dessin o� il y a la _furia_ d'un croquis de Dor� r�ussi; l� c'est l'hercul�enne cavali�re Itij�sei faisant un prisonnier qu'elle immobilise emprisonn� dans son _lasso_; plus loin, un homme qu'un guerrier d�capite d'un coup de sabre, et dont le tronc s'affaisse, pendant que sa t�te, projet�e en l'air, retombe d'un c�t�, son chapeau de l'autre. L'amusant, chez Hokousa�, c'est la vari�t� des sujets. Au milieu de ces f�roces �pisodes de la guerre, voici tout � coup, dans la sixi�me s�rie, un palais f�erique au haut d'un rocher auquel on arrive par des ponts, des escaliers, une mont�e d'un pittoresque charmant: palais n� dans l'imagination du peintre au fond de son atelier. Et, � c�t� de cette architecture po�tique, des dessins d'un naturel, comme cet homme qui dort la t�te sur une table, visit� par un r�ve paradisiaque; comme cette soci�t� sur un pic de montagne, saluant le lever du soleil, les robes et les cheveux flottants et soulev�s derri�re eux par l'air du matin. Et, jusqu'au bout, jusqu'� la fin de la neuvi�me s�rie, toujours des images diff�rentes ne se r�p�tant pas. C'est la danse d'une femme au moment o�, apr�s s'�tre inclin�e, elle se rel�ve avec cette flexibilit� des reins qu'Hokousa� sait si bien rendre, les bras �tendus, la t�te amoureusement renvers�e en arri�re; c'est la vue d'un vaisseau de guerre japonais avec son architecture de pagode; c'est l'incendie d'un convoi militaire de vivres; c'est enfin une des derni�res planches o�, dans une nuit �clair�e par une lune qui rend les vagues toutes blanchissantes, sur une barque que fait avancer un marinier, pench� sur un long bambou, Rosh�n, un des cent huit victorieux, boit une coupe de sak� que lui verse une �l�gante femme, et la l�gende de la gravure est celle-ci: _Rosh�n buvant sous la belle lune dans la rivi�re de Wa�_. L'illustration de ce roman en quatre-vingt-dix volumes est en g�n�ral de trois images doubles par volume, ce qui fait avec les frontispices, pour l'ouvrage entier, pr�s de trois cents estampes. Une autre publication a �t� faite d'estampes se rapportant � l'illustration de Souiko par Hokousa�, mais d'estampes diff�rentes de

celles du roman, �dit�es en 1829 sous le titre: _Y�hon Souikod�n_, ILLUSTRATION DES PERSONNAGES DE SOUIKOD�N. Nous y retrouvons le pr�tre � la barre de fer, Rotishin, le tueur de tigre, Boush�, et Itij�sei la femme forte, � c�t� de Kiumonir� Shishin, l'homme au corps enti�rement tatou� de dragons, et de Ros�nsho, ce mortel qui avait le pouvoir de produire des orages pour terrifier l'ennemi;--tous deux faisant partie des cent huit h�ros de l'�pop�e chinoise. En 1808, Hokousa� illustre _Y�riakou Onna Ki�koun_, L'�DUCATION D'UNE FEMME H�RO�QUE, un roman �crit par Ikkou sur une l�gende du XVe si�cle, racontant ce qui s'est pass�, dans le temps, au ch�teau du da�mi� Kitabatak�, o� l'une des planches vous montre une femme s'exer�ant au maniement du sabre. La m�me ann�e 1808 Hokousa� illustre _Kataki-onti Miyorino Mi�g�_, LA GLOIRE D'UNE VENGEANCE. Un roman du romancier Bakin, un roman en six volumes tr�s charg� d'incidents, o� il est question d'une m�chante femme repr�sent�e dans un beau dessin, un sabre dans les dents, des malheurs d'un gar�on de marchand de sak�, d'une femme poss�d�e par un esprit, d'un papier vol� � un samoura� assassin�, d'une fille sauv�e par le fils de l'assassin des mains de la m�chante femme, de tueries nombreuses, de la retrouvaille du papier rapport� au prince, et du mariage du jeune homme avec la jeune fille qu'il a d�livr�e. En 1808 Hokousa� publie l'illustration de _Shimoyo-no-Hoshi_, LES �TOILES D'UNE NUIT, O� IL G�LE, un roman de Tan�hiko en cinq volumes. La jalousie de la femme est un des sujets le plus souvent trait�s par le roman japonais, et il s'agit encore--comme dans le roman de la CONVERSION DE L'ESPRIT DE KASAN�, de Bakin,--de la jalousie d'une femme contre une rivale et de son assassinat par son mari. La pr�face de Tan�hiko est grav�e sur un �ventail blanc jet� sur une page noire: l'imagination de Hokousa� trouvant � tout un ing�nieux motif d'ornementation et, dans un autre roman, mettant la table des mati�res contre un cadre attach� sur un treillage de bambous tout garnis de feuillages et de fleurs. C'est donc, comme premi�re planche, Osawa, la femme jalouse, qui se regarde dans un miroir, en un mouvement de retraite du corps en arri�re, les cheveux envol�s d'o� tombent son peigne et ses �pingles, et sa ceinture aux fleurs de glycine se tordant autour d'elle comme la vraie image d'un serpent,--qui se regarde, effray�e de la laideur future que la jalousie va apporter � sa figure et qu'elle voit d'avance. Puis une autre figuration de la jalousie de cette femme, sous la forme d'un monstre �chevel�, un enfant attach� la t�te en bas sur son dos, dont les deux pieds passant dans ses cheveux �bouriff�s lui font deux cornes de diablesse, tandis que ses paroles de col�re, � la sortie de sa bouche, se changent en une l�gion de rats et de souris qui se jettent � la gorge de son mari Itoy�. Alors une autre planche, o� le mari a mis � la torture sa femme qu'on voit

battre des pieds dans sa souffrance et qui est apr�s jet�e � l'eau. Cet assassinat est l'occasion d'une composition curieuse o� l'on voit, dans le courant d'une rivi�re, une planche arr�t�e sur laquelle est un fourneau allum� et un coq, d'apr�s une croyance du Japon, qui veut que la planche, ainsi charg�e, s'immobilise l� o� il y a un cadavre sous l'eau. Et l'esprit vengeur de la femme assassin�e p�n�tre sous la forme d'un serpent dans la chambre nuptiale o� se trouve Itoy� avec sa nouvelle et charmante femme Ohana. Mais bient�t, dans un �tat de fureur �trange, il tirera son sabre, que cherche � rabattre Ohana,--elle, n'apercevant pas l'effrayante vision que voit seul son mari. Oh! une terrible vision! une t�te de toute la grandeur de la page, o� sont les traits reconnaissables de la morte, appara�t dans une broussaille de cheveux m�l�s de terre, avec d'inqui�tants yeux de gnome, un nez qui n'est plus qu'un trou nasal, des dents noires aux gencives rong�es par les vers. En 1808 Hokousa� publie l'illustration de _Kana-d�hon Gonitino Bounsh�_, HISTOIRE DES FID�LES VASSAUX APR�S LA VENGEANCE, un roman en cinq volumes, dont le texte est d� � Tansh�r� Y�mba. Un roman dont l'int�r�t artistique est tout entier dans la premi�re composition, repr�sentant les quarante-sept r�nins qui d�posent la t�te de Kira sur le tombeau d'Asano. Le reste du roman a l'air de se rapporter � des incidents de la vie d'Amanoya Rihei, le marchand qui a fourni les armes et les �quipements militaires pour l'attaque du ch�teau fortifi� de Kira. Tout au plus, dans l'illustration, une gravure amusante vous donnant, je ne sais � quel propos, la vue tr�s d�taill�e de la cuisine d'une �Maison Verte�,--tout comme dans les �TOILES D'UNE NUIT O� IL G�LE se rencontre �galement le jardin d'une �Maison Verte�, dans lequel se profile sur le fond une longue galerie au travers de laquelle les femmes de l'int�rieur se voient refl�t�es, sur les ch�ssis de papier, en de caract�ristiques ombres chinoises. En 1808 Hokousa� publie l'illustration d'_Onna-moji Nouy� Monogatari_, L'HISTOIRE DE NOUY� �CRITE EN LETTRES DE FEMMES (en langue vulgaire), roman dont le texte est de Shakou yakoutei et forme cinq volumes. Un roman �crit d'apr�s une l�gende du XIe si�cle et o� l'empereur Toba prend sur une de ses femmes un petit sabre avec lequel il croit qu'elle va l'assassiner. Alors des sc�nes de torture et la mort. Mais la femme est innocente et le sabre a �t� mis dans ses v�tements par une rivale, jalouse d'elle. Le juge qui a prononc� sa condamnation, on le voit se r�veiller d'un cauchemar o� il a �t� visit� par l'esprit de la morte dans une peau de tigre. Est-ce avec la morte une r�surrection du _nouy�_, cet animal fantastique qui a la t�te d'un tigre, le corps d'un taureau, la queue d'un serpent, et qui est tu� dans une image par Yozimasa? La m�me ann�e 1808 Hokousa� publie _Yuriwaka Nozouy� no Taka_, LE FAUCON DE YURIWAKA, un roman en un volume dont le texte est de Mantei-S�sa. Un roman dans lequel le prince Yuriwaka, un prince du XIIe si�cle, met

� mort Beppou, l'ennemi de sa famille, un roman o� se trouve un puissant dessin du faucon qui a donn� son nom au roman, et un caract�ristique dessin de Beppou qui, tomb� � terre, se tient la t�te, se bouche les oreilles sous le sifflement d'une fl�che qui passe au-dessus de lui. Dans ce roman il y a d'�l�gantes planches d'amour entre le prince Yuriwaka et la belle Nad�shiko dans leurs robes fleuries, pour l'homme de fleurs de cerisier, pour la femme de fleurs d'iris, et la gravure, qui traduit dans ce livre les dessins d'Hokousa�, diff�rente, plus pr�cieuse que les autres, a sur le bois des fonds ressemblant � l'aquatinte obtenue sur le cuivre et l'acier. En 1808 Hokousa� publie l'illustration de _Ra�g� Ajari Kwa�so D�n_, LE RAT MONSTRE DU PR�TRE RAIGO; un roman de Bakin se passant au XIIe si�cle, et o� il a introduit la l�gende des rats du pr�tre Ra�g� dans l'histoire de la tentative de vengeance du prince Minamoto Yoshitaka contre Yoritomo: un roman �dit� en huit volumes. Ce sont d'abord deux figurations en pied de ce pr�tre Ra�g�, qui est repr�sent� dans l'une �levant en l'air un rouleau magique, avec des mains qui ressemblent, ainsi que ses pieds, � des pattes griffeuses de rats; dans l'autre, en train d'exercer son pouvoir sur ces animaux destructeurs, entour� de millions, de milliards de rats passant et repassant autour de l'estrade o� il fait ses invocations, agite une sonnette: une planche extraordinaire par le rendu de l'infinie et grouillante multitude, en sa presque effrayante perspective � la cantonade. Et d'autres compositions nous montrent le prince Minamoto Yoshitaka, dans un p�lerinage, faisant la rencontre de Ra�g�, et le pr�tre lui communiquant son pouvoir surnaturel, si bien qu'un jour le prince, poursuivi par un ennemi, fait un appel aux rats dont le flot montant entre eux deux emp�che de l'atteindre. Et une planche vous montre le roi de ces rats, le rat monstre du pr�tre Ra�g�, un rat qui, compar� � l'homme mont� sur lui, est de la grandeur d'un �l�phant. Mais il se trouve que l'homme prot�g� par les rats a un adversaire prot�g� par les chats, un homme dans la famille duquel on a trouv�, en creusant la terre, un chat en or. Des voleurs ont d�rob� le chat en or, et la recherche de ce chat porte-bonheur par les anciens possesseurs, tomb�s dans la mis�re et la d�tresse, recherche m�l�e � l'action d'une femme m�chante nomm�e Kara�to, m�l�e � l'organisation d'un complot et � quelques tueries, met mille incidents, mille complications dans ce roman o� appara�t, �� et l� l'�l�gante figure de Masago, la ma�tresse de Yoritomo. Au d�nouement, sur l'ouverture d'un panier o� se retrouve le chat d'or, tous les rats prennent la fuite, et le pr�tre Ra�g�, qui s'�tait engag� � tuer Yoritomo, se contente d'un assassinat all�gorique, en per�ant de son sabre le manteau du prince qui l'a graci�; et dans ces circonstances l'homme du chat, r�duit � ne pouvoir mettre � mort l'homme des rats, perce �galement de son sabre le casque de ce dernier. En 1808 Hokousa� publie l'illustration de _Foutatsou Tch�tcho Shira�to Z�shi_, LES DEUX PAPILLONS OU LES DEUX LUTTEURS, roman dont le texte est de Shakouyakoutei, �dit� en cinq volumes.

C'est l'histoire de deux lutteurs, Nour�gami et Hanar�goma, en une illustration tr�s coloriste dans le noir. L'une des planches repr�sente Hanar�goma d�racinant des rochers � la force de ses bras tirant une corde. Puis l'on voit les deux lutteurs mesurer leurs forces et, � quelques planches de l�, se constituer volontairement prisonniers et compara�tre devant un tribunal qui les d�clare innocents d'un crime commis par d'autres. Pourquoi ce titre: LES DEUX PAPILLONS? L'explication n'en est gu�re donn�e que par un jardin o� l'on voit de nombreux papillons, parmi lesquels est un papillon mort, tomb� � terre. En 1808 et 1811, Hokousa� publie l'illustration de _Sanshiti Z�nd�n Nanka no Yum�_, LE R�VE DU CAMPHRIER DU SUD, un roman en dix-sept volumes, divis� en deux parties, et dont le texte est de Bakin. Un roman contenant l'histoire de trois g�n�rations, commenc�e avec l'histoire du m�nage Sankatou et Hanshiti, et finissant � Onono Otzou, la c�l�bre femme de lettres du XVIe si�cle, qui a �crit au Japon la premi�re pi�ce de th��tre sous une forme moderne. L'illustration du roman commence par l'abatage d'un tr�s vieux camphrier pouss� sur la montagne de Yon�dani-Yama, l'abatage d'un camphrier sacr�, o� les b�cherons, dans leur oeuvre sacril�ge, se blessent en tombant des branches. Et la chute des b�cherons am�ne l'image d'un vendeur de pommade pour les blessures, qu'on voit accroupi sur une peau d'ours, � c�t� d'un grand pot o�, apr�s s'�tre fait une entaille � la peau, il puise de la graisse d'ours et montre aux assistants que l'application de cette graisse arr�te le sang. Hanshiti, auquel est apparu l'esprit du camphrier, un jour qu'il dormait sous son ombre amie, n'�prouve plus que des malheurs depuis l'abatage de l'arbre. Sa femme Sankatsou est oblig�e de se faire chanteuse de la rue, � jouer du _koki�_, esp�ce de violon-guitare, sur les places publiques, et ils tombent dans une telle mis�re, lui, sa femme et sa fille, la femme de lettres future, d�j� grandelette, que le malheureux est au moment de se suicider, quand l'inspiration lui arrive de fabriquer des chignons pour femmes,--les Japonaises portant de faux cheveux tout comme les Europ�ennes, --et nous voyons le m�nage install� dans une boutique o� commence pour ces pauvres gens la bonne fortune. Mais ils sont accus�s de vilaines actions, et oblig�s de quitter la province o� les vrais coupables, apr�s leur d�part, avouent leurs m�faits en se suicidant dans un cimeti�re. Au fond, Hanshiti est d'origine noble, mais descendu � l'�tat de r�nin en sa d�tresse; seulement, s'il retrouve un sabre dont il �tait le d�tenteur, il redeviendra noble, et la seconde partie du roman se passe � la recherche de ce sabre, au milieu de toutes sortes d'aventures dans le genre de celle-ci: dans une attaque de malfaiteurs, la jeune fille a perdu une de ses chaussures en bois, un malfaiteur la lui rapporte et, enflamm� par sa beaut�, veut la violenter:--elle le tue. En ce roman, qui commence par la description du camphrier, qui passe � la fabrication des chignons de femmes, se termine par une pi�ce de vers pour arr�ter la s�cheresse d'un �t� caniculaire, et la retrouvaille du sabre de Hanshiti, qui rentre dans la classe des guerriers,--toutes ces p�rip�ties diverses du roman amenant � la fin, on ne sait trop comment, le salut de

la princesse Y�nju. En 1810, Hokousa� publie l'illustration de _On-y� Imos�yama_, LES FIANC�S ISOL�S SUR DEUX MONTAGNES EN FACE, roman dont le texte est de Shinrotei, �dit� en six volumes. Un roman o� deux familles, s�par�es par des dissensions politiques, habitent deux montagnes voisines, et o� le fils d'une de ces familles devient amoureux de la fille de l'autre famille et, plus heureux que Rom�o, arrive � se la faire accorder: roman dans lequel l'int�r�t amoureux est associ� � l'int�r�t dramatique d'une conspiration du prince Irouka contre l'empereur r�gnant. Des planches repr�sentant les palais des deux familles vous apprennent, par des cordes reliant les toitures et sur lesquelles glissent des cerfs-volants, les ing�nieux moyens de communication qu'ont trouv�s les amoureux. Une autre planche, o� Hokousa� donne un curieux �chantillon de son imagination fantomatique, est la gravure de la salle o� a lieu la conspiration, salle ayant la r�putation d'�tre hant�e par les mauvais esprits et qu'a choisie expr�s Irouka pour n'�tre pas d�rang� dans ses conciliabules. Une salle �clair�e par une lampe faite par l'assemblage de f�murs au haut desquels une t�te coup�e crache de la flamme; une salle qu'escaladent du dehors les branches d'un arbre � l'apparence d'ailes de chauve-souris. L�, court � quatre pattes un squelette d'enfant, au milieu de femmes qui ont des mufles de bouledogues, deux ou trois dents leur saillant hors la bouche, toutes avec les deux petites mouches au front des femmes de la noblesse; et cela sur des fonds de toile d'araign�e derri�re lesquelles s'entrevoient vaguement des visions d'�tres surnaturels. En 1812 Hokousa� publie l'illustration de _Matsouw� Monogatari_, HISTOIRE DE MATSOUW�, roman dont le texte est de Koy�da Shigu�rou, �dit� en six volumes. Un roman qui est une suite d'apparitions, parmi lesquelles l'apparition de la jeune morte Yokobouy�, apparaissant, dans un �clair, au pied du lit de son amoureux Tokiyori, est d'un effet saisissant. En 1812, Hokousa� publie l'illustration de _Aoto Foujitsouna Mori�-an_, LES DESSEINS DU JUGE AOTO (ancien juge c�l�bre du XIIIe si�cle), un roman dont le texte est de Bakin, �dit� en dix volumes. Une des premi�res planches repr�sente le juge sur un pont, assistant � la recherche, dans une rivi�re, de quelques pi�ces de monnaie par des plongeurs. Et, comme on se moque de lui, et qu'on lui dit que cette recherche de l'argent dans l'eau co�te beaucoup plus cher que l'argent perdu, il r�pond que l'argent dans la rivi�re ne profite � personne, tandis que l'argent donn� pour le retrouver profite � des gens. Et ce sont de beaux dessins du juge lisant un papier, du juge jugeant dans son tribunal des criminels attach�s les mains derri�re le dos par une corde que tient un garde, et dont on voit les t�tes dans une autre planche fix�es sur les cornes des taureaux que ces animaux prom�nent.

Une id�e ing�nieuse: sur une des planches, ce que lit un homme, c'est la l�gende de la gravure. Une planche caract�ristique repr�sente le terrible Sh�ki, le tueur des diables, venant rechercher chez eux un pauvre petit enfant qui pleure au milieu d'un paysage o�, dans le fond, les loups mangent des cadavres. Une planche singuli�re repr�sente un chat monstre, en robe, tenant par le cou un m�decin. Une planche curieuse montre � gauche une chambre o� se passe une sc�ne de roman, et � droite une grande galerie vide, dessin�e d'apr�s les lois de la perspective la plus rigoureuse, et qui fait tomber absolument l'all�gation que la peinture japonaise n'a pas le sentiment de la perspective. Enfin, comme d�nouement de l'histoire du juge Aoto, on voit une place d'ex�cution o� un bourreau se dispose � trancher la t�te � un homme attach� � deux pi�ces de bois crois�es, li�es par le haut, quand appara�t providentiellement, dans le fond, le juge auquel une femme parle et innocente le condamn�, qui va avoir sa gr�ce. En 1813 Hokousa� publie l'illustration de _Ogouri Gwa�d�n_, LA L�GENDE SUR LE PRINCE OGOURI, roman de Koy�da Shigh�rou, dont l'action se passe sous Ashikaga Yoshimitsou, au XIVe si�cle, roman paru en deux s�ries de cinq volumes, la premi�re publi�e en 1813, la seconde en 1828. Le prince Souk�shigh�, l'h�ritier de la famille Ogouri, a pour fianc�e la princesse T�rout�. Une intrigue politique fait perdre au p�re du h�ros du roman ses dignit�s et sa fortune, tandis que la m�me aventure arrive � la famille de la princesse, et les deux fianc�s se perdent de vue. Dans sa ruine le prince Ogouri �pouse Hanako, la fille d'un richissime Japonais, o� la princesse T�rout� est servante, charg�e du service du bain. Les deux anciens fianc�s sont repris d'un sentiment amoureux. Et une planche repr�sente Hanako se regardant dans un miroir o� se refl�te la jalousie qui la d�vore. Oui, la jalousie au Japon est signifi�e, chez la femme, par des cornes au front. T�rout�, battue dans la maison d'Hanako, s'est sauv�e, et, au moment o� elle erre d�sol�e dans une for�t, la d�esse Kwannon lui appara�t sous la figure d'un petit fl�teur mont� sur un boeuf, et la console. Alors, Ogouri la rencontre, lui donne un rendez-vous la nuit, mais Hanako avertie la pr�c�de et prend sa place. Sur ces entrefaites, et sans doute sur les ordres d'Hanako, T�rout� est enlev�e et vendue � une �Maison Verte�; mais un ancien sujet de sa famille, qui lui est rest� fid�le, apporte une lettre au prince Ogouri, qui lui enseigne o� est T�rout� qu'il aime, insensible � l'amour de Hanako. Et une des derni�res planches montre Kotar�, le sujet d�vou� de T�rout�, pr�cipitant � l'eau le ma�tre de la �Maison Verte�, tandis que Hanako vient s'y jeter.

En 1815 Hokousa� illustre _Beibei Ki�dan_, CONTE VILLAGEOIS DES ASSIETTES, histoire de deux jeunes filles portant des noms d'assiettes, dont le texte est de Bakin, roman publi� en huit volumes et auquel l'artiste japonais a donn� peut-�tre ses dessins les plus rembranesques. La premi�re composition repr�sente un dignitaire japonais tendant � une femme qui pleure, et qui a un enfant sous elle, une tige de magnolia, tendant � une autre femme qui sourit, et qui a un enfant sous elle, une branche de prunier en fleurs. Ce dignitaire est un Chinois qui, sous la dynastie des Ming, � la suite d'une conspiration avort�e, s'est sauv� au Japon, laissant en Chine, avec un enfant, la femme qui pleure, puis est devenu, gr�ce � sa science de lettr�, un homme d'�tat au Japon, a �pous� la Japonaise souriante, dont il a eu un fils, s'est laiss� envoyer comme ambassadeur en Chine o�, dans les recherches de sa premi�re femme et de son fils, il a �t� reconnu comme l'ancien conspirateur, et ex�cut�. Ceci n'est que le pr�ambule du roman, qui est l'histoire du fils que l'ambassadeur chinois a eu de la femme japonaise,--roman o� il y a, chez Bakin, la tentative de montrer que cet enfant, au sang m�l� de deux races, n'a pas l'�nergie du caract�re japonais. La femme japonaise est morte � la nouvelle de l'ex�cution de son mari en Chine, et l'enfant est rest� orphelin et sans ressources; mais un da�mio du Sh�gounat des Ashikaga a piti� de l'enfant, le prend sous sa protection, et l'enfant, devenu un jeune homme, �pouse une Japonaise, en a deux filles, l'a�n�e appel�e Karakousa (le Rinceau), la cadette appel�e B�nizara (l'Assiette rose). En ce temps, le da�mio qui l'avait pris sous sa protection entre en guerre avec un autre da�mio, est battu et se fait exterminer, lui et tous les siens, ainsi que cela se pratiquait dans les guerres entre les Ta�ra et les Minamoto. Quant au jeune prot�g�, tr�s l�g�rement bless�, et rappel� � la vie par un pr�tre que tue aussit�t une fl�che, il ne songe pas � mourir et se met � la recherche de sa femme et de ses deux filles, en cette contr�e pour le moment pleine de combats, du matin au soir et du soir au matin. Traversant � toute heure de petits champs de bataille, une nuit il entend un cri d'enfant, va � ce cri, aper�oit un guerrier bless� tenant une petite fille dans ses bras, ach�ve le bless�, s'empare de l'enfant, n'a pas le temps de le reconna�tre devant le bruit d'une troupe de guerriers qu'il croit � sa poursuite, se met � se sauver � toutes jambes jusqu'� l'instant o�, �puis� de fatigue, il se laisse tomber sur un tronc d'arbre. C'est alors que l'officier de la troupe s'approche de lui et le remercie d'avoir sauv� la princesse, la fille de son ma�tre. �Mais c'est mon enfant! s'�crie le fils du Chinois.--Votre enfant? regardez-la bien!� Et le p�re de �l'Assiette rose� s'aper�oit que, quoique du m�me �ge et lui ressemblant, ce n'est pas sa fille. L'officier met ses soldats � sa disposition pour rechercher sa femme et ses filles, recherche inutile et qui lui donne la croyance qu'elles ont �t� �gorg�es dans la m�l�e. Et il est amen� par l'officier, qui l'a pris en amiti�, au p�re de la princesse qui en fait son vassal. Quelques ann�es se passent, au bout desquelles, apr�s de nouvelles recherches infructueuses, il se d�cide � se remarier � une seconde femme et a une fille qui sera �l'Assiette cass�e�. Alors qu'il vivait tranquillement dans son m�nage, il a la mission de d�truire un repaire de diables (brigands) pr�s d'un temple au milieu d'une for�t, mais il est battu, ses soldats tu�s, et le sabre que lui avait donn� le prince pour

couper la t�te du chef des brigands est pris. Le prince veut le disgracier, mais l'officier qui le prot�ge, devenu premier ministre, fait observer au prince que c'est lui qui l'a choisi, ce qui serait un aveu public qu'il s'est tromp� sur sa capacit�. Et, sur le conseil du ministre, le voil� parti � la recherche de sa femme et de ses enfants, recherche qui dure trois ans. Une seconde exp�dition avait �t� envoy�e contre le chef des brigands du temple bouddhique, et avait eu l'insucc�s de la premi�re: ce chef de brigands ayant une force invincible, et voici � quoi il la devait. Il avait jou� avec Ni�, la statue colossale de l'entr�e du temple, il avait jou� une partie par laquelle, s'il perdait, il serait priv� de la chance de tout gain au jeu pendant trois ans; mais, si Ni� perdait, il lui donnerait sa force physique pendant trois ans. Et Ni� a perdu. Et l'image d'Hokousa� repr�sentant Ni� en pierre, ayant quitt� son pi�destal et accroupi sur la table de _go_, � c�t� de son partner en chair et en os, �voque, dans votre souvenir, la sc�ne de don Juan et de la statue du Commandeur. Dans l'espace de ces trois ans, le joueur a rencontr� dans ses voyages le fils du Chinois, n'a pas �t� reconnu par lui, est entr� m�me en relations intimes avec celui-ci, qui lui a donn� une lettre pour annoncer son retour � sa femme. Or les trois ans sont expir�s, il est au bout du bail de sa force myst�rieuse, et pouss� � cette visite par l'influence occulte de la statue qui veut se venger. Et le jour o� il arrive, la femme du Chinois a r�v� que son mari a �t� assassin� par un malfaiteur et que ce malfaiteur lui apportera une lettre dans la journ�e. Un serviteur fid�le a fait le m�me r�ve. Donc, si un homme vient, un homme semblable � l'homme du r�ve, ce sera bien l'assassin du mari. Le brigand apporte la lettre. Aucun doute. Et la femme et le serviteur se jettent sur lui et le tuent avec l'aide invisible de la statue de Ni�, qui lui tord le cou. Au moment m�me o� le malfaiteur vient d'�tre tu�, le mari rentre chez lui et s'indigne de ce que sa femme et son serviteur ont �gorg� un ami qu'il leur avait envoy�, et le serviteur et la femme, reconnaissant qu'ils ont �t� victimes d'un r�ve, ne trouvent pas autre chose, pour d�sarmer l'indignation du mari,--le serviteur que de s'ouvrir le ventre, la femme que de s'ouvrir la gorge. Mais ne voil�-t-il pas qu'au milieu de ce carnage entre dans la maison le ministre qui, dans une tourn�e, vient de faire arr�ter deux brigands, qui dans le mort reconnaissent leur chef! Alors le ministre, prenant la t�te du brigand et le sabre retrouv�, rassure le mari en lui disant qu'il racontera au prince que c'est lui qui a tu� le brigand, apr�s qu'il avait assassin� sa femme et son serviteur. � peine le ministre a-t-il pass� la porte,--les incidents se pr�cipitent dans le roman japonais,--qu'il rencontre une femme et deux jeunes filles demandant aux allants et venants s'ils connaissent un Japonais dont personne ne sait le nom. Le ministre leur apprend qu'il a chang� de nom, leur donne son nouveau nom indiquant de la main une maison o� il y a un grand arbre. Ce sont la premi�re femme et les filles du descendant chinois, renseign�es sur l'existence de leur mari et p�re par les fiches qu'il a laiss�es, pendant ses trois ans de p�lerinage, dans tous les temples bouddhiques, et, de temple en temple, ces femmes ont �t� amen�es au temple

de Ni� o� la fiche d�pos�e dans les autres temples, manquant, elles ont suppos� qu'il habitait dans le voisinage. Et la premi�re parole de la femme au mari, est: �Tu es remari�, tu as une fille, il faut mettre ta seconde femme � la porte.� Il lui montre le cadavre de cette seconde femme. Cette vue la radoucit, et elle consent � ce qu'il garde pr�s de lui �l'Assiette cass�e�. Mais presque aussit�t il se fait chez cette femme, jusque-l� tr�s bonne, tr�s excellente, une r�volution morale surnaturelle qui la transforme en une tr�s m�chante cr�ature, hant�e qu'elle est par l'esprit de la femme chinoise du p�re de son mari, venant se venger de son abandon, et de sa mort, sur la famille japonaise. Et cette m�chancet� s'exerce � l'endroit de la fille de la seconde femme, qui �tait jolie, intelligente, et qui s'appelait Kah�d� (Feuille d'�rable) et qu'elle baptise du nom d'�Assiette cass�e�, par opposition au nom de sa fille �l'Assiette rose�, lui r�p�tant � tout moment: �Tu n'es que l'Assiette cass�e!� Mal nourrie, mal v�tue, rel�gu�e dans un b�timent de ferme, condamn�e aux t�ches les plus fatigantes, occup�e, jour et nuit, � coudre les robes de soie de ses soeurs, elle a la vie la plus triste, la plus humiliante, une vie de Cendrillon, o� jamais elle n'obtient l'assistance de son p�re manquant de tout caract�re. En ces temps, il venait l'id�e � la m�re de �l'Assiette rose� de la marier au fils du ministre, mais il se trouvait qu'il �tait amoureux de �l'Assiette cass�e� et qu'une correspondance existait entre eux sans qu'on le s�t. A la fin, la m�re se doute de cet amour et charge un mauvais pr�tre d'enlever �l'Assiette cass�e� et de la noyer. Et, s'en croyant d�barrass�e, elle persiste dans l'id�e du mariage de �l'Assiette rose� avec le fils du ministre, et cherche � mettre dans ses int�r�ts un ami du jeune homme et qui passait pour avoir une grande influence sur son esprit. Malheureusement pour elle, cet ami �tait amoureux d'une jeune fille qui vivait avec �l'Assiette cass�e�, et �tait tout d�vou� � l'amie de son amoureuse. Que fait-il? Il repr�sente � la m�re que le fils du ministre est d'une grande famille, que son mari n'est rien, que le mariage est bien disproportionn�, qu'il n'y a qu'un moyen de r�ussir: c'est que sa fille ait une entrevue qui permette de croire � des rapports secrets entre eux, et que, dans ces conditions, le p�re ne voudra pas s'opposer au mariage. Il est donc convenu que la m�re laissera la porte du jardin ouverte, la nuit; et, dans l'ambition de ce puissant mariage, elle arrive � d�cider sa fille, qui n'aime pas du tout ce jeune homme, � le recevoir. Mais l'homme re�u, la nuit, par �l'Assiette rose�, n'est pas le fils du ministre. C'est, dans le dessin d'Hokousa�, le plus laid des hommes, le plus camus des Japonais. Et quand la m�re a vu l'homme � la lueur de sa lanterne, et qu'elle s'�tonne, c'est l'homme qui lui fait une sc�ne, affirmant qu'on lui a assur� que sa fille �tait amoureuse de lui, qu'on lui a tendu un pi�ge, qu'il va �tre ridiculis� s'il n'obtient la main de la jeune fille. � quelques mois de l� la nouvelle court le pays que le fils du ministre se marie, et le p�re et la m�re de �l'Assiette rose� sont invit�s aux f�tes du mariage. D�sesp�r�e, la m�re se rend sur la route pour savoir quelle est cette mari�e et la voit arriver en _norimon_, mais elle est tellement troubl�e que, voulant la saluer, elle fait un faux pas, la couvre de boue et se sauve sans la conna�tre. Le lendemain elle est en retard avec sa fille pour le service religieux qui a lieu exceptionnellement, pour ce mariage, dans un temple bouddhique, et ce n'est que le service fini qu'elle se trouve en pr�sence de la

mari�e, qui est �l'Assiette cass�e�. Et �l'Assiette cass�e� pardonne � la premi�re femme de son p�re ses mauvais traitements, sa m�chancet� attribu�e � la hantise de la m�re chinoise. Or le service religieux n'a �t� command� que pour d�barrasser la famille de cette hantise, la cause de toutes les vicissitudes de la famille, par une b�n�diction sur tous les d�funts de cette histoire,--dont Hokousa� montre les t�tes fant�matiques au bas de cette derni�re gravure;--mariage qui condamne �l'Assiette rose� � se marier avec le Japonais camus. En 1845, apr�s des ann�es d'interruption dans l'illustration des livres, Hokousa� publie l'illustration de _Kan-So-Goundan_, LA GUERRE DES DEUX ROYAUMES DE KAN ET DE SO, roman historique en trente volumes formant trois s�ries, dont la premi�re et la deuxi�me ont paru en 1815, et la troisi�me � une �poque inconnue. Ce roman chinois, traduit en japonais par Sh�ri� Sadakata, est l'histoire de la chute de l'empereur Shik�, l'empereur qui fit construire la grande muraille de la Chine, et de l'av�nement de l'empereur K�so, de la dynastie des Hang, 202 ans avant J�sus-Christ. C'est, tout d'abord, la planche o� se voit ce sujet si souvent repr�sent� sur les gardes de sabre, ce vieillard myst�rieux rencontr� sur un pont, qui, pour �prouver la patience d'un jeune homme, se fait trois fois rep�cher sa sandale,--au bout de quoi il lui donne un rouleau dont les instructions lui servent � faire le nouvel empereur de Chine. Et, dans ce roman racontant la lutte pour l'Empire, de K�so et de K�-ou qui se perdit par ses cruaut�s, une terrible planche est celle o� il a command� la mort de cinq mille paysans fid�les � l'ancien empereur, et o� d�filent des gens pliant sous des filets remplis de t�tes humaines. Enfin, en 1846, trois ans avant sa mort, Hokousa� publie _Gu�nji Itt�shi_, LA POSSESSION DU POUVOIR PAR LA FAMILLE DE MINAMOTO, roman historique dont le texte est de Sh�tei Kinsoui et dont on ne conna�t qu'une partie, �dit�e en cinq volumes. La planche capitale est celle o� l'on voit Minamoto dormant en l'�tat d'inqui�tude o� il est chaque nuit par le _kokori_, la hantise dans son sommeil de cette terrible araign�e, grande comme une pieuvre, filant une toile qui tient tout le fond de la chambre, et que son sabre de chevet, sortant de sa gaine,--un sabre miraculeux,--va tuer.

XXI Parmi tous les romans illustr�s par Hokousa� de 1805 � 1808, l'illustration du R�VE DU CAMPHRIER DU SUD eut un immense succ�s, succ�s dont se montra jaloux le romancier, et un refroidissement se fit entre Bakin et Hokousa� et, avec ce refroidissement, la volont� chez chacun d'eux de ne plus travailler ensemble. Toutefois les �diteurs furent si habiles � m�nager les amours-propres des deux hommes qu'ils obtinrent d'eux de collaborer encore pour la fin de l'ouvrage qui parut en 1811. Mais quand les dessins furent termin�s et communiqu�s � Bakin, il trouva que les dessins ne correspondaient pas avec le texte, demanda qu'ils fussent modifi�s, et Hokousa�, auquel on fit part de cette pr�tention de

l'�crivain, r�pondit que c'�tait le texte qui avait besoin d'�tre modifi�. Et les �diteurs ayant fait graver le texte et les dessins tels qu'ils leur avaient �t� livr�s, une brouille �clata entre les deux hommes. Du jour de ce dissentiment entre Hokousa� et Bakin, il entra dans la pens�e du peintre de publier des dessins se passant du texte d'un litt�rateur, et d'une vente �gale � un volume o� avait associ� � son nom le nom de Bakin. C'est dans cette disposition d'esprit qu'� quelques ann�es de l�, prit naissance la MANGWA, dans des circonstances jusqu'ici tout � fait inconnues, et que nous r�v�le la pr�face de Hansh� en t�te du premier volume, et que j'ai eu l'id�e de faire traduire par Hayashi: �Hokousa�, le peintre d'un talent si extraordinaire, dit Hansh�, apr�s avoir voyag� dans l'Ouest, s'est arr�t� dans notre ville (� Nagoya), et l� il a fait connaissance avec notre ami Bokous�n, s'est amus� � s'entretenir du dessin avec lui et, dans ces conversations, a dessin� plus de trois cents compositions. Or, nous avons voulu que ces le�ons profitassent � tous ceux qui apprennent le dessin et il a �t� d�cid� d'imprimer ces dessins en un volume, et quand nous avons demand� � Hokousa� quel titre il fallait donner au volume, il a dit tout simplement: _Mangwa_, que nous avons couronn� de son nom, HOKOUSA� MANGWA, dont la traduction litt�rale est _Man_: au gr� de l'id�e; _gwa_, dessin, et la traduction serait peut-�tre: �_le dessin tel qu'il vient spontan�ment_.� La _Mangwa_, cette profusion d'images, cette avalanche de dessins, cette d�bauche de crayonnages, ces quinze cahiers o� les croquis se pressent sur les feuillets, comme les oeufs de la ponte des vers � soie sur une feuille de papier, une oeuvre qui n'a pas de pareille chez aucun peintre de l'Occident! La _Mangwa_, ces milliers de reproductions fi�vreuses de ce qui est sur la terre, dans le ciel, sous l'eau, ces magiques instantan�s de l'action, du mouvement, de la vie remuante de l'humanit� et de l'animalit�, enfin, cette esp�ce de d�lire sur le papier du grand _fou de dessin_ de l�-bas! Alors tout de suite, le premier volume entr'ouvert, dans ces libres croquis o� un peu de rose fait la chair, un peu de gris les demi-teintes sur le papier cr�me, des enfants, des enfants, des enfants, dans tous leurs jeux, leurs amusements, leurs poses, leurs gamineries, leurs gaiet�s; puis les dieux, les g�nies, les pr�tres bouddhistes et sintho�stes, moqu�s en mille petites caricatures rieuses; puis tous les m�tiers, toutes les professions dans le travail, et l'exercice de la profession; puis le monde des faiseurs de tours de force en l'effort de l'adresse et de la force; et encore des Japonaises dans les gracieux accroupissements de leur vie � quatre pattes, dans les coquetteries de leur toilette, dans les anatomies de leurs sveltes personnes aux bains; et encore le Japonais dormant, r�fl�chissant, priant, lisant, jouant, p�rorant, s'�ventant, cuisinant, se grisant, se promenant, cavalcadant, p�chant � la ligne, se battant, en un rendu de tous ces actes de la vie, spirituel, joliment ironique; et encore tous les animaux, m�me ceux que ne poss�de pas le Japon, comme l'�l�phant et le tigre, et tous les oiseaux, et tous les poissons, et tous les insectes, et toutes les plantes: voici ce qui remplit les cinquante feuilles de ce premier volume dont la premi�re planche repr�sente le couple Takasago, le type du vieux m�nage parfait

au Japon, la femme portant un balai pour balayer les aiguilles des pins, l'homme une fourche pour les ramasser. � la fin de ce premier volume paru en 1812, Hokoutei Bokous�n (l'artiste � la conversation qui a fait na�tre la _Mangwa_) et Hokou-oun (qui deviendra le professeur d'architecture du Ma�tre), dont la collaboration a consist� tout simplement � fac-similer les dessins r�duits d'Hokousa�, se d�clarent les �l�ves du Ma�tre. Le second volume de la _Mangwa_ para�t seulement en 1814, deux ans apr�s la publication du premier volume, avec une pr�face de Rokoujuy�n, et la collaboration pour le fac-simil� des dessins de Toyenr� Bokous�n et de Todoya Hokke�, qui deviendra le meilleur �l�ve et approchera le plus du talent de Hokousa�. Dans la multiplicit� des motifs, c'est toujours la m�me vari�t�, une page de m�tiers � c�t� de supplices de l'Enfer bouddhique; une page enti�re d'attitudes de femmes en face d'une page d'attitudes d'hommes; une page de masques en face d'une page d'ustensiles de m�nage; enfin une page de morceaux de rochers pour d�cors du jardinage, en ce pays de jardins pittoresques o� les morceaux de rochers se payent plus cher qu'en aucun lieu de la terre, en face d'une page d'animaux fantastiques qui mangent les mauvais r�ves. Le troisi�me volume para�t l'ann�e suivante, en 1815, avec une pr�face de Shokousan qui jette carr�ment � l'eau la vieille �cole et d�clare que les anciens artistes, qui ont illustr� les manuscrits de Qu�nji, doivent c�der la place aux artistes des _images rouges_ (les dessins de l'�cole vulgaire). Plusieurs planches de ce volume repr�sentent les durs et laborieux travaux de l'industrie mini�re. Viennent apr�s deux amusantes doubles planches: l'une consacr�e � la lutte, vous faisant assister � ces empoignements col�res, � ces musculeux corps � corps, � ces broiements de torses, � ces brusques d�racinements du sol, � ces culs sur t�te d'un vaincu jet� � bas; l'autre vous montrant des danseurs dans toute l'�pilepsie d'entrechats d'une danse endiabl�e. Suivent les portraits pr�historiques des deux premiers rois de la Chine, une bande de n�gres dr�latiques, � l'aspect d'ombres chinoises, trouv�s dans l'imagination d'Hokousa�; et en face l'un de l'autre, la figuration du dieu du Tonnerre figur� dans un nimbe form� de tambourins, et du dieu du Vent, tenant ferm�es de ses deux mains, sous son menton, les deux ouvertures de l'outre des vents qu'il a sur le dos. Le titre de ce volume, toujours grav� en ces belles grosses lettres ornementales de la Chine qui ont l'air de morceaux de jade sculpt�, et dans un cadre que soutiennent sur leurs cous deux petits Japonais � la figure rieuse sous les houppes de leur front et de leurs tempes, et c'est un charmant frontispice. Le quatri�me volume para�t l'ann�e suivante, en 1816, avec une pr�face d'H�zan. Ce volume est tout plein de sujets de l'histoire mythologique et pr�historique. On y voit Kintoki chassant un diable; on y voit le dragon � neuf t�tes venant boire aux neuf coupes o� il trouvera la mort; on y voit un sennin chevauchant une carpe monstrueuse, etc., et au milieu de cela des planches de l�gumes, des planches d'herbes, des planches de branches d'arbustes en leurs tons roses et gris, d'une douceur d'impression inexprimable. Deux feuilles curieuses sont deux feuilles d'hommes et de femmes barbotant joyeusement, se soutenant dans l'eau avec des appareils

natatoires, nageant, plongeant, d�tachant des plantes marines, prenant des poissons � la main. La derni�re planche repr�sente un homme et une femme, gras � lard, aux bajoues tombantes, au ventre redondant, qui ont sur la figure le gaudissement canaille de ce qu'ils vont trouver � manger dans une marmite dont le mari soul�ve le couvercle; c'est le bon m�nage aux joies crapuleuses de la basse classe, le bon m�nage _Wag�jin_, le m�nage en opposition avec le m�nage Takasago, le m�nage de l'homme � la fourche, de la femme au balai. Le cinqui�me volume para�t, l'�t� de cette m�me ann�e 1816, avec une pr�face de Rokoujuy�n. Un volume qui est presque un cours d'architecture, et qui d�bute par les portraits en costume officiel, et la planchette de leur nomination � la main, de Tatihoo-no-mikoto et de Amano-hikosati-no-mikoto, les deux premiers architectes qui ont appris aux Japonais l'art de construire des temples, des ch�teaux, des habitations, et c'est suivi de _tori-i_, d'une tour � la grosse cloche, de la biblioth�que hexagonale et tournante invent�e par le pr�tre Fouda�, de l'entr�e du b�timent o� sont enferm�s les livres bouddhiques, de toits ornement�s de bonzeries. Parmi ces planches, une composition curieuse est une demande faite au ciel par un homme tout au haut du pic d'une montagne, les deux mains r�unies dans un geste de pri�re autour d'un b�ton au bout duquel est sa demande sur une bande de papier que le vent soul�ve dans l'air. Et le volume se termine par la repr�sentation de personnages mythiques et historiques, comme la d�esse Ousoum�, comme Saroudashiko, le dieu qui a rendu la lumi�re � la terre, comme le guerrier chinois Kwan-on qui est en adoration en Chine et dont l'image se rencontre dans les plus pauvres int�rieurs. En la m�me ann�e 1816 para�t encore le sixi�me volume qui a pour frontispice un arc symbolique sur lequel la fl�che est tendue par deux dragons. Ici les exercices du corps, dans un prestigieux rendu du d�ploiement de la force et de l'adresse. Ce sont d'abord les tireurs d'arc, et le tirage de l'arc � la hauteur de l'oreille au-dessus de la t�te, en bas de la ceinture, avec une derni�re planche donnant les d�tails de l'arc, du gant de cuir, du canard en bois servant de cible. Apr�s les lutteurs, les cavaliers, et le trot, et l'amble, et le galop, et le mors aux dents de ces petits chevaux chevelus, � l'aspect de larves, sous le cavalier en selle, et toujours avec une derni�re planche donnant la selle orn�e, les guides, les lourds �triers. Mais la merveille de ce volume, comme figuration d'un corps humain en mouvement, c'est l'�tude de l'escrime pour la lance ou le sabre, o� soixante-douze petits croquis d'homuncules, et une vingtaine de plus grands vous mettent, comme sous les yeux, les avances, les retraites, les torsions de corps, la volte des pieds, les parades, les ripostes de ce simulacre de la guerre. Une planche, tout enti�re de bras et de mains, indique la mani�re de s'empoigner dans une lutte � main plate. Enfin, des planches reproduisent le maniement des lourds mousquets introduits par les Hollandais, et m�me Hokousa�, dans une note, pr�cise la date de leur introduction au Japon, qui est de l'ann�e 1542. En 1816, para�t encore le septi�me volume de la _Mangwa_. Un volume pour ainsi dire enti�rement rempli de paysages, par le soleil,

le brouillard, l'orage. Toujours en 1816 para�t le huiti�me volume, avec un titre fait � l'imitation d'un morceau d'�toffe brod�e. En t�te, la figuration de Waka-mousoubi-no-Kami, la femme qui a invent� les tissus faits avec les fibres du bois, et pr�s d'elle la princesse Seiri�, la femme du roi, qui a eu l'id�e de l'�levage de vers � soie, 2614 ans avant l'�re chr�tienne et, � sa suite, des m�tiers � tisser, qui ont tout l'air d'�tre dessin�s par un ing�nieur. Et soudain l'album saute � des gymnastes faisant du trap�ze autour d'un bambou, � des acrobates jonglant avec un sabre, portant sur le front, au bout d'un long b�ton, un vase plein d'eau en �quilibre, �tant debout leur chapeau avec un pied, buvant � la renverse une tasse de th� plac�e � terre derri�re eux. Deux planches de t�tes d'aveugles sont de la plus frappante v�rit�. Et en dernier lieu, des �tudes sur les _gras_ et les _maigres_ d'une fantaisie et d'un dr�latique � mourir de rire. Il faut voir ces massives Japonaises en leurs lourdes promenades, les voir en l'avachissement de leurs charmes, dans le sommeil ou dans le bain, il faut voir leurs pl�thoriques compatriotes dans l'essoufflement de la marche, dans l'�pongement de la sueur, dans l'effondrement et l'an�antissement de leur repos sur leurs pesantes fesses. Et, la page des _gras_ retourn�e, vous �tes en pr�sence de ces torses que percent les c�tes, de ces dos o� se comptent les noeuds de la colonne vert�brale, de ces cous d�charn�s, de ces bras �tiques, de ces jambes de phtisiques, de ces anatomies ridicules qui vous rappellent � la fois les macabres et comiques �coles de natation de Daumier. Il y a un intervalle de trois ans entre la publication du huiti�me et du neuvi�me volume, qui para�t seulement en 1819. Ce volume est plein d'anecdotes relatives � la vie intime de Kiyomori. Cette voyageuse qui marche rapide � travers la campagne, se dirigeant vers deux femmes � la porte d'une habitation, au loin, au loin, c'est Hotok�, la ma�tresse de Kiyomori, la plus belle et la meilleure danseuse de son temps. Deux soeurs ont sollicit� de danser devant Kiyomori et, par bienveillance pour leur jeunesse et leur gr�ce, elle a fait accueillir leur demande par son amant. Mais le prince s'est �pris d'elles et a voulu en faire ses ma�tresses. Elles ont refus� et, pour se soustraire � sa toute-puissance, elles se sont faites religieuses, et Hotok�, reconnaissante de cette d�licate conduite � son �gard, va les rejoindre dans leur couvent. Plus loin encore, c'est le sensuel Kiyomori, en pr�sence de la femme de Minamoto, une main sous la joue, tristement r�fl�chissante dans une pose d'accablement. Kiyomori a vaincu Minamoto et veut exterminer sa famille dont il s'est empar� dans sa fuite et qui est compos�e de sa femme et de ses trois enfants. Mais, au moment d'ordonner leur mort, il a la curiosit� de voir la femme de Minamoto et, soudainement s�duit par sa beaut�, il lui demande de lui appartenir, ce � quoi elle se r�signe sur la promesse qui lui est faite que ses enfants seront �pargn�s. C'est ce march� qui fait le sujet de l'estampe. Or, un jour, ces trois enfants vengeront leur p�re, an�antiront la famille Ta�ra, et l'a�n� des trois enfants sera Yoritomo, le premier sh�goun de Kamakoura. Une autre composition: c'est Okan�, femme, � la r�putation d'une force hercul�enne, qu'un musculeux guerrier a cru pouvoir arr�ter dans sa marche et qui, d'un bras tenant un barillet sur sa t�te, continue � s'avancer

tranquillement, entra�nant, de l'autre bras, l'homme aux deux sabres. Et ce sont encore des repr�sentations de musiciennes japonaises; d'une ann�e de bonne r�colte, avec la joie et l'engraissement subit des paysans; et, on ne sait pourquoi, le portrait d'un astronome hollandais. La m�me ann�e 1819 para�t le dixi�me volume avec une pr�face vantant la pers�v�rance d�pens�e par Hokousa� pour arriver � la publication de ces dix volumes. Des saltimbanques, des faiseurs de tours, des prestidigitateurs, des �quilibristes, des avaleurs de sabres, des vomisseurs d'essaims d'abeilles, des thaumaturges se rendant la t�te invisible. Mais je ne veux d�crire dans ce volume que deux compositions, deux compositions d'un fantastique macabre d�passant tout ce que l'Europe a imagin� en ce genre, et m�ritant bien � Hokousa� l'appellation de _ma�tre dessinateur des fant�mes_. Ce sont deux apparitions de femmes mortes. L'une, c'est Kasan�, la femme laide, assassin�e par son mari, qu'il repr�sente avec son front de foetus hydroc�phale, sous la broussaille de ses cheveux, un oeil ferm� et l'autre grand ouvert, o� est une prunelle de poisson cuit, le cartilage d�nud� de son nez, ses m�choires sans gencives, entr'ouvertes dans un hiatus allant jusqu'aux oreilles, ses deux mains de squelette rapproch�es de sa t�te dans le tressautement de la danse idiote d'un naturel de la Terre-de-Feu. Une apparition � faire peur, regard�e le soir � la lueur d'une lampe. L'autre apparition a l'apparence, dans le ciel t�n�breux, d'une longue et courbe et molle larve blanche envelopp�e d'une chevelure; c'est l'�me de la petite servante Okikou. Elle �tait dans une maison o� il y avait dix pr�cieuses assiettes, et elle eut le malheur d'en casser une. Et le propri�taire des assiettes adressa des reproches si durs � la fillette qu'elle se jeta dans un puits. Or, depuis ce jour, elle revient toutes les nuits au-dessus du puits et, de la maison o� est le puits et des maisons voisines, on l'entend dire, l'une apr�s l'autre, les l�gendes des assiettes, puis, arriv�e � la dixi�me, � celle qu'elle a cass�e, on l'entend, cette fois, pousser un sanglot si d�chirant, si d�chirant que le voisinage a d� charger un pr�tre de la faire monter au ciel par ses pri�res. La _Mangwa_ semble termin�e en 1819 avec le dixi�me volume, et quinze ans se passent sans qu'il y soit donn� une suite, quand, en 1834, il para�t un onzi�me volume avec une pr�face dans laquelle Tanehiko dit: �que la _Mangwa_ a �t� termin�e au dixi�me volume, mais que les �diteurs avides ont tellement press� notre vieillard qu'il a consenti � reprendre son pinceau, qu'il vient de dessiner ce volume qu'il se propose un jour d'arriver au vingti�me volume.� Dans ce onzi�me volume, toujours la vari�t� des premiers. Des poses, des attitudes de la vie intime, des croquetons de gens assis ou en marche, de gens dans la fl�ne ou l'effort du travail, de gens dans le calme des passions ou les fi�vres de la col�re, des planches, des planches de gras lutteurs, et des petits coins de paysages, et des mod�les de canons et de pistolets, et deux peintres peignant la jambe d'un Ni� sculpt�, d'une dimension telle qu'elle semble le tronc d'un vieux ch�ne, et une Japonaise disant la bonne aventure � un guerrier en laissant, selon la m�thode de l�-bas, tomber son peigne � terre.

En la m�me ann�e 1834 para�t le douzi�me volume. Un volume tr�s pouss� � la caricature, o� l'Olympe japonais est ridiculis� � outrance, un volume de chutes ridicules, de nez interminables de T�ngous, sur lesquels se fait de la prestidigitation; de silhouettes, en ombres chinoises, d'�pouvantables vieilles; de figures de femmes devenues monstrueuses, � travers une loupe pos�e sur leurs visages; d'allongements de cous pendant le sommeil, qui, selon une superstition du Japon et des �les Philippines, permettent aux t�tes de ces possesseurs de cous d'aller visiter des contr�es et des plan�tes �trang�res; de corps de naturels d'un pays o� les hommes ne sont possesseurs que d'un bras et d'une jambe, et o� ils sont accot�s deux par deux. Et m�me, pour aider � l'antith�se des sujets qu'il offre au public, il arrive � Hokousa� de recourir parfois � la scatologie. Ainsi, dans le onzi�me volume, nous voyons une Japonaise, retrouss�e jusqu'� la ceinture, jeter � terre un de ses compatriotes par la violence d'un pet, et dans ce douzi�me volume appara�t par la lucarne d'un �troit _priv�_, le profil p�niblement contract� d'un _samoura�_ entre ses deux sabres remont�s au-dessus de sa t�te, et au dehors trois Japonais se bouchant le nez avec leurs doigts et leurs robes. Le treizi�me volume para�t seulement en automne 1849, apr�s la mort d'Hokousa�, arriv�e au printemps de cette ann�e. Dans le treizi�me volume: deux beaux dessins, la divinit� Kwannon sur une de ces carpes monumentales comme seul Hokousa� sait les dessiner, et un tigre traversant une cascade au milieu de dessins repr�sentant, dans la montagneuse province de Hida, _la passe au panier_: un pont fait d'une corde, le long de laquelle on se fait glisser � la force des bras; de dessins repr�sentant des mod�les d'habitations rustiques; de dessins repr�sentant la pr�paration de ce melon qu'on dess�che et dont on fait des soupes; de dessins repr�sentant le d�corticage du riz. Le quatorzi�me volume, tout moderne, para�t seulement en 1875, et est fabriqu� avec des dessins laiss�s par Hokousa� apr�s sa mort. En dehors de quelques dessins divers, il ne contient pour ainsi dire que des animaux, des animaux r�els et des animaux fantastiques; c'est un chat mangeant une souris, un chien aboyant � la lune, un renard dans la pluie, des lions de mer, des ch�vres, un �cureuil m�tin� de chauve-souris, un sanglier traversant une rivi�re, un ours dans la neige, des �nes, des chevaux, un lion de Cor�e, un conciliabule de rats. Le quinzi�me et dernier volume para�t en 1878 avec un avertissement o� l'�diteur dit que �propri�taire de tous les bois de la _Mangwa_, il a �t� convenu avec Hokousa�, avant sa mort, qu'on poursuivrait jusqu'au quinzi�me volume, et qu'il a fait graver les dessins destin�s � la publication, qui ne l'�taient pas�. Mais l'�diteur ment, car la plupart des dessins qui ont une valeur sont repris au volume intitul�: _Hokousa� Gwaki�_, MIROIR DES DESSINS D'HOKOUSA�. Les dix premiers volumes, en leurs tirages primitifs, et lorsque les bois sont � Y�do, ont pour �diteurs trois �diteurs de cette ville et un �diteur de Nagoya; � partir du dixi�me volume les bois sont c�d�s � l'�diteur Yeirakouya de Nagoya. Un seul volume, le douzi�me, porte le nom du graveur, et ce graveur est

Y�gawa Tom�kiti.

XXII En 1806, � la suite du bruit qu'avait fait l'improvisation en public d'une grande peinture d'un Darma par Hokousa�, deux ans auparavant, il venait au sh�goun de Tokougawa la curiosit� de le voir travailler. Donc un jour d'automne, au retour d'une chasse au faucon, le sh�goun le faisait appeler devant lui et s'amusait � lui voir ex�cuter des dessins. Puis, tout � coup, Hokousa� couvrant la moiti� d'une immense bande de papier d'une teinte d'indigo, faisait courir dessus des coqs aux pattes plong�es dans de la couleur pourpre, et le prince �tonn� avait l'illusion de voir la rivi�re Tatsouta, avec ses rapides charriant dans leurs eaux des feuilles pourpres de momiji. L'int�r�t de cette entrevue: c'est que sous les Tokougawa, jusqu'� ce jour, un homme du peuple ne pouvait se pr�senter devant le sh�goun.

XXIII En 1811 Hokousa� publie, en collaboration avec Hokousou qui dessine le premier volume, _J�dan Foutsouka Yehi_, IVRESSE DE DEUX JOURS, une s�rie de dessins comiques. Dans l'illustration du second volume, dont il s'est charg�, il nous montre des porteurs ivres que regardent des enfants, et vraiment il est impossible de rendre mieux l'hilarit� b�te de ces visages, avec la demi-fermeture des yeux et l'�gueulement de la bouche entr'ouverte de c�t�. Une autre planche tr�s amusante de ces sc�nes, qui se passent la veille et le jour m�me du Jour de l'An: c'est l'entr�e dans un int�rieur, d'un vieux pr�tre pochard, � la t�te impossible, travesti en manza�, escort� d'une esp�ce d'enfant de choeur faisant du tapage avec un instrument pour appeler au service divin et, devant ces deux ivresses de la vieillesse et de l'enfance, le rire du bourgeois japonais, l'attention d�daigneuse de la femme, l'ahurissement d'un ami. Enfin la derni�re planche: dans une chambre d�cor�e de feuilles de foug�re et de branches de sapin, le d�cor des int�rieurs de Jour de l'An, a lieu une terrible bataille � coups de balais, entre deux hommes que trois autres ne peuvent s�parer. La m�me ann�e Hokousa� publie l'illustration de _Hokou-y�tsou Kidan_, LES L�GENDES FANTASTIQUES DE LA PROVINCE DE Y�TIGO, �dit� en 6 volumes, avec un texte par Tan�hiko. Un ouvrage dans lequel se trouve reproduite par Hokousa� une carte de cette province o� il neige beaucoup, au milieu d'un m�li-m�lo d'hommes-b�tes, de coraux, de plantes marines, de monnaies, d'objets

usuels, de serpents d'une grandeur fabuleuse, enfin de choses r�elles et de choses surnaturelles. La m�me ann�e Hokousa� publie encore l'illustration de _Tawara-T�da R�ko d�n_, CONTE D'UN VIEUX RENARD ET DU GUERRIER TAWARA TODA, pi�ce de th��tre par Tan�hiko, �dit�e en trois volumes et grav�e avec une �criture plus grande, plus facile � lire que l'�criture du roman, de l'histoire. Cette pi�ce de th��tre a pour principal personnage Hid�sato, le guerrier qui, trouvant une femme pleurant aux bords du lac Biwa, lui demandait la cause de son chagrin. La femme qui �tait la reine du lac Biwa lui r�pondait que, depuis des ann�es ses enfants �taient mang�s par un scolopendre g�ant. Hid�sato de s'informer o� se trouvait ce monstre. Elle lui indiquait la montagne Ishiyama o� son corps, lui disait-elle, faisait sept fois et demie le tour de la montagne et lui montrait, dans le moment, une masse brillante qui luisait au soleil comme un bloc de diamant: c'�tait l'oeil de l'insecte colossal dans lequel Hid�sato mettait une fl�che mortelle. L'illustration de cette pi�ce par Hokousa� est int�ressante. Dans le dessin de la reine de Biwa, de la femme d'Hid�sato, de la fille d'Hid�sato, l'amoureuse de Sadamori, le dessinateur a abandonn� la mignonnesse un peu petite, un peu miniatur�e de ses premi�res ann�es; et, tout en leur laissant leur premi�re gr�ce, il arrive � leur donner de l'ampleur, de la grandeur, � les varier et � ne plus toujours faire la m�me longuette petite femme de ses d�buts. Dans l'oeuvre d'Hokousa�, les femmes de ces ann�es ont une parent� avec les femmes de Hokouba. En 1812, il n'illustre aucun livre. En 1813, dans le _Katsoushika Zoushi_, PLAN ET TRADITIONS DE KATSOUSHIKA, dans ce volume contenant un plan de cette partie de la ville de Y�do, de l'autre c�t� de la Soumida, de ce quartier mara�cher et plein de salines aim� par le peintre, Hokousa� dessine, pr�s de deux p�cheurs au jupon de roseaux, une femme puisant dans un petit tonnelet, emmanch� � un grand b�ton, l'eau d'une source c�l�bre.

XXIV En 1814 para�t une illustration d'Hokousa� qui m�rite d'�tre signal�e � part et d�crite pi�ce par pi�ce. C'est le _Shashin gwafou_, �TUDES D'APR�S NATURE[15], publi� en 1814, avec une pr�face de Hirata, sans nom d'�diteur, ce qui ferait supposer qu'il a �t� dessin� et grav� en couleur pour une soci�t� d'amateurs. Un livre compos� de quinze planches o� Hokousa� donne quinze �chantillons divers de son talent multiple, au moment de sa plus grande puissance, dans les l�g�res et d�licates colorations des sourimonos: un livre dont les beaux exemplaires complets sont de la plus grande raret� et se vendraient en vente de douze cents � deux mille francs. [Note 15: _Sha:_--copier; _shiu:_--v�rit�; _gwa:_--dessin; _fou:_--album.] I. Hotei fumant. Le dessin caricatural du dieu de l'enfance, au triple menton, au ventre bedonnant, ramass� � terre, la t�te renvers�e dans la

jubilation de la fumerie d'une longue pipe. II. Contemplation de deux papillons par un Japonais. Un disciple du philosophe chinois S�sh�, son �ventail tomb� � terre, pr�s d'un bol de sak� vide, les deux coudes sur un escabeau et les deux mains crois�es sous le menton, suit des yeux le vol de deux papillons dans une r�verie qui lui fait regarder la vie humaine comme la vie �ph�m�re de ces insectes d'un jour. III. Un peintre de _tori-i_. Un homme, la t�te en bas, une brosse dans une main, une �cuelle pleine de noir dans l'autre, enduit de couleur la base d'un pilastre, le corps pli� en deux, les reins cass�s dans une dislocation toute-puissante. Ces deux dessins, le philosophe et le peintre de _tori-i_, ont une parent� extraordinaire avec le beau _faire_ brutal de Daumier et avec ses indications � la fois vigoureuses et comiques du muscle dans ses anatomies. IV. La d�esse Kwannon sur un dragon. Cette d�esse, dont les pri�res ont pour but de faire arriver � la rive des bienheureux, les �mes p�cheresses retenues de l'autre c�t� du fleuve, est repr�sent�e dans une glorieuse image avec la s�r�nit� bouddhique de son visage se d�tachant d'un nimbe d'or p�le, et toute volante dans sa robe d'un rose mourant �parpill�e sur la nuit du fond. V. Paysage couvert de neige, avec une montagne dans le fond, et au premier plan un sapin s'�levant au-dessus des habitations rustiques de Tsoukouba dans la baie de Y�do[16]. [Note 16: M. Bing poss�de des �preuves, tir�es � part de cette planche et de la suivante, tout � fait extraordinaires.] VI. Une branche de prunier rose sur une pleine lune indiqu�e seulement par un gaufrage presque invisible. VII. Une branche de cerisier double au coeur de la fleur jaune; une esp�ce o� les feuilles viennent en m�me temps que les fleurs et qui est appel�e au Japon _Shiogama_. VIII. Une tige de navet � l'�l�gant d�chiquetage lyr� de la feuille, employ�e souvent au Japon comme motif d�coratif et vers laquelle vole une gu�pe qui est un vrai trompe-l'oeil. IX. Deux pivoines dans un panier, dessin�es avec ce style que les Japonais mettent � la fleur; un style parent du style que nos vieilles �coles de peinture de l'Europe mettaient � la repr�sentation de l'humanit�. X. Des tiges d'iris violac�s, ces fleurs � la d�coupure h�raldique. XI. Un faucon sur une branche de ch�ne, une patte rebrouss�e contre lui dans un mouvement de prise de vol, avec le regard d'un oeil qui semble percevoir une proie dans le ciel. XII. Un faisan qui s'�pouille au milieu des traces que ses pattes ont laiss�es sur une terre rouge. XIII. Deux canards mandarins, dans des mouvements de nage o� le dessin

cartilagineux de leurs pattes semble ex�cut� par un dessinateur sp�cialiste du canard. XIV. Un renard fuyant dans une fuite o� est exprim� le d�talement sournois de la b�te avec l'inqui�tude du regard. XV. Deux lapins, un lapin jaune � l'oeil noir, un lapin blanc � l'oeil rouge. Une �tude amusante de ces animaux affectionn�s par les Japonais qui, par des croisements, cherchent � en faire des animaux ph�nom�nes, comme longueur des oreilles, comme couleur des yeux, si bien que le gouvernement a frapp� ces animaux, il y a une dizaine d'ann�es, de l'imposition d'un dollar. La peinture les repr�sente d'habitude, sous un rayon de lune, comme dans le rayonnement d'une lumi�re natale: les taches qu'on y aper�oit �tant form�es, dans l'imagination japonaise, par deux lapins, et encore aujourd'hui les gens du peuple croient que deux lapins, expos�s la nuit dans une cage aux rayons de la lune, on ne les retrouve pas le lendemain, d�livr�s qu'ils sont par l'intervention de leurs confr�res de l�-haut. Citons du _Shashin Gwafou_ un exemplaire d'un tirage extraordinaire rapport� en Europe par Siebold, et peut-�tre achet� � Hokousa� en personne. Siebold avait rapport� six exemplaires, dont quatre ont �t� donn�s aux biblioth�ques de Paris, de Vienne, et deux �taient conserv�s � La Haye. M. Gonse a �t� assez heureux de pouvoir en obtenir un, par suite d'un �change.

XXV En 1815 Hokousa� publie, avec la collaboration de Hokoutei Bokous�n, le _J�rouri Zekkou_, MORCEAUX DE DRAMES: une suite de sc�nes tir�es des pi�ces les plus c�l�bres du XVIIe et du XVIIIe si�cle, en cinquante-six impressions en noir, avec de tr�s d�licates demi-teintes, comme lav�es. Cette femme, la t�te renvers�e, les deux mains s'�treignant au bout de ses bras tendus dans un geste de d�sespoir: cette femme est la ma�tresse d'un Japonais mari� que vient trouver le p�re de son amant et qu'il d�cide � le quitter, en lui exposant qu'elle est la ruine de son m�nage: pauvre femme qui bient�t, ayant � subir les sc�nes de l'homme qui se croit quitt� pour un autre, se tue. Une autre planche curieuse est la repr�sentation de la sc�ne d'une pi�ce du XVIIIe si�cle intitul�e OHANA-HANSHITI, o� deux femmes, deux apparentes amies, sont sommeillant l'une contre l'autre; l'une la femme d'un prince, l'autre sa ma�tresse; et il se trouve que l'ombre port�e par les cheveux de la ma�tresse dessine sur le ch�ssis de papier comme l'enlacement de deux serpents qui se battent. Et le prince, � la vue qu'il a de ces serpents � travers le ch�ssis, pensant aux sc�nes que cette rivalit� sourde a d�j� amen�es dans son int�rieur, et des sc�nes qui suivront, abandonne son palais et se fait pr�tre. Une pi�ce qui serait, au dire des Japonais, une �tude psychologique de la femme tr�s int�ressante. Une autre planche est la repr�sentation d'une femme de la campagne parlant

� une courtisane qui pleure � chaudes larmes. Or, voici le sujet. Une jeune fille dont le p�re a �t� tu� par un malfaiteur, a �t� vendue au Yoshiwara, est devenue une grande courtisane, sans connaissance de son pass�. Or, sa soeur cadette venue d'une province lointaine, apprend � l'a�n�e son histoire, et les deux soeurs se mettent � la recherche du malfaiteur et, comme autre fois existait au Japon le _droit � la vengeance_, le duel devant Dieu de l'ancienne Europe, les deux soeurs arrivent � tuer l'assassin de leur p�re. Une autre planche vous montre un pr�tre bouddhique devant un kak�mono repr�sentant une femme, et sa t�te aux cheveux rebrouss�s et semblable � celle d'un diable, appuy�e r�fl�chissante sur une main, est toute pleine d'une pens�e fixe, soucieuse. Oui, ce pr�tre de Bouddha, ce vertueux, ce savant, est devenu amoureux de l'image qui est devant lui et, indiff�rent au culte et ne remplissant plus ses devoirs religieux, est renvoy� de l'�glise et rencontre dans sa nouvelle vie une femme ressemblant � la femme du kak�mono, qui d�daigne son amour et le rend le plus malheureux des hommes. Cet album est vraiment l'album o� les tristesses, les pleurs, les d�solations, les crispations nerveuses, les affaissements, les d�sespoirs de la femme sont merveilleusement rendus avec toutes les gr�ces, les charmes, les coquetteries de la douleur f�minine th��trale. La m�me ann�e para�t _Odori hitori keiko_, LE�ONS DE DANSE PAR SOI-M�ME, un album repr�sentant le dessinateur Hokousa� s'�tirant les bras au r�veil d'un r�ve qui s'�loigne derri�re lui et laisse entrevoir, dans l'effacement de sa vision, deux danseurs et une danseuse. Et c'est, apr�s l'impression de chants pour accompagner les danses, une s�rie de planches repr�sentant chacune quatre ou cinq petites figurines de danseurs avec, � la droite ou � la gauche de leur bras ou de leur pied, une ligne droite ou courbe indiquant le d�veloppement complet du geste commenc� par ce bras ou ce pied. L'album d�bute par la _Danse du Batelier_, qui a 43 figures. Suit une danse comique, tr�s gymnastiquement mouvement�e. Puis une danse intitul�e: la _Danse du marchand d'eau fra�che_. Mais la danse la plus originale, c'est la _Danse du mauvais esprit_, une danse diabolique avec des mouvements d'un disloquage anti-humain, et des expressions de t�tes m�phistoph�liques, un moment sous des masques carr�s aux caract�res myst�rieux, d�signant les g�nies du mal, danse qui a 67 figures. A la derni�re page de l'album, Hokousa�, avec son ironie habituelle, dit: _Si dans l'ex�cution des mouvements et des mesures il y a des erreurs, veuillez m'excuser. J'ai dessin� ainsi que j'ai r�v�, et comme le r�ve d'un spectateur ne peut pas exactement tout donner, si vous voulez bien danser, apprenez-le pr�s d'un ma�tre. Or, si mon r�ve ne peut pas faire un vrai danseur, �a fait tout de m�me un album. Mais, au fond, ce que je vous recommande quand vous voudrez danser, c'est de mettre en s�ret� le tabako-bon (fumoir) et les bols � th�, car, m�me en les sauvant, vous aurez toujours dans vos nattes un d�g�t bien suffisant_. Et Hokousa� signe: _Katsoushika Oyaji_ (papa Hokousa�). En 1817, dans un album �dit� par Yeirakouya T�shiro d'Owari et intitul� _Y�hon Ri�shitzu_, ALBUM DE DESSINS PAR DEUX PINCEAUX, Hokousa� collabore avec Rikkosa� de Osaka,--lui se chargeant des personnages, animaux,

oiseaux, et Rikkosa� dessinant les paysages et les arbres. Un album o� les personnages disparaissent dans le paysage, mais o� peut-�tre Hokousa� s'est repr�sent� l�chant son pinceau dans la derni�re planche.

XXVI En 1817, pendant un voyage d'Hokousa� � Nagoya, le peintre recevait la commande de nombreuses illustrations de livres et, comme ses �l�ves vantaient l'exactitude de la repr�sentation des �tres et des choses dans les dessins du ma�tre, dessins d'un format relativement tr�s petit, les adversaires de la _peinture vulgaire_ d�claraient que les petites choses que produisait le pinceau d'Hokousa� �taient du m�tier, n'appartenaient pas � l'art. Propos qui blessaient Hokousa� et qui lui faisaient dire que, si le talent du peintre consistait dans la grande dimension et les grosses touches d'une oeuvre, il �tait pr�t � �tonner ses adversaires. Et c'est alors que son �l�ve Bokousen et ses amis lui vinrent en aide pour ex�cuter en public une formidable peinture,--un Darma d'une bien autre proportion que celui d�j� peint en 1804. Ce fut le cinqui�me jour du dixi�me mois de l'ann�e que cette peinture eut lieu devant le temple de Nishighak�jo, et la biographie japonaise d'Hokousa� en donne la relation illustr�e d'apr�s un r�cit avec dessins de Y�nko-an, un ami du peintre. Au milieu de la cour du nord du temple, d�fendue par une palissade, avait �t� d�velopp� un papier fait expr�s et ayant plusieurs fois l'�paisseur du papier servant � couvrir les manteaux au Japon. Et ce morceau de papier sur lequel Hokousa� devait peindre avait la superficie de 120 nattes. Or la natte japonaise mesure 90 centim�tres de largeur sur 180 de hauteur, ce qui faisait � l'artiste un champ de peinture de 194 m�tres. Et, pour que le papier p�t rester tendu, il avait �t� fait dessous un lit de paille de riz d'une grande �paisseur et, de distance en distance, des morceaux de bois, servant de presse, emp�chaient le vent de soulever le papier. Un �chafaudage avait �t� mont� contre la salle du conseil et faisant face au public: �chafaudage au haut duquel des poulies �taient attach�es � des cordes pour soulever l'immense dessin dont la t�te �tait fix�e � un madrier de bois gigantesque. Des pinceaux de grande dimension se voyaient tout pr�ts, des pinceaux dont le plus petit �tait de la grosseur d'un balai, et l'encre de Chine �tait pr�par�e dans des cubes �normes et transvas�e dans un tonneau. Ces pr�paratifs occupaient toute la matin�e o�, d�s les premi�res lueurs du jour, se pressaient dans la cour du temple, pour voir ex�cuter le dessin, une foule de nobles, de manants, de femmes de toutes sortes, de vieillards, d'enfants. Dans l'apr�s-midi Hokousa� et ses �l�ves, dans une tenue demi-c�r�monieuse, les jambes et les bras nus, se mettaient � l'oeuvre, les �l�ves puisant l'encre dans le tonneau et la mettant dans un bassin de bronze avec lequel ils accompagnaient, l� o� il allait, le peintre peignant. Tout d'abord Hokousa� prit un pinceau de la grosseur d'une botte de foin et, apr�s l'avoir tremp� dans l'encre, dessina le nez, puis l'oeil gauche du Darma: alors il fit plusieurs enjamb�es et dessina la bouche et l'oreille. Apr�s il courut tracer la ligne de la configuration du cr�ne. Cela fait, il

ex�cuta les cheveux et la barbe, prenant pour les d�grader un autre pinceau fait de filaments de coco et qu'il trempa dans une encre de Chine plus claire. A ce moment ses �l�ves apport�rent, sur un immense plateau, un pinceau fait de sacs de riz, tout imbib� d'encre. A ce pinceau �tait attach�e une corde et, le pinceau pos� � l'endroit que Hokousa� indiqua, il attacha la corde � son cou, et on le vit tra�ner le pinceau attach� � la corde, le tra�ner � petits pas et faire ainsi les gros traits de la robe du Darma. Quand les traits furent achev�s et qu'il fallut mettre le rouge � la robe, les �l�ves prirent dans des seaux la couleur, la jet�rent avec des pelles, tandis que quelques-uns d'eux pompaient avec des linges mouill�s les endroits o� il y avait trop de couleur. Ce ne fut qu'� la tomb�e de la nuit que l'ex�cution compl�te du Darma fut termin�e et qu'on put soulever, au moyen des poulies, la grande machine peinte, et il y eut encore une partie du papier tra�nant au milieu de la foule qui, selon l'expression japonaise, semblait une _arm�e de fourmis autour d'un morceau de g�teau_. Et ce ne fut que le lendemain qu'on put sur�lever l'�chafaudage et accrocher compl�tement en l'air la peinture. Cette s�ance fit �clater le nom d'Hokousa� comme _un coup de tonnerre_, et pendant quelque temps, dans toute la ville, on ne vit dessin� sur les ch�ssis, sur les paravents, sur les murs, et m�me sur le sable par des enfants, rien que des Darma, rien que l'image de ce saint qui s'�tait impos� la privation du sommeil et dont la l�gende raconte qu'indign� de s'�tre endormi une nuit il se coupa les paupi�res, les jeta loin de lui comme de mis�rables p�cheresses et que, par suite d'un miracle, ces paupi�res prirent racine o� elles �taient tomb�es, et qu'un arbrisseau, qui est le th�, poussa donnant la boisson parfum�e qui chasse le sommeil. Ce ne fut pas la seule grandissime peinture que peignit Hokousa�. Plus tard il peignit, � Honj�, un cheval colossal, et plus tard encore � Ri�gokou un H�te� g�ant, Hote� qu'il signa _Kinta�sga Hokousa�_, ce qui veut dire �Hokousa� de la maison au sac de brocart�, par allusion au sac de toile qui est toujours l'accessoire de ce dieu. Le jour o� il peignit le cheval de la grandeur d'un �l�phant, on raconte qu'il posa son pinceau sur un grain de riz et, quand on examina ce grain de riz � la loupe, on eut l'illusion de voir dans la tache microscopique du pinceau l'envol�e de deux moineaux.

XXVII En 1818 Hokousa� illustre _Hokousa� Gwaki�_, LE MIROIR DES DESSINS D'HOKOUSA� ou _D�nshin Gwaki�_, MIROIR DES DESSINS QUI VIENNENT DE L'�ME. Ce livre qui contient cinquante pages de dessins est avec le _Shashin gwafou_ l'album o� Katsoushika Hokousa� se montre le plus magistral, le plus en possession de tout son talent. La pr�face dit: �Les anciens ont dit que pour faire un grand peintre, il fallait trois conditions:

L'�l�vation de l'esprit; La libert� du pinceau (l'ex�cution); La conception des choses. Et g�n�ralement il est difficile de trouver un artiste qui poss�de une de ces conditions. Eh! bien, il y a un homme de Y�do, appel� Hokousa�, adonn� depuis de longues ann�es � la peinture, et qui remplit ces trois conditions.� Et la pr�face n'exag�re pas. D'abord le titre dans un bel encadrement michelangesque, repr�sentant des _oni_, des mauvais g�nies:--un encadrement qui a l'air de la premi�re page d'un de nos beaux livres du XVIe si�cle. Alors une s�rie d'images du plus puissant dessin anatomique, o� tous les muscles sont indiqu�s dans la chair comme par une calligraphie savante o� se voit, dans le carr� de leur forme, le rondissement des mollets, o� dans les pieds, dans les mains, transperce l'ossature du squelette: du nu qui a quelque chose d'un Mantegna anim� par une fi�vre de la vie. Et d�filent, sous vos yeux, ces anatomies bossu�es et ressautantes de B�nk�i, le repr�sentant de la force, montant une cloche au haut de la montagne Ishiyama; tuant � coups de hache un ours; de Momotaro �crasant sous lui un diable; de ces deux aveugles se battant � coups de b�ton, etc., etc. Et le mouvement et la tr�pidation des muscles chez Hokousa� s'�tend aux v�tements, ainsi que dans cette a�rienne apparition d'un Darma au haut d'un rouleau de papier et chez lequel, de la courbe de son corps sous sa t�te rejet�e en arri�re, sous ses pieds en retraite, l'envol�e derri�re lui de sa robe ressemble � des lani�res de fouet. Et � c�t� de ces repr�sentations de la force, en sa tourmente musculaire, les jolies images de la gr�ce des enfants, de la gentillesse �veill�e de ces petits Japonais aux figures rondelettes, aux trois houppes de cheveux sur le front et les tempes. Il y a une charmante planche d'enfants faisant de la musique, une autre d�licieuse planche d'enfants jouant � une esp�ce de jeu de dames; mais la planche qui est tout � fait un chef-d'oeuvre est la r�union de quatre gamins japonais faisant du trap�ze apr�s les traverses d'une barri�re et dont l'un, la t�te en bas, a son petit derri�re � l'air: un dessin qui est le vrai dessin de la gr�ce gymnastique. Une autre composition int�ressante est un gras H�te� renvers� sur le dos et riant aux larmes, et qui fait danser au haut de ses pieds lev�s, ainsi que dans la _Gimblette_ de Fragonard, un petit Japonais. Au milieu de ces dessins de l'humanit� petite ou grande, des croquis d'animaux, comme ces deux grues pench�es sur l'eau, comme ce groupe d'une poule et d'un coq, o� le croquis n'a jamais �t� plus loin, par cette connaissance qu'a maintenant Hokousa� de ce qu'on doit mettre et de ce qu'on doit omettre dans un dessin, pour que ce dessin ait tout son effet. Et encore des planches de poissons de toutes les formes, au milieu desquels un cuisinier est renvers�, cul sur t�te, par la d�charge d'un poisson �lectrique. Et la grandeur et la puissance du dessin du ma�tre, conserv�es dans des riens, comme une tige d'iris.

XXVIII Hokousa� publie en 1819, avec la collaboration de ses �l�ves d'Osaka, Senkwkoutei, Hokouy�, Sekkwatei Hokoujo�, Shung�tei, Hokkei (un autre que le Hokkei connu), publie _Hokousa� Gwashiki_, M�THODE DE DESSIN PAR HOKOUSA�, un volume aux dessins en noir teint�s d'une coloration rose et bleu�tre. � c�t� du gros et gras Y�bis ou p�chant � la ligne, c'est une assembl�e de Rakans, de pr�tres bouddhiques, dont l'un fait sortir de sa coupe une vapeur qui se change en un gigantesque dragon; c'est le malheureux prince Oht� en sa noire prison, dans une anfractuosit� de rocher; c'est l'hallucination de Yorimitso devant cette gigantesque araign�e dont la toile ferme la sortie d'une pi�ce; c'est la lutte corps � corps de Kawazou-no-Sabouro et de Matano-no-Gor�, ces deux formidables guerriers du XIIe si�cle, c'est Bishamon tuant un diable. Et ce sont des p�cheurs de crabes, des laveurs d'ignames, des b�cherons, des portefaix, des humains, si vivants, si parlants, si gesticulants, qu'il y a chez eux comme une ivresse de la vie et une joie gaudriolante, non seulement des physionomies aux bouches fendues en tirelire, mais encore des torses, des bras, de toute la musculature qui semble remu�e, agit�e, secou�e par un rire comique[17]. [Note 17: En 1849, a paru un recueil en trois volumes de _Hokousa� Gwashiki_, avec les planches r�duites et teint�es grossi�rement de rose et de bleu: chaque volume pr�c�d� d'un pr�tre du culte Kami.] Et de cette mimique du dessin, parfois un peu caricaturale mais qui n'est pas absolument particuli�re � Hokousa�, mais presque g�n�rale chez tous les peintres japonais, il est une explication. Le Japon est le pays o� le masque d'Okam�, la d�esse de la grosse joie, figure dans le vestibule de toutes les habitations: o� le proverbe: �Le sourire est la source du bonheur et de la fortune� est � l'�tat d'axiome; o� l'on n'entend jamais pleurer un enfant; o� la femme est la seule femme de l'Orient qui ait une nature rieuse; o� la bataille de la vie n'est pas �pre; o�, dans ce pays de gais paysages et de ciel bleu, la m�lancolie ne semble pas exister; enfin o� les atteintes prolong�es de chagrins chez les peuples septentrionaux ne sont que momentan�es.

XXIX En 1822 paraissent _Ki�ka Moumazoukouski_, PO�SIES SUR LES CHEVAUX, po�sies o� une seule planche double sign�e _Hokousa�, fou de la Lune_, repr�sente trois de ces chevaux chevelus, � la crini�re hirsute, dont l'un, les fers en l'air, se roule � terre en d�tachant de terribles ruades. En 1826, dans _Hankon Shirio_, LES VIEUX PAPIERS JET�S, deux volumes de Tan�hiko, il existe un curieux fac-simil� d'Hokousa� d'apr�s Tori-i Kiyonobou, peintre du XVIIe si�cle, repr�sentant un fameux marchand de _caramels de long�vit�_ pour les enfants, si populaire que sa personnalit�

fut mise au th��tre par le fameux acteur Nakamoura Kitibei.

XXX De 1800 � 1826, les feuilles s�par�es, publi�es par Hokousa�, sont nombreuses et de toute nature. Un jour c'est une estampe industrielle, un autre jour une estampe de l'art le plus pur. Dans les ann�es qui suivent 1800, ce sont deux s�ries de petites bandes, au nombre d'une vingtaine, contenant des sujets vari�s. Vers le m�me temps, une suite d'impressions caricaturales, parmi lesquelles une assez dr�latique: un gar�on d'un marchand de sak� remettant la facture � une bonne qui, prenant la facture pour une lettre d'amour, se sauve et que le gar�on est oblig� de rattraper par ses jupes: une s�rie d'une dizaine de planches presque enti�rement consacr�e, avec la s�rie des CENT PROVERBES COMIQUES, aux aventures amoureuses des bonnes et � leur engrossement. Dans cette s�rie existe une autre planche o� un Japonais, dans un saut p�rilleux, passant par-dessus une femme lavant du linge, la trousse. Les yeux �merillonn�s, le nez en as de tr�fle, la bouche entr'ouverte de poisson cuit de la laveuse, �a ne peut se dire! Vers 1802, voici des images � composer pour enfants, faites de deux planches au moyen de la d�coupure desquelles les enfants doivent constituer une maison avec les personnages du dedans et de l'ext�rieur. Et cette maison qu'ils doivent composer, est une �Maison Verte�. Une constitution plus compliqu�e est un �tablissement de bains qui se fabrique avec la d�coupure de cinq planches et o� vous avez tout le d�tail de l'�tablissement, avec les hommes et les femmes � l'�tat de nudit� dans les deux bains. Cette �Maison Verte� et ce bain sont publi�s, en m�me temps que deux suites sur les r�nins, une petite s�rie � l'imitation des sourimonos, et une grande s�rie dat�e de 1806; puis une belle suite de paysages, donnant dans une planche, pour ainsi dire, la ga�t� d'une habitation de femme noble, en ces l�g�res constructions � jour toutes remplies de branches de cerisier en fleurs dans de grandes potiches, et avec ces galeries courant sur un petit lac. Vers 1810, c'est dans un grand format, les six impressions des six po�tes qui sont: Onono Komati (une femme de la cour); Ariwara-no Narihira (un seigneur); S�j� H�nj� (un grand pr�tre); Kis�n Hosshi (un pr�tre); Ohtomo-no Kouronoushi (un lettr� noble); Boun-ya-no Yasouhid� (un po�te de la bourgeoisie). Et les contours du corps des six po�tes, par une chinoiserie fort � la mode dans ce pays, sont faits avec les lettres de leurs noms, et parmi ces

po�tes se trouve une Komati d'une tr�s belle couleur au milieu d'esp�ces de cr�tes de vagues violettes et vertes courant si joliment dans une de ses po�sies. Vers ce temps c'est une s�rie de personnages, de paysages, d'oiseaux, de poissons tir�s en bleu, contenant une dizaine de planches. Dans les m�mes ann�es, para�t la repr�sentation d'une �Maison Verte� avec tous ses d�tails en cinq planches. Sous l'escalier, l'emmagasinement des barillets de sak�; � gauche, le petit b�timent contre l'incendie, vers lequel il y a une all�e et une venue incessante de porteuses de choses. Dans la premi�re pi�ce, le patron et la patronne assis devant un chibatchi et une th�i�re de th�, et entour�s d'un cercle de femmes accroupies. Derri�re eux, une petite pagode, avec ses lions de Cor�e, ses petits Darma, et ses deux bouteilles de sak� en laque, comme offrande aux dieux,--et aussi, comme offrande, sur les marches du petit escalier, un moment d�pos�, l'argent re�u par les femmes, mais qu'elles reprennent bient�t apr�s. Une galerie o�, � travers le jardin, on entrevoit des femmes faisant leur toilette. Une pi�ce o� les femmes nettoient des plateaux de laque et enferment dans des coffres des bols et des assiettes. Puis la cuisine o� un homme souffle le feu d'un grand fourneau, pr�s d'une colossale marmite de riz, surmont� de quatre petites pyramides de riz et de deux petites bouteilles de sak�, toujours comme offrande � Bouddha. Maintenant un jeu de cartes, le jeu de cartes des po�sies de Gu�nji, se composant de 110 cartes minuscules d�cor�es d'un �ventail, d'une bouteille de sak�, d'un vol de deux papillons, d'une �critoire, d'une branchette d'arbre, d'un chapeau de paille, d'un panier de l�gumes, etc. Et encore un �cran o� sont repr�sent�s deux esprits du sak�, ces petits �tres fantastiques aux cheveux rouges, dont l'on porte sur l'�paule le gobelet � queue avec lequel on puise le sak� dans la terrine, et l'autre qui joue de la fl�te. Trois curieuses impressions d'�crans en cama�eu bleu, avec les figures et le nu des corps, r�serv�s en blanc, et dans le ciel le rouge d'un soleil couchant, sign�es: _Manji_ (vers 1834), font partie de la collection de M. Vever. L'un repr�sente un �tablissement thermal dans la province de Kahi; l'autre, un lac sur la route de Kiso; le dernier un rocher pittoresque dans la province de J�sh�. Deux autres impressions d'�crans faisant partie de la m�me suite, sont tir�es en couleur: l'une, c'est la repr�sentation de p�cheurs tirant leurs filets, l'autre, un parcours de voyageurs le long de la mer par un temps de neige. Des dessins d'�crans, M. Bing en poss�de aussi une int�ressante suite. Un faisan et un serpent; une r�union de sept coqs, impression tr�s originale; une femme apportant une tasse de th�,--le tirage en noir de l'impression primitive; des teinturi�res; des p�cheuses de sel au bord de la mer qui moutonne et se brise autour d'elles. Un aigle volant au-dessus d'un nuage est dans la collection Manzi. On conna�t aussi, publi�es vers ce temps, un certain nombre d'impressions d'�ventails dont je ne veux citer que le plus remarquable, qui est dans la collection de M. Bing. C'est la t�te d'un aigle tenant dans ses serres un petit ourson, dont les ailes �tendues remplissent, de la mani�re la plus

heureuse, l'h�micycle de l'�ventail. Enfin, en l'ann�e 1823, l'ann�e o� Hokousa� va publier ses plus belles feuilles s�par�es, va faire para�tre ses premi�res planches des TRENTE-SIX VUES DE FOUGAKOU (Fouzi-yama), il met au jour une curieuse impression. C'est une tr�s grande planche, du format de nos plans de ville: un paysage imaginaire contenant cent ponts dans une seule vue, un paysage d'un pittoresque indescriptible. Et voil� ce que Hokousa� a �crit, comme l�gende de l'estampe: �_Pendant l'automne dernier, j'�tais tristement r�veur, et soudain j'ai imagin� de me promener dans un paysage pittoresque, en passant un nombre innombrable de ponts, et je me suis trouv� tellement heureux de ma longue promenade dans ce paysage que j'ai pris de suite mon pinceau et l'ai dessin�, ce paysage, avant qu'il ne se perd�t dans mon imagination_.�

XXXI Cette note sur le _Paysage � cent ponts_ est un t�moignage du temp�rament po�tique du peintre, et la biographie de Ki�d�n affirme en effet que Hokousa� fut un excellent po�te dans la po�sie Ha�-kai (la po�sie populaire). A propos du go�t d'Hokousa� pour la po�sie, on raconte qu'il �tait membre d'une soci�t� de po�tes, nomm�s les _soci�taires de Katsoushika_ et, en raison de sa sup�riorit� sur ses confr�res, y exer�ant une sorte de pr�sidence. Or dans cette soci�t� il y avait des gens de service, ignorant que le peintre et le po�te �taient le m�me homme, et il arriva qu'un soir on lui apporta une lanterne dont le papier �tait blanc, sans aucune ornementation; Hokousa� demanda un pinceau et dessina des tiges de foug�res, d'un trompe-l'oeil si extraordinaire que le domestique qui avait apport� la lanterne ne put s'emp�cher de crier: �Oh! vraiment, monsieur Hokousa�, quelle disposition vous avez pour le dessin!� On entend l'�clat de rire des _soci�taires de Katsoushika_ en train de regarder Hokousa� peindre.

XXXII De 1823 � 1829 para�t, sous le titre de: LES TRENTE-SIX VUES DE FOUGAKOU (Fouzi-yama), une s�rie d'impressions c�l�bres, qui dans le principe ne devait compter que 36 planches, et dont le nombre a �t� port� � 46 planches. Cette s�rie en largeur, aux couleurs un peu crues, mais ambitieuses de se rapprocher des colorations de la nature sous tous les aspects de la lumi�re, est l'album inspirateur du paysage des impressionnistes de l'heure pr�sente. 1. _Y�jiri_ (de la province de Sourouga).

Un coup de vent. 2. _Ohno-shind�n_ (de la province de Sourouga). Transport de fagots par des boeufs. 3. _Champs de th� de Katakoura_ (de la province de Sourouga). Un homme ferrant un cheval. 4. _Foujimi-no-hara_ (de la province d'Owari). Un Japonais agenouill� dans le cercle d'une immense cuve qu'il assemble et o� l'on voit dans le fond le Fouzi-yama. 5. _Un matin de neige � Ko-ishikawa_ (� Y�do). Femme indiquant, d'un kiosque, le Fouzi-yama. 6. _Todo-no-Oura_. Des tori-i dans l'eau, au bas desquels sont des p�cheurs de coquillages. 7. _L'autre c�t� du Fouji, vu de Minobougawa_ (nom de rivi�re). Chevaux au bord de la rivi�re. 8. _Beau temps par un vent du Sud_ (dat� 1825). Le Fouzi-yama, en la coloration rouge d'une brique, avec quelques l�zardes de neige � l'extr�mit� de son pic, et se d�tachant sur un ciel d'un bleu intense tout ray� de nuages blancs stratifi�s qui donnent au ciel le caract�re d'une plage dont la mer vient de se retirer. Une impression de la plus grande originalit� et o� l'artiste japonais eu la bravoure de rendre l'effet qu'il a vu, dans toute sa v�rit� invraisemblable. 9. _Orage au pied de la montagne_. Le Fouzi-yama vu tout pourpre � la clart� d'un �clair. 10. _Ascension des hommes_. Mont�e de Japonais, par des �chelles, � la caverne de Fouzi-yama d�j� toute pleine de p�lerins. 11. _Naroumi de la province de Kazousa_. Grand bateau couvert de nattes. 12. _Oushibori de la province de Hitati_. Am�nagement d'un grand bateau japonais dont on ne voit que la moiti�. 13. _Le lac de Souwa, de la province de Shimano_. Une hutte sous un arbre. 14. _Dans la montagne de la province de T�t�mi_. Des scieurs de bois d�bitant une �norme solive s'�levant dans le ciel port�e sur quatre poutres. Une des planches les plus harmoniques aux colorations simplement vertes et bleues sur le jaune du papier, avec quelques rehauts d'encre de Chine. 15. _La roue hydraulique de Ond�n_. Une femme, un baquet sous le bras, une autre en train de laver, dans la chute d'eau un panier rempli d'herbages.

16. _Inoum�-t�gh� de la province de Kahi_. Le Fouzi-yama, d'un rouge brun � la base, d'un bleu d'outremer au milieu, puis blanc de neige au sommet. 17. _La surface de l'eau de Sansaka de la province de Kahi_. Le Fouzi-yama jaune d'ocre, refl�t� dans le bleu de la rivi�re. 18. _La passe de Mishima de la province de Kahi_. Un gigantesque c�dre dont trois hommes sont en train de mesurer le tronc de leurs bras �tendus. Encore une de ces harmonieuses planches faites de colorations bleues et vertes sur papier jaune: au fond les colorations de nos grisailles amoureuses du XVIIIe si�cle. 19. _L'Aube de Isawa de la province de Kahi_. Au-dessus de toits de chaume d'habitations de paysans, le Fouzi-yama tout noir, sauf l'extr�mit� du pic. 20. _L'int�rieur du flot en face de Kanagawa_ (� T�ka�d�). Planche qui devrait s'appeler _la Vague_ et qui en est comme le dessin un peu divinis� par un peintre sous la terreur religieuse de la mer redoutable entourant de toute part sa patrie: dessin qui vous donne le col�reux de sa mont�e dans le ciel, l'azur profond de l'int�rieur transparent de sa courbe, le d�chirement de sa cr�te qui s'�parpille en une pluie de gouttelettes ayant la forme de griffes d'animaux. 21. _Hodogaya sur le T�ka�d�_. Le passage d'un pont de bateaux par des pi�tons et un Japonais � cheval par un temps de neige. 22. _Yoshida sur le T�ka�d�_. Maison de th� o� hommes et femmes prennent du th�, fument, se reposent sur le banc int�rieur de la maison d'o� par une grande baie on aper�oit le Fouzi-yama. Dans un coin un voyageur ramollit sa chaussure � coups de maillet. 23. _Kanaya sur le T�ka�d�_. Norimon port� dans l'eau. 24. _Plage de Tago pr�s de Y�jiri sur le T�ka�d�_. Une barque, au-dessus le Fouzi-yama, tout bleu. 25. _Y�noshima de la province de Sagami_. Maison rustique dans une �le. 26. _Nakabara de la province de Sagami_. Porteurs pr�s d'un petit monument bouddhique. 27. _Shitiri-ga-hama de la province de Sagami_. Un bouquet d'arbres bleu�tres. 28. _Le lac de Hakon� de la province de Sagami_. Paysages montant au-dessus de sommets d'arbres au bas de la planche. 29. _Menesawa de la province de Sagami_. Assembl�es de grues.

30. _Tat�kawa de Honj�_ (� Y�do). Le quartier des chantiers de bois � Y�do, avec d'un c�t� ses piles de bois et de l'autre ses assemblages de planches debout. 31. _Le pont Mann�n-bashi de Foukagawa_ (� Y�do). Un bateau � l'avant. 32. _La pagode des 500 Rakan_ (� Y�do). Sur la terrasse de la pagode. 33. _Le pin de Aoyama_ (� Y�do). Pin � l'�tendue des branches couvrant un terrain immense, branches que soutient une for�t de tuteurs. 34. _Kajika-sawa de la province de Kahi_. Homme retirant, du haut d'un rocher, un filet jet� dans un lac. 35. _M�gouro inf�rieur_ (� Y�do). Faubourg de Y�do o� se fabriquent les meules pour �craser le riz. 36. _S�nj�_ (un faubourg de Y�do). Homme pr�parant pour un cheval la sandale de paille employ�e avant l'adoption du ferrage. 37. _Vue du Fouji � travers la ville des fleurs_ (Yoshiwara) _du c�t� de S�nj�_. Une marche de porteurs de fusils dans des gaines rouges. 38. _Tsoukouda-zima_ (une �le � l'embouchure de la Soumida). Barque charg�e de ballots de coton. 39. _Tamagawa_ (nom de rivi�re) de la province de Mousashi. Petite barque sur cette belle et claire rivi�re alimentant Y�do d'eau potable. 40. _Fouzi vu de Shinagawa � travers Got�nyama_ (� Y�do). Mont�e de gens dans le paysage; � droite collation sur un tapis. 41. _Le pont Nihonbashi de Y�do_. La perspective des entrep�ts. 42. _Les magasins de Mitsui de Y�do_. Magasins d'objets de luxe. 43. _Sourougada� de Y�do_. Colline au centre de Y�do, porteurs gravissant un chemin. 44. _Le temple bouddhique Hongwanji d'Asakousa de Y�do_. Le fronton de la toiture d'un des plus grands temples bouddhiques. 45. _Le soir du pont Ri�gokou, vu du quai des �curies_. Une barque o� un homme laisse flotter un linge dans l'eau. 46. _Le village de S�kiya, au bord de la Soumida_ Trois cavaliers galopant sur la route.

� cette s�rie des TRENTE-SIX VUES DU FOUZI se joignent, comme impressions de la m�me facture, la s�rie des CASCADES et la s�rie des PONTS. La premi�re s�rie intitul�e: _Shokokou Takim�gouri_, VOYAGE AUTOUR DES CASCADES, publi�e vers 1827, se compose de huit planches en hauteur. C'est sans doute, vu le nombre des cascades c�l�bres qui existent au Japon, une s�rie qui devait �tre continu�e. 1. _Cascade Kirifouri_ (de la ros�e tombante) _dans la montagne kourokami-yama_ (montagne de cheveux noirs) _de la province de Shimozouk�_. Trois Japonais en contemplation devant la cascade. 2. _Cascade de Ono sur la route de Kiso_. Cinq porteurs sur un pont. 3. _Kiyotaki_ (cascade pure) _de Kwannon de Sakanoshita, sur la route de T�ka�d�_. Mont�e de gens vers un temple de Kwannon. 4. _Mouma aro�notaki, cascade � Yoshino, dans la province d'Izoumi_. Cascade o� le guerrier Yoshitsoun� a lav� son cheval et o�, par une allusion � ce souvenir historique, il est repr�sent� dans cette impression un cheval rouge qu'un homme est en train de laver. 5. _Amida-ga-taki_ (cascade de Bouddha) _au fond de la montagne de Kiso_. Trois Japonais en train de faire une collation, au bas de cette cascade dans la chute de laquelle le Japon voit une ressemblance avec la t�te d'un Bouddha. 6. _Cascade de la colline des mauves_ (Aoy�gaoka) _� Y�do_. Un homme s'�pongeant le front, appuy� sur le b�ton de ses paniers. 7. _Cascade de R�b�n_ (nom d'un ancien pr�tre), _dans la montagne Ohyama, province de Sagami_. Gens se baignant dans la cascade. 8. _Y�r�-no-taki_ (cascade de Y�r�) _dans la province de Mino_. Un groupe de Japonais assis, se reposant au bas de la cascade. La s�rie des PONTS intitul�e: _Shokokou Meiki� Kiran_, vues pittoresques des ponts de diverses provinces, et publi�e de 1827 � 1830, se compose de onze planches en largeur. 1. _Le pont de la Lune crach�e_ (refl�t�e) _dans la montagne Arashiyama de la province de Yamashiro_. Pont sur pilotis de bois. 2. _Pont de bateaux de Sano, de la province de K�zouk�_. Pont sur un cours d'eau tr�s variable reli� avec des cordages sur lesquels sont jet�es des planches. 3. _Koump-no-kak�hashi_ (le pont du nuage) _dans la montagne Gui�d�san � Ashikaga_. Pont reliant les deux pics d'une montagne.

4. _Tsouribashi_ (pont suspendu) _sur la fronti�re des deux provinces de Hida et de Yettch�_. Un pont de cordage avec un filet dessous: un vrai pont d'acrobates. 5. _Kinta�bashi dans la province de Sou-w�_. Pont avec des piles en pierre et un tablier de bois. 6. _Yahaghi-no-hashi de Okazaki, sur la route de T�ka�d�_. Pont courbe en bois sur piliers tr�s �lev�s, forme n�cessit�e par la fonte des neiges au printemps. 7. _Ta�ko bashi_ (pont de tambour) _du temple de T�njin de Kame�do � Y�do_. Pont � la forme sur�lev�e de terre et rondissante d'une moiti� de tambour. 8. _Les ponts de Temp�zan sur la rivi�re Kazikawa dans la province de Settsou_. Deux ponts, pr�s de Ohsaka, reliant une petite �le pittoresque � la terre ferme. 9. _Temma bashi_ (� Ohsaka) _province de Settsou_. Repr�sentation sur ce pont de la f�te des Lanternes. 10. _Le pont de Foukou� de la province de Y�tiz�n_. Un pont moiti� en pierre d'un c�t�, moiti� en bois de l'autre, s�parant deux districts de la m�me province dont l'un �tait r�gi par un da�mio riche, l'autre par un da�mio pauvre. 11. _Yatsou-hashi_ (le pont en 8 parties) _de la province de Mikawa_. Un pont aux compartiments zigzaguant sur un vaste marais, de la forme de ces ch�ssis mobiles sur lesquels les enfants font avancer des soldats, un pont �lev� pour aller voir dessus la floraison des iris du marais.

XXXIII Tout peintre japonais, disais-je, dans mon �tude sur Outamaro, a une oeuvre �rotique, a ses _shungwa_, ses peintures de printemps. Et je parlais alors de la peinture �rotique de l'Extr�me-Orient, �de ces copulations comme encol�r�es, du culbutis de ces ruts renversant les paravents d'une chambre, de ces emm�lements des corps fondus ensemble, de ces nervosit�s jouisseuses des bras, � la fois attirant et repoussant le co�t, de ces bouillonnements de ventres f�minins, de l'�pilepsie de ces pieds aux doigts tordus battant l'air, de ces baisers bouche-�-bouche d�vorateurs, de ces p�moisons de femmes, la t�te renvers�e � terre, la _petite mort_ sur leur visage, aux yeux clos, sous leurs paupi�res fard�es, enfin de cette force, de cette �nergie de la lin�ature qui fait du dessin d'une verge un dessin �gal � la main du Mus�e du Louvre, attribu�e � Michel-Ange.� Ces lignes, je les �crivais d'apr�s trois albums d'impressions merveilleuses dont j'ignorais encore l'auteur, et que je sais maintenant

�tre Hokousa�, et avoir pour titre: _Kinoy� no Komatsou_, LES JEUNES PINS, dont la publication est de 1820 � 1830. C'est dans ces albums qu'existe cette terrible planche: sur les rochers verdis par des herbes marines, un corps nu de femme, �vanoui dans le plaisir, _sicut cadaver_, � tel point qu'on ne sait pas si c'est une noy�e ou une vivante, et dont une immense pieuvre, avec ses effrayantes prunelles, en forme de noirs quartiers de lune, aspire le bas du corps, tandis qu'une petite pieuvre lui mange goul�ment la bouche. C'est dans ces albums que se trouve cette planche d'un voluptueux indescriptible: sur les ondulations d'une �toffe de pourpre, le bas d'un ventre de femme, o� s'est introduit un doigt de sa main, d'une main au poignet nerveusement cass�, aux longs doigts contourn�s, � l'attouchement doucement titillant, d'une main qui, dans sa courbe, a l'�l�gance volante d'une main du Primatice. Je laisse l� la description des autres albums, je veux seulement signaler une s�rie de petits sourimonos, dont quelques-uns sont _� cache_, et ont �t� sans doute publi�s vers les derni�res ann�es du XVIIIe si�cle, et dans lesquels, au milieu des fr�n�sies animales, on trouve des affaissements b�ats, des brisements de cous de nos primitifs, des attitudes mystiques, des mouvements d'amour presque religieux.

XXXIV En 1828 para�t le _Y�hon Teikinw�ra_, CORRESPONDANCE TRAITANT DU JARDIN DE FAMILLE, un des plus parfaits livres illustr�s par Hokousa� et grav�s par Y�gawa Tom�kiti: trois volumes o� les compositions d'Hokousa�, prenant tant�t le milieu, tant�t le haut de la page, sont encastr�es dans une ancienne �criture d'une grasse calligraphie admirablement rendue par le graveur calligraphe Bountid�. C'est l'ancienne �ducation intellectuelle du Japon faite dans la maison paternelle et pas dans les �coles. Et ce livre, o� le mot _tei_ veut dire jardin, et le mot _kin_ �ducation, nous fait conna�tre un trait� dont le texte �crit en langage courant, usit� dans les correspondances journali�res, a pour but de donner une �ducation morale aux enfants dans la famille, m�me pendant qu'ils jouent au jardin. L'int�r�t de ces volumes, o� une illustration, toute moderne, et sans rapport avec le texte, est intercal�e au milieu de cette �criture du XIVe si�cle, c'est surtout la repr�sentation des industries et des m�tiers du pays. Voici une cuisine: la cuisine officielle du souverain o� les cuisiniers ne peuvent toucher � rien qu'avec des baguettes; voici l'atelier d'un sculpteur sculptant une chim�re colossale; voici deux planches de forgerons, dans l'une desquelles un vieux ciseleur, aux lourdes besicles, est en train d'entailler une garde de sabre; voici une teinturerie avec le teinturier aux bras teints jusqu'� la saign�e; voici des brodeurs brodant la soie �tendue sur un ch�ssis; voici les m�tiers � tisser de la ville et de la campagne; voici la faiseuse de chapeaux de paille, et la faiseuse de papier � l'usage domestique; voici le fabricant de parapluies, voici le

faiseur de petites bo�tes en lames de bois roul�es; voici le peintre de kak�monos; voici le sculpteur sp�cialiste des statues et statuettes de Bouddha, voici le diseur de bonne aventure offrant de la rue � des femmes dans leur int�rieur son petit faisceau de cinquante baguettes r�v�latrices de bonne ou mauvaise chance de leur vie; voici enfin la boutique du libraire avec l'annonce des derniers livres. Et, dans cette repr�sentation des industries et des m�tiers, une merveille que le _d'apr�s nature_ des attitudes, la v�rit� des mouvements, l'attentionnement des hommes et des femmes � la chose qu'ils font, et la tranquillit� calme de l'application pour les besognes d�licates, et la violence des anatomies pour l'effort des gros ouvrages. Dans le second volume c'est le fabricant de nattes, _tatami_; c'est le modeleur de th�i�res en m�tal; c'est le chandelier, � la main enduisant de cire une tige de bambou, qu'on retire; c'est le vendeur d'huile; c'est un entrep�t de sak�; c'est un marchand de l�gumes frais; c'est un marchand de l�gumes secs; c'est un pr�parateur de plantes marines comme l'_aonori_, le _kombou_, et qu'on mange bouilli, grill� ou s�ch�; c'est une faiseuse de filets; c'est un s�choir de pieuvres dont la chair s�ch�e sert � faire des soupes tr�s d�licates. Le troisi�me volume contient un tr�s petit nombre de planches d'industries. Il n'y a gu�re qu'un tourneur de meules avec lesquelles on blanchit le riz; un broyeur de th� en poudre, pour le genre de c�r�monie dite Tcha-noyu, et se divisant en Ko�tcha et Mattcha; un faiseur de macaronis de sarrasin, repr�sent� � c�t� des figures comiques de deux avaleurs de macaroni, tout � la joie gloutonne de leur occupation. Et, parmi ces industries, un industriel particulier, un conteur d'histoires, jouant un peu les personnages qu'il met en sc�ne et toujours entour� d'un nombreux public de gens qui ne savent pas lire et, ainsi que dans nos feuilletons, arr�tant son r�cit au moment le plus int�ressant et faisant revenir les gens avec la _suite � demain_. Plusieurs planches sont consacr�es � la c�l�bration de l�gumes ph�nom�naux de certaines provinces du Japon. Ici une rave de la province d'Ohmi qu'il faut deux hommes pour porter, l� une pousse de bambou de la province de _Iyo_ qui a l'air d'un m�t de navire, plus loin encore, deux navets gigantesques de la province Owari, enfin un petasite d'Akita, cette petite plante grande comme une laitue qui sert dans l'image qui la repr�sente de parasol � un homme et � une femme. Et dans les trois volumes, m�l�es aux planches repr�sentant des m�tiers et des industries, des planches de toutes sortes: l'audience d'un da�mio; une rue de Y�do; un int�rieur d'un temple bouddhique; une salle de tribunal avec les trois juges sur une estrade, et le public assis � terre; le frappement sur un ta� en bois pour annoncer un service religieux; la r�colte des _kaki_; la p�che au cormoran; et encore des planches, comme les quatre classes de la soci�t� japonaise: le guerrier, le paysan, l'ouvrier, le marchand, la derni�re classe dans cette soci�t� aristocratique. Mais, de toutes ces images, les plus charmantes sont des sortes de culs-de-lampe, repr�sentant celle-ci, une femme vue de dos � sa toilette qui se met une �pingle dans les cheveux devant un miroir refl�tant sa figure, abaiss�e avec le plus gracieux mouvement du cou, et l'abandon derri�re elle d'une main tenant un �cran; et celle-l�, form�e tout simplement du groupement d'une chim�re, de deux peignes, d'une coupe �

sak�, d'une pipe, d'une fleur. Le premier volume est publi� en 1828, le second en 1848, le troisi�me est sans date, mais tous les dessins sont de 1828. Le baron de Hubner, dans sa PROMENADE AUTOUR DU MONDE, raconte qu'� Odawara, apr�s le repas dans la grande maison de th� de la ville, un homme s'est pr�sent�, porteur d'une bo�te divis�e en quatre compartiments contenant du sable rouge, bleu, noir, blanc, et qui, en le jetant sur le plancher comme un cultivateur jette la semence, dessinait et peignait � la fois des fleurs des oiseaux, et � la fin,--au milieu des rires bruyants des hommes et des femmes, des sujets �rotiques dignes de la _Chambre secr�te_ de Pomp�i. En 1828, un livre qui est, pour ainsi dire, le manuel de cet art, mais pour les femmes, et sans aucun mod�le obsc�ne, paraissait sous ce titre: _Bongwa hitori keiko_, �TUDE PAR SOI-M�ME DU DESSIN SUR PLATEAU, par Mme Tsu-kihana Yei, avec une illustration due pour la plus grande part � Hokousa�. La premi�re planche repr�sente, � c�t� de bo�tes de sables de diff�rentes couleurs, deux jeunes femmes accroupies par terre devant un plateau: l'une, une cuiller � la main, l'autre, une planchette, toutes deux en train de composer un tableau. Et l'album contient, repr�sent�s en deux couleurs,--une couleur gris�tre, une couleur rouge�tre,--d'abord des motifs �l�mentaires comme une tige de bambou, une fleur d'iris, des lapins �clair�s par la lune, puis des motifs plus compliqu�s, comme une tortue, un faisan dor�, un paon. Et dans le texte de petits croquetons donnent la figuration de la planchette, de la cuiller, et la mani�re dont la main doit les tenir et laisser tomber le sable.

XXXV En 1830, paraissent en planches s�par�es: _Hiakou monogatari_, LES CENT CONTES: une s�rie d'estampes fant�matiques, d'un caract�re terrifique tout � fait extraordinaire et dont il n'a paru que cinq planches, peut-�tre � cause de l'effroi qu'elles causaient. La plus effrayante, c'est une lanterne fabriqu�e sur le mod�le d'une t�te de mort, avec les cheveux h�riss�s sur le haut de la t�te, et flasques et pendants sur les tempes, avec les fibrilles de sang du blanc des yeux, aviv�s par la lueur int�rieure de la lanterne, avec la couture ou le collage du papier, imitant d'une mani�re invraisemblable les sutures d'un cr�ne; et cette t�te de mort, produit d'une imagination ing�nieusement macabre, se d�tachant sur le bleu noir de la nuit. Une autre estampe: une femme ogresse, aux cheveux ressemblant � une crini�re, aux yeux demi-ferm�s remplis d'une noire prunelle, au nez busqu� d'un bouc, aux crocs bleu�tres saillant des deux c�t�s d'une bouche tach�e

de sang, � la main de squelette avec laquelle elle tient, derri�re son dos, une t�te d'enfant qu'elle a commenc� � d�vorer. Une autre estampe: une femme fant�me soulevant une moustiquaire o� dort un sommeil tranquille une femme, moiti� � l'�tat de squelette, moiti� � l'�tat anatomique d�nud� de la peau, et dont les osselets de la main sont verts dans l'ombre et couleur de chair dans la lumi�re. Une autre estampe: une p�le t�te de morte chevelue, � la bouche ouverte d'o� un soupir se dessine sur le ciel noir comme le dessin d'un souffle sur de l'air glac�, et le haut du corps sortant d'un puits form� comme des anneaux d'un serpent et qui sont un encha�nement d'assiettes vertes. C'est l'apparition de la petite servante Okikou dont j'ai racont� l'histoire dans la MANGWA. Une autre estampe simplement all�gorique repr�sentant la fiche d'un mort, la feuille o� sont inscrites la date de sa naissance, la date de sa mort, avec au milieu son nom et, � c�t�, les bonbons apport�s pour l'anniversaire de son d�c�s, une feuille d'un bouquet tomb�e dans un bol, un pr�sentoir autour duquel s'enroule un serpent.

XXXVI En cette m�me ann�e 1830, ou dans des ann�es qui la touchent de tr�s pr�s, para�t _Shika Shashinki�_, IMAGES DES PO�TES, une s�rie de dix grandes impressions en couleur (H. 50, L. 22 centim�tres) qui, selon moi, est la s�rie r�v�latrice du grand dessinateur et du puissant coloriste qu'est Hokousa�. Dans ces dix compositions, du plus fier dessin, de la plus savante assurance dans le trait, la coloration de l'aquarelle qui les recouvre a une solidit�, pour ainsi dire, un _gras_ qui vous enl�ve toute impression d'un coloriage sur du papier, mais vous fait regarder ces images ainsi que vous regarderiez des panneaux recouverts de la plus s�rieuse peinture � l'huile. Non, rien ne peut donner une id�e de la grandeur, du pittoresque, de la couleur � la fois r�elle et po�tique des paysages en hauteur o� se passent ces sc�nes lyriques. Les titres de cette s�rie de la plus grande raret� tant�t portent le nom d'un po�te, tant�t le titre d'une po�sie. I. Dans un paysage montagneux, au bord de la mer, un po�te chinois, une branche de saule lui servant de cravache, chevauche sur un cheval blanc � la selle toute garnie de houppes �carlates: un cheval dont la blancheur se d�tache merveilleusement sur le bleu intense du lointain de la mer. II. Le po�te chinois Lihakou, appuy� sur un long bambou, avec deux enfants dans les plis de sa robe, est en contemplation devant une cascade qui a l'air de tomber perpendiculairement du haut du ciel, une cascade aux bleus transparents, aux violets transparents de l'eau dans sa chute. Une planche d'une coloration sourde et comme patin�e, d'un effet admirable. III. Dans une anse de la mer, o� est remis� un bateau, en face d'un rocher rose � moiti� perdu dans les nuages et � la forme d'une architecture

f�erique, entour� de ses disciples, le po�te chinois Hakou-rakou-t�n, � qui l'on doit des po�sies descriptives c�l�bres, est pench� vers un batelier qui d'en bas, semble le renseigner sur le site. IV. Un Japonais qui traverse un pont, portant sur l'�paule une perche aux bouts de laquelle sont attach�s deux bouquets de la plante qui remplace au Japon le papier de verre. Les grands arbres du haut du paysage, �clair�s par la lune, dans une fin de jour cr�pusculaire, sont d'une tonalit� verte indicible, d'un vert tendrement assoupi sur les hachures ombr�es des roseaux de la rivi�re. V. Sous un immense pin, au bord de la mer, au-dessus de rochers rouges ayant la forme accident�e de cong�lations, adoss� � la balustrade d'une haute terrasse, dans un �l�gant mouvement de retournement de la t�te en arri�re, un homme contemple le ciel o� brille la lune. C'est le po�te japonais Nakamaro, devenu ministre en Chine, qui a fait, en sa nouvelle patrie, un po�me o� il dit que, lorsque son �me se prom�ne dans le ciel et qu'il voit cette lune qu'il a vue aux flancs de la montagne de Mikasa, pr�s de Kasouga, cette lune le console, lui fait oublier les mis�res de l'existence, lui rappelle son Japon,--une pi�ce qui fut cause de sa disgr�ce, par le t�moignage qu'elle apportait de son attachement pour son ancienne patrie. VI. Un �pisode de l'histoire de la Chine: un homme mont� sur un arbre, une porte que deux soldats chinois sont en train d'ouvrir, pr�s d'un coq qui chante sur un toit. Voici l'explication de l'estampe. Un prince, apr�s une d�faite, au moment d'�tre fait prisonnier dans un pays �tranger, a pu arriver, poursuivi de tr�s pr�s, � la porte de la fronti�re. Mais il fait encore nuit et la barri�re ne s'ouvre qu'� l'heure o� les coqs chantent, lorsqu'un fid�le du prince a l'id�e de monter sur un arbre, d'imiter le chant du coq, que reprennent tous les coqs de l'endroit, et la porte s'ouvre. VII. Un po�te japonais se dirigeant dans la campagne vers une montagne � la cime d'un fauve volcanique. VIII. Un po�te japonais des vieux si�cles, dans sa robe jaune, tenant sur son �paule l'�ventail aux palettes de bois en usage avant l'invention du papier, sous le bleu limpide d'un ciel o� se voit le premier croissant de la lune au-dessus d'une bonzerie. Au-dessous du po�te, des branches d'arbres toutes remplies d'oiseaux roses. IX. Un bord de rivi�re o� une femme � la clart� de la lune blanchit avec son gar�onnet de la toile, � grands coups de battoir. C'est l'illustration d'une po�sie de Narihira sur le d�sespoir d'une femme quitt�e par son mari, et dont le battement d�sol�, sous cette lune, que contemplait � la m�me heure, dans un autre pays, son mari, lui �tait apport� comme un cri du coeur de sa femme. X. Un paysage couvert de neige o� un po�te chinois, mont� sur un cheval rouge, se d�tache sur le blanc de la terre, sur le bleu p�le du ciel.

XXXVII

Ces ann�es, c'est le temps des plus belles, des plus color�es impressions paraissant en feuilles s�par�es. Signalons, en premi�re ligne, la suite de ces cinq planches (H. 37, L. 17), � la signature d'_Hokousa� I-itsou_. Un faucon sur son perchoir au milieu de la floraison de pruniers: une impression � la belle tourmente du trait, au fier contournement de la t�te de l'oiseau de proie. Trois tortues, dont l'une nage en pleine lumi�re et se voit comme dans la clart� cristalline d'un aquarium. Deux carpes: l'une remontant le rapide d'une cascade, l'autre en sortant. Deux grues dans la neige o� le pourpre de la t�te et le rose des ailes se d�tachent du triste neutralteinte d'un ciel neigeux. Une merveilleuse impression dont il n'y a � Paris que trois ou quatre �preuves, parmi lesquelles une �preuve admirable est dans la collection Manzi: une �preuve qui vient de la collection Waka� et qui, h�las! comme toutes les �preuves qui viennent de cette collection, font m�priser les autres; une �preuve o� le vert des bouquets d'aiguilles des sapins, le brumeux du ciel, le blanc de la neige, le doux rose et le doux bleu des ailes des grues sont rendus dans une harmonie que nulle impression d'aucun pays au monde n'a jamais pu attraper,--et n'a jamais pu, � la fois, en donner le d�tachement et la fonte. De cette s�rie ferait encore partie l'impression de deux chevaux et d'un poulain, d'une furie, d'un emportement, d'un mors aux dents du dessin si extraordinaire, et la plus rare des cinq impressions faisant partie de la collection de M. Vever. Une autre suite, dont on ne conna�trait que deux planches (H. 50, L. 28), et qui semble une s�rie des Mois de l'ann�e, � deux planches, que j'ai rencontr�es seulement dans la collection Hayashi. Le premier mois. Deux femmes passant devant un temple suivies d'un serviteur portant un enfant. Le dixi�me mois. Un balayeur tendant un g�teau � un singe que regarde un enfant. Une autre suite de dix grandes planches (H. 20, L. 38), repr�sentant des fleurs sign�es: _Hokousai I-itsou_. Des fleurs violettes.--Des cam�lias rouges.--Des volubilis.--Des pivoines.--Des chrysanth�mes.--Des fleurs �toil�es.--Des iris.--Des hortensias.--Des datura.--Des pavots. Les Chrysanth�mes, les Iris et les Pivoines, sous un coup de vent dans lequel vole un papillon, les ailes retourn�es: des planches admirables par le style apport� � la fleur par les Japonais seuls! Il existe encore une s�rie de dix autres planches de fleurs, d'un format plus petit.

Parmi les planches isol�es, citons encore: Une s�rie de petits paysages, dont il y a neuf planches dans la collection de M. Vever, sign�es _I-itsou, pr�c�demment Hokousa�_, d'une perfection d'ex�cution merveilleuse, et parmi lesquelles la repr�sentation d'une p�che, par une nuit �toil�e, est un petit chef-d'oeuvre. Une d�esse Kwannon mont�e sur un �l�phant blanc, avec dans des cartouches un sanglier, un coq, des petits chiens; une impression qui pourrait bien faire partie d'une suite encore inconnue. Le lac Souwa pendant l'hiver et que des pi�tons et des gens � cheval traversent sur la glace. Matsoushima, une baie sem�e de rochers couverts de pins, un des sites les plus pittoresques du Japon. Une carpe dress�e toute droite, traversant dans l'eau des courants de lumi�re. Un roseau avec des fleurettes. Des pivoines rouges au milieu desquelles est une pivoine blanche, joliment gaufr�e. Enfin, dans une impression en couleur de la collection Bing (H. 45, L. 60), la plus grande impression en couleur que l'on connaisse et que le propri�taire regarde comme unique, une poule, ses poussins, et le plus ornemental des coqs � la queue en faucille. Citons encore six pi�ces capitales faisant partie de la collection Vever. La premi�re, un diptyque reproduisant un �pisode de m�tamorphose du renard � neuf queues en Imp�ratrice du Japon, sign�e: _Hokousa�_ (vers 1800). La seconde, une tr�s grande pi�ce d'un format tout � fait extraordinaire (H. 40, L. 51), dans la facture large et libre des sourimonos de Ki�to, repr�sentant la danse de _n�_ o� figurent deux hommes et une femme qui joue du tambourin. Sign�: _Hokousa�, fou de dessin_. Enfin, une troisi�me impression, une merveille. Une des planches les plus mouvement�es du ma�tre, dans le coloriage le plus d�licatement harmonique, une planche en forme de kak�mono (H. 64, L. 14). C'est un groupe de danseurs de la rue, pr�sent� d'une fa�on pyramidale, et que surplombe en haut un danseur faisant de la musique avec son �ventail contre le manche de son parasol ouvert, se continuant dans la gesticulation forcen�e de quatre hommes vus de dos et de face, et se terminant en bas par deux femmes dont l'une, les deux bras jet�s derri�re elle, avec un retournement de la t�te en arri�re, offre la plus belle attitude mimodramatique. Sign�: _Hokousa�, fou de dessin_.

XXXVIII Tout en publiant ces planches s�par�es, Hokousa� a continu�, depuis 1804,

� publier de nombreux sourimonos, dont nous donnons un catalogue bien incomplet, mais en signalant les plus beaux, les plus importants, les plus originaux. 1805. Une s�rie des Po�tesses de six planches. Une s�rie des CINQ �L�MENTS. Une s�rie appel�e _T�jin_, du nom d'un Kami, o� une m�re �levant, avec des bras de tendresse, un enfant au-dessus de sa t�te, lui fait cueillir des fleurs de prunier. Une s�rie: LES DISTRACTIONS AU PRINTEMPS, s�rie d'un format un peu plus grand que le format ordinaire des s�ries de femmes, et du _faire_ le plus raffin�. Cette ann�e �tant l'ann�e du boeuf, des repr�sentations de toute sorte de cet animal, comme un rocher qui en a la forme. Parmi les grandes planches: L'entr�e d'un temple o�, � la porte, un homme offre de l'eau aux fid�les pour faire leurs ablutions. Un marchand forain pr�sentant, sur le seuil d'une habitation, des objets de toilette � des femmes. La f�te des poup�es, avec une nombreuse exposition sur un dressoir de ces figurines en carton, et au milieu desquelles est dress� un _ta�_ pour la collation. 1806. Une s�rie de sept courtisanes, parmi lesquelles l'une d'elles, jouant du schamis�n, est du plus heureux mouvement. Une s�rie intitul�e: LES DIFF�RENTS PAYS, pays imaginaires, dont une estampe vous montre: _le Royaume des Femmes_, o� un certain jour de l'ann�e, sous l'influence d'un vent d'Ouest, les femmes deviennent enceintes,--et toutes sont tourn�es vers le souffle de ce vent. Et, comme cette ann�e 1806 est l'ann�e du tigre, il y a des femmes qui portent des robes brod�es de tigres. Parmi les grandes planches: Les sept dieux de l'Olympe japonais, sous la peau d'un immense lion de Cor�e dont ils font les mouvements. Le paysage de l'autre cot� de la Soumida, et o� se voit le temple d'Asakousa. Un bateau charg� de barriques de sak�.

1807. Deux enfants qui luttent. Deux amoureux �tendus l'un � c�t� de l'autre, la femme fumant une pipette. Des natures mortes: deux poissons attach�s � une tige de bambou; un masque en carton, la face et le revers. 1808. Un tr�s petit nombre de sourimonos, parmi lesquels une grande planche repr�sentant un �cran, un bol, une �pingle � cheveux sur un plateau de laque. 1809. De petits sourimonos o� sont des poissons, des coquilles, des plumes de faucon pour �pousseter les choses d�licates. Parmi les grandes planches: La confection d'un �tendard dont la devise est en blanc sur fond bleu, et � laquelle travaillent six femmes, dans de jolies poses: un �tendard qui va �tre offert � Y�noshima, au temple de la d�esse B�nten. 1810. Quelques petites natures mortes, entre autres un sourimono repr�sentant des b�tons d'encre de Chine et une bo�te � cachet. 1812[18]. Une nature morte repr�sentant une coupe et un pr�sentoir en laque. [Note 18: Les ann�es non inscrites, sont des ann�es o� l'on ne conna�t pas de sourimonos.] 1813. Okam� lisant une lettre. 1816. Kintoki jouant avec des animaux. 1817. Des femmes habill�es d'�toffes � damier le damier �tant � la mode cette ann�e.

Une dame de la noblesse, accompagn�e d'une suivante, passant devant une grille o� sont affich�s des programmes de concert. 1818. Deux planches d'un format carr� qui va devenir le format habituel des sourimonos. 1819. Da�kokou se promenant au bord d'une rivi�re peupl�e de l�zards fantastiques. 1820. R�apparition de nombreux sourimonos dont la production �tait devenue assez rare dans les ann�es pr�c�dentes, et sourimonos o�, chose curieuse, appara�t l'influence de Gakoutei et de Hokkei, les deux �l�ves sup�rieurs de Hokousa�. Une s�rie de monuments roulants de f�tes qu'on tra�ne dans les rues. Une s�rie de cinq po�tesses. Une s�rie intitul�e: COMPARAISON DE LA FORCE DES H�ROS DE LA CHINE ET DU JAPON. Parmi les planches d�tach�es: une jeune fille en train de tirer une �preuve pr�s d'un graveur entaillant une planche; un Japonais tenant contre lui, pos�e sur une table de _go_, une �l�gante poup�e japonaise aux colorations merveilleuses se d�tachant d'un fond d'or harmonieusement vert-de-gris�e. Et nombre de natures mortes, comme un bol de laque noire et une bo�te de baguettes � manger; comme une grande planche o� sont group�s un barillet de sak�, une jonch�e d'iris et de chrysanth�mes, un panier d'oranges,--un sourimono ex�cut� pour un banquet donn� � un lettr�. 1821. Une s�rie intitul�e: LES FR�RES DES SUJETS GUERRIERS DE LA CHINE ET DU JAPON; une s�rie rappelant les ressemblances entre les faits h�ro�ques de l'un et de l'autre pays. Une grande s�rie de m�tiers dont on ne sait pas le nombre. Une s�rie d'industries des bords de la mer. Des natures mortes, parmi lesquelles une s�rie de coquilles. Une feuille isol�e repr�sentant un grand serpent blanc, ce serpent porte-bonheur qu'on dit �tre l'annonce d'un �v�nement heureux pour celui qui a la chance de l'apercevoir.

1822. Une impression curieuse. Deux �normes perles jetant comme des rayons, deux perles apport�es � la reine Jing� par la d�esse de l'Oc�an sortie de son palais du Dragon: des perles qui avaient le pouvoir de faire baisser la mar�e et qui lui ont permis de s'emparer de la Cor�e. Une s�rie de quatre planches intitul�e: QUATRE NATURES, parmi lesquelles un dessin de corbeau d'un grand caract�re. Et comme cette ann�e o� au bout de dix ans est revenu le cheval dans le calendrier japonais, ce retour a incit� Hokousa� � faire une de ses s�ries les plus parfaites. Cette s�rie en l'honneur du cheval, o� dans l'association des bibelots les plus divers, un objet comme un mors, une selle, rappelle le cheval, porte la marque d'une petite gourde imprim�e en rouge. Et ce rappel du cheval va jusqu'� faire repr�senter � Hokousa� la rue des �triers o� l'on vend des images, le quai des �curies o�, sauf le nom, le cheval n'a rien � faire. 1823. Une s�rie d'acteurs de cinq planches, d'acteurs � l'imitation de Toyokouni, et qu'Hokousa� signe: _I-itsou, le vieillard de Katsoushika faisant la singerie d'imiter les autres_. 1825. Deux grues au bord de la mer. 1826. La princesse Tamamo-no-mah�, le renard � neuf queues m�tamorphos� en femme et dont les neuf queues sont figur�es par le gaufrage de l'impression dans la tra�ne de sa robe. 1829. Une femme � cheval sur un boeuf. 1835. Un p�cheur au bord de la mer, la pipette � la bouche, une ligne entre ses jambes crois�es l'une sur l'autre. Hayashi, dans ce vieillard chauve, au nez retrouss�, � la bouche railleuse, � la physionomie d'un Kalmouck ironique, serait dispos� � voir un portrait d'Hokousa�. Et il serait amen� � cette hypoth�se par la l�gende de la planche, qui est celle-ci: _Quelle nouvelle chose que de voir pousser la jeune mari�e_ (le nom d'une esp�ce de salade de l�-bas) _dans le sable de la plage!_ Or, cette impression en couleur est faite pour le Jour de l'An de l'ann�e qui a suivi celle o� l'on verra que Hokousa� est parvenu � arr�ter les fredaines de son petit-fils et � le marier, et dans ce mot � double sens il exprimerait la joie que lui a caus�e l'entr�e dans la maison de la �jeune mari�e� de son

petit-fils.

XXXIX � propos de ce portrait hypoth�tique d'Hokousa�, avouons l'incertitude o� l'on se trouve relativement � un portrait bien authentique du Ma�tre. Le portrait d'Hokousa�, en compagnie du romancier Bakin, donn� dans le catalogue Burty, d'apr�s une estampe de Kouniyoshi, n'est pas plus un portrait que le croquis le repr�sentant agenouill�, offrant � l'�diteur son petit livre jaune de LA TACTIQUE DU G�N�RAL FOURNEAU OU DE LA CUISINE AU HASARD. On n'aurait du grand artiste ni un portrait de sa jeunesse, ni un portrait de son �ge m�r; il n'existerait que le portrait donn� par la biographie japonaise de I-ijima Hanj�r�, un portrait de sa vieillesse conserv� dans la famille et qui aurait �t� peint par sa fille Oy�i, qui signe Ohi. C'est un front sillonn� de rides profondes; des yeux � la patte d'oie, aux poches de dessous tum�fi�es et o� il y a, en leur demi-fermeture, comme un peu de cette bu�e que les sculpteurs de n�tzk�s mettent dans le regard de leurs asc�tes; c'est un grand nez d�charn�; c'est une bouche d�meubl�e � la rentr�e sous le pli de la joue; c'est le menton carr� d'une volont� r�solue, attach� au cou par des fanons. Et, � travers la coloration de l'image qui imite assez bien le ton d'une vieille chair, ce sont les blancheurs an�mi�es des poches des yeux, de l'entour de la bouche, des lobes de l'oreille. Ce qui vous frappe dans cette t�te d'homme de g�nie, c'est la longueur du visage, des sourcils au menton, et le peu d'�l�vation et la fuite caboss�e du cr�ne,--un cr�ne qui n'est pas du tout europ�en, avec sur les tempes de rares petits cheveux ressemblant aux herbettes de ses paysages. Un autre portrait d'Hokousa�, dont un fac-simil� a �t� �galement publi� dans le _Katsoushika d�n_, nous le repr�sente vers l'�ge de 80 ans, pr�s d'un pot � pisser, accroupi sous une couverture, laissant voir un bout de profil d'une vieille t�te branlante et que d�passent des jambes ayant la maigreur de jambes de phtisique. Et voici quelle serait l'origine de ce portrait. L'�diteur Souzamb� ayant command� � Hokousa� l'illustration des CENT PO�TES, l'artiste, avant de commencer son travail, envoyait un sp�cimen, � l'effet de d�terminer le format de la publication et, sur ce sp�cimen, son pinceau jetait ce _portrait-charge_.

XL En 1833 Hokousa� publie _T�shis�n Y�hon_, LES PO�SIES (de la dynastie) DES THANG. La premi�re s�rie, �dit�e en cinq volumes, comprend les po�sies chinoises, en cinq caract�res chinois par ligne, litt�ralement cinq mots.

La seconde s�rie, �dit�e �galement en cinq volumes, et parue en 1836, contient le recueil des po�sies en sept mots par ligne. Un sujet d'�tonnement pour les Chinois, c'est l'exactitude avec laquelle Hokousa�, qui n'a jamais �t� en Chine, s'est assimil� le costume, le port du corps, le caract�re de la t�te des habitants du C�leste Empire. Ces dix volumes contiennent des dessins du meilleur temps d'Hokousa�: ainsi la femme chinoise dans le somptueux luxe de ses robes; ainsi une carpe panach�e monumentale, qui a la puissance et la solidit� d'un dessin fait d'apr�s une sculpture; ainsi un amusant croquis de trois ivresses: l'ivresse de l'ivrogne qui rit, l'ivresse de l'ivrogne qui se f�che, l'ivresse de l'ivrogne qui pleure. Mais peut-�tre, parmi ces dessins, les plus r�ussis, ce sont des croquis rendant, d'une mani�re fid�le, l'admiration de la nature chez ces peuples de l'Orient: des renversements, la t�te en arri�re, d'hommes couch�s, appuy�s sur leurs coudes; des r�veries en face de paysages, d'hommes debout, les mains dans les manches de leurs bras, derri�re le dos. Parmi ces planches admiratives, il est une vue de dos d'un homme, appuy� sur la traverse d'une baie qui donne sur un lac, disant toute la jouissance int�rieure de cet amoureux de la nature.

XLI En 1834[19] Hokousa� illustre le _Y�hon Tch�ki�_, DEVOIRS ENVERS LE MA�TRE, texte chinois avec commentaires de Ranzan. [Note 19: � la date pr�sum�e de cette ann�e, auraient paru en feuilles s�par�es: Une s�rie d'�crans, avec le titre dans un m�daillon. Une s�rie intitul�e _Sk�kei-Kiran_, VUES PITTORESQUES DES PAYSAGES DISTINGU�S, s�rie tir�e en bleu clair, o� se rencontre une curieuse vue d'un bain public sur une route. Une s�rie intitul�e _Sh�kei S�tsou guekkura_, VUES DISTINGU�ES DE LA NEIGE, DE LA LUNE, DES FLEURS. S�rie probablement de 9 feuilles en largeur, dont 3 pour la Neige, 3 pour la Lune, 3 pour les Fleurs. Jolie coloration. S�rie, qui aurait �t� pr�c�d�e deux ans avant, en 1832, de Ruiki� Hakkei, r�union de huit paysages, d'une facture un peu maigriote.] Un volume de morale, tout rempli d'exemples d'h�ro�sme et d'abn�gation, et o� une planche repr�sentant des courtisans saluant un roi donne une id�e du respect des fronts et des �chines courb�s, en cette patrie de la v�n�ration. Les gravures, � l'incision � la fois tr�s douce et tr�s nette, sont de Souguita Ki�souk�. En 1834 Hokousa� illustre le _Y�hon K�ki�_, LA PI�T� FILIALE, un ancien

trait� de morale chinoise entr� dans l'�ducation japonaise: un trait� publi� en deux volumes, avec texte chinois et japonais. La premi�re planche portraiture Confucius, la seconde son disciple bien-aim� S�shi. Une planche curieuse, c'est la figuration des quatre classes du Japon repr�sent�es par un membre de la premi�re classe, un guerrier en train de lire un livre pos� sur un pupitre;--un membre de la seconde classe, un paysan, en train de lire un livre attach� � sa b�che;--un membre de la troisi�me classe, un ouvrier, un graveur, faisant sauter � coups de maillet des morceaux de bois d'une planche qu'il entaille;--un membre de la quatri�me classe, un marchand, un libraire faisant ses comptes. Puis, un peu � la diable � travers l'illustration, ce sont des tireurs, des jongleurs, des danseuses, au milieu desquelles se trouve, comme derni�re planche, une composition tout � fait amusante: une grande lettre ayant l'air d'un monument de pierre et en forme d'une croix � double branche sur laquelle sont mont�s, grimp�s, accroch�s, un tas de petits bonshommes qui, dans toutes les attitudes, la nettoient, la grattent, la brossent, l'inondent de l'eau d'une pompe. Cette grande lettre, c'est le caract�re signifiant la pi�t�, et ce nettoyage veut dire qu'on doit _nettoyer sa pi�t�_, ainsi que nous disons chez nous qu'il faut garder sa conscience pure.

XLII En 1834 para�t le premier livre des CENT VUES DU FOUZI-YAMA, _Fougakou Hiakkei_, un premier livre suivi d'un second, d'un troisi�me volume et o� Hokousa� a apport� dans ses dessins une science, un art, une observation humoristique tout � fait sup�rieure, et dont les gravures, ex�cut�es par Y�gawa, le graveur pr�f�r� par Hokousa�, sont de petits chefs-d'oeuvre. Cette c�l�bration par l'illustration du grand artiste de la montagne v�n�r�e du Japon, de la montagne aux 12 450 pieds, n'est pas tant une repr�sentation des ascensions qui ont lieu, chaque ann�e, pendant les grandes chaleurs, que cent fois la montre de la montagne, vue de Y�do, et des campagnes au nord, au sud, � l'est, � l'ouest du Fouzi-yama. La premi�re planche est la figuration de la d�esse du Japon, Konohana-Sakouya-him� (_princesse de la fleur �panouie_), la divinit� du Fouzi-yama: dessin�e sa noire chevelure �pandue dans le dos et tenant d'une main un miroir, de l'autre une branche d'arbuste, dans une ample robe dont les cassures font � ses pieds comme des vagues. La seconde planche nous fait voir des groupes de Japonais accroupis ou agenouill�s, se montrant dans la stup�faction la grande montagne, l� o� il n'y en avait pas: planche faisant allusion au jaillissement de la montagne sous l'empereur K�rei (285 ans avant J�sus-Christ), au moment o�, � cent lieues de l�, se creusait le lac Biwa. Dans la troisi�me planche, c'est le premier ascensionniste de la montagne, le pr�tre bouddhique Yennogui�ja, tenant contre un bras le b�ton � la

poign�e noire, ayant l'autre enlac� dans un chapelet, et repr�sent� dans les nuages du sommet de la montagne. Et commencent les planches de la premi�re s�rie. Dans celle-ci, la mont�e en une gorge �troite d'une arm�e de p�lerins dont on ne voit que les grands chapeaux de jonc, portant deux caract�res signifiant Fouzi et, dans celle-l�, leur descente vertigineuse sur les grands b�tons en une d�gringolade mouvement�e. C'est suivi d'une planche repr�sentant, avec une furia extraordinaire, une �ruption de 1707 semblable � l'explosion d'une mine, et jetant dans le noir du ciel des poutres, des tonneaux, des cadavres bris�s. Cette �ruption qui a fait pousser sur la droite du Fouzi-yama un petit mamelon, am�ne une planche caricaturale o� un Japonais explique � un Japonais, afflig� d'une �norme loupe � la joue, qu'il est arriv� � la montagne ce qui est arriv� � sa joue. Et cela est dit dans un groupe de Japonais qui se tordent de rire. Puis des planches o� commence la repr�sentation de vues actuelles: la vue du Fouzi-yama vu dans le brouillard, une planche merveilleuse d'effet, comparable � la planche du brouillard de Gakoutei. Et c'est la vue du Fouzi-yama � travers le gr�le feuillage de saules pleureurs,--la vue du Fouzi-yama, entrevue une fois du petit balcon existant sur le toit de toutes les habitations de Y�do pour observer les incendies, entrevue au milieu d'un ciel coup� par les banderoles de la f�te des �toiles; entrevue, une autre fois, d'une rue de Y�do, emplie de la promenade joyeuse des Manza�, un premier Jour de l'An;--la vue du Fouzi-yama, d'Ohmori, de la baie de Y�do, au-dessus des roseaux de la Soumida;--la vue du Fouzi-yama, d'une hutte de la campagne pour surveiller et �loigner les oiseaux;--la vue du Fouzi-yama, avec le coucher d'un soleil, au rayonnement remplissant le ciel;--la vue du Fouzi-yama, parmi la floraison des cerisiers du printemps sous lesquels, � la porte d'une maison de th�, une Japonaise fait de la musique au milieu d'une collation en plein air;--la vue du Fouzi-yama, � travers les champs de riz de l'automne. Dans le second volume, il est des compositions o� des noirs rembranesques, admirablement rendus par le graveur, en font des planches du plus grand caract�re. Ainsi, la navigation dans un de ces curieux bateaux primitifs sur un lac de la province de Shinano, ainsi, l'ascension du dragon montant au ciel pendant l'orage, ainsi �la Vague� avec, pour ainsi dire, les griffes de sa cr�te, ainsi le faucon �tripant un faisan, ainsi l'averse avec un �clair mettant son zigzag dans la nu�e qui va crever, ainsi le Fouzi-yama dans la nuit, au-dessus d'un chien hurlant � la lune. Et, oppos�es � ces planches de nuit et de p�nombre, les jolies planches de clart� lumineuse, comme celle qui a pour titre: _Les trois blancs_; le blanc du Fouzi-yama, le blanc d'une grue, le blanc de la neige sur les sapins. Et encore le paysage du dessous des grands bambous, le paysage des sept ponts, le paysage maritime de Shimada-ga-hana aux pilotis pittoresques si spirituellement croqu�s; enfin la planche curieuse o� bien certainement Hokousa� s'est repr�sent� en train de peindre le Fouzi-yama, accroupi sur un carton pendant que deux de ses compagnons ouvrent des caisses et qu'un troisi�me fait chauffer du sak� dans un chaudron accroch� � trois bambous nou�s dans le haut.

Et au milieu de ces paysages, de savantes �tudes d'hommes et de femmes; l'�tude des b�cherons attach�s par le milieu du corps � des branches d'arbres qu'ils coupent au-dessus de leurs t�tes; l'�tude de ces deux Japonais dont l'un montre � l'autre par un ch�ssis relev� une vue du Fouzi-yama, �tude qui a pour titre: _La premi�re id�e d'un kak�mono_; l'�tude des p�lerins dans une des grottes du haut du Fouzi-yama servant d'endroit � coucher pour l'ascension; l'�tude du po�te antique s'inspirant devant la c�l�bre montagne et assis sur un terrain � la v�g�tation de fantaisie toute diff�rente du r�el paysage du fond; l'�tude puissante de Nitta tuant le sanglier monstre; enfin l'�tude charmante de ce Japonais fatigu� de la lecture, regardant, la t�te renvers�e entre l'�tirement de ses deux bras, la reposante montagne. Et toutes ces repr�sentations vous donnant � voir, dans chaque planche, le Fouzi-yama de tous les c�t�s, et � travers des filets, des grillages, une toile d'araign�e, et non seulement dans son altitude droite, mais encore dans le renversement de cette altitude. Ainsi, dans le premier volume, une planche le montre, la t�te en bas dans les eaux d'un lac o� une troupe d'oies sauvages est en train de prendre son vol. Dans ce second volume, ce renversement a fourni � l'imagination du peintre un motif tout � fait joli. Un Japonais qui va boire une coupe d'eau s'arr�te un moment �tonn� et charm� devant le microscopique c�ne de la montagne refl�t� dans l'eau qu'il porte � ses l�vres. La premi�re planche du troisi�me volume, c'est la lutte corps � corps, au IIe si�cle, des deux guerriers, Kawazou et Matano, en vue du Fouzi-yama. Et tout le volume continue � �tre la repr�sentation de la montagne, � l'aube, par la pluie, par la brume, par la tomb�e de la neige, et vue de la grande cascade, et vue d'un monument sintho�ste o� jaillit du creux d'un arbre l'eau pour la purification de la pri�re, et vue de l'observatoire de Y�do, et vue enfin, de la Cor�e. Et dans ces planches: le beau dessin d'un cerf bramant; le dessin mouvement� de la cavalcade de l'ambassade cor�enne apportant son tribut; le dessin curieux de ces deux gigantesques sapins de la province Yashi� se rejoignant dans le ciel, et sur la t�te desquels, par la neige, se fait un chemin parcouru par des voyageurs trouvant au milieu de la route une auberge; et la derni�re planche, comme le dit l'inscription en t�te: c'est le _Fouzi-yama fait d'un seul coup de pinceau_. Le premier volume de la premi�re �dition appel�e l'�dition � _la plume de faucon_, par suite de la repr�sentation d'une plume de cet oiseau sur la couverture, �dition rare, a paru en 1834, le second volume en 1835. De cette �dition on ne conna�t pas le troisi�me volume. Cette premi�re �dition �tait tir�e en noir, mais peu de temps apr�s paraissait une �dition alors compos�e des trois volumes o� le tirage en noir �tait teint� d'une teinte bleu�tre dont le l�ger azurement sur le papier cr�me du Japon fait le passage le plus harmonique des blancs aux noirs des gravures. Les deux �ditions sont sign�es: _la Vieillard fou de dessin, pr�c�demment Hokousa�-I-itsou �g� de 75 ans_.

XLIII

Vers la fin de 1834 de graves ennuis tomb�rent dans la vie du vieux peintre. Hokousa� avait mari� sa fille Omiyo, qu'il avait eue de sa premi�re femme, avec le peintre Yanagawa Shigh�nobou. Du mariage naquit un vrai vaurien dont les escroqueries toujours pay�es par Hokousa� furent une des causes de sa mis�re pendant ses derni�res ann�es. M�me peut-�tre, par suite d'engagements pris par le grand-p�re pour emp�cher son petit-fils d'aller en prison, engagements qu'il ne put tenir, il se trouva oblig� de quitter Y�do en cachette, de se r�fugier � plus de trente lieues de l� en la province Sagami, dans la ville d'Ouraga, cachant son nom d'artiste sous le nom vulgaire de _Miouraya Hatiy�mon_, et m�me de retour � Y�do, n'osant, dans les premiers temps, donner son adresse et se faisant demander sous la d�nomination du pr�tre-peintre emm�nag� dans la cour du temple Mei-�-in, au milieu d'un petit bois. Cet exil, qui dura de 1834 � 1839, nous a valu la publication de quelques lettres int�ressantes du peintre � ses �diteurs. Ces quelques lettres nous font entrer dans les tribulations caus�es au vieil homme par les coquineries de son petit-fils, nous peignent le d�nuement de ce grand artiste se plaignant, par un rude hiver de n'avoir qu'une seule robe pour tenir chaud � son corps de septuag�naire, nous d�voilent ses tentatives d'attendrissement des �diteurs par la m�lancolique exposition de ses mis�res illustr�e de gentils croquetons, d�voilent quelques-unes de ses id�es sur la traduction de ses dessins par la gravure, nous initient � la langue trivialement imag�e avec laquelle il arrivait � faire comprendre aux ouvriers charg�s du tirage de ses impressions, le moyen d'obtenir des tirages artistiques. En 1834 Hokousa� adresse cette lettre � ses trois �diteurs, Kobayashi, Hanabousa et Kakoumarouya: _�tant en voyage, je n'ai pas le temps de vous �crire s�par�ment, et vous adresse � vous trois cette seule lettre que je vous prierai de lire tour � tour. Je ne doute pas que vous voudrez bien accorder au vieillard les demandes qu'il vous adresse, et j'esp�re que dans vos familles vous vous portez tous bien. Quant � votre vieillard, il est toujours le m�me, la force de son pinceau continue � augmenter et � faire, plus que jamais, diligence. Quand il aura cent ans, il entrera dans le nombre des vrais dessinateurs_. Alors le vieux peintre signe longuement: _l'ancien Hokousa�_, _le vieillard fou de dessin_, _le pr�tre mendiant_, et sa lettre est pour ainsi dire tout enti�re dans ce post-scriptum: Pour le livre des GUERRIERS (sans doute le _Y�hon Sakigak�_, imprim� et grav� par Y�gawa), je vous prie, vous trois, de le donner � Y�gawa Tom�kiti. Quant au prix, vous vous arrangerez directement avec lui. La raison pour laquelle je tiens absolument que la gravure soit de Y�gawa, c'est que, soit la Mangwa, soit les Po�sies, certes les deux ouvrages sont bien grav�s, mais ils sont loin d'avoir la perfection des trois volumes du Fouzi-Yama, grav�s par lui. Or, si mon dessin est grav� par un bon graveur, �a m'encourage � travailler et, si le livre est r�ussi, c'est aussi � votre avantage, parce qu'il vous rapporte plus de b�n�fices. De ce que je vous recommande si chaudement Y�gawa, n'allez pas croire que c'est pour toucher une commission: ce que je recherche, c'est la nettet� de l'ex�cution, et ce serait une satisfaction que vous donneriez au pauvre vieillard qui n'a plus bien

loin � aller. (_Ici le peintre se dessine, sous l'aspect d'un vieillard marchant appuy� sur deux pinceaux au lieu de b�quilles_.) Quant � l'HISTOIRE DE �AKYAMOUNI (publi�e en 1839), Souzanb� m'a promis de la faire graver par Y�yawa, et j'ai dessin� en me basant sur ce choix: le tournant des cheveux chez les Indiens �tant tr�s difficile � graver, et m�me la forme des corps, et il n'y a absolument que Y�gawa qui puisse ex�cuter ce travail. Hanabousa, lors de sa visite, il y a d�j� quelque temps, m'a dit, en me commandant les GUERRIERS, qu'il ne me laisserait plus dans l'inoccupation, et je lui rappelle sa bonne parole. Vous avez command� � ma fille une illustration des CENT PO�TES, mais j'aime mieux dessiner ce livre, que j'entreprendrai moi-m�me apr�s avoir fini les GUERRIERS. Pour le prix, nous nous entendrons, tant par po�te, mais n'est-ce pas? il est convenu d'avance que ce sera Yegawa qui gravera le livre. Et la lettre se termine par un croqueton o� il salue ses �diteurs. Une autre lettre d'Hokousa�, adress�e � l'�diteur Kobayashi, et qui serait dat�e du dixi�me mois de l'ann�e 1835: Je suis rest� sans vous demander de vos nouvelles, mais je suis heureux de savoir que vous �tes en bonne sant�. Quant � moi, j'ai vu le d�linquant, l'incorrigible qui va retomber sur moi. Et depuis il m'a fallu r�unir des conseils d'amis et de famille; enfin j'ai trouv� un r�pondant (_quelqu'un qui a pris la responsabilit� de le surveiller_). Nous allons lui faire tenir une boutique de poissons, et nous lui avons aussi trouv� une femme qui va arriver ici dans deux ou trois jours. Mais tout cela est toujours � mes frais. C'est par ces emp�chements que je suis en retard, pour dessiner le SOU�KOD�N et T�SHIS�N (les po�sies des Thang), dont j'ai commenc� seulement les esquisses; je vous enverrai cependant, quelques dessins, et dans ce cas-l� je compte sur... _Ici, le peintre dessine une main tenant une pi�ce d'argent_. Une autre lettre sans date, adress�e � l'�diteur Kobayashi: Dans les tons clairs de l'encre de Chine, je supprime toutes les d�gradations. Car, si �a va tout seul au bout du pinceau, pour le peintre, l'ouvrier tireur des planches peut � peine faire deux cents exemplaires d�grad�s: au del� de ce nombre c'est impossible sur le m�me bois. Et pour ce ton de l'encre claire, faites-le le plus clair possible: la tendance au fonc� rendant le tirage d�sagr�able � l'oeil. Dites � l'ouvrier que le ton de l'encre claire doit �tre de m�me que la soupe aux coquilles c'est-�-dire claire comme tout. Maintenant, pour le ton de l'encre demi-fonc�e, si on tire trop clair, �a �te de la puissance � la teinte et c'est le cas de dire � l'ouvrier tireur que la teinte demi-fonc�e doit avoir une tendance �paisse, un peu semblable � la soupe aux haricots. En tout cas, j'examinerai les essais mais, d�s � pr�sent je recommande ces d�tails parce que je veux arriver � avoir une bonne cuisine de mes dessins. Une derni�re lettre d'Hokousa�, �crite au commencement de l'ann�e 1836, et adress�e � l'�diteur Kobayashi d'Ouraga. Cette lettre, �crite � propos du Jour de l'An, a en t�te un croqueton o� le peintre en costume officiel, entre deux branches de sapin, fait une grande r�v�rence.

Il y a plusieurs portes o� je dois exprimer mes souhaits du Jour de l'An, donc je reviendrai un autre jour, et au revoir, au revoir... Mais, en attendant, pour ce qui regarde les dessins � graver, adressez-vous pour les d�tails � Y�gawa, toutefois vous trouverez plus loin une recommandation pour les autres graveurs. Je vous remercie de vos pr�ts fr�quents. Je pense qu'au commencement du second mois de l'ann�e je serai �puis� de papier, de couleurs, de pinceaux, et que je serai forc� d'aller � Y�do, en personne, alors je vous rendrai visite en cachette et je vous donnerai, de vive voix, tous les d�tails dont vous pouvez avoir besoin. Par cette rude saison, surtout dans mes voyages, que de choses dures, et entre autres, passer ce grand froid avec une seule robe, � mon �ge de 76 ans. Je vous prie donc de songer aux tristes conditions dans lesquelles je me trouve; mais mon bras (_ici un croqueton de ce bras_) n'a nullement faibli, et je travaille avec acharnement. Mon seul plaisir c'est de devenir un habile artiste. Ici, sa lettre finie, il la date du dix-septi�me mois, et se repr�sente, dans un croquis microscopique, saluant humblement entre son chapeau et son dessin pos�s � terre. Mais Hokousa� aime les _post-scriptum_, et la lettre continue: Je recommande au graveur de ne pas ajouter la paupi�re en dessous quand je ne la dessine pas; pour les nez, ces deux nez sont miens (_ici le dessin d'un nez de profil et de face_) et ceux qu'on a l'habitude de graver sont des nez d'Outagawa que je n'aime pas du tout, et qui sont contraires aux r�gles du dessin. Il est aussi de mode de dessiner les yeux ainsi (_et ce sont des dessins d'yeux avec un point noir au milieu_), mais je n'aime pas plus ces yeux que les nez. Hokousa� termine sa lettre par cette phrase: _Comme ma vie, dans ce moment, n'est pas au grand jour, je ne vous �cris pas ici mon adresse_. Enfin une lettre de 1842, adress�e aux �diteurs Hanabousa Heikiti et Hanabouza Bounz�, apr�s son retour � Y�do o� il continue � se tenir cach�: Je vous remercie mille fois de votre derni�re visite amicale, et aussi de ne pas abandonner le vieillard, et encore de vos bonnes �trennes. Depuis le printemps dernier, mon d�bauch� de petit-fils a eu une conduite d�plorable, et j'ai d�, tous les jours, m'occuper � nettoyer les suites de sa sale vie, et j'�tais au moment de le mettre � la porte. Mais il s'est trouv�, comme toujours, des personnages bien trop indulgents qui m'ont fait patienter jusqu'au jour d'une derni�re et plus grosse faute. Toutefois, au commencement de cette ann�e, j'ai d� le faire prendre par son p�re Yanagawa Shighenobou et conduire dans la province de Montzou (_une province du Nord_) mais il est bien capable de s'�tre �chapp� en route. En attendant, �a me donne � respirer un peu. Voici les raisons qui m'ont emp�ch� d'aller vous remercier du livre de SOGA MONOGATARI (_livre ancien pr�t�_). Ce nouvel an, je n'ai ni sou ni v�tement, et j'arrive seulement � me nourrir tant bien que mal, ne voyant mon vrai nouvel an de cette ann�e qu'au milieu de son second mois. Au deuxi�me mois de l'ann�e derni�re, quand Yeiboun est venu me voir, j'avais d�j� deux volumes termin�s du SOUIKO (_roman en 90 volumes

commenc� en 1807_), mais je n'ai pu avancer davantage. En somme, j'ai perdu une ann�e tout enti�re gr�ce � mon coquin de petit-fils, et je regrette cette pr�cieuse ann�e perdue. Je garde longtemps votre SOGA MONOGATARI, mais je vous prierai de me laisser jusqu'au second mois, o� je vous rendrai visite. Autre recommandation. Envoyez-moi, le plus t�t possible, la soie pour peindre la d�esse Daghinit�n (_la d�esse repr�sent�e mont�e sur un renard_) car le temps passe rapide comme la fl�che, et vous m'avez demand� que cette peinture vous soit livr�e dans le second mois. Si le texte de GWAD�N est pr�t, envoyez-le-moi, et quand vous m'enverrez la soie, joignez-y le prix de l'illustration des deux volumes de GWAD�N. Quand vous viendrez, ne demandez pas Hokousa�, on ne saurait pas vous r�pondre, demandez le pr�tre qui dessine et qui est emm�nag� r�cemment dans le b�timent au propri�taire Gorobei, dans la cour du Temple Mei-�-in, au milieu du buisson (_petit bois d'Asakousa_).

XLIV Tant de repr�sentations de combats, de luttes corps � corps, de duels h�ro�ques �parpill�s dans tout l'oeuvre d'Hokousa�, racontant le pass� militaire du Japon, ne satisfaisaient pas le ma�tre. Sur la fin de sa vie, il voulut des albums particuliers consacr�s tout entiers � ces hommes de guerre � la fois terribles et doux, dont les ANNALES DU JAPON nous d�crivent le type dans ce portrait de Tamoura-maro: �C'�tait un homme tr�s bien fait; il avait 5 pieds 8 pouces de haut, sa poitrine �tait large de 1 pied 2 pouces. Il avait les yeux comme un faucon et la barbe couleur d'or. Quand il �tait en col�re, il effrayait les oiseaux et les animaux par ses regards; mais, lorsqu'il badinait, les enfants et les femmes riaient avec lui.� Oui, Hokousa� voulut dessiner des albums montrant uniquement ces guerriers arm�s de sabres au dire des l�gendes coupant des boeufs en deux, sous des masques de m�tal, dans des cuirasses, des �pauli�res, des brassards, des gantelets, des jambi�res, comme fabriqu�s sur le moulage du corps et que l'acier le plus souple uni � la soie la plus r�sistante--et plus tard les pi�ces articul�es, sortant de l'atelier de la famille Mi�tchin, --enfermaient dans un v�tement de fer laissant aux membres toute la libert� des mouvements que jamais ne donna l'armure moyenageuse de l'Europe. Donc en 1835 Hokousa� publia un premier album, bient�t suivi de deux autres, o� la mythologie guerri�re se m�le � l'histoire batailleuse des premi�res dynasties de la Chine et du Japon. Ce premier album a pour titre: _Wakan Homar�_, LES GLOIRES DE LA CHINE ET DU JAPON, et devrait avoir en t�te la curieuse pr�face que Hokousa� a �crite pour l'ILLUSTRATION DES PERSONNAGES DE SOUIKOD�N, et que voici: �Je trouve que dans toutes les repr�sentations japonaises ou chinoises de la guerre, il manque la force, le mouvement, qui sont les caract�res essentiels de ces repr�sentations. Attrist� de cette imperfection je

me suis br�l� � y rem�dier et � y apporter ce qui manquait... Il y a indubitablement dans mes dessins des d�fauts, des exc�s, mais tout de m�me mes �l�ves veulent s'en servir comme mod�les.� Sur la premi�re page des GLOIRES DE LA CHINE ET DU JAPON est un Mars bouddhique, aux cheveux droits sur la t�te, aux sourcils et aux moustaches col�reusement retrouss�s, se d�tachant d'un grand nimbe dans son armure ornementale. Puis se succ�dent les gravures d'Isanaghi, le premier homme de la terre du Japon tuant Kagoutsouti, le mauvais g�nie de la contr�e; de Foumeitch�ja, mettant en fuite le renard � neuf queues; du soldat Sadayo, tout perc� de fl�ches et mourant en enfon�ant des deux mains son sabre dans le corps d'un ennemi �tendu sous lui; du Dieu du tonnerre s'humiliant devant la hache monstrueuse de Kintoki; de Yorimitsou, qui vient de trancher la t�te du g�ant de la montagne de Ohy�yama: t�te qui est en train de retomber et d'aller se ficher sur les cornes du casque du jeune guerrier; de l'intr�pide explorateur qui entra le premier dans la grotte du Fouzi-yama et que l'on voit la parcourir la torche � la main; du cavalier Ogouri Hangwan, faisant assembler les quatre pieds de son cheval sur la tablette d'un �troit jeu de _go_; du g�n�ral Yoshisada demandant au g�nie de l'Oc�an, dans la logette faite par la courbe d'une vague, demandant de retirer la mar�e pour laisser passer son arm�e. Sur la derni�re page se voit un peintre qui �l�ve en l'air, d'une seule main, une masse ficel�e de rouleaux de sap�ques au bout desquels est fich� son pinceau--une allusion d'Hokousa�, je crois bien, � la force qu'il d�pense dans ses dessins. L'ann�e suivante, en 1836, un jour de printemps... mais �coutez Hokousa� lui-m�me: �_Pendant que je profitais d'un beau jour de printemps, dans cette ann�e de tranquillit�, pour me chauffer au soleil, j'eus la visite de Souzambo_ (son �diteur), _qui venait me demander de faire quelque chose pour lui. Alors j'ai pens� qu'il ne fallait pas oublier la gloire des armes, surtout quand on vivait en paix et, malgr� mon �ge qui a d�pass� soixante-dix ans, j'ai ramass� du courage pour dessiner les anciens h�ros qui ont �t� des mod�les de gloire_.� Le livre pour lequel Hokousa� ramasse sa vieille �nergie s'appelle _Y�hon Sakigak�_, LES H�ROS. Et tour � tour d�filent l'Hercule mythologique Tatikarao-no-mikoto, portant un rocher sur sa t�te; le premier Empereur du Japon regardant son h�ritier dormant entour� d'un �norme dragon; le ministre Moriya, battant un pr�tre bouddhique, apr�s avoir jet� � terre la table et les �crits religieux qu'elle portait; le guerrier Hira�-no-H�sh� tuant l'araign�e monstre ressemblant � une �norme pieuvre; le guerrier Sh�ki en train d'�trangler un diable; le mangeur d'enfants Mashukoub�, tenant par les pieds un enfant dont il ouvre le ventre au-dessus d'une marmite qui recueille le sang; le guerrier B�nkei portant une cloche au haut de la montagne Ishiyama; la divinit� bouddhique Foud�, symbolisant la fermet� de la conviction que ne peuvent �branler ni le feu ni l'eau o� son corps est � la fois plong�; la guerri�re Hangakou qui �crase un guerrier sous un tronc d'arbre. Une suite des H�ROS para�t, la m�me ann�e, 1836, sous le titre de: _Y�hon Mousashi Aboumi_; LES �TRIERS DU SOLDAT, une suite o� l'effort d'Hokousa�

est d'�tudier l'armure sur le corps du guerrier et de montrer la vie, le mouvement, communiqu�s � cet habit de fer par l'attaque et la d�fense de la vie: conqu�te que se vantait d'avoir faite Hokousa� dans le dessin. Et rien, dans les �TRIERS DU SOLDAT, que des hommes et des femmes sous l'armure. C'est l'imp�ratrice Jing�, une t�te coup�e � ses pieds, en train de tendre son formidable arc; c'est le prince Yamatodak� qui vient de tuer le chef ennemi sous un d�guisement de femme; c'est un g�n�ral japonais bless� par une fl�che qui est � ses pieds, et qui envoie dans le camp ennemi, � celui qui l'a bless�, un colossal _ta�_ et une cruche monumentale de sak�: un acte de courtoisie militaire tr�s commune en ces temps; et ce sont des combats o�, sous le harnachement de fer des cavaliers, se cabrent des chevaux hirsutes et �chevel�s, aux yeux de feu, � la robe toute noire, pareils � des coursiers de l'�r�be. � ces planches consacr�es � la guerre il faudrait encore ajouter cinq feuilles de guerrier sur fond bleu, avec des verts, des rouges, des jaunes un peu criards, sur les armures. Kamakoura Gongoro tuant Torino-oumi Yasabr�. Watanab�-no-Tsouna tuant Y�nokouma a�yemon. Kousounoki Tamomarou se battant avec Yaono Bett�. Ohtomono Soukoun� arr�tant Ohtomono Mahtori. Onikojima Yatar� disputant une cloche avec Sa�h�-in.

XLV En 1835 Hokousa� illustrait le _Y�hon S�njimon_, MILLE LETTRES ILLUSTR�ES, un ancien ouvrage chinois entr� dans l'�ducation japonaise et dont la traduction japonaise est donn�e en regard du texte chinois. Deux esp�ces de jolis culs-de-lampe: des enfants, dont l'un est sur le dos de sa m�re, en contemplation devant les ombres chinoises d'une lanterne, et deux enfants entrevus sur une barque � moiti� cach�e par les n�nuphars d'un �tang. A c�t� de ces culs-de-lampe, un beau dessin repr�sente la veuve de Kousounoki Masashigh�, �levant en l'air le rouleau o� est le testament de son mari et arr�tant son fils au moment o� il va se tuer. En 1837, dans le _Nikk� sanshi_, GUIDE DE NIKK�, la montagne o� sont enterr�s les premiers sh�gouns de Tokougawa, un recueil de 5 volumes dont l'illustration est due � la collaboration de plusieurs artistes, Hokousa� publie deux paysages d'apr�s la cascade de Ri�dzou (t�te de dragon): deux grandes planches, o� la fus�e blanche de l'armature des arbres se d�tache, d'une mani�re remarquable, sur le noir de la feuill�e.

XLVI Tous les arts descendant du dessin, Hokousa� veut que son imagination aille � ces arts, que son pinceau y touche, que sa main en donne des mod�les. C'est ainsi qu'en 1836, le vieux peintre qui signe: _le vieillard

fou de dessin_, publie le _Shin-Hinagata_, NOUVEAUX MOD�LES DE DESSINS D'ARCHITECTURE, et �crit en t�te cette pr�face: Depuis l'antiquit�, l'homme a copi� la forme des choses: ainsi dans le ciel il a pris le soleil, la lune et les �toiles, et sur la terre les montagnes, les arbres, les poissons, et puis les maisons, les champs; et ces images simplifi�es, modifi�es, d�natur�es, sont devenues les caract�res de l'�criture. Mais celui qui se fait appeler un dessinateur doit respecter la forme originale des choses, et, ce dessinateur, quand il dessine les maisons, les palais, les temples, il est de toute n�cessit� qu'il sache comment les charpentes sont agenc�es. Il existait un ouvrage fait par un architecte, sous ce titre: LES MOD�LES DE L'ARCHITECTURE, mon �diteur m'a demand� de dessiner le second volume. Le premier a �t� fait par un homme du m�tier, avec des donn�es techniques. Moi, ce que j'ai fait dans ce volume est plut�t du domaine de l'art; toutefois si, gr�ce � mon enseignement, les jeunes dessinateurs arrivent � ne pas faire un chat � la place d'un tigre, un tombi � la place d'un faucon, quoique mon travail ne soit qu'un caillou � c�t� d'une montagne, je serai glorieux de ce r�sultat devant la post�rit�. Et, � l'appui de la pr�face, apr�s la repr�sentation du fil � plomb, ce sont des mod�les de constructions en bois � la l�g�re et �l�gante menuiserie; ce sont des terrasses aux balcons compl�tement ajour�s, aux escaliers a�riens; ce sont des toits aux souplesses courbes d'une toile de tente, avec de jolis auvents de bambous; ce sont des mod�les de cloches pour bonzeries, au bronze sillonn� de dragons fantastiques de la mer; ce sont de riches frontons form�s de deux �normes _ta�_ et affront�s; ce sont des ponts de cordage passant au-dessus des arbres; ce sont des lanternes de jardin faites de la pyramide de trois enfants japonais mont�s l'un sur l'autre; ce sont les d�veloppements d'un temple bouddhique dans toute sa hauteur:--dessins pr�c�d�s de la figuration, en son riche et nobiliaire costume, de l'architecte officiel du palais imp�rial et des charpentiers travaillant sous ses ordres. Le volume grav� par Y�gawa, l'habile graveur des CENT VUES DU FOUZI-YAMA, eut une seconde �dition, faite post�rieurement et teint�e de rose. A la fin de l'�dition en noir l'�diteur annon�ait la publication de trois volumes qui devaient suivre et qui n'ont pas paru. D�tail curieux, le professeur d'architecture d'Hokousa� fut un des �l�ves de son atelier, nomm� Hokou-oun, qui s'assimila tellement la mani�re de son ma�tre qu'il publia une MANGWA o� des pages de croquis seraient donn�es par les plus fins connaisseurs � Hokousa�. Mais ce n'a pas �t� seulement de la forme et du contour de l'habitation qu'a �t� pr�occup�e la pens�e artistique d'Hokousa�, il a donn� des heures de son pinceau � la d�coration des objets de la vie intime de son temps, cherchant � faire, ainsi que cela a �t� dans notre soci�t� du moyen �ge, un objet d'art de tout objet servant � la vie usuelle, et sur la pipe et le peigne, ces deux choses o� les Japonais ont d�pens� les plus jolies imaginations et associ� � leur ornementation les plus belles et d�licates mati�res, il a laiss� deux merveilleux petits livres sous le titre: _Imay� Koushi Kis�rou Hinagata_, MOD�LES DES PEIGNES ET DES PIPES � LA MODE D'AUJOURD'HUI. Trois volumes, dont deux consacr�s aux peignes, avaient paru en 1822, et dont le troisi�me, consacr� aux pipes, paraissait en 1823.

Le volume des peignes, qui a pour frontispice une Japonaise en train de polir des peignes sur une meule, contient les plus vari�s et les plus divers motifs d'ornementation de ce joli objet de toilette o� la laque, l'ivoire, la nacre, l'�caille, les pierres dures, se m�lent et se marient pour le d�cor. Et le go�t d�pens� sur ces peignes! Ici, ce semis de p�tales de fleurs, l�, cette jonch�e d'iris, l�, cet enguirlandement par un volubilis, l�, ce couronnement par une fleur de n�nuphar. Et des envol�es � tire d'aile de grues, et des nages de canards mandarins, et des batailles de moineaux. Et encore, en leur petitesse minuscule, des coins de village, des plages, des aspects du Fouzi-yama, des vues panoramiques aux grands horizons. Et enfin des choses qu'aucun peuple n'a fait servir � la d�coration des objets usuels et familiers, comme les cassures du charbon de terre, le treillis d'une vannerie, le fouillis enchev�tr� de clous, les cr�tes des vagues, les rayures de la pluie. � la suite de la pr�face, Hokousa� �crit ces quelques lignes. La fabrication des objets change selon le temps. Des objets qui �taient carr�s, on les fait ronds et le monde trouve cela plus beau: �a s'appelle la mode. Tous les objets sont soumis � cette modification, � plus forte raison les peignes et autres objets de toilette servant aux femmes dont les caprices se plaisent au changement. Si je ne dessinais que pour la mode pr�sente, mes dessins ne seraient d'aucune utilit� pour les fabricants de l'avenir; donc les dessins de ce petit volume ont �t� faits avec l'id�e de cr�er un d�cor pouvant s'appliquer � des formes variables. Ainsi, si la mode exige que les peignes soient �pais, les artistes devront augmenter le dessin pour couvrir l'�paisseur. Dans le cas contraire, ils n'ont, ce qui leur sera plus facile, qu'� simplifier le dessin. Donc j'ai t�ch� de pr�voir, autant que possible, ces variations. Et il signe: _Pr�c�demment Hokousa� Katsoushika I-itsou_. Le volume des pipes a, pour frontispice, un Cor�en qui fume une pipe interminable; et commence une suite de petits carr�s o� se trouve le motif dessin� de la ciselure entre un fourneau et un tuyau de pipe: motif en g�n�ral ex�cut� sur une pipe toute en argent, ou sur une pipe en bambou avec des rev�tements partiels en argent, ou sur une pipe en bronze avec des parties en ivoire. Et les motifs repr�sentent tout un monde: un tigre, un asc�te, une cascade, un enfant enlevant un cerf-volant, un Hotei, des chauves-souris, le porteur du b�ton aux morceaux de bambous pour battre le th�, une biche, une branche de sapin, un acrobate, un Darma, une assembl�e de renards au clair de la lune, une grenouille, une mouche, des flammes, des bulles de savon. De ces volumes sur l'architecture, sur les peignes et les pipes, on pourrait rapprocher le _Shingata Komon-tch�_, ALBUM DE PETITS DESSINS POUR NOUVEAUT�S, publi� en 1824. Une s�rie de planches o� l'ing�nieuse combinaison de l'enlacement, de l'entre-croisement, de l'enchev�trement de carr�s, de ronds, de losanges, fait le d�cor de robes, et qui devait �tre suivi d'un autre volume consacr� aux broderies qui n'a pas paru. En t�te de ce volume, la pr�face de Tan�hiko dit: �Les artistes qui

dessinent librement sont d'ordinaire maladroits avec le compas et la r�gle, et ceux qui font des dessins g�om�triques ne savent pas dessiner librement. Hokousa�, lui, fait tout bien, et il arrive � faire avec sa r�gle et son compas, non pas seulement des dessins artistiques, mais encore des dessins d'une invention infinie.�

XLVII � la suite de trois mauvaises r�coltes du riz, pendant les ann�es 1836, 1837, 1838, l'ann�e 1839 fut une ann�e de disette pendant laquelle les Japonais restreignant leurs d�penses n'achetaient plus d'images, et o� les �diteurs se refusaient � faire les frais de publication d'un livre, d'une planche s�par�e. En cette gr�ve des �diteurs, Hokousa� comptant sur la popularit� de son nom, eut l'id�e de composer des albums _au bout de son pinceau_, et il trouva � vivre � peu pr�s cette ann�e de la vente de ces dessins originaux vendus sans doute tr�s bon march�. Un de ces albums, compos� de douze dessins, existe dans la collection de M. Hayashi. Un demi-quarteron de lavis rapides, au coloriage brutal, lavis o�, sous le barbouillage h�tif, se sent le ma�tre, dans la silhouette des �tres et des choses. C'est Foukorokou d�roulant un makimono sur lequel une tortue vient se promener, c'est le diable d�guis� en pr�tre faisant sa pri�re. Et ce sont aussi bon nombre de motifs d�j� publi�s par lui, et qu'il r�p�te sans pudeur: ainsi le hoche-queue sur un rocher, qui revient si souvent dans ses dessins, ainsi le Japonais regardant s'envoler des papillons, du _Shas-hin gwafou_. L'album est sign�: _Gwaki� r�jin manji_ (vieillard fou de dessin � l'�ge de 80 ans).

XLVIII En cette mauvaise ann�e pour l'art, Hokousa� a cependant la chance de trouver un �diteur pour une grande s�rie de planches s�par�es, et cette date de 1839 est non seulement appuy�e par la signature _Manji, pr�c�demment Hokousa�_, mais certifi�e par une lettre d'Hokousa�, dat�e de cette ann�e, o� il est question de la commande de cette s�rie faite par l'�diteur Yeijud�, lettre que Hayashi aurait eue entre les mains, au Japon. Cette s�rie renfermant une suite de paysages en largeur, tir�s en couleur, de la m�me facture que les TRENTE-SIX VUES DU FOUGAKOU est intitul�e: _Hiakounin isshu Ouwaga Y�toki_, LES CENT PO�SIES EXPLIQU�ES PAR LA NOURRICE. Des 100 planches, qui devaient former la collection, 27 seulement ont paru. 1. _Po�sie de l'empereur Tenti_. La r�colte du riz.

2. _Po�sie de l'imp�ratrice Jit�_. Un bord de rivi�re l'�t�, avec lavage de linge. 3. _Po�sie de Kakinomoto-no-Histomaro_. La nuit aupr�s d'un feu allum�, des p�cheurs tirant un filet. 4. _Po�sie de Yamab�-no Akahito_. Le n� 4 manque. 5. _Po�sie de Saroumarou Duy�_. � l'automne, retour de paysans de la cueillette, leurs pelles fourchues sur l'�paule. Au haut d'une montagne, un cerf bramant, qui fait songer aux paysans � l'attente de leurs femmes. 6. _Yakamoti_. Un bateau � la forme de gondole, sur une rivi�re baignant une ville b�tie sur un rocher. 7. _Ab�no Nakamaro_. La lune rappelant en Chine au po�te japonais son pays. 9. _Onono Komati_. Paysanne en train de nettoyer une �toffe sur une porte d�tach�e de ses gonds. 11. _Sanghi Takamoura_. P�cheuses de coquilles, appel�es _awabi_. 12. _S�j� Henj�_. Danseuse de temple, dansant la nuit, en grand costume, les cheveux �pars, un �ventail � la main. Le po�te dans la po�sie, en t�te de la planche, dit au vent d'emp�cher les nuages de couvrir la lune. 17. _Ariwarano Narihira_ (aux environs de Ki�t�). Gens traversant un pont sur une rivi�re dont les eaux roulent la pourpre de nombreuses feuilles de momiji. 18. _Foujiwara Toshiyuki_. B�timent de commerce japonais. 19. _Iss�_ (une po�tesse). Sur l'avance d'une petite terrasse, deux femmes regardant la campagne. 20. _Motoyoshino Shinn�_. Un boeuf charg� de roseaux, au milieu de promeneurs autour d'une baie. 24. _Kwank�_. Voiture aux roues �normes, ayant l'air d'un temple portatif et � laquelle est attel� un boeuf: voiture dans laquelle, seul, le souverain peut monter. 26. _Teijink�_. Noble visitant le temple d'Ogouroyama, c�l�bre pour ses momiji. 28. _Minamoto-no-Moun�yuki_.

Chasseurs faisant du feu dans la neige. 32. _Haroumiti-no-Tsouraki_. Scieurs de bois au bord d'une rivi�re. 36. _Kiyowarano Foukayabou_. Bateaux de promenades � Y�do, au milieu desquels un bateau-restaurant va de l'un � l'autre. 37. _Boun-yano Asayasou_. Sur un bateau, de jeunes gar�ons de la noblesse cueillant des pousses de lotus: un mets dont les Japonais sont tr�s friands. 36. _Sanghi Hitoshi_. Un da�mio, accompagn� de serviteurs, parcourant la campagne. 46. _Ohnakatomi Norinobou_. Serviteurs japonais attendant leur ma�tre � la porte d'un jardin imp�rial. 50. _Foujiwarano Yoshitaka_. �tablissement de bains o� l'on voit des femmes en peignoir sur une terrasse d'o� sort un jet de vapeur d'eau chaude. 52. _Foujiwarano Mitinobou_. Porteurs de cago descendant une route. 68. _Sanj�-no-in_. L'int�rieur d'un temple sintho�ste. 71. _Dainagon Tsoun�nobou_. Fontaine o� des femmes remplissent des baquets. 97. _Gont�nagon Sada-iy�_. Au bord de la mer, un four � sel. Enfin, � cette s�rie il y aurait encore � rattacher la s�rie ayant pour titre: _S�tsouguekkwa_, NEIGE, LUNE ET FLEURS, compos�e de trois planches. 1. _La neige de la Soumida � Y�do_. 2. _La lune de Yodogawa_ (nom de rivi�re) _� Ohsaka_. 3. _Les Fleurs de Yoshino_ (nom d'une montagne toute rose de ses arbres en fleurs) _aux environs de Ki�to_.

XLIX Oui, cette ann�e 1839 o� Hokousa� au bout de ces quatre ans d'exil pass�s � Ouraga revient � Y�do, est une ann�e vraiment malheureuse: une ann�e fatale pour l'artiste. A peine s'est-il log�, �tabli � nouveau dans le quartier Honj�, le quartier campagnard, affectionn� par le peintre, qu'un incendie br�le sa maison, d�truit un grand nombre de ses dessins, et les

esquisses et les croquis qu'il a pris tous les jours de sa vie,--et de la maison o� br�le son oeuvre le peintre n'emporte que son pinceau.

L De 1840 � 1849, l'ann�e de sa mort, Hokousa� illustre _Wakan Inshitsoud�n_, TRADITIONS CHINOISES ET JAPONAISES SUR LES CONS�QUENCES DE LA CONDUITE INVISIBLE (sur les bonnes ou mauvaises actions secr�tes, non connues), et o� le bien et le mal se trouvent r�compens�s dans la personne des gens bons ou mauvais ou dans leurs descendants. Dans ce petit livre, chaque personnage, dont on rapporte un acte de la vie, a son nom imprim� pr�s de la repr�sentation de cette action. Peut-�tre cette ann�e ou une des ann�es suivantes, Hokousa� illustre le _Y�hon Onna Imagawa_, le LIVRE ILLUSTR� DE L'�DUCATION DES FEMMES. Dans les environs de l'ann�e 1840, Hokousa� publie encore quatre estampes en hauteur repr�sentant le travail en paille expos� dans la cour du temple d'Asakousa. Ces planches repr�sentent les douze signes du zodiaque, les deux guerriers K�m�i et Sch�s�, une femme sur un �l�phant blanc, une cage de grues, une arme d'une longueur de 23 m�tres. Vers le m�me moment para�t encore _Shimpan Da�d� Zoui_, NOUVELLES PLANCHES DES DESSINS SUR LA VOIE PUBLIQUE, une s�rie de douze feuilles en largeur. Une s�rie d'un mouvement diabolique: un d�fil� de p�lerins sous des masques de T�ngous, de gar�ons de marchands de sak� ayant trop go�t� � leurs marchandises, de marchands de savon faisant des bulles au bout d'un chalumeau, de forgerons d'ancres, d'aveugles masseurs, de mendiants criant, chantant, dansant en brandissant des �crans, menant une bacchanale folle, �pileptique, bras et jambes en l'air, et qui serait la fin des �tudiants paresseux de l�-bas. Sous la m�me date, on classe aussi _Tiy�nooumi_, L'OC�AN D'ID�ES, une s�rie rarissime. En 1843 Hokousa� publie le _Shoshin gwakan_, ALBUM DE DESSINS POUR LES COMMEN�ANTS, un album qui a une certaine parent� par le faire avec le _Shashin gwafou_. Des dessins de premier coup, de la brutalit� la plus savante, faisant m�priser le joli et le fini du petit art. D'abord un dessin comique d'Hotei, le dieu des enfants, s'ouvrant de ses deux mains la bouche jusqu'aux oreilles, avec devant lui un petit Japonais qui lui tire la langue. Puis des riens du tout, comme des champignons, comme un morceau de bambou, etc., etc., des merveilles d'un rendu comme produit par la fi�vre du dessin. Et, au milieu de ces croquis, le dessin du dialogue d'un ministre retir�

des affaires et d'un p�cheur o�, dans l'�pine dorsale et la gesticulation gouailleuse des mains de ce p�cheur, est donn� comme l'accent de la phrase qu'il jette au ministre d�missionnaire, disant qu'il a quitt� le minist�re parce que le monde a l'esprit � l'envers: �N'est-ce pas vous qui �tes � l'envers? Moi, quand la rivi�re est trouble, je me lave les pieds dedans et, quand elle est claire, je la bois!� Les gravures de cette publication ont �t� republi�es plus tard en couleur, en mauvaise couleur, sous le titre de _Hokousa� Gway�n_, LE JARDIN DES DESSINS d'HOKOUSA�. En 1847, deux ans avant la mort de l'artiste, para�t _R�tsoujo Hiakouninsh�_, CENT PENS�ES DE CENT FID�LES FEMMES, dont les cent figures sont de Toyokouni, mais dont les dix premi�res pages sont d'Hokousa�. Il semble qu'alors l'artiste, qui a 87 ans, redoute la responsabilit� de l'illustration d'un livre tout entier, et il se contente d'une esp�ce d'introduction dessin�e, faite par de petits croquis jet�s dans un trait, mais des plus spirituels. En 1848, c'est _Sh�ga hiakounin sh�_, LES CENT PO�TES, publication due � la collaboration de Kouniyoshi, Shigh�nobou, Yeis�n, mais dont les dix premi�res pages sont d'Hokousa�. Une planche d'un beau sentiment: un Empereur exil�, regardant m�lancoliquement du bord de la mer une vol�e d'oiseaux se dirigeant vers son pays. Cette m�me ann�e 1848, Hokousa� donne une grande planche en largeur, repr�sentant une op�ration topographique faite avec nos instruments d'arpentage et qui a presque le caract�re d'un dessin europ�en. Elle est sign�e: _Manji r�jin � l'�ge de 89 ans_. Au printemps de hiakounin sh�_, artistes, et o� est une planche

1849, l'ann�e de la mort d Hokousa�, c'est _Yokou yeiy� CENT PO�SIES DE H�ROS, illustration due � plusieurs Hokousa� a encore dix feuilles de dessins dont la premi�re de d�tails d'armures.

LI En 1848, un an avant sa mort, Hokousa� publie _Y�hon Sa�shiki-tsou_, LE TRAIT� DU COLORIS, sur la couverture duquel on voit Da�kokou d�roulant un kak�mono o� sont grav�s le titre du volume et le nom de l'auteur, et o� la premi�re planche repr�sente, au-dessus d'un petit rapin japonais pr�parant l'encre de Chine, le peintre dans une esp�ce de danse de Saint-Guy picturale, peignant un pinceau dans la bouche, un pinceau dans chaque main, un pinceau dans chaque pied. Le trait� qui est r�dig� par Hokousa�, sous le nom d'Hatiy�mon, m�rite d'�tre traduit dans quelques-unes de ses parties. Il commence ainsi: L'ignorant Hatiy�mon dit: J'ai fait ce petit volume pour apprendre aux enfants qui aiment � dessiner la mani�re facile de colorier... publiant ce petit volume � bon march�, dans l'espoir que tout le monde pourra

l'acheter et donner � la jeunesse l'exp�rience de mes quatre-vingt-huit ans. D�s l'�ge de six ans, j'ai commenc� � dessiner, et pendant quatre-vingt-quatre ans j'ai travaill� dans l'ind�pendance des �coles, ma pens�e, tout le temps, tourn�e vers le dessin. Or donc, comme il m'est impossible de tout exprimer en un si petit espace, je voudrais seulement apprendre que le vermillon n'est pas la laque carmin�e, que l'indigo n'est pas le vert, et aussi apprendre, d'une fa�on g�n�rale, le maniement du rond, du carr�, et des lignes droites ou courbes; et si j'arrive, un jour, � donner une suite � ce volume, je mettrai les enfants en �tat de rendre la violence de l'Oc�an, la fuite des rapides, la tranquillit� des �tangs, et chez les vivants de la terre, leur �tat de faiblesse ou de force. En effet, il y a des oiseaux qui ne volent pas tr�s haut, des arbres � fleurs qui ne produisent pas de fruits, et toutes ces conditions de la vie autour de nous m�ritent d'�tre �tudi�es � fond, et si j'arrive � persuader les artistes de cette v�rit�, j'aurai le premier _tra�n� ma canne_ sur le chemin[20]. [Note 20: J'aurai le premier indiqu� le chemin.] Puis, c'est un tableau d'une cinquantaine de couleurs employ�es par le ma�tre, et � la page suivante, au-dessus de deux mains qui tiennent un pinceau pench�, d�layant de la couleur dans une soucoupe, ces recommandations: Les couleurs ne doivent �tre ni trop �paisses, ni trop claires, et le pinceau doit se tenir couch�; autrement il produit des malpropret�s; --l'eau du coloriage plut�t claire que fonc�e, parce qu'elle durcirait le ton;--le contour jamais trop net, mais tr�s d�grad�;--n'employer la couleur que lorsqu'elle a repos� et qu'on a rejet� la poussi�re mont�e � la surface;--la couleur fondue avec le doigt, et jamais avec le pinceau; ne passer la couleur que sur les lignes noires de l'ombre, o� seulement la couleur peut se superposer. Et ce sont les couleurs sp�ciales qu'il faut employer pour colorier les animaux et les plantes, repr�sent�s en noir dans les planches qui se succ�dent,--pour colorier le hoho, le coq, l'aigle, les canards, les poissons. Le noir lui fait dire: Il y a le noir antique et le noir frais, le noir brillant et le noir mat, le noir � la lumi�re et le noir dans l'ombre. Pour le noir antique, il faut y m�ler du rouge; pour le noir frais, c'est du bleu; pour le noir mat, c'est du blanc; pour le noir brillant, c'est une adjonction de colle; pour le noir dans la lumi�re, il faut le refl�ter de gris. � propos de fleurs, Hokousa� nous r�v�le un curieux ton de l'aquarelle de l�-bas: c'est le _ton du sourire_. Mais �coutez le vieux ma�tre: Ce ton appel� le ton du sourire, Wara�-gouma, est employ� sur la figure des femmes pour leur donner l'incarnat de la vie, et aussi employ� pour le coloriage des fleurs. Pour le fabriquer ce ton, voici le moyen: il faut prendre du rouge min�ral, _sh�y�n-ji_, fondre ce rouge dans de l'eau bouillante, et laisser reposer la dissolution: c'est un secret

que les peintres ne communiquent pas. Hokousa� ajoute: Pour les fleurs, on m�le g�n�ralement de l'alun � cette dissolution: mais ce m�lange brunit le ton. Moi, j'emploie bien aussi l'alun, mais d'une mani�re diff�rente, due � mon exp�rience. Je le bats longtemps dans un godet et le tourne sur un feu tr�s doux jusqu'� ce que le liquide soit dess�ch� compl�tement. Cette mati�re ainsi obtenue, on la conserve � sec, pour s'en servir, en la m�langeant avec du blanc. Et pour obtenir ce blanc teint� d'un soup�on de rouge, j'�tends le blanc d'abord, et ensuite en d�layant le _sh�y�n-ji_ dans beaucoup d'eau, et le laissant pr�cipiter au fond de cette eau � peine teint�e, pass�e sur la gouache, j'obtiens la coloration voulue. Ce qu'il y a de curieux dans le professorat d'art d'Hokousa�, c'est l'ind�pendance que pr�che � ses �l�ves le ma�tre ind�pendant, leur d�clarant _qu'ils n'aient pas � croire qu'il faut se soumettre servilement aux r�gles indiqu�es, et que chacun, dans son travail, doit s'en tirer selon son inspiration_. La m�me ann�e, il publie un second volume portant le m�me titre, o� il dit: _Dans le premier volume, j'ai indiqu� les couleurs � l'�tat g�n�ral, dans celui-ci, je m'occupe des couleurs � l'�tat liquide_; et ce sont des proc�d�s, comme dans l'autre volume, pour peindre un lion de Cor�e, un sanglier, des lapins. Dans le premier volume, un moment, il nous entretient du proc�d� hollandais de la peinture � l'huile de l'Europe, disant: Dans la peinture japonaise, _on rend la forme et la couleur, sans chercher le relief, mais dans le proc�d� europ�en on recherche le relief et le trompe-l'oeil_, et Hokousa� conclut, sans parti-pris, qu'on peut admettre les deux proc�d�s. Dans ce second volume, faisant sans doute allusion � des planches de Rembrandt qu'un critique am�ricain l'accusera d'avoir transport�es dans le vieux sacro-saint dessin japonais, Hokousa� parle du proc�d� hollandais de l'eau-forte, du proc�d� qui consiste � dessiner sur le cuivre recouvert d'un vernis, et annonce qu'il d�voilera ce proc�d� dans le volume suivant. Mais ce second volume du TRAIT� DU COLORIS devait �tre la derni�re publication du peintre. Un second livre, o� Hokousa� professe longuement, est le _Riakougwa-haya shinan_, LE�ON RAPIDE DE DESSIN ABR�G�, ouvrage paru en trois volumes, le premier en 1812, le second en 1814, le troisi�me sans date. Dans le premier volume, aux croquis assez brutaux, il y a une chose curieuse: que chaque dessin soit un Darma, soit un scolopendre, il est reproduit dans les contours de sa forme par les lignes courbes de moiti�s de circonf�rences, de quarts de circonf�rences, et de temps en temps par un carr�. Dans la pr�face[21], Hokousa� blaguant les anciens, s'exprime ainsi: [Note 21: La pr�face est de Ki�rian, mais elle est r�p�t�e dans le _Shoshin Y�d�hon_, MOD�LES DE DESSINS POUR LES COMMEN�ANTS, sous le nom d'Hokousa�.]

Les anciens ont d�clar� que la montagne se fait avec la hauteur de dix pieds, les arbres avec la hauteur d'un pied, le cheval avec la hauteur d'un pouce, l'homme avec la grosseur d'un haricot, et ils ont proclam� que c'est la loi de la proportion dans le dessin. Non, les lignes du dessin, �a consiste en des ronds et des carr�s... Maintenant notre vieil Hokousa�, lui, a pris une r�gle et un compas, et c'est avec cela qu'il a dessin� toutes les choses pour en bien d�terminer la forme: un proc�d� qui ressemble un peu � ce vieux moyen de t�tonner avec le pinceau-charbon (_morceau de bois br�l�, du fusain_). Or, celui qui apprendra � bien manoeuvrer la r�gle et le compas, il pourra arriver � ex�cuter les dessins les plus fins et les plus d�licats. Et � la fin du volume, ces lignes sont encore d'Hokousa�: Ce livre apprend la mani�re de dessiner au moyen du compas et de la r�gle, et celui qui travaillera � l'aide de ce moyen apprendra par lui-m�me la proportion des choses. Dans le second volume, Hokousa� se repr�sente peignant avec la bouche, les mains, les pieds, dessin que nous trouvons r�p�t� en 1848 dans le TRAIT� DU COLORIS, et c'est une s�rie de dessins assez semblables aux dessins g�om�triques du premier volume, mais qui seraient inspir�s par la contexture des mots de la langue japonaise. Dans ce volume en une langue impossible, aux localit�s invraisemblables, et sous des noms imaginaires, moquant le style de rivaux et de concurrents, Hokousa� plaisante ainsi: En aimant le style pr�tentieux de H�-ma-mousho-Ni�d�, le peintre Yama mizou T�ngou, de Noshi-Koshi yama, s'est appropri� l'art incompr�hensible de ses dessins. Or, moi qui ai �tudi� ce style pr�s de cent ans, sans y rien comprendre plus que lui, il m'est cependant arriv� ceci de curieux, c'est que je m'aper�ois que mes personnages, mes animaux, mes insectes, mes poissons ont l'air de se sauver du papier. Cela n'est-il pas vraiment extraordinaire? Et un �diteur, qui a �t� inform� de ce fait, a demand� ces dessins de telle fa�on que je n'ai pu lui refuser. Heureusement que le graveur Koizoumi, tr�s habile coupeur de bois, s'est charg�, avec son couteau si bien aiguis�, de couper les veines et les nerfs des �tres que j'ai dessin�s et a pu les priver de la libert� de se sauver. Ce petit volume, je l'affirme, sera un bijoux pr�cieux pour la post�rit�, et les personnes entre les mains desquelles il se trouvera, doivent l'�tudier avec toute confiance. Et il signe: _Yamamizou T�ngou T�ngoudo Nett�tsou_ (fer chaud). Dans le troisi�me volume, qui est toujours une suite de dessins cherch�s d'apr�s la forme des mots, et o� en haut des pages il y a la figuration de ces mots au-dessus des sujets dessin�s, la premi�re image repr�sente le peintre qui a sign� la pr�face du second volume T�ngou T�ngoudo, pr�sentant un dessin � un T�ngou, � un de ces g�nies aux cheveux en poils de b�te, au nez en vrille[22], et Hokousa� met en t�te de ce volume: Ce livre apprend le dessin sans ma�tre. On a emprunt� les lettres, les caract�res de la calligraphie pour faire l'�tude plus facile � l'�l�ve. Dans chaque dessin, la marche du pinceau est indiqu�e par le num�rotage, afin que les enfants puissent retenir l'ordre de la marche. Mais ce livre n'est pas pour l'enfant seulement; les grandes personnes, les po�tes par exemple, qui veulent ex�cuter un dessin rapide dans une soci�t�, seront aid�es par ce livre. C'est donc les pr�liminaires du

dessin cursif. [Note 22: La t�te de T�ngou est form�e par les mots Yama (montagne) et Mizou (eau), et la t�te du peintre par une r�union de caract�res faisant h�-ma-mou-sho.] � la fin du volume, Hokousa� ajoute: L'id�e qui m'a fait faire ce volume vient de ce que, un soir, chez moi, Y�-y� Kiwan _nom fantaisiste_ m'a demand�: Comment peut-on apprendre � faire un dessin d'une mani�re rapide et facile? Je lui ai r�pondu que le meilleur moyen �tait un jeu qui consistait de chercher � former les dessins d'apr�s les lettres, et j'ai pris mon pinceau, et lui ai montr� comment on peut facilement dessiner. Quand j'ai eu ex�cut� deux ou trois dessins l'�diteur K�shod�, qui �tait l�, n'a pas voulu laisser perdre ces dessins, et il m'a fait dessiner tout un volume, qu'on doit regarder, au fond, comme une distraction, comme un amusement pour rire. Autour de ces deux trait�s techniques �crits par Hokousa�, il n'est peut-�tre pas sans int�r�t de grouper les albums d'Hokousa� traitant sp�cialement du dessin et du coloris, dont les pr�faciers ont �t� sans doute inspir�s dans leurs pr�faces par les th�ories, les id�es, les ironies d'Hokousa�. Ainsi dans l'album intitul� _Hokousa� Sogwa_, DESSINS GROSSIERS D'HOKOUSA�, publi� en 1806, et dont la premi�re planche repr�sente le g�nie fantastique de l'encre de Chine, le pr�facier Sakaud�, se faisant l'interpr�te des conversations du peintre, s'exprime dans ces termes: �Il n'est pas difficile de dessiner des monstres, des revenants, mais, ce qu'il y a de difficile, c'est de dessiner un chien, un cheval, car ce n'est qu'� force d'observer, d'�tudier les choses et les �tres qui vous entourent, qu'un peintre repr�sente un oiseau qui a l'air de voler, un homme qui a l'air de parler. Or, le talent extraordinaire du vieillard Ta�t� (Hokousa�) n'est que le r�sultat de ce travail, de cette observation dans laquelle il a apport� cette attention infatigable que j'ai toujours admir�e et qui a fait de lui le grand artiste ind�pendant et le ma�tre unique.� Ainsi l'album _Shosin Y�d�hon_, MOD�LES DE DESSIN POUR LES COMMEN�ANTS, sans date (deux volumes dont le second est en couleur), o� la succession des coups de pinceau � donner est indiqu�e par un num�rotage venant d'Hokousa�, et o�, pour une �tude de t�te de profil, la marche du pinceau est ainsi indiqu�e: 1, le front; 2, la ligne du nez; 3, la narine; 4, le dessus de la bouche en partie cach�e par la robe; 5, l'oeil; 6, le sourcil; 7, l'int�rieur de l'oreille; 8, le contour, et les cheveux de 9 � 16. Ainsi le R�PERTOIRE RAPIDE DE DESSIN, sous le titre de _Y�hon hayabiki_, qui a suivi la LE�ON RAPIDE DE DESSIN ABR�G�, et qui a paru en deux volumes publi�s en 1817 et 1819. Ces albums, qui contiennent par page 50 ou 60 silhouettes humaines de la grosseur d'un insecte, sont une sorte d'inventaire et de catalogue de tous les motifs de dessin class�s sous la premi�re lettre de leurs noms: le premier volume commen�ant � la lettre i et le second finissant � la lettre _sou_, la quarante-septi�me et derni�re lettre de l'alphabet japonais.

Dans ce recueil, la t�te est presque toujours indiqu�e seulement par le contour de l'ovale. Et ce mode de dessin, adopt� par Hokousa�, vient � la suite d'une discussion avec un ami du peintre, qui soutenait que la physionomie d'un �tre humain ne pouvait �tre reproduite qu'avec le dessin de ses yeux et de sa bouche: discussion dans laquelle Hokousa� se fit fort de rendre l'expression, la vie d'un visage, en ne les y dessinant pas[23]. [Note 23: Le _Mousha Bouri_, R�PERTOIRE DES GUERRIERS, est un recueil dans le m�me genre que le R�PERTOIRE RAPIDE DE DESSIN, et qui donne la nomenclature des guerriers c�l�bres. A la fin de ce volume, publi� en 1841, Hokousa� annonce qu'il pr�pare un volume sur les po�tes et les artistes c�l�bres, mais ce volume n'a pas paru.] Ainsi, dans l'album d'_Ippitzou gwafou_, LE DESSIN A UN COUP DE PINCEAU, album publi� en 1823, et o� un seul coup de pinceau donne si curieusement la silhouette d'oiseaux qui volent, de tortues qui nagent, de lapins qui dig�rent, et de Japonais et de Japonaises dans toutes les actions de leur vie. Ici, le pr�facier avoue que ce mode de dessin n'a pas �t� invent� par Hokousa�, qu'il est de l'invention de Foukouz�nsa� de Nagoya, et que, dans un s�jour dans cette ville, Hokousa� a �t� int�ress� par ce proc�d� de dessin et, craignant qu'il ne se perd�t, il a dessin� diff�rents sujets de la m�me fa�on, pour que, plus r�pandu, il soit connu par la post�rit�[24]. [Note 24: Un autre album, intitul� _S�hitsou gwafou_, ALBUM DE DESSIN CURSIF, publi� par Hokousa� en 1843, est fabriqu� un peu dans le m�me esprit de coloriage.] Ainsi l'album intitul� _Santa� gwafou_, ALBUM DE TROIS DIFF�RENTES SORTES DE DESSINS, imprim� en 1815, o� Hokousa� signe Ta�to, et dans lequel le pr�facier Shokousan-j�n, traduisant la pens�e du peintre, dit: �Dans la calligraphie il y a trois formes, et ce n'est pas seulement dans la calligraphie que ces trois formes existent, c'est dans tout ce que l'oeil de l'homme observe. Ainsi, lorsqu'une fleur commence � s'�panouir, sa forme est, pour ainsi dire, une forme rigide; lorsqu'elle est d�fleurie, sa forme est comme n�glig�e; lorsqu'elle tombe � terre, sa forme est comme abandonn�e, d�sordonn�e.� Et au milieu de diff�rentes images, une planche d'orchid�e, trois fois r�p�t�e, est comme la confirmation de l'id�e un peu paradoxale du peintre. Ainsi l'album _Hokousa� Gwashiki_, M�THODE DE DESSIN D'HOKOUSA�, publi� avec la collaboration de ses �l�ves, d'Ohsaka, S�nkwakou-te�, Hokouy�, Sekkwatei, Hokouj�, Shuny�t�i, Hokkei, et o� le pr�facier fait ainsi l'�loge d'Hokousa�: �La peinture est un monde � part et celui qui veut y r�ussir doit conna�tre par coeur les diversit�s des quatre saisons et avoir au bout des doigts l'habilet� du cr�ateur. Le Katsoushika Hokousa� de Y�do aima cet art d�s l'enfance, eut pour unique ma�tre la nature, et il a p�n�tr� le myst�re de l'art; enfin c'est l'unique grand peintre de la peinture ancienne et de la peinture moderne. Depuis des ann�es il a donn� des albums pour servir aux �l�ves, mais des albums insuffisants aux demandes. Et aujourd'hui l'�diteur S�yeid� a demand� au ma�tre un nouvel et plus complet album qui servira de m�thode pour la jeunesse.� Et � la fin de toutes ces r�v�lations sur l'art du ma�tre, qu'elles �manent de ses amis ou de lui-m�me, donnons la plus curieuse de toutes, que Hokousa�, en 1835, jeta en t�te des CENT VUES DU FOUZI-YAMA: Depuis l'�ge de six ans, j'avais la manie de dessiner la forme des

objets. Vers l'�ge de cinquante ans, j'avais publi� une infinit� de dessins, mais tout ce que j'ai produit avant l'�ge de soixante-dix ans ne vaut pas la peine d'�tre compt�. C'est � l'�ge de soixante-treize ans que j'ai compris � peu pr�s la structure de la nature vraie, des animaux, des herbes, des arbres, des oiseaux, des poissons et des insectes. Par cons�quent, � l'�ge de quatre-vingts ans, j'aurai fait encore plus de progr�s; � quatre-vingt-dix ans je p�n�trerai le myst�re des choses; � cent ans je serai d�cid�ment parvenu � un degr� de merveille, et quand j'aurai cent dix ans, chez moi, soit un point, soit une ligne, tout sera vivant; Je demande � ceux qui vivront autant que moi de voir si je tiens ma parole. �crit � l'�ge de soixante-quinze ans par moi, autrefois Hokousa�, aujourd'hui Gwaki� R�jin, le vieillard fou de dessin[25]. [Note 25: _L'Art Japonais_, par Gonse. Quantin. 1883, t. I.]

LII � l'�ge de 68 ou 69 ans, Hokousa� avait eu une attaque d'apoplexie, dont il s'�tait tir� en se traitant par la _p�t�e de citron_, un rem�de de la m�decine japonaise et dont la composition �tait laiss�e par le peintre � l'ami Tosaki, avec, dans la marge de l'ordonnance, des croquetons de la main du peintre repr�sentant le citron, le couteau � couper le citron, la marmite o� on le fait cuire. Voici la composition de cette _p�t�e de citron_: �Avant que vingt-quatre heures japonaises (48 heures) se soient �coul�es depuis l'attaque, prenez un citron, d�coupez-le en petits morceaux, avec un couteau de bambou et non pas de fer ou de cuivre. Mettez le citron, ainsi d�coup�, dans une marmite de terre. Ajoutez-y un _go_ (un quart de litre) de sak� extra bon, et laissez cuire au petit feu jusqu'� ce que le m�lange devienne �pais. �Alors il faut avaler, en deux fois, la p�t�e de citron dont on a retir� les p�pins, dans de l'eau chaude; et l'effet m�dical se produit au bout de vingt-quatre ou trente heures.� Ce rem�de avait compl�tement gu�ri Hokousa� et semble l'avoir men� bien portant jusqu'en 1849 o� il tombait malade de ses 90 ans, dans une maison d'Asakousa, le _quatre-vingt-treizi�me_ logis de cette existence vagabondante d'une habitation � l'autre. C'est alors, sans doute, qu'il �crivit � son vieil ami Takaghi cette lettre ironiquement allusive: Le roi Yemma[26] est bien vieux et s'appr�te � se retirer des affaires. Il s'est fait construire, dans ce but, une jolie maison � la campagne

et il me demande d'aller lui peindre un kak�mono. Je suis donc oblig� de partir et, quand je partirai, je prendrai mes dessins avec moi. J'irai louer un appartement au coin de la rue d'Enfer, o� je serai heureux de vous recevoir, quand vous aurez occasion de passer par l�. HOKOUSA�. [Note 26: Yemma, roi des Enfers, le Pluton japonais. Cette lettre a �t� publi�e par M. Morse, dans l'Art Review, et reproduite, par Gonse, dans l'_Art Japonais_.] En cette derni�re maladie o� Hokousa� eut les soins de sa fille Oyei, qui avait divorc� avec son mari et habitait avec son p�re, et o� il fut entour� de l'affection filiale de ses �l�ves, la pens�e du mourant _fou de dessin_, toujours toute � l'ajournement que le peintre sollicitait de la Mort pour le perfectionnement de son talent, lui faisait r�p�ter d'une voix qui n'�tait plus qu'un soupir: _Si le ciel me donnait encore dix ans_... L�, Hokousa� s'interrompait, et apr�s un silence: _Si le ciel me donnait seulement encore cinq ans de vie... je pourrais devenir un vrai grand peintre_[27]. [Note 27: D'apr�s la biographie de _Oukiyo y� Ronik�_, par Ki�d�n, qui le fait mourir le 13 avril 1849, la po�sie de la derni�re heure, que Hokousa� aurait formul�e en mourant, est celle-ci: Oh! la libert�, la belle libert�, quand on va se promener aux champs d'�t�, en �me seule, d�gag�e de son corps.] Hokousa� mourait � l'�ge de 90 ans, le dix-huiti�me jour du quatri�me mois de la deuxi�me ann�e de Kay�� (le 10 mai 1849). Un tombeau lui a �t� �lev�, par sa fille Shira� Tati dans le jardin du Temple Seiki�ji d'Asakousa, � c�t� de la pierre tombale de son p�re, Kawamoura Itiroy�mon. On lit sur la face de la grande pierre tombale: _Gwaki�jin Manjino Haka_ (Tombeau de Manji, vieillard fou de dessin). Sur la base: _Kawamoura Ouji_ (Famille Kawamoura). Sur le c�t� gauche de la pierre tombale, en hauteur, trois noms religieux: 1� _Nans�-in kiyo Hokousa� shinji_ (Le chevalier de la foi, Hokousa� � la gloire pittoresque), _Nans�_ (religieux du sud de S�)[28]; 2� _Seizen-in H�-okou Mi�ju shin-nio_, un nom de femme morte en 1828, qui pourrait �tre sa seconde femme; 3� _J�-oun Mi�shin Shin-nio_, un autre nom de femme morte en 1821, qui serait celui d'une de ses filles. [Note 28: Le mot S� est l'abr�viation du mot Shimofousa, o� se trouve Katsoushika.]

LIII Hokousa� s'est mari� deux fois, mais on ignore les noms de ses deux femmes; on ne sait pas m�me si la s�paration avec chacune d'elles a �t� amen�e

par la mort ou le divorce; seulement on a la certitude que le peintre vivait seul � partir de 52 ou 53 ans. De sa premi�re femme Hokousa� avait eu un fils et deux filles. Le fils, c'est Tominosouk� qui prit la succession de la maison du miroitier Nakajima Iss�, et qui mena une vie de d�sordres, causant mille ennuis � son p�re. Les filles, ce sont: Omiyo qui devint la femme de Yanagawa Shigh�nobou, le peintre, morte quelque temps apr�s son divorce, et qui avait mis au monde ce petit-fils qui fut une source de tribulations pour son grand-p�re; et Ot�tsou, dou�e d'un vrai talent de peintre, qui mourut toute jeune. De sa seconde femme Hokousa� eut �galement un fils et deux filles. Le fils, c'est Takitiro, un petit fonctionnaire de Tokougawa, un peu po�te, devenu le fils adoptif de Kas� Sakijiur�, qui �leva le tombeau d'Hokousa� et dont il prit le nom. Le petit-fils de Takitiro qui s'appelait Kas� Tch�jir� a �t� le camarade d'�cole de Hayashi, en l'�tude de la langue fran�aise, dans la classe de M. Fontaine, actuellement maire d'Asni�res. Les filles, ce sont: Onao, qui mourut dans son enfance, et Oyei, qui se maria avec un peintre nomm� T�mei, mais divor�a et v�cut, comme nous l'avons dit, la fin de la vie d'Hokousa�, avec son p�re. C'�tait un artiste, qui fit l'illustration de _Onna tch�h�ki_: un livre d'�ducation pour la femme, qui traite de la civilit�. Hokousa� avait deux fr�res a�n�s et une soeur cadette, tous morts dans leur jeunesse.

LIV En l'ann�e 1850, l'ann�e qui suit la mort d'Hokousa�, para�t _Guir�tsou hiakoninshu_, CENT EXEMPLES DE COURAGE, une illustration due � plusieurs artistes, mais o� une planche d'Hokousa� repr�sentant une terrible temp�te nous montre Tatiwana-him�, la femme du prince Yamatodak�, se jetant dans la mer pour apaiser les flots par le sacrifice de sa vie. Trente ans apr�s la mort d'Hokousa�, en 1879, on a publi� en deux volumes d'apr�s ses dessins, le _Y�hon T�shis�n Gogon-zekkou_, ILLUSTRATION DES PO�SIES DES THANG, COMPOS�ES DE QUATRE VERS DE CINQ MOTS. Les deux premi�res pages vous montrent: l'une, le po�te �crivant � main lev�e, au pinceau, tandis qu'un enfant lui pr�pare l'encre de Chine; l'autre, le peintre peignant � l'encre de Chine sur un kak�mono des oies sauvages, dans l'�tonnement de ses disciples. Apr�s ces deux planches, les compositions les plus diverses: un homme qui nettoie un miroir de bronze; une abandonn�e qui se d�sole dans son lit; une collation � la fin de laquelle l'amphitryon donne son sabre � son ami qui part pour une exp�dition militaire; des cygnes nageant � l'ombre de grands cam�lias.

Enfin, comme pendants aux deux premi�res planches, les deux derni�res repr�sentant la fabrication de l'encre de Chine: le ramassement de la suie dont elle est faite, et le moulage de cette suie en b�tons.

LV KAK�MONOS--MAKIMONOS--PANNEAUX Ici, sous ce titre qui comprend tout ce qui touche � l'encre de Chine ou � l'aquarelle, la peinture japonaise de son pinceau, je vais essayer de signaler, bien incompl�tement, les pr�cieux morceaux de papier ou de soie, sign�s du glorieux ma�tre, existant � l'heure pr�sente en Europe, en Am�rique, en Asie. KAK�MONOS Une carpe dont le milieu du corps est travers� dans l'eau, o� elle nage, par un rayon lumineux. Sign�: _Hokousa� I-itsou manji_. (Hokousa� � 75 ans). H. 29.--L. 34. Collection Hayashi. Shishin, l'un des 108 h�ros du roman de Souik�. De profil, tourn� � droite, la t�te lev�e en l'air, tenant un b�ton d'une main rejet�e derri�re le dos, Shishin est habill� d'une robe de dessous bleue, sa robe de dessus tomb�e autour des reins; il a, aux pieds, des esp�ces de bottes de cuir lui montant jusqu'aux genoux, et ses bras nus sont tatou�s de neuf dragons. Un dessin � l'aquarellage noy�, mettant autour des contours et des plis des teintes d�lav�es, semblables � celles des bords de mers et d'oc�ans dans nos atlas. Sign�: _Manji, vieillard fou de dessin � 80 ans_. H. 120.--L. 52. Riki, un autre h�ros des 108, surnomm� le _Tourbillon noir_, � cause de la rapidit� avec laquelle il faisait tourner sa hache. De face, debout, les traits farouches, le menton appuy� sur sa main gauche, sa main droite tenant sa hache homicide. Une anatomie rocheuse, comme inspir�e par les statues de pierre des Ni� � la porte des temples, avec des chairs couleur brique, et quelques touches de bleu dans le noir de l'encre de Chine des v�tements. M�me signature et m�me grandeur que le premier. Les deux pendants font partie de la collection Hayashi. Un faisan, la t�te retourn�e pr�s d'une tige de pissenlit. Sign�: _Hokousa�_ (de 1800 � 1806). H. 31.--L. 54. Un faisan. Sign�: _Manji, vieillard fou de dessin � 80 ans_.

H. 29.--L. 57. Ces deux dessins font partie de la collection de M. Hayashi. Kwakou Shighi, le ministre populaire de la Chine, le ministre a la plus nombreuse famille de tous les ministres de la terre, repr�sent� assis sur une chaise tournante, la t�te pench�e vers sa femme, et entour� de plus de vingt-quatre enfants. Un kak�mono d'une facture dure, mais avec un effort chez Hokousa� de faire plus portrait qu'il ne fait d'ordinaire, dans ces t�tes d'enfants, au ton rose de la p�che, et avec des rehauts de blanc sur le nez et les paupi�res. Sign�: _Manji, vieillard fou de dessin, autrefois Hokousa� chang� de nom, vulgairement Nakashima Tetzouz� Fouji-wa-no Tam�kazou, � l'�ge de 88 ans_. H. 100.--L. 43. Le m�me sujet vers 1807, plus ancien de 40 ans. H. 61.--L. 55. Ces deux compositions font partie de la collection Hayashi. �Le Lever.� Femme habill�e d'une robe grise sem�e de fleurettes blanches, tenant en main un _yut�_, une cafeti�re en laque sem�e de p�tales de fleurs d'oranger, servant au transport de l'eau chaude, qu'elle s'appr�te � verser dans un bol de porcelaine d�cor� de paysages bleus, pos� sur un plateau � pied, pr�s d'une brosse � dents en bois. Sign�: _Hokousa�_. H. 114.--L. 44. �Le Coucher.� Femme qui va se coucher, en train de changer le papier de son oreiller, sa t�te sortant du rose de sa robe de dessous, et son corps flottant dans les plis d'une robe de dessus d'un gris mauve, sillonn� de petits oiseaux de mer appel�s au Japon _miyakodori_. M�me signature et m�me dimension que le _Lever_. Ces deux kak�monos font partie de la collection de M. Hayashi. Un troisi�me kak�mono: la moustiquaire de cette s�rie, est chez M. Gonse. Tch�ri�, conseiller d'�tat, rencontrant sur un pont Kos�kik�, vieillard myst�rieux qui lui remet un rouleau avec l'�tude duquel il met en �tat le prince, son ma�tre, de renverser l'Empereur qui a fait la grande muraille de la Chine. Dessin de premier jet, avec quelques l�g�res colorations dans le barbotage de l'encre de Chine. Sign�: _Sur la demande de Yeisai Sosh�; Hokousa� S�ri a fait ce dessin_. Le dessin n'est pas sign�, mais porte un cachet o� il y a le nom de _Tokimasa_ (vers 1798). H. 115.--L. 47. Collection Hayashi. Sur un fond brun�tre, une grande branche tortillarde de prunier en fleurs, rien qu'� l'encre de Chine avec les fleurs gouach�es de blanc: un kak�mono d'un relief extraordinaire, o� le noueux, l'excori�, le li�geux d'un vieux

bois, sont rendus d'une mani�re miraculeuse. Sign�: _Katsoushika Hokousa�_ (1806-1807). H. 126.--L. 52. Trois grandes lanternes pos�es l'une � c�t� de l'autre. De la peinture d�corative enlev�e rapidement. Non sign�. H. 118.--L. 51. Ces deux kak�monos appartiennent � M. Hayashi. Ils faisaient partie d'un paravent de six feuilles, dont deux maintenant sont en possession de M. Vever, et deux en possession de M. Monnet, paysagiste. Femme lisant une pi�ce de th��tre, dans un mouvement de t�te abaiss�e, au cou cass�. Coloration de la figure avec le blanc d'une face de pierrot, mais une robe aux tons changeants, sem�s de fleurettes de _lesped�ze_, sur laquelle tranche le ton d'une ceinture verd�tre aux dessins jaune d'or. Un oiseau volant au-dessus de la t�te de la liseuse. Sign�: _Hokousa�_. H. 119.--L. 51. Collection Hayashi. Femme de profil tourn�e � droite, � la t�te de face surmont�e de l'�toilement des �pingles de sa chevelure, et avec le d�licat ovale de sa figure sortant du rose d'une robe de dessous. Un dessin d'une gr�ce contourn�e charmante; la robe ayant aux �paules comme le renflement d'un dolman et se creusant � la rentr�e des reins sous la ceinture, toute bouffante en avant et se r�pandant et s'�talant aux pieds en un large ondoiement. Des colorations, comme si le papier _buvard_ sur lequel elles sont pos�es trempait dans l'eau; et un noir assoupi des cheveux, et un incarnat du visage, pour ainsi dire imperceptible, et un nuageux des plis de la robe qui semble impossible � obtenir. Un des plus d�sirables kak�monos d'Hokousa�. Sign�: _Ta�to_ (1887). H. 107.--L. 29. Collection Hayashi. Handaka, un disciple de Bouddha, �levant en l'air un bol d'o� sort une fum�e qui se change en dragon. Dessin d'un d�chiquetage personnel � Hokousa�, et o� les �toffes ont l'air de lani�res volantes, comme si cette animation un peu exag�r�e, que l'artiste met dans les corps, il voulait la porter dans les �toffes. Lavis � l'encre de Chine sur un ton ros�tre. Sign�: _Hokousa� Ta�to_ (1815). H. 100.--L. 43. Collection Hayashi. Un pr�tre shinto�ste tenant un arc auquel sont attach�es des po�sies. Facture tout � fait grossi�re, barbouillage inharmonique. Sign�: _Manji, vieillard de 85 ans_ (1844). H. 95.--L. 29. Collection Hayashi.

Un aigle, au moment o� il se pose sur le rocher d'un �cueil. Un des kak�monos d'Hokousa�, � la coloration la plus puissante, et qui porte en haut cette curieuse note: �L'ann�e derni�re, le 28 du 11e mois, l'oiseau �tait vu � Kazousa et, le 18 du mois suivant, il fut pris � Sounamoura, et l'ordre de le dessiner fut donn� � Hokousa�, 6e mois 1848.� Sign�: _Manji autrefois Hokousa�, vieillard fou de dessin, vulgairement Nakashima T�tsouz�_ (et en v�rit�) _Foujivara no Tam�kazou, � l'�ge de 88 ans_. H. 123.--L. 52. Collection Hayashi. Kak�monos des six Po�tes, panneaux d�tach�s d'un paravent: Ariwara no Narihira, Ohtomo no Kouronoushi, Boun-ya no Yasouhid�, S�j� H�nj�. Peintures d�coratives enlev�es d'un pinceau rapide. Sign� _Katsoushika Hokousa�_ (1806-1812). H. 130.--L. 53. Collection Hayashi. Omono Komati, Kis�n Hosshi. Ces deux panneaux compl�tant les six Po�tes, et de la m�me dimension, et portant la m�me signature que les quatre autres, nous les retrouvons dans la collection de M. Vever. Un _Katsouo_ (poisson ressemblant au maquereau), dont une tranche a �t� enlev�e, pos� sur une tige d'oeillet; un autre avec un navet: ce poisson se mangeant avec du navet r�p�. Sign�: _I-itsou Hokousa�_ (vers 1823). H. 92.--L. 27. Collection Hayashi. Un vol de pluviers au-dessus d'un cours d'eau, par un jour de neige. Kak�mono d'une ex�cution pouss�e au fini. Sign�: _Hokousa� Tokimasa_ (1799-1800). H. 110.--L. 26. Collection Hayashi. Un sh�j�, un petit g�nie du sak�, � la chevelure rouge envol�e derri�re lui, soulevant de ses deux bras en l'air un barillet de sak�. Sign�: _Hokousa�, fou de dessin_ (1801-1805). H. 84.--L. 26. Collection Hayashi. Apparition de monstres. Une t�te �norme, � c�t� d'une t�te de vieille

femme, au long cou d'un serpent, sortant d'une bo�te. Non sign�. H. 31.--L. 57. Collection Hayashi. Apparition. Derri�re une lanterne de tombeaux, d�cor�e de feuilles de n�nuphar (un symbole bouddhique), une femme, d'une main appuy�e sur un b�ton, la t�te envelopp�e d'une chevelure �paisse, les yeux creux, le nez d�charn�, les dents se d�tachant en blanc d'un trou noir, les chairs livides �clair�es par la blafarde lueur de la lanterne. Dessin fait pour une audition de Hayashiya Sh�z�, conteur d'histoires de revenants, au moment o� l'on �teignait les lumi�res et o� ne restait �clair� que le dessin d'�pouvante. Sign�: _Manji, vieillard fou de dessin, � l'�ge de 80 ans_ (1839). H. 56.--L. 27. Collection Hayashi. Deux t�tes coup�es, aux traits contract�s, au blanc de l'oeil inject� de sang, attach�es par une cordelette � une tige de bambou. Peinture qu'on sent faite d'apr�s nature, sur un morceau de soie enti�rement recouverte de gouache, et qui joue la peinture � l'huile. Sign�: _Manji, vieillard de 88 ans_ (1847). H. 32.--L. 53. Lanterne de cimeti�re avec la planchette de pri�re; un serpent sortant de la lanterne renvers�e. Non sign�. H. 32.--L. 53. Ces deux kak�monos, qui appartiennent � Hayashi, faisaient partie d'un paravent de 18 feuilles, que, sauf ces deux sujets, Hayashi a refus� d'acheter: les seize autres repr�sentant des cadavres en liqu�faction. Femme habill�e d'une robe � l'imitation d'une queue de paon et sur laquelle neige un prunier en fleurs. Peinture � la gouache, jouant la peinture � l'huile, sur une planchette destin�e � �tre attach�e par un clou � un pilastre ou � une colonne. Non sign�. Collection Hayashi. Un homme, un masque de T�ngou, sur la figure, dansant et chantant, m�ne le branle de trois petits Japonais, aux joyeuses gambades. Dessin du faire le plus l�ger et le plus spirituel. Sign�: _Manji, vieillard fou de dessin_ (80 ans). H. 91.--L. 29. Collection Hayashi. Da�kokou et Yebisou en voyage. Dessin caricatural en une aquarelle tr�s poch�e. Sign�: _Hokousa�, fou de dessin_.

H. 75.--L. 28. Collection Hayashi. Paysage repr�sentant, tr�s modifi�e, la vue de Tsou-kouba du _Shashin_. Non sign�, mais portant le cachet d'Hokousa�. H. 29.--L. 45. Collection Hayashi. Sh�ki en marche, un chapeau-parasol sur son sombre visage, les mains crois�es sous ses larges manches. Un dessin � l'encre de Chine sur un fond brun�tre, qui a quelque chose de farouche dans sa noire tonalit�. Sign�: _Manji, vieillard de 88 ans_. H. 67.--L. 26. Collection Hayashi. La po�tesse Seish�nagon, la premi�re romanci�re du roman d'amour au Japon, et qui a �crit, au VIIIe si�cle, LE CAHIER DE L'OREILLER. Elle est repr�sent�e, ainsi que toutes les femmes de la noblesse dont sont sorties les po�tesses, avec les deux mouches � l'encre de Chine sur le front, appel�es, je crois, _h�shi_ et les cheveux �pars sur le dos, lisant un rouleau sur une petite table devant laquelle elle est accroupie. Sign�: _Hokousa� Ta�to_ (1817). H. 99.--L. 39. Collection Hayashi. Y�bisou rapportant un _ta�_ dans un panier accroch� derri�re son dos. Dessin � l'encre de Chine avec quelques colorations rouges et bleues: gai dessin aux traits spirituels et au lavage l�ger. Sign�: _S�ri_ (1795-1798). H. 91.--L. 25. Sh�ki, en train de lire, derri�re le dos d'une femme, la lettre qu'elle vient de recevoir. M�me facture que le kak�mono pr�c�dent. H. 85.--L. 27. Ces deux kak�monos font partie de la collection Hayashi. Cascade de Nounobiki (de la Toile accroch�e), chute d'eau dont les ondes ont les ondulations horizontales d'une toile mollement suspendue en l'air, et qui sont dans le dessin rehauss�es de gouache, avec la poussi�re de l'eau sur les rochers rendue dans une imitation parfaite par une poussi�re de blanc d'argent. Sign�: _Hokousa�_ (1800). H. 102.--L. 27. Collection Hayashi. Une _gu�sha_ en promenade, de profil, tourn�e � gauche, une lanterne derri�re elle. Elle est habill�e d'une robe noire ocell�e de plumes de paon. Sign�: _Gwaki�jin Hokousa�_.

H. 82.--L. 28. Collection Bing. Une vieille blanchisseuse, son panier sous le bras. Lavis � l'encre de Chine. H. 86.--L. 27. Collection Bing. Un bord de rivi�re. Encre de Chine. Sign�: _Hokousa�_ H. 34.--L. 56. Collection Bing. Diable � la figure verte, accroupi devant une pipe et une tasse de sak�. Aquarelle. Sign�: _Manji � 88 ans_. H. 18.--L. 15. Collection Bing. Une femme versant du sak� � un vieillard. Kak�mono � la finesse d'un sourimono. Sign�: _Gwaki�jin_. H. 38.--L. 38. Collection Bing. Un Sh�ski en pied, tout peint � l'encre rouge, sauf les yeux, et le trait serpentant de la bouche. Ces peintures sont, je crois, consid�r�es au Japon comme des pr�servatifs des maladies. Sign�: _I-itsou � 75 ans_. H. 64.--L. 27. Collection Bing. Ouvrier nettoyant la neige sur un tonneau, se d�tachant d'un ciel d'hiver, tout _ouateux_ de neige[29]. [Note 29: Kak�mono qui a �t� reproduit dans une petite impression en couleur.] Sign�: _Hokousa� Ta�to_. H. 98.--L. 30. Collection Bing. R�union d'une tortue de long�vit�, de la perle sacr�e, d'une lettre de bonheur: dessin d'un groupement plein de style. Sign�: _Manji_. H. 95.--L. 33. Collection Bing. Le p�lerin Sa�ghi�, ayant quitt� la cour, assis sur un tertre, et contemplant la campagne avec des yeux contemplatifs d'asc�te. Sign�: _Hokousa�_. H. 64.--L. 27.

Collection Bing. Un prunier en fleurs, sous le clair de lune. Encre de Chine qui a l'admirable papillotage de la lumi�re sur ces arbres, en leur floraison. H. 136.--L. 21. Collection Bing. Une langouste dessin�e avec la science ichthyologique du Ma�tre. Sign�: _Hokousa�_. H. 85.--L. 29. Collection Bing. Un vieillard, fait avec le lavage brutal des vieilles ann�es du peintre. Sign�: _Hokousa�_,--bien certainement une signature fausse sur un dessin vrai, mais du temps o� Hokousa� signe _Manji_. H. 74.--L. 20. Collection Bing. _Gu�sha_, habill�e d'une robe noire, aux transparences de la plus grande habilet�, et marchant de profil tourn�e � gauche, ainsi que presque toutes ses �tudes de courtisanes. H. 119.--L. 29. Collection Bing. Un kak�mono, divis� en trois compartiments. Entre une po�sie chinoise et une po�sie japonaise, dans la bande �troite du milieu, un paon, la t�te soulev�e pour attraper une araign�e, pendant au bout d'un fil. Une aquarelle extraordinaire, o� le ma�tre a rendu la vie remuante de la plume: l'un des plus merveilleux kak�monos d'Hokousa� que j'aie vus. Sign�: _Gwaki�jin Hokousa�_. Collection Bing. Diables s'abritant sous le chapeau de Sh�ki. Peinture aux anatomies fragment�es, et aux colorations brutales non fondues, et ressemblant � des morceaux de mosa�que: peinture typique du _faire_ des derni�res ann�es d'Hokousa�. Sign�: _Manji_. H. 80.--L. 55. Collection Gonse. Un faucon sur une branche de sapin. Aquarelle. Sign�: _Manji_. Mais je crois le dessin ant�rieur � cette signature, qui y aurait �t� post�rieurement appos�e. H. 68.--L. 21. Collection Gonse. Un coq et une poule. Aquarelle de la plus grande intensit�. Sign�: _Gwaki� r�jin, � l'�ge de 80 ans_. H. 36.--L. 56. Collection Gonse.

Hotei couch� � terre, enfon�ant les mains dans son sac. Peinture d'un grand relief, aux d�licats d�tails du costume vert et bleu perdus dans la masse, et aux belles lignes du sac. Non sign�. H. 29.--L. 46. Collection Gonse. Tige de bambou o� vont se poser deux moineaux: la tige de bambou � l'encre de Chine, les moineaux poch�s de ces rouge�tres et brun�tres taches qui font des moineaux d'Hokousa� de petites oeuvres de la plus grande ma�trise. Ce kak�mono, qui vient de la vente de l'atelier de Ki�sa�, et qui est sign�: _Katsoushika-tiy�mon, � l'�ge de 85 ans_, a, en t�te, une lettre d'envoi autographe du peintre, avec un croqueton de salutation semblable � ceux qu'il jette en t�te de ses lettres � ses �diteurs, et l'envoi est fait � un ami habitant pr�s du pont de Nakabashi, qu'il appelle dans sa lettre: _Fleur de Nakabashi_. H. 90.--L. 33. Collection Gonse. Femmes ramassant des coquillages et les portant dans un bateau. Amusante sc�ne se d�tachant de profonds lointains, mais d'un faire un peu miniatur�, un peu petit. Sign�: _Hokousa� Katsoushika_. H. 42.--L. 45. Collection Gonse. Kiyomasa, en son costume de guerre pr�cieusement travaill�, sous son casque � cornes, se voit superbement pi�t�, une main appuy�e sur le manche de son sabre, dans l'enveloppement turgide de ses �pauli�res. Sign�: _Hokousa� I-itsou_. H. 70.--L. 27. Collection Gonse. Princesse dans une temp�te de neige, au bord de la mer, suivie de deux serviteurs, dont l'un tient un parapluie au-dessus de sa t�te. Une magique repr�sentation du floconnement de la neige dans l'air avec, dans un coin du ciel, la fonte lumineuse de fleurs roses de pruniers, sous cette tomb�e de blancheur. Ce serait la mise en sc�ne de la l�gende de Komati r�clamant du ciel la pluie. Non sign�. H. 79.--L. 27. Collection Gonse. Un chasseur qui vient de tuer un sanglier, en train de le lier avec une corde. Aquarelle au doux lavage, amorti, assoupi. H. 33.--L. 42. Collection Gonse

Gu�sha, la t�te de trois quarts, baiss�e dans un penchement � gauche, et habill�e d'une robe de soie noire brod�e de fleurettes aux transparences rendues par la plus habile aquarelle. Sign�: _Hokousa�_. H. 105.--L. 27. Collection Gonse. Un prunier en fleurs. Lavis o� l'arbuste est trait� � l'encre de Chine, et les fleurs gouach�es de blanc, de la plus parfaite ex�cution artistique. Sign�: _Hokousa� S�ri_. H. 120.--L. 35. Collection Gonse. Yoshitsoun�, sous son casque � cornes, et rev�tu d'une armure rouge, que d�passent derri�re les fl�ches de son carquois et le manche d'un de ses deux sabres. Sp�cimen d'une des peintures les plus parfaites et les plus travaill�es d'Hokousa�. Non sign�. H. 81.--L. 40. Collection de M. Gonse, qui a donn� le pendant au Louvre, faisant partie d'un paravent compos� de trois compartiments. Blanchisseuse agenouill�e, battant le linge, dans un paysage montagneux. Sign�: _Hokousa� S�ri_. H. 105.--L. 42. Collection Gonse. Femme sous une moustiquaire, agenouill�e, et d'une main tendue en l'air en train de br�ler, avec une petite m�che enflamm�e, des moustiques, dans un mouvement de gr�ce qui dessine la molle et ressautante ligne de son dos. Tr�s originale peinture o�, dans la p�nombre verd�tre de la moustiquaire, la femme en sa robe � fleurettes appara�t, ainsi que dans la coloration glauque d'un aquarium, au jour tombant, tandis que, comme opposition, se voit tout lumineux un petit morceau de sa robe fleurie, sur laquelle est relev�e la moustiquaire. Sign�: _Hokousa� S�ri_. H. 122.--L. 43. Collection Gonse. Ce kak�mono est le compl�ment du �Lever� et du �Coucher�, les deux kak�monos en possession de M. Hayashi. T�te de Darma. Lavis d'une beaut� tout � fait singuli�re. Une noyade d'encre de Chine o�, dans le _flou_ du lavis, les traits du saint apparaissent avec quelque chose de la solidit� d'une sculpture qu'on apercevrait au fond de l'eau. Non sign�. H. 59.--L. 28. Collection Gonse. La marchande de fagots. Un boeuf sur lequel est un abri en roseaux et que conduit par la bride une femme fumant sa pipette. Une aquarelle o�, sur la

massivit� sombre de l'animal, se d�tache l'�clatant bariolage de la robe de la conductrice. Sign�: _Ta�to Hokousa�, chang� de nom_. H. 85.--L. 31. Collection Gillot. Un vieux marchand d'�cumoires en bambou pour la poudre de th�, appel�es en japonais _tchas�n_, accroupi � terre, au milieu de l'�talage des objets de sa vente. Un barbouillage d'encre de Chine, rehauss� de blanc, avec un ton de chair sur la figure et les mains; et o� les petits yeux �carquill�s, le nez en point d'interrogation, la bouche �gueul�e du marchand, montrent, sous quatre coups de pinceau, toute la narquoiserie d'une physionomie japonaise. Sign�: _Katsoushika Mous�n h�shi, ou le pr�tre sans le sou de Katsoushika, � 65 ans_ (1824). H. 65.--L. 35. Collection Gillot. Sur un mortier du riz, un coq qui n'est pas l'�ternel coq de profil d'Hokousa�, mais un coq de trois quarts, pi�t� de c�t� dans une attitude batailleuse; un coq au rouge vineux de sa cr�te s'enlevant sur le noir de sa queue et de son poitrail: le coq le plus artistique des coqs du ma�tre, et dont la pochade prend, � distance, le trompe-l'oeil de l'aquarelle la plus achev�e. Sign�: _Ta�to, autrefois Hokousa�_. H. 80.--L. 29. Collection Gillot. Un sanglier d�talant dans la neige. Une merveille que ce d�boulement galopant, o� sont si bien dessin�es les d�licates pattes en mouvement, du lourd animal. Sign�: _Manji, vieillard de 88 ans_ (1847). H. 32.--L. 32. Collection Gillot. Le pr�tre Sa�guio, po�te voyageur, regardant, sur un pont, une grue volante dans le haut du ciel. L'homme, la main appuy�e sur un b�ton, est pench� � droite, la t�te cach�e par son chapeau. Un dessin aux dessous solides, ressentis, sous des colorations �teintes, o� se voient une besace au vert joliment pass�, une robe jaun�tre aux cassants des plis relev�s de fil�es de gouache. Un des beaux kak�monos que j'aie vus et qui, ex�cut� dans les derni�res ann�es de sa vie, a le doux enveloppement du beau temps de son talent. Sign�: _Manji, vieux de 85 ans_. H. 95.--L. 28. Collection Gillot. Deux canards mandarins � l'aquarelle: l'un, la t�te lev�e, l'autre fouillant la vase. Sign�: _Manji_. H. 97.--L. 27. Collection Vever.

_S�kizoro_. Trois danseurs du Jour de l'An, tenant dans chacune de leurs mains un b�ton. Un dessin � l'habile groupement, et o� un danseur de face se voit entre deux danseurs de dos, comme dans une ascension pyramidale. Sign� de la signature de ses derniers temps. H. 125.--L. 52. Collection Vever. La po�tesse Ono Komati, avec ses deux mouches au front des femmes de la noblesse et sa belle chevelure noire d�passant par derri�re la tra�ne de sa robe, d'une main tenant un grand �ventail qui lui masque la gorge et le bas du visage. Elle est v�tue d'une robe de dessous rouge, sur laquelle est jet�e une robe de dessus � fleurettes. Non sign�. H. 132.--L. 55. Collection Vever. Le pr�tre Kis�n. Il est vu de dos, avec sa calvitie au milieu de la couronne de ses cheveux, et un bout de profil perdu qui ressemble � un profil de gorille. Appuy� sur un b�ton, il est habill� d'une robe noire, sur laquelle est jet�e comme une couverture � larges bandes, couleur de rouille. Non sign�. H. 132.--L. 55. Collection Vever. Ces deux kak�monos de Komati et du pr�tre Kis�n faisaient partie de la collection des six Po�tes, dont quatre sont encore dans la collection de M. Hayashi. Une chute de cascade, dans laquelle remontent deux carpes, avec des parties visibles et des parties noy�es par la chute d'eau, dont le rejaillissement de l'�cume est fait, � s'y tromper, au moyen de gouttelettes �clat�es de gouache. Sign�: _Gwaki�jin_. H. 109.--L. 48. Collection Vever. Un pi�ge � oiseau. Un baquet appuy� sur un bout de bambou que le moindre contact doit faire chuter et sous lequel il y a du grain. Vers le baquet descend une vol�e de moineaux dont l'un, sur le bord du baquet, est pr�t � s'y glisser. Facture large. Sign�: _Gwaki�jin_. H. 125.--L. 52. Collection Vever. Sur la nuit noire d'un ciel dans lequel un �clair fait une �claircie, le terrible Yorimasa, le g�n�ral de Minamoto, contorsionn� dans un mouvement de force qui dessine toute son anatomie hercul�enne, tend un gigantesque arc dont la fl�che va tuer le Nouy�, animal fantastique � la t�te d'un tigre, au corps d'un taureau, � la queue d'un serpent. Sign� du cachet: _Svastica_[30]. H. 100.--L.42.

Collection Vever. [Note 30: Svastica, un mot qui viendrait du sanscrit, et dont le signe est la repr�sentation, en forme de tourniquet, du croisement de deux morceaux de bois, l'un sur l'autre, par allusion au feu des temps primitifs. Ce signe exprimerait le nombre dix mille, ou plut�t un nombre ind�fini, que les Japonais prononcent _man_ ou _manji_--et ce signe, Hokousa� l'a adopt� un temps pour sa signature.] Au-dessus de feuilles de _momiji_, une th�i�re suspendue au bout d'une longue attache de fer passant sur une inscription contenue dans la figuration d'une sorte de tablette appel�e, au Japon, papier � po�sie (_tansakou_). Voici ce que raconte cette th�i�re � sak� suspendue � un arbre. Sous l'Empereur Takakoura (XIIe si�cle), un souverain po�te, dans le jardin imp�rial, un jour de la fin d'automne, trois domestiques balayeurs avaient fait chauffer du sak� pour se mettre un peu de chaleur au corps. L'Empereur, sorti de son palais pour admirer le coucher du soleil dans le bois d'�rable, alors tout rouge, arriva seul, l� o� se tenaient les trois balayeurs. Le sans-g�ne de ces domestiques du palais valait leur renvoi mais, avant que quelqu'un de sa suite p�t les punir, l'Empereur s'�cria sur un ton de bonne humeur: �Quel plaisir de voir ces pauvres gens partager mon inspiration po�tique! Cela me rappelle la c�l�bre ligne ancienne qui dit: �Dans ce bois chauffant le sak�, en br�lant les rouges feuilles d'�rable...� Et les balayeurs furent pardonn�s. G�n�ralement le sujet est repr�sent� avec les trois balayeurs habill�s en blanc et coiff�s de chapeaux noirs. Mais ici Hokousa� supprime les personnages. Le _tanzakou_, plac� au milieu, porte: �Le plaisir de la vie est d'admirer les vues des quatre saisons, avec la lune, la neige, les fleurs, la montagne verte, le bois � feuilles rouges, dont une partie tapisse la terre.� Sign�: _Sajimoti_. Le papier en large, plac� en t�te du kak�mono, est une lettre d'Hokousa� qui recommande un �l�ve au docteur Sanghino, lettre sign�e: _Le paysan Hatiy�mon, habitant en face de la pharmacie J�sa�_. Dat�e le 12e jour du 7e mois (probablement de la m�me ann�e 1843). H. 78.--L. 23. Collection Haviland. Oiseaux sur un baquet renvers�, pr�s d'un oeillet et de marguerites: les marguerites gouach�es de blanc avec un tel art qu'elles semblent brod�es. Sign�: _Katsouskika Hokousa�_. H. 25.--L. 32. Collection Haviland. � demi abrit�e par un paravent, une femme en train de se coiffer, les deux mains �lev�es au-dessus de sa t�te, et soulevant par derri�re sa natte � l'aide d'une grosse �pingle � cheveux. Accroupie dans un mouvement plein de gr�ce, son miroir, qu'on ne voit pas, est pos� sur le genou d'une jambe remont�e; dans ce mouvement, un sein sort de sa robe et, sous la robe,

s'entrevoit un rien du dessous de la cuisse et du pied de la jambe qui porte le miroir. En ce kak�mono, certainement un des plus soign�s, et des plus parfaits du ma�tre, Hokousa� a cherch� une opposition entre la finesse de la lin�ature, pour ainsi dire graphique, faisant le contour des mains, du visage, du sein, de la cuisse, du pied, et le ton neutre et le lavage un peu brutal de la robe. Sign�: _Gwaki�jin Hokousa�_. H. 97.--L. 32. Collection Haviland. Au-dessus d'une cascade, au milieu de fleurs de cerisier, un aigle, le corps ramass�, la t�te tendue et projet�e en bas comme s'il s'appr�tait � fondre sur une proie. Peinture au cruel dessin de la t�te, au solide noir et au beau fauve de la plume h�riss�e, et comme soulev�e par l'instinct carnassier. C'est la m�me �tude mais, je crois, plus pouss�e que celle de l'aigle pris � Sounamoura, en 1848, et qui est dans la collection de M. Hayashi. H. 106.--L. 54. Collection Manzi. Sous la pleine lune, une courtisane en marche vers la droite; elle est dans une robe de dessous jaun�tre �toil�e de fleurs rouges, sur laquelle est rabattue une robe de dessus bleu�tre d�cor�e de glycines blanches. Sign�: _Gwaki�jin Hokousa�_ (1801-1805). H. 115.--L. 30 Collection de Goncourt. Une courtisane, vue de trois-quarts dans une robe d�cor�e de branchettes de sapin lav�es d'encre de Chine, sur lesquelles se d�tachent des grues volantes, gouach�es de blanc. En haut est jet�e cette po�sie, sign�e M�jiro Sanjin: �Le Bouddha exploita la loi religieuse. Le premier pr�tre exploita le Bouddha, les pr�tres de la post�rit� continuent � exploiter leur ancien ma�tre, et toi tu exploites ton corps. Ton commerce consiste � calmer la fi�vre des passions. Au fond la r�alit� c'est le n�ant, et le n�ant c'est la r�alit�. Le feuillage offre sa verdure et la fleur sa couleur. La lune se baigne dans le lac, mais ce n'est l� que son image.� Kak�mono sign�: _Gwaki�jin Hokousa�_ (1801-1805). H. 115.--L. 30. Collection de Goncourt. En Hollande, au mus�e ethnographique de Leyde, M. Gonse cite trois kak�monos repr�sentant des courtisanes, kak�monos non sign�s mais dignes de lui �tre attribu�s. En Angleterre, au British Museum, venant de la collection Anderson, un kak�mono en couleur sur soie (Sise 21-5/8 x 32-3/8) repr�sentant: �Tam�tomo et les diables dans l'�le des diables.� Le h�ros est assis sur un rocher, pr�s de trois diables qui essayent avec de grands efforts son arc. M. Anderson dit dans son catalogue que c'est une peinture d'une

grande vigueur et tr�s expressive dans les figures: peinture ex�cut�e dans l'ann�e o� Hokousa� illustrait la sixi�me partie du CROISSANT DE L'ARC, roman qui est l'histoire fabuleuse de Tam�tomo. Il est sign�: _Katsoushika Hokousa�_. Ce dessin, en haut duquel est une po�sie de Bakin, l'auteur du roman, est dat�e: _Une nuit d'hiver de 1811_. La bo�te du kak�mono porte une inscription du petit-fils de Bakin, disant que cette peinture, conserv�e dans sa famille, avait �t� ex�cut�e au moment o� Bakin �crivait son roman. Dans la collection de M. Ernest Hart, � Londres, se trouvent cinq kak�monos: 1� Des oies sauvages: kak�mono sign� _Manji � 88 ans_. 2� Okam� lapidant un diable avec des haricots. Aquarelle cursive, l�g�rement color�e en rose et bleu. Ce kak�mono, o� l'opposition est charmante entre la gr�ce d'Okam� et la hideur du diable �pouvant�, est une des plus remarquables peintures du ma�tre en Angleterre. Il est sign� _Manji_, et provient de l'ancienne collection Wakai. 3� Trois chiens jouant. Sign�: _I-itsou_. 4� Guerrier chinois. Sign�: _Gwaki�-r�jin Hokousa�_. 5� Une Japonaise. Sign�: _Hokousa� Ta�t�_. Dans la collection de M. S. M. Samuel, un kak�mono, que le propri�taire consid�re comme un chef-d'oeuvre. Une femme debout s'habillant et se regardant dans un miroir: Sign�: _Hokousa�_. En Am�rique, dans la collection de M. Morse de Boston, dit M. Gonse dans son ART JAPONAIS, est conserv� un kak�mono (H. 17 pouces) repr�sentant un guerrier japonais au milieu d'un passage montagneux, qui serait d'une harmonie exquise dans les rouges, les verts, les gris. De nombreux kak�monos existeraient encore chez M. Fenellosa. Enfin, voici plusieurs kak�monos d'Hokousa� qui font partie de la riche collection du Japonais Homma K�s�, � Sakata, et dont les reproductions photographiques ont �t� publi�es dans le _Magazine of Art Japanese_, paraissant en japonais et en anglais, � T�ki�. Le premier est un grand arbre pench� sur les rapides d'une rivi�re, au milieu duquel est assis un petit berger qui, de l�, regarde le Fouzi-yama. Le second est une courtisane entre ses deux petites accompagnatrices, appel�es _Kamour�_. Les autres, au nombre de douze, et formant les panneaux d'un paravent, ont pour titre: LES PEINTURES DES SIX TAMAGAWA (des six rivi�res du m�me nom,

dans six provinces diff�rentes). 1� Une cascade. 2� Un b�cheron qui se repose sur son fagot. 3� Le po�te N�-in-h�sshi s'inspirant de la nature. 4� Une envol�e de pluviers au-dessus d'un bord de rivi�re tout couvert de neige. 5� Un village de la province de Mousashi au bord de l'eau. 6� Des femmes blanchissant du linge. 7� Le cours d'une rivi�re de la province d'Ohmi, coup� par le feuillage des arbres de la rive. 8� Un po�te ancien en contemplation devant la lune. 9� Une carpe, travers�e dans l'eau de la rivi�re de la province de Ki-i, par des rayons lumineux. 10� Un coin de jardinet de la province de Settsu, au milieu duquel est du linge � laver. 11� [La description n'est pas donn�e par l'auteur] 12� La princesse-po�tesse Sagami composant une po�sie. Au Japon, Wakai poss�derait encore une dizaine de kak�monos et une collection d'esquisses et d'�tudes, parmi lesquelles un fragment d'un dessin � moiti� br�l�, peut-�tre arrach� � l'incendie de son atelier en 1839. Ce dessin ex�cut� au trait d'encre de Chine, � un _seul coup de pinceau_, sur plusieurs morceaux de papier assembl�s, serait la _premi�re pens�e_ du �Bain� et l'enfant tenu par sa m�re aurait presque un tiers de sa grandeur naturelle. Wakai cite dans une lettre, comme collectionneurs d'Hokousa� au Japon, MM. Houki, Kaivasaki, Masouda; mais le Japonais n'aime pas la publicit� autour de ce qu'il poss�de, et le catalogue de l'oeuvre d'un peintre est tr�s difficile � �tablir en ce pays artistique. MAKIMONOS[31] [Note 31: Rouleau de peinture qui, contrairement au kak�mono, se d�roule dans sa largeur et contient un certain nombre de motifs.] Makimono contenant:--une feuille de lotus et son bouton,--une branche de pin,--un paysage par un jour de neige,--une feuille de _t�nabasou_, un potiron du Japon de la grosseur de nos melons,--un sanglier,--une aubergine,--un renard habill� en Japonais,--un morceau de saumon sal�, --un narcisse,--des poissons,--un rapide o� flottent des fleurs de momiji, --un bol,--une racine de lotus,--un chat,--une anguille,--une travers�e de renards sur la glace d'un lac: un dessin curieux, parce qu'il nous laisse

voir, sous l'aquarelle, les restes d'une esquisse au bois br�l�, au charbon de polonia, le fusain du Japon, dont Hokousa� se servait parfois, et surtout quand il dessinait en pr�sence de quelqu'un. Ce makimono aux nombreux dessins est sign�: _Manji, vieillard fou de dessin, �g� de 80 ans (hiver de Tempo X)_ (1839). Collection Hayashi. Un autre makimono int�ressant, c'est un panorama des bords de la Soumida, fait au temps de ses livres illustr�s, avec des seconds plans qui son des merveilles de d�licatesse, et o� il y a une recherche du refl�tement des choses dans l'eau, tout � fait nouvelle, et o�, dans des arbres d'un centim�tre, sont des r�serves pour les branches. Je n'ai jamais vu d'Hokousa� une aquarelle aussi travaill�e, aussi pouss�e au fini. Et la derni�re aquarelle est une assembl�e d'hommes et de femmes dans un salon. Ce makimono est sign�: _Koukoushin Hokousa�_ (1805) et avec la signature se trouve cette note: _En souvenir d'une promenade que Hokousa� a faite avec ses amis sur la Soumida; et � la demande de Tausi�r� Y�mba_ (un lettr� qui a fait le r�cit de la promenade) _Hokousa� a dessin� sur place � Yoshiwara, ses amis avec les courtisanes d'une Maison Verte: quatri�me mois_ (le mois de mai). Et il est � croire que le buveur, au cr�ne socratique, au petit nez relev�, aux yeux railleurs, habill� d'une robe d'un brun fauve, et qui montre sa coupe de sak� vide, pour la faire remplir � nouveau, est Hokousa�. Collection Hayashi. Un autre makimono d'une grande beaut�, provenant de la vente de l'atelier de Ki�sa�, et contenant 46 sujets, fait partie de la collection de M. Gonse. C'est une langouste pos�e sur un morceau de charbon, dessin symbolique des cadeaux du Jour de l'An,--une envol�e de moineaux,--quatre croquetons de po�tes, lisant � la lumi�re d'une lampe,--la jet�e, sur une page, d'une tortue, d'un faisan, d'un crabe � l'encre de Chine, au milieu desquels est un pigeon model� enti�rement avec du blanc de gouache et dont le bec et les pattes sont roses,--des processionnaires et des b�gonias,--un rat mangeant une tranche de past�que,--des plantes de mer et des coquillages, --deux canards dormant, enlev�s d'un coup de pinceau, � la fa�on des dessins de l'album _Ippitzou_,--des fizalis et une �pingle � cheveux,--une poule d'eau,--un cyprin dans un vase de cristal,--une plieuse d'�ventails, --la _danse des moineaux_, avec une amusante et infinie perspective des derniers petits danseurs, etc., etc. PANNEAUX, DESSINS ENCADR�S ET FEUILLES D�TACH�ES Dans la collection Hayashi. Un diable, lapid� avec des pois, se met � l'abri sous le tableau de Sh�ki. Un barbouillage tout � fait l�ch�. Non sign�. H. 65.--L. 48.

Un guerrier tenant � la main une t�te coup�e. Non sign�. H. 53--L. 26. Un pigeon perch� sur le haut d'un tori-i. Dessin de premier coup, fait avec un nuage d'aquarelle. Non sign�, mais portant le cachet d'Hokousa�. H. 29.--L. 27. Sous un �norme pot de sak�, Hokousa� et ses �l�ves d�guis�s en _sh�j�_, en train de boire. Hokousa�, au milieu, avec l'aspect d'un homme gris, � sa droite Hokouga faisant de la musique avec un balai; et derri�re Hokouga, � la gauche d'Hokousa�, Shinsha�, la t�te tomb�e dans ses mains; et, contre le pot de sak�, Hiromaro. Chaque peintre dessin� et sign� par lui. H. 38.--L. 39. Une r�p�tition de la �Vague� du Fouzi-yama, avec des pluviers volant au-dessus. H. 30.--L. 52. Enfant japonais ramassant des feuilles de pin. Sign�: _Manji, vieillard de 85 ans_. H. 30.--L. 52. Un tigre � la t�te un peu humaine, comme les fait Hokousa�, qui n'en avait jamais vu. Une encre de Chine pleine de furie. Sign�: _Hokousa�_. H. 55.--L. 27. Paysage, au lever du soleil �clairant sur le premier plan un rocher dans la mer, au fond de montagnes bleu�tres. Sign�: _Hokousa�, fou de dessin_. H. 26.--L. 28. Cuvette de cuisine, dans laquelle est un pilon sur lequel est pos� un oiseau et, derri�re la cuvette, une tige de cerisier fleuri. La cuvette et le pilon lav�s d'un ton ros�tre, l'oiseau et la tige de l'arbuste � l'encre de Chine. Effet original. Non sign�. H. 27.--L. 44. Une oie sauvage fendant l'air. Un dessin tr�s l�g�rement aquarell�. Sign�: _Manji, vieillard fou de dessin_. H. 29.--L. 56. Une grenouille sur une feuille de lotus.

Non sign�. H. 20.--L. 26. Deux enfants de paysans, dont l'un, couch� sur le ventre, �coute l'autre. Non sign�. H. 26.--57. Hotei mettant un petit Japonais dans son sac. Non sign�. H. 27.--L. 42. Dans la collection Bing. Une t�te coup�e de femme, entour�e d'un serpent. Une encre de Chine tr�s d�lav�e, avec dans des parties un ton rouge�tre, et o� le peintre a mis comme de la volupt� dans le dessin des yeux demi-ferm�s, de la bouche entr'ouverte. H. 20.--L. 22. Un pigeon sur un perchoir fait en forme de racine d'arbre. Encre de Chine, relev�e de blanc, et lav�e de rose au bec et aux pattes. Sign�: _Gwaki�jin_. Une perspective de sapins d'un lavis aux parties r�serv�es dans les parties lumineuses, d'un art stup�fiant. H. 150.--L. 54. Ce grand panneau aurait pour pendant un panneau d'�gale grandeur, repr�sentant un paysan qui, la t�te entre ses jambes, chercherait avoir les feuilles en dessous. Ind�pendamment de ces panneaux, M. Bing poss�de un certain nombre de feuilles d�tach�es, dont je donne les feuilles principales. Hotei, pour amuser les enfants, faisant danser un pantin attach� par des fils � un �cran. Des t�tes de femmes publi�es dans le JAPON ARTISTIQUE. P�cheur, un feu allum� au bout d'une gaule pour attirer le poisson. Un serpent s'enroulant autour d'une branche, dessin qui rend, � la fois, et l'�lasticit� et la rigidit� du reptile. Une femme de profil, sur laquelle il y a un peu de bleu et de rose, comme bu par un papier buvard, dessin d'une d�licatesse, d'une fluidit� sans pareille. Une gu�sha accroupie, vue de dos, jouant du schamis�n, � la riche coiffure vue par derri�re: dessin � la ligne sculpturale. Un guerrier sur un cheval cabr�, un de ces dessins o� il y a comme l'emportement d'un pinceau.

Un groupement de poissons. Une femme surplombant un T�ngou auquel elle indique quelque chose de la main, dessin o� la t�te de la femme a une gr�ce voluptueuse indicible. Une t�te de profil d'apparition, qui n'a pas �t� grav�e dans les CENT CONTES. Une belette guettant deux oiseaux perch�s sur une branche. Quatre femmes couch�es � terre, dans des allongements d'une �l�gance adorable. Une �tude � l'aquarelle d'une tige de soleil. Un cerf couch�. Une femme, avec, au bout du bras lev�, une raquette. Une promenade de femmes et d'enfants pr�par�e pour la gravure, qui n'a pas la s�cheresse habituelle de ces sortes de dessins. Une femme qui fait sa toilette devant un miroir o� se voit sa figure, et dont le bras droit tient, derri�re elle, un autre miroir o� se refl�te le derri�re de sa coiffure. Dans la collection Gonse. L'entr�e de la Soumida. Une double rang�e de rochers �mergeant de l'�cume des flots. Un des plus beaux et des plus importants paysages � l'aquarelle d'Hokousa�. H. 30.--L. 130. Une �tude de t�te coup�e de supplici�, la bouche et les yeux entr'ouverts, avec un filet de sang qui, semblable � un rameau de corail, se r�pand de l'oreille sur le p�le visage. Sign�: _Hokousa� I-itsou_. � ces deux dessins encadr�s, il faut joindre trois feuilles d�tach�es, trois merveilles provenant de la vente de l'atelier Ki�sa�. Sk�ki jouant de la fl�te. Une tapageuse encre de Chine, avec coloration en rouge de la t�te et des mains. H. 40.--L. 28. Deux canards mandarins, dans le sillage que leur nage met dans l'eau. Aquarelle o� la blancheur des deux canards se d�tache, de la fa�on la plus harmonieuse, sur le bleu�tre de l'eau. H. 40.--L. 39. Un aveugle appuy� sur un b�ton, son chapeau tomb� sur le dos, traversant un gu�. L'encre de Chine la plus largement trait�e, et o� est une t�te du dessin le plus savant. H. 38.--L. 28.

Dans la collection Vever. Un grand dessin librement jet� dans un trait repr�sentant le viol d'une femme, prise entre les jambes d'un homme, le haut du corps retomb� de c�t�, d'une main repoussant la main qui veut s'introduire dans sa gorge, de l'autre main �gratignant la figure de l'homme. Ce grand et ce tr�s beau dessin de la collection Vever (H. 30--L. 30) a �t� reproduit, ainsi qu'� peu pr�s tous les dessins d'Hokousa�, en une r�duction de 10 centim�tres en hauteur, dans une gravure publi�e parmi l'illustration de SOUIK�. Dans la collection de M. Gillot. La grande �tude (H. 54--L. 53) de l'aigle, pris l'ann�e 1848, et dont il y a un kak�mono chez Hayashi, et un autre chez Manzi. Une �tude de toute beaut�, o� se voit la cruelle courbe de ce bec d�chireur de chairs palpitantes, et la grandeur morne de cette prunelle qui peut fixer le soleil. Et une �tude curieuse, parce qu'elle vous r�v�le des proc�d�s d'aquarelle pareils aux dessous que nous faisons en Europe � la peinture � l'huile, dessous sur lesquels nous revenons avec des glacis, et nous avons ici, avant que ces colorations soient perdues et peut-�tre un peu assombries dans les kak�monos, le bleu du tronc d'arbre, le rouge�tre des ailes, enfin toute la vari�t� des tonalit�s qui doivent dormir sous la couverte derni�re. Une femme brandissant une branche de fleurs au-dessus d'un guerrier couch� � terre, sa hache entre les jambes. Un certain nombre de paysages o�, tout en haut d'une colline dominant la mer, se voit un homme portant sur l'�paule une perche o� sont attach�s deux paquets d'herbes. Une t�te de supplici� dans un plat. Un cr�ne o� le sommet se termine par une grosse loupe, d'o� pendent de longs cheveux mouill�s de sueur, des paupi�res ferm�es, une bouche entr'ouverte dans un rictus sur lequel se d�tachent, dans une blancheur effrayante, les dents. La t�te et le fond, comme �clair�s par une lumi�re lunaire, o� il tomberait de la neige. Dans la collection Duret. Deux aquarelles relev�es de gouache et sign�es (H. 40.--L. 120) repr�sentant des vues de la Soumida. Dans l'une, deux femmes, aux robes soulev�es par le vent, font des signes au passeur dont le bateau est au milieu de la rivi�re; dans l'autre, c'est la marche, le long de la rivi�re, de cinq hommes et de deux femmes avec des enfants en promenade pour une partie de campagne. Dessins tr�s pouss�s, tr�s finis, et ayant le caract�re de ses dessins appliqu�s de la Soumida dans les derni�res ann�es du si�cle dernier. Dans la collection Edmond de Goncourt.

Deux crevettes � l'encre de Chine, trois � l'encre carmin�e. Dessin, dans son jet rapide, d'une science extraordinaire. Sign�: _Katsoushika Hokousa�_, avec le cachet de _Tokimasa_ (vers 1812). H. 30.--L. 18. La lune, vue au travers de deux branches d'un prunier. Grand effet de cette p�le lune sur le bleu nocturne d'o� se d�tachent les blanches fleurs du prunier. Un dessin de po�te. Non sign�. H. 39.--L. 38. En Angleterre, au British Museum, cinq croquis: 1. Un renard m�tamorphos� en pr�tre. 2. Une grenouille nageant au-dessus de l'eau. 3. Rats et piments. 4. D�coration symbolique du Jour de l'An: sardine dess�ch�e, orange, foug�res, papier d�coup�. 5. Kousounoki Masashig�, le type du courage et de la loyaut�, avant sa derni�re campagne, remettant � son fils le rouleau ancestral. Croquis sign�s avec le Svastica, la marque adopt�e par l'artiste en son vieil �ge,--et des croquis n'ayant pas la lourdeur des dessins de ce temps, et se rapprochant du _faire_ des dessins de Korin. Le British Museum poss�de encore un dessin en couleur sur soie, non mont� (17 5/8x24) repr�sentant un oiseau. Sign�: _Tame-ichi autrefois Hokousa�_. Chez M. S. M. Samuel. Jeune femme portant une lanterne. Croquis � l'encre de Chine. Jardinier fumant sa pipette. Aquarelle. Chez M. Anderson. Un coq, aquarelle lav�e � grande eau de bleu et de rouge, ex�cut�e vers 1810. Trois esquisses � l'encre de Chine. Deux dragons.--Un coq.--Un aigle. Croquis dans le _faire_ du ma�tre, vers 1840. Chez M. Ernest Hart. Deux dessins in�dits de la s�rie des CENT PO�TES RACONT�S PAR LA NOURRICE,

dessins destin�s � �tre grav�s; quatorze dessins de la m�me illustration, venant de la vente de l'ancienne collection Hart, sont chez M. Samuel, et un certain nombre encore chez M. Tomkinson[32]. [Note 32: M. Anderson me signale encore des dessins d'Hokousa� dans les collections de MM. Marcus, B. Hinsh, W.-C. Alexander, J.-M. Suran, du sir Frederic Leigton, de lord de Saumarez.] En Allemagne, le Mus�e de Berlin, d'apr�s M. Gonse, poss�derait deux feuilles d'albums provenant de la collection Gierke. Ces dessins � l'aquarelle repr�senteraient comiquement un moine mendiant volant des p�ches, puis surpris par le propri�taire au moment o� il les cache dans ses manches. En outre le Cabinet des estampes de Berlin se serait enrichi de trois ou quatre �tudes � l'encre de Chine, rapport�es par le prince Albert de Prusse de son voyage au Japon. En Am�rique la collection de M. Morse de Boston, renfermerait, ind�pendamment du kak�mono d�j� cit�, une feuille de croquis pleins de mouvement, d'apr�s la reproduction qu'en a fait L'ART JAPONAIS.

LVI �VENTAILS, �CRANS, PARAVENTS, PEINTURES DE PARDESSUS Un album de douze dessins d'�ventails, dont quelques-uns sont des petites merveilles. Je citerai des oiseaux, une sauterelle sur une lanterne aux ombres chinoises, un champignon tomb� sur des feuilles de momiji, etc. Ces dessins d'�ventails, portant la signature d'_Hokousa�_, appartiennent � M. Hayashi, qui en poss�de d'autres, comme: Un marchand d'�cumoirs de th� en bambou. Sign�: _Hokousa� Ta�to_. Un chrysanth�me, large dessin, un peu lav� de rose sur l'encre de Chine. Sign�: _I-itsou! Hokousa� chang� de nom_. Deux moineaux. Sign�: _Hokousa�_. Des maigres se grisant de sak�. Dessin caricatural. Sign�: _Ta�to_. M. Bing poss�de �galement une s�rie importante de dessins d'�ventails: Un oiseau et une araign�e. Une tige de n�nuphar. Un Japonais qui lit, couch� � terre. Des crevettes.

Une tortue et un poisson rouge dans un vase de cristal � la transparence presque invisible. Sur un papier cr�pon fait particuli�rement pour les �ventails, un hochequeue sur une pierre o�, d'un c�t� est une fleurette bleue, et de l'autre c�t� une tige de plante couverte de neige. �ventail sign�: _Gwaki� r�jin Manji_ (Manji, vieillard fou de dessin), 1839-1840. Cet �ventail fait partie de ma collection. Dans la collection Haviland se trouve un �ventail repr�sentant un coq qui s'enl�ve de la mani�re la plus heureuse sur une poule blanche. La collection Odon de Mussy contiendrait un certain nombre d'�ventails. Dans la collection de M. Ernest Hart, � Londres, le possesseur me signale un �ventail sur lequel est peint � la s�pia un faisan, de la facture la plus artistique. Il est aussi pass�, entre les mains de MM. Hayashi et Bing, un certain nombre de dessins d'�crans, aujourd'hui dispers�s et pass�s dans des collections inconnues. Je citerai cependant chez M. Gillot un �cran o� se voit le Fouzi-yama derri�re un saule pleureur, et coup� par les mailles de filets de p�che mis � s�cher. Parmi les paravents, je n'en citerai qu'un, qui est de la plus belle qualit�, et form� de deux panneaux (H. 170.--L. 80). Il repr�sente, sur le panneau de droite, la d�esse B�nt�n planant au milieu des nuages; un dessin tr�s l�g�rement lav� d'aquarelle; sur le panneau de gauche, un dragon largement enlev� � l'encre de Chine. Ce paravent aux panneaux sur papier fait partie de la collection Blasini, qui contiendrait des kak�monos et des makimonos int�ressants. Enfin, comme destination originale, le dessin d'une courtisane en train d'arracher les cheveux blancs d'un Darma dont la t�te fumante est recouverte d'un mouchoir mouill�. Kak�mono ironique, enlev� par les rapides coups d'un pinceau charg� d'encre de Chine, avec quelques tons de chair dans la t�te du Darma. Sign� _Katsoushika Hokousa� Ta�to_ (vers 1817). H. 39.--L. 68. Sait-on d'o� vient cette curieuse pochade? De l'entre-deux d'�paules, enlev� d'un pardessus appel� _haori_ au Japon, o� l'on aime � avoir la peinture d'un homme c�l�bre dans le dos, et qui se voit seulement au moment o� on le donne aux servantes pour l'accrocher? Ce dessin, mont� en kak�mono, est poss�d� par M. Hayashi.

LVII ALBUMS DES PREMI�RES PENS�ES D'HOKOUSA� Mais, mieux encore que ces kak�monos, que ces makimonos, que ces panneaux, des documents plus r�v�lateurs pour �tudier Hokousa�, pour se rendre compte de ses proc�d�s, pour p�n�trer le secret de son art, se trouvent dans trois ou quatre albums appartenant � Hayashi, et renfermant les projets, les croquis, les esquisses de ses dessins termin�s--de tout cela, que le XVIIIe si�cle fran�ais appelait les _premi�res pens�es_ d'un peintre. Voici, dans un album, des �tudes de femmes ressemblant � nos _griffonnis_ � la plume et, � c�t� d'une petite femme � peine formul�e, sa reprise au carreau en grand, avec des parties lav�es � l'encre de Chine. Quelques croquis, au contour l�g�rement vermillonn�, prennent l'aspect de dessins aux dessous de sanguine. Ici un _repentir_, montrant sur le haut d'un temple de Y�do un petit morceau de papier sur lequel le peintre a ajout� des grues. Comme Watteau, comme Gavarni, Hokousa� fait de nombreuses �tudes de mains, de mains en toute l'�nergie de leurs mouvements. Il a aussi des �tudes de jambes, o� il cherche le carr� des muscles � l'instar de Bandinelli, ne faisant jamais rond, mais voulant toujours dans son dessin l'accentuation et le ressaut du muscle, ayant m�me une tendance � mettre dans l'anatomie du corps humain les reliefs plats et les lignes cass�es de la sculpture. Et toujours des dessins o�, dans le premier jet, il saisit la mimique d'un corps qui danse, la gesticulation de bras et de jambes qui bataillent, et jusqu'� la gymnastique plongeante d'une p�cheuse de coquilles au fond de la mer. Et vraiment, en la verve et la fi�vre de ce dessin, vous avez de ce cheval, le cabrement, de cet oiseau, l'envol�e, de ce singe, le prenant et l'agrippement de la patte. Voil� un autre album presque tout rempli de projets de titres de livres faits de kak�monos que d�roulent des femmes, des enfants, Foukorokou et Y�bisou. A la suite de ces projets, des d�hanchements d'hommes pr�ts � donner un coup de sabre, des indications de v�tements de Sh�ki, qui sont comme les vagues d'une temp�te; et, m�l�s � ces croquis de la force et du mouvement, des pivoines doucement lav�es d'une eau rose, et un dessin �rotique repr�sentant le dieu du Tonnerre violant une danseuse vierge d'un temple, mais de l'�rotisme se passant, comme disent les Japonais, _dans le nuage_. Puis, c'est encore des dessins de grande proportion (H. 39--L. 28), des dessins o�, au milieu d'�claboussures de l'encre de Chine, quelques contours d�licats sont finement trac�s comme avec une encre pourpre. Et beaucoup de dessins, � la plus grande partie au trait, avec un morceau termin�, ainsi que dans ce coq et cette poule, o� seulement la queue du coq est lav�e. Et des chevaux galopants qui ont l'air de licornes volantes. Un album tr�s curieux et un album contenant presque toutes les esquisses des impressions en couleur du SHASHIN GWAFOU, comme le faisan dor�, les canards mandarins, la tige de navet, l'homme en contemplation devant le vol de deux papillons, et encore les esquisses de la caverne du Fouzi-yama, des p�cheuses d'_awabi_ du _Fougakou_, et l'esquisse du grand faucon sur son perchoir. Enfin un album qui est, pour ainsi dire, la repr�sentation h�ro�que des

guerriers en lutte, en _empoignade_ de corps: dessins au trait avec, par-ci par-l�, dans les violences des membres, quelques �crasements rageurs de pinceaux. Et des �pilepsies d'ivrognes et des d�sarticulations d'acrobates: des anatomies admirables de vie vivante. Et des �tudes de jambes et de pieds en marche qui donnent l'illusion de leur avancement sur le papier, et des physionomies faites de rien,--comme dessin des yeux, du nez, de la bouche,--et ayant, je ne sais comment, l'expression de la passion humaine, ou gaie, ou triste, ou col�re. M. Bing poss�de, ainsi que Hayashi, quelques albums de croquis, tr�s r�v�lateurs des proc�d�s du Ma�tre. Un album, form� par Isa�, renfermant des _premi�res pens�es_ de ses illustrations de Bouddha, des romans chinois: dessins au premier coup, tout pleins de repentirs, d'effacements, de raturages: croquis dans lesquels, aux larges traits du pinceau �cras�, sont oppos�s des traits d'une finesse, � croire qu'ils sont trac�s avec une plume de corbeau. Une feuille d'un grand caract�re: l'exposition d'une t�te coup�e, regard�e par toute une foule. Un album tr�s curieux, dont les dessins n'ont pas �t� grav�s, et qui repr�sentent huit vues (H. 28--L. 40) de la Soumida, aux rives peupl�es de diff�rents corps d'ouvriers en leur travail du bord de l'eau: de larges et puissants croquis � l'encre de Chine, dont un seul est lav� d'un rien de teinte bleue. Un album presque enti�rement consacr� � des personnages mythologiques, � des guerriers, aux lavages � grande eau, aux beaux noirs d'encre de Chine, dans lequel est un musicien qui fait danser un crapaud, d'un velout� extraordinaire. A la fin de cet album est une lettre d'Hokousa� sign�e: _Gwaki�jin_. Un album ayant une parent� avec la vari�t� des dessins de SHASHIN GWAKIO, et o� M. Bing faisait remarquer justement l'art particulier avec lequel le pinceau d'Hokousa� repr�sentait la mati�re de l'objet dessin�: le duveteux de la plume d'un oiseau, le soyeux d'une �toffe, la transparence du verre, le tiquet� d'un fruit. Un autre album de croquis, et des plus d�sirables, est aujourd'hui en la possession de M. Gillot. C'est une s�rie de ces �tourdissants lavis � l'encre de Chine, sabr�s de gouache, parmi lesquels est un danseur, � la t�te baiss�e que masque son chapeau, aux mains tressautantes au bout de ses bras tendus dans l'espace, un pied lev� devant lui � la hauteur de la poitrine, dans le plus savant raccourci: le danseur le plus extraordinairement dansant qui se puisse voir. Puis, � c�t� de ces oeuvres � l'encre de Chine, des aquarelles de premier coup, grandes ou petites, d'un _faire_ inimitable, comme ce papillon bleu dont les ailes ont l'air d'�tre faites avec l'azur qui habille les papillons du Br�sil, et une grappe de raisin o� le safranement de l'automne est en germe dans l'encre de Chine des feuilles, et o� les grains de la grappe semblent des bulles de cristal contenant l'eau bleu�tre du raisin noir, et des tortues qui ont cette couleur qui leur est propre, la couleur de la patine de vieux bronzes. Et, au milieu de ces petits chefs-d'oeuvre sem�s sur les feuillets qu'on retourne, une grande grue qui m�riterait d'�tre encadr�e, une grue lav�e de teintes verd�tres et bleu�tres, impossibles � d�crire dans leur charme harmonique,--et cet au-del� de la couleur qui met un peu du r�ve dans une reproduction, par la peinture, d'un �tre.

� Londres, chez M. S. M. Samuel, il y aurait un album de croquis d'Hokousa� consacr�s uniquement � la repr�sentation du Yoshiwara, du quartier de la prostitution. � c�t� de ces albums de _premi�res pens�es_ de l'artiste, donnons l'indication d'un album de dessins termin�s, de dessins pour la gravure, faisant partie de ma collection. R�union de cinquante dessins � l'encre de Chine (H. 14--L. 14), dont la plupart sont rehauss�s d'une petite teinte rose, pour �tre ex�cut�s en gravure, comme les impressions de la Mangwa et autres livres grav�s. Quelques-uns de ces dessins sont, avec des changements, des reproductions de compositions publi�es ailleurs. Tous ces dessins auraient �t� faits au temps o� il signe Katsoushika Ta�to (vers 1816) et sont enferm�s dans une double circonf�rence form�e par l'allongement des deux caract�res _Hokou_ avec deux cartouches sur les c�t�s, contenant, r�p�t�, le caract�re sa�. L'OUKIY� Y� ROUIK�, par Ki�d�n, en c�l�brant le talent d'Hokousa�, parle de l'adresse de sa main, s'�tend sur le _virtuosisme_ de l'artiste, qualit� appr�ci�e au Japon o� l'on tient compte du dessin fait sans la reprise d'un trait, sans _repentir_, du dessin fait dans un temps donn�. Et Ki�d�n affirme que Hokousa� peignait admirablement bien avec sa main gauche, et de bas en haut. Il ajoute: �Et sa peinture, au moyen de ses ongles, �tait tout � fait �tonnante et, quant � ce faire particulier, il fallait �tre t�moin soi-m�me du travail de l'artiste, sans quoi on e�t pris sa peinture � l'ongle pour de la peinture avec un pinceau.� J'avoue que j'avais une certaine d�fiance � l'endroit de ces tours de force, et j'avais tort cependant. Je trouve d'abord, dans la collection d'Hayashi, un panneau (H. 44--L. 19) repr�sentant un danseur, qui a �t� dessin� de mani�re que la personne qui regardait le peintre dessiner le v�t dans son sens. En effet il est sign�: _Dessin� dans le sens inverse par Hokousa�_.--Et un kak�mono (H. 26--L. 25) repr�sentant, dans un aquarellage l�ger et tr�s large, un pigeon sur une branche de saule pleureur, est sign�: _Hokousa� a fait ce dessin avec l'ongle_.

LVIII LES GRANDES COLLECTIONS DE SOURIMONOS ET D'ESTAMPES EN NOIR ET EN COULEUR DE HOKOUSA� Apr�s les collections dont j'ai cit� des �preuves remarquables dans l'�num�ration des sourimonos, des planches s�par�es, des illustrations de livres, il faut citer les trois collections de MM. Camondo, Koechlin, Rouart, comme renfermant des �preuves de premier tirage hors ligne. En outre Hayashi me signale comme d'importantes et int�ressantes collections d'estampes et de livres les collections suivantes: EN FRANCE:

Les collections de MM. Blasini, Odon de Mussy, Georges Hugo, Bermond, Jacquin, Blondeau, Rapha�l Collin, G�lis Didot, Gallimard, Grasset, Houdard, Migeon, Isaac, Vian, Paul Schmidt. Et, parmi les collections publiques, la collection Guimet, et la collection commenc�e du Louvre, avec les dons des collectionneurs. � L'�TRANGER Les collections, en Belgique, de Mmes Michotte, de Pacht�re et de M. Van den Brock, de Bruxelles; en Allemagne, de Mme Meyer de Presburg, de M. Oeder de Dusseldorf, du Dr Brinckmann, directeur du Mus�e de Hambourg; en Espagne, de MM. Mausana de Barcelone, et Aspeztenia de Cuba; en Am�rique, de MM. Havemeyer, Dana, Laffin, Baumgarten, Weir, Herter, Wason, Lafarge, tous collectionneurs de New-York et de MM. Nickerson et de Gonkin de Chicago. En outre, le mus�e de Chicago, ind�pendamment de peintures originales, renferme une nombreuse r�union de livres et d'estampes provenant de la collection faite par M. Gavard au Japon.

LIX C'est vraiment curieux, dans la vie d'un peintre japonais, les changements de noms et de signatures, et je crois qu'il est de toute n�cessit�, pour l'�tude de l'oeuvre d'Hokousa�, chez lequel ces changements sont plus fr�quents que chez tout autre peintre du Japon, de les indiquer, de les signaler. De 1778 � 1785, Hokousa�, alors dit T�tzouz�, signe ses compositions du nom de _Katsoukawo Shunr�_ ou simplement _Shunr�_. En 1785, il signe un des deux livres, qu'il publie dans l'ann�e: _Goummatei_. En 1786, � la sortie de l'atelier Shunsh�, il abandonne compl�tement la signature _Katsoukawa Shunr�_, pour prendre la signature _Mougoura Shunr�_, faisant comprendre par le nom de Mougoura (buisson) qu'il est ind�pendant de toute �cole. Il signe ainsi jusqu'en 1795. En 1795 il signe _Hishikawa S�ri_ ou simplement _S�ri_. Mais, avant d'adopter le nom de Hokousa� pour plusieurs ann�es, un grand diptyque en couleur repr�sentant un d�fil� d'hommes, de femmes, d'enfants, se promenant devant le temple d'Asakousa: planche qui est un m�lange de Kiyonaga et d'Outamaro, nous le montre signant, peut-�tre quelques semaines: _T�sh� Shunr�, chang� de nom_. En 1796 il signe: 1� _Hishihawa S�ri_; 2� _S�ri_ tout court; 3� _Hokousa� S�ri_; 4� _Hokousa�_. C'est donc � partir peut-�tre des derniers mois de l'ann�e 1795, mais bien positivement � partir du Jour de l'An de 1796, qu'il prend le nom d'Hokousa� (l'atelier du Nord) entrem�l� d'autres noms.

En 1797 il signe: 1� _Hishikaw S�ri_; 2� _S�ri_; 3� _Hokousa� S�ri_. En 1798 il signe: 1� _S�ri_; 2� _Hokousa� S�ri_; 3� _Hokousa�_. Cette ann�e, il donne son nom de _S�ri_ � son �l�ve _S�ji_, et il signe: _S�ri chang� en Hokousa�_. En 1799 il signe: _S�ri chang� en Hokousa�_ et _Hokousa�_. En 1800 il signe: _Hokousa�, pr�c�demment S�ri_, et _Gwaki�jin Hokousa�_ (_Hokousa� fou de dessin_) pour la premi�re fois. La m�me ann�e il signe le COUP D'OEIL SUR LES DEUX BORDS DE LA SOUMIDA et le COUP D'OEIL SUR LES ENDROITS C�L�BRES DE Y�DO, et les PO�SIES ILLUSTR�ES SUR LES R�LES DES R�NINS, publi�es en 1802: _Hokousa� Tokimasa_. En 1801, 1802, 1803, 1804, il signe: _Gwaki�jin Hokousa�_ (_Hokousa� fou de dessin_). Il y a vers ce temps des estampes sign�es de lui _Kak�_, signature qu'il a mise au bas de sa prose, signant _Tokitaro Hak�_ la TACTIQUE DU G�N�RAL FOURNEAU et autres livres jaunes. En 1805 il signe: _Koukoushin Hokousa� Gwaki�jin Hokousa�_. En 1806 il signe: _Gwaki�jin Hokousa�, Katsoushika Hokousa�_. En 1807 il signe: _Katsoushika Hokousa�_. Ce nom, il le prend par amour pour ce quartier campagnard qu'il habita une partie de sa vie et qui le faisait se faire annoncer chez ses amis comme le paysan de Katsoushika. En 1808 il signe: _Hokousa�_ (tout court). En 1809, 1810, 1811, 1812, 1813, peut-�tre 1814 et 1815, il signe: _Katsoushika Hokousa�_. En ces ann�es, quand il peint � Ri�gokou un formidable Hotei, il signe: _Kinta�sha Hokousa�_ (Kintasha voulant dire la maison au sac de brocart, qui est une allusion au sac de toile d'Hotei). En 1816 il change de nom et signe: _Hokousa�, chang� en Ta�to_. En 1817, sur la r�sistance du public � accepter le nom de Ta�to, il signe: _Hokousa� Ta�to_, dans les premiers mois de l'ann�e: _Ta�to, pr�c�demment Hokousa�_. En 1818 et 1819 il continue � signer: _Ta�to, pr�c�demment Hokousa�_. En 1820 il change encore de nom, et signe: _Katsoushika I-itsou, changement du nom de Hokousa� Ta�to_. En 1821 il signe: _Katsoushika I-itsou_ (celui qui ne fait qu'une chose), comme s'il voulait exprimer le regret de n'avoir fait que de la peinture depuis sa jeunesse; il signe encore: _Guetti r�jin I-itsou_ (I-itsou vieillard fou de la lune). En 1822 il signe: _Fouz�nkio I-itsou_ (I-itsou, celui qui ne fait qu'une

chose, sans se laisser influencer par les autres). En 1823 il signe: _I-itsou_. Hayashi dit que Hokousa�, voulait qu'on pronon��t ce mot _Tamekazou_ ou _I-itsou_, et que c'est une erreur de prononcer _Tam�-itchi_. En 1824 il signe: _I-itsou, le vieillard de Katsoushika_, et le _vieux fou I-itsou_. En 1826 il signe: _le vieillard de Katsoushika I-itsou_. En 1829 il signe: _le vieillard I-itsou_, et cependant comme le public a l'habitude de son ancien nom, il signe cette ann�e, les H�ROS DE SOUIKO: _le vieillard I-itsou de Katsoushika, pr�c�demment Hokousa�_. En 1834 il change une derni�re fois de nom et signe: _Manji changement de nom de Hokousa�_, et _Svastica_ [Symbol: svastika], le signe de _Man_ (dix mille). En 1835 il signe: _Manji_. � partir de 1836, jusqu'� sa mort, il signe: _Manji vieillard fou de dessin_. Hokousa� a us� encore d'autres signatures; de 1799 � 1800 il a sign�: _Shinsai_, nom qu'il a quitt� pour le donner � son �l�ve Hanji, et encore vers 1800 il a sign�: _Ra�to_ et _Ra�shin_, le mot tonnerre, � la suite d'un terrible coup de tonnerre qui l'avait fait tomber de la chauss�e dans une rivi�re. Enfin, ainsi que l'annonce l'Oukiyo-y� Rouik� de Ki�d�n, a-t-il sign� des DESSINS D'AMOUR du nom de _Goumma_ ou _Gounmatei_?

LX Une �tude sur Hokousa� serait incompl�te sans une br�ve �num�ration de ses �l�ves, qui sont: TODOYA HOKKEI, vulgairement Iwakoubo Kiny�mon, et sortant d'une maison qui avait le privil�ge de fournir le poisson aux da�mios. De l�, le nom de _Todoya_ (marchand de poissons). Il porte aussi les noms Aohiga-oka, Ki�sa�. C'est l'�l�ve au talent le plus inspir� par le ma�tre, et qui parfois l'imite si bien, que le _D�tch�gwafou_, ALBUM DE DESSINS DE VOYAGE, par Hokousa�, lui a �t� attribu� par quelques-uns. Il est l'auteur d'une Mangwa publi�e vers 1830, o� il y a des compositions dignes de son ma�tre. De charmants et spirituels livres d'Hokkei sont: _Foujin gwa zo shou_, PORTRAITS DES FEMMES PO�TES DU JAPON, ACCOMPAGN�ES D'UN CHOIX DE LEURS PO�SIES R�UNIES, PAR GWURIUY�N, publi�s en 1806. _Kioka Santo Meish� zouy�_, LES ENDROITS C�L�BRES DES TROIS CAPITALES AVEC LES PO�SIES, publi�es en 1812; _T�to j�nikei Ki�kash�_, PO�SIES SUR LES DOUZE VUES DE Y�DO, publi�es en 1819; _F�s� meish�, Kioka-sh�_, PO�SIES

SUR LES ENDROITS C�L�BRES DE FUSO (nom po�tique du Japon), publi�es en 1824; _Gakoumen Ki�ka Si�_, LES PO�SIES DANS DES CADRES ORNEMENT�S, publi�es en 1826. Un des beaux et rares livres d'Hokkei est le _Sh�kokou Meish�_, LES ENDROITS C�L�BRES DES CONTR�ES DU JAPON, et encore _Yoshiwara juninotoki_, LES DOUZE HEURES DU YOSHIWARA, et encore: _Ki�ka Sonikodei�_, trois volumes en couleur. Ind�pendamment des livres, il a publi� nombre de sourimonos de la plus belle couleur. Deux cahiers d'esquisses au trait, que Duret a acquis � Londres, et un certain nombre de croquis du cabinet d'estampes de Berlin, montrent l'habile dessinateur qu'il �tait. On n'a aucun d�tail sur la vie de cet artiste qui aurait �t� un litt�rateur distingu�. La date de sa mort est ignor�e et, si M. Gonse n'avait eu la bonne fortune de d�couvrir dans l'exemplaire de _Rokoujouy�n_, PO�SIES ET PORTRAITS DE 120 PO�TES MODERNES, ayant appartenu � Hokkei, une note indiquant qu'il avait 31 ans en 1811, nous ne saurions pas qu'il est n� en 1780. GAKOUTEI, l'admirable artiste des sourimonos, le dessinateur de la femme de l'aristocratie, de la femme � l'aspect sacerdotal, et qui, dans un petit livre intitul�: _Itir� Gwafou_, ALBUM DES DESSINS D'UN VIEILLARD, a un paysage dans le brouillard, merveilleux de v�rit�. Ind�pendamment de la signature Gakoutei Harounobou, il se servait de la signature Sada-oka ou Teik�. Gakoutei serait un litt�rateur qui aurait traduit du chinois les 75 volumes du _Sangokoushi_, HISTOIRE DES TROIS ROYAUMES, un litt�rateur donnant ses inspirations � Hokousa� et qui, � la fin, fut si charm�, si s�duit par son talent, qu'il devint peintre, et se fit son �l�ve. TEISAI HOKOUBA. Son nom vulgaire est Arisaka Gorohati. Il signifie quelquefois Shushunsa�. Il se reconna�t � la gr�ce contourn�e de ses femmes. M. Anderson donne comme son oeuvre principale _Hoshi-zoukiyo K�nkwa�rokou_, OMBRES ET LUEURS DES ASTRES DE LA NUIT, publi� en 28 volumes � Y�do, en 1809. Hokouba avait la r�putation de dessiner aussi bien de la main gauche que de la main droite. SHINSHA�. Son nom vulgaire est Hanjiro, propri�taire � Kanda. Il signe quelquefois Ri�ri�ki. Il travaillait en 1800 et 1810. KATSOUSHIKA TA�TO. Ce nom, port� par Hokousa� pendant cinq ans, de 1815 � 1819, il le donna � un �l�ve nomm� Kameya Kisabro, d'une habilet� hors ligne. Les biographies disent que ce nom a �t� c�d� par Hokousa� � Kameya en 1816, mais il y a une erreur, car en 1819, le Ma�tre signe encore Ta�to dans le second volume d'_Hayabiki_, o� Ikkou, un ami d'Hokousa�, parle dans sa pr�face du talent du vieux Ta�to; ce n'est donc qu'en 1819 ou 1820 qu'a eu lieu cette cession, car c'est � l'automne de l'ann�e 1820 que Hokousa� signe: _I-itsou autrefois Hokousa�_. Le Hokousa� Ta�to a illustr� des livres et publi� des estampes en un assez grand nombre, mais sa signature est toujours accompagn�e soit d'un cachet, soit d'un autre nom et, pour �viter la confusion avec le ma�tre, voici ses noms: Gu�nri�sai, Beikwa, Kankwan, Foumi� Yatikou, Sh�zan. Son ex�cution ressemble tellement � son ma�tre qu'il est de toute

n�cessit� d'�tudier la signature si l'on ne veut pas se tromper. C'est ainsi que, parmi ses estampes, on a pris pour des Hokousa� les pi�ces suivantes: 1� La carpe dans l'eau; 2� Deux cigognes et deux pins; 3� Femme en promenade, dans le format en hauteur, et dans les autres formats des fleurs et oiseaux, des paysages, des personnages, et un paysage de nuit o� il y a un pont �clair� par la lune. HOKOUS�N, qui signe Toy�nr�, et qui collabora � la Mangwa. HOKOUSOU, qui signe aussi Souiteisa� ou Kankanr�, ou Ransa�, et qui illustra des romans entre 1804 et 1805. HOKOUJU, signant aussi Sh�te�, et qui publia des paysages dits _de l'�cole hollandaise_. HOKOU-OUN, qui signe au-dessus de son nom: Tonas�, et passe pour avoir beaucoup aid� Hokousa� dans la Mangwa. De son premier �tat architecte; il apprit l'architecture � Hokousa�. BOKOUS�N portait aussi les noms de Hokoute�, Quekk�te�, Hiakousa�, Tok�r�, etc. C'�tait l'artiste de Nagoya chez lequel descendit Hokousa�, quand il se rendit dans cette ville, et ce fut chez lui que le premier volume de la Mangwa fut dessin�. On a de lui _Hokous�n sogwa_, un recueil de planches en couleur publi�es en 1815. S�J�, qui signa successivement Tawarayo, Hishikawa, et en 1799 S�ri, le nom qu'avait port� un moment son ma�tre, et qu'il lui abandonna. Il est c�l�bre par ses fleurs, ses oiseaux, ses paysages, dessin�s � l'encre de Chine. HOKOUTA�, signant Yeisa�, Hokouta�, et qui illustra quelques romans aux environs de 1805. H�TEI HOKOUGA, un illustrateur de livres. KODA�, un fabricant de sak� de la province de Shinano, en m�me temps qu'un artiste. Hukousa� resta chez lui plus d'un an. YANAGWA SHIGH�NOBOU, n� vers 1778 et mort en 1832. Il signa d'abord Ra�to, nom que lui donna Hokousa� dont il devint le gendre, ayant �pous� sa fille Omiyo qui divor�a et mourut assez jeune. � la suite d'une dispute avec son ma�tre et son beau-p�re, il abandonna son _faire_ et imita Toyokouni. Il a collabor� avec Sadahid� et Keisa� Yeis�n � l'illustration de _Satomi Hakkend�n_, et a publi� en 1821 deux albums: le _Ri�s�n gwa-j�_ et le _Ri�s�n gwa-fou_. Les autres �l�ves sont: Ra�shi�,--Ra�s�n,--Hokouga (autre que H�tei Hokouga),--Hokoumokou, --Hokoushi�,--Hokony�n--Hokouguiou,--Katsoushika Hokouriou,--Hokouitsou, --Hokoumei,--Hokoud�,--H�kk�,--Hokouy� (Faucon du Nord),--Hokouyei, Hokouy� (Oc�an du Nord),--Hokoji�,--Hokoushi� (Nord distingu�), --Hokkei--(Nord respectueux; ne pas le confondre avec celui du m�me nom, Todoya Hokkei),--Hokous�n,--Hokou-i,--Ta�gakou,--Ta�-itsou,--Shimrei, --Hakouyei,--Raijin,--Ta�s�,--Isa�,--Masahisa,--Guessa� Outamasa,

--Gwasanjin. On remarquera l'appropriation que les �l�ves d'Hokousa� ont faite du premier caract�re de son nom, le caract�re _Hokou_.

BIBLIOGRAPHIE M. Hayashi auquel je dois la traduction des pr�faces d'Hokousa�, et la documentation de ce volume, a bien voulu r�diger la bibliographie des livres et des albums du grand peintre japonais[33]. [Note 33: La difficult� de traduire en langue fran�aise la pens�e japonaise a parfois amen� quelques diff�rences entre la traduction des titres des livres et romans, improvis�e dans le travail du t�te-�-t�te et la traduction longtemps r�fl�chie du travail solitaire.]

CATALOGUE DES LIVRES ET ALBUMS DE HOKOUSA� Livres jaunes. Petits volumes de 17 centim�tres de hauteur sur 12 centim�tres et demi de largeur, avec texte et dessins. Chaque volume est g�n�ralement de 5 feuilles. On les a ainsi appel�s � cause du ton de la couverture jaune: _Kibi�shion Aohon_. _Arigata� Tsouno Itiji_, GR�CE � UN MOT GALANT.--Texte de Kor�wasa� (pseudonyme de Hokousa�). 2 vol. 1781. _Kamakoura Tsoushind�n_, LES COURRIERS DE KAMAKOURA.--Texte de Guioboutsou (pseudonyme de Hokousa�) et dessins de Shunr� (ancien nom de Hokousa�). 2 vol., 1782. _Shit�nn� Da�tsou-jitat�_, LES QUATRE H�ROS ANCIENS (COMPAR�S AUX ROIS DES POINTS CARDINAUX) HABILL�S � LA DERNI�RE MODE. Texte de Kor�wasa� et dessins de Shunr�. 2 vol., 1782. _Nitir�n Itida�ki_, LA VIE DE NITIREN.--Texte de Mariko et dessins de Katsoukawa Shunr�. 2 vol., 1782. _Ka�-oun Ohghino Hanaka_, PARFUMS DES FLEURS DE L'�VENTAIL.--Dessins de Shunr�. 2 vol., 1784. _Nozoki-Karakouri Yoshitsoun� Yama-iri_, EXP�DITION DANS LA MONTAGNE DE YOSHITSOUN� VUE DANS UNE BO�TE � SPECTACLE.--Texte d'Ikoujimona� (pseudonyme probable de Hokousa�) et dessin de Katsoukawa Shunr�. 2 vol., 1784. _Onn�n Oujino Hotaroubi_, LA HAINE TRANSFORM�E EN FEU LES LUCIOLES D'OUJI.--Dessins de Shunr�. 3 vol., 1785.

_Oyayuzouri Hanano K�my�_, LA GLOIRE DU NEZ VENANT DE L'H�RITAGE D'UN PARENT.--Dessin de Goummatei, Shunr� chang� de nom. 3 vol., 1785. _Ni-iti t�nsakou Nisshinno isshin_, LA DIVISION DE L'ARITHM�TIQUE.--Texte de Tsoush� et dessins de Shunr�. 3 vol., 1786. _Z�nz�n Ta�heiki_, HISTOIRE ANT�RIEURE � L'HISTOIRE DE LA PAIX. (La paix qui a suivi la lutte des Taira et Minamoto.)--Texte d'Ounobor�-Sanjin et dessins de Shunr�. 4 vol., 1786. _Waga-iy� rakouno Kamakoura-Yama_, MON INSOUCIANCE � MA MAISON DE CAMPAGNE DE KAMAKOURA.--Texte de Goummatei. 2 vol., 1786. _Jiwara-mompino Nakanotch�_, LA RUE DU MILIEU AUX JOURS DE GRANDES TOILETTES.--Texte de Hakousek et dessins de Goummatei. 3 vol., 1786. _Jhink�ki Nihiki Moutsouzouki_, LES DEUX RATS DANS LE PREMIER MOIS D'APR�S L'ARITHM�TIQUE POPULAIRE, LE JHINK�KI.--Texte de Tsoush� et dessins de Goummatei, nombre de volumes inconnu, 1788. _Foukou kitarou War� Kadomatson_, LE PIN � LA PORTE DU VISAGE SOURIANT O� ARRIVE LE BONHEUR.--Texte de Tsoush� et dessins de Shunr�, 2 vol., 1789. _Kousakimo Nabikou shirikourab�_, L'ODEUR ALL�CHANTE DU CONCOURS DES FESSES.--Texte de K�nt� et dessins de Shunr�. 2 vol., 1789. _Rekkas�n Kiojitson T�nzan_, LE CALCUL DES V�RIT�S ET DES MENSONGES DES SIX PO�TES.--Dessins de Shunr�. 3 vol., 1789. _R�gou s�ndakou Banashi_, CONTE D'UNE BLANCHISSEUSE DU PALAIS DES DRAGONS. --Dessins de Shunr�, 2 vol., 1791. _Mibouri kawa�ro Nada�no Fourisod�_, L'IMITATION DE LA VOIX ET DES GESTES D'UN C�L�BRE ACTEUR EN SA BELLE ROBE.--Texte de Shink� et dessins de Shunr�. 2 vol., 1791. _Nouy� Yorimasa Meikano Shiba_, LA POPULARIT� DE LA PO�SIE SUR LA L�GENDE DU GUERRIER YORIMASA ET DU MONSTRE NOUY�.--Dessins de Shunr�. 3 vol., 1792. _Moukashi-moukashi Momotaro Banashi_, L'ORIGINE DU CONTE DE MOMOTARO. --Texte de Ki�d�n et dessins de Shunr�. 3 vol., 1792. _Himpoukou Foutamata D�tch�-no Ki_, CONTE DU VOYAGE DES DEUX ROUTES DE LA PAUVRET� ET DE LA RICHESSE.--Texte de Ki�d�n et dessins de Shunr�, 3 vol., 1793. _Ti-y� shida� Hakon�-zoum�_, AVEC L'INTELLIGENCE ON SURMONTE LES DIFFICULT�S DE LA PASSE DE HAKON�.--Texte de Haroumitino Kousaki et dessins de Shunr�. Nombre de volumes inconnu, 1793. _Azouma Da�boutsou Momiji Meisho_, LA C�L�BRIT� DE L'�RABLE ET DU GRAND BOUDDHA DE Y�DO.--Texte et dessins de Hakousanjin Kak� (pseudonyme et autre nom de Hokousa�)... vol., 1793. _Foukouju-Ka� Mouri�no Shinadama_, UNE �TOILE DE L'OC�AN DU BONHEUR ET DE LA LONG�VIT� SANS LIMITE.--Texte de Bakin et dessins de Shunr�. 3 vol., 1794.

_Nozokimi Tatoy�no Foushi-ana_, LES PROVERBES VUS � TRAVERS UN TROU DE MUR.--Texte de Tsoubohira et dessin de Shunr�. 2 vol., 1794. _Mousoum�no Tomozouna_, LE CORDON D'UNE FILLE.--Texte de Kiorori et dessins de Tokitar� Kak� (Tokitar�, pr�nom de jeunesse de Hokousa�). 2 vol., 1794. _Asahina Ohigh�no-tiri_, LA POUSSI�RE DE LA BARBE D'AHAHINA.--Texte de Jihinari et dessins de Hokousa�... vol., 1796. _Bak�mono Yamito Honz�_, HISTOIRE NATURELLE DES MONSTRES DU JAPON. --Texte de Ki�d�n et dessins de Kak�. 3 vol., 1798. _Kamado Sh�goun Kanriakou no-maki_. LA TACTIQUE DU G�N�RAL FOURNEAU. --Texte et dessins de Tokitar� Kak�. 3 vol., 1800. _Gu�ka�no baka Hanano-ouy� Oiti-T�ngou_, T�NGOU TOMB� DU HAUT DE SON NEZ DANS LE MONDE B�TE D'ICI-BAS.--Texte de Jakousei et dessins de Goummatei, Shunr� chang� de nom. 3 vol., 1801. _Tigo Monju Osana-ki�koum_, L'�DUCATION DES ENFANTS D'APR�S L'ENFANCE DE BODHI-SATTAWA MONJU.--Textes et dessins de Kak�. 3 vol., 1801. _Mouna zanny� Ousono Tana-oroshi_, L'INVENTAIRE DES MENSONGES DRESS� PAR LE COEUR.--Texte et dessins de Tokitar� Kak�. 3 vol., 1803. _Boutch�h� Sokous�ki ri�ri_, LA CUISINE AU HASARD.--Texte et dessins de Tokitar� Kak�. 3 vol., 1803. _Sangokou Wakaran Zatsouwa_, LA CONVERSATION INCOMPR�HENSIBLE EN TROIS LANGUES (japonais, chinois et hollandais).--Texte de Onitak� et dessins de Kak�. 2 vol., 1803. _Ahah Shinkir�_, LE PALAIS DU MIRAGE OU LES VICISSITUDES HUMAINES. --Texte et dessins de Kak�. 3 vol., 1803. _On-a� Sarouno Ada-outi_, LA VENGEANCE D'UN SINGE AFFECTIONN�.--2 vol., dont le premier dessin� par Toyokouni et le second par Kak�; texte de Kiorori, 1804. _Ouwaki-z�shi_. LE ROMAN DES CAPRICES AMOUREUX.--Texte de Ran-i et dessins de Hokousa�. 3 vol., 1806. _Y�koun misao R�nrino Motibana_, LA FLEUR DE FID�LIT� D'UNE COURTISANE ENVERS SON AMANT.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 2 vol., 1807. _Kataki-outi Migawari Mi�g�_, LA VENGEANCE ACHEV�E GR�CE � UNE PROTECTION MYST�RIEUSE.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1808. _Y�riakou Onna Ki�koun_, L'�DUCATION DE LA FEMME DANS L'H�RO�SME.--Texte de Ikkou et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1808. _Kataki-outi Moukouhino Aoyaghi_, LE SAULE PLEUREUR DANS UNE HISTOIRE DE VENGEANCE.--Auteur inconnu et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1808. _Shimp�n Tsoukino Koumasaka Banashi_, NOUVEAU CONTE SUR KOUMASAKA, BRIGAND DE LA LUNE.--Texte et dessins de Tokitar� Kak�... vol., 1811.

_Tamakoushigh� Ishid�marou Monogatari_, CONTE SUR ISHID�-MAROU OU LA BOITE AU PEIGNE DE JADE.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 3 vol., sans date. _Tokoy�mou_ (nom d'un personnage de ce roman, dont le titre, le nombre de volumes et la date sont inconnus).--Texte de Tsoush� et dessins de Shunr�. Romans illustr�s. Le format de 23 centim�tres de hauteur sur 16 centim�tres de largeur. Chaque volume contient de 30 � 40 pages, et de 3 � 5 dessins en planches doubles, sauf le 1er volume toujours embelli de 4 ou 5 planches extra, tir�es avec soin sur papier de luxe. _Y�hon Azouma foutaba nishiki_, LE BROCART DES DEUX POUSSES D'UNE PLANTE DE L'EST.--Texte de Kob�da Shigh�rou et dessins de �Hokousa�, fou de dessin�, 5 vol., 1805. _Shimp�n Souiko Gwad�n_, LA NOUVELLE TRADUCTION DE SOUIKO-D�N AVEC ILLUSTRATIONS.--Ouvrage en 90 vol., paru dans l'ordre suivant: 1e section, 10 vol. traduits par Kiokoutei Bakin et illustr�s par Katsoushika Hokousa�, 5 vol. en 1805 et 5 autres en 1807. 2e section, 10 vol. traduits par Taka� Ranzan et illustr�s par Hokousa�, parus seulement en 1829. 3e � 9e sections; sections �galement traduites par Taka� Ranzan et illustr�es par Hokousa�, parues successivement par s�rie de 10 vol. la section, mais nous n'avons pas les dates. _Tamano Otiho_, L'�PI DE PERLES TOMB�.--Texte de Hoh�da Shigh�rou et dessins de Hokousa�. 10 vol. dont 5 parus en 1806, et 5 en 1808. _Kataki-outi Ourami Kouzounoha_, LA VENGEANCE D'UNE RENARDE HAINEUSE OU LA L�GENDE DE KOUZOUNOHA.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1807. _Sonono Yuki_, LA NEIGE DU JARDIN.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1807. _Soumidagawa Ba�r� Shinsho_, LE PRUNIER ET LE SAULE PLEUREUR DE LA RIVI�RE SOUMIDA.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1807. _Tchins�tsou Yamihari Zouki_, LE CROISSANT DE LA LUNE OU LE CONTE DU CAM�LIA.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 28 volumes en 5 sections dont la 1re, 6 vol, en 1807; les 2e et 3e, 6 vol. de chaque, en 1808; les 4e et 5e, 5 vol. de chaque, en 1811. _Shin Kasan� Gu�datsou Monogatari_, LA CONVERSION DE L'ESPRIT DE KASAN�.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1807. _Sanshiti Z�nd�n Nankano Yum�_, LE R�VE DU CAMPHRIER DU SUD OU L'HISTOIRE DE SANKATSOU ET HANSHITI.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 16 volumes en 3 sections: la 1e, 6 vol., 1808; les 2e et 3e, 10 vol. ont paru

en 1811, sous le nouveau titre de _Nanka K�ki_, LE CONTE SUPPL�MENTAIRE DU R�VE DU CAMPHRIER DU SUD. _Ra�g�-Ajari Kwa�so-d�n_, LE RAT MONSTRE DU PR�TRE RA�GO.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa�. 8 vol. en 2 sections. 1808. _Yuriwaka Nozouy�no Taka_, LE FAUCON DE YURIWAHA.--Texte de Mantei S�ba et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1808. _Awano Narouto_, LES GOUFFRES D'AWA.--Texte de R�tei Tan�hiko et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1808. _Shimoyono Hoshi_. LES �TOILES D'UNE NUIT O� IL G�LE.--Texte de Tan�hiko et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1808. _Ounamoji Nouy� Monogatari_, LE CONTE SUR NOUY�, �crit en lettres de femme.--Texte de Shakouyakoutei et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1808. _Kanad�hon Gonitino Bounsh�_, L'HISTOIRE DES FID�LES VASSAUX APR�S LA VENGEANCE.--Texte de Tat�kawa Y�mba et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1808. _Hidano Takoumi Monogatari_, L'HISTOIRE DE L'ARCHITECTE DE HIDA.--Texte de Rokoujuy�n et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1808. _Foutatsou Tch�tcho Shira�to Z�shi_, LES DEUX PAPILLONS ET LA SOIE BLANCHE OU LES DEUX LUTTEURS. Texte de Shakouyakoutei et dessins de Hokousa� Tokimasa (un des pr�noms de Hokousa�). 5 vol., 1809. _Nour�ghinou Z�shi_, LE ROMAN D'UNE ROBE MOUILL�E. --Texte de Shakou-yakoutei et dessins de Hokousa�. --Le nombre de volumes et la date inconnus. _Kohino Oukihashi_, LE PONT IMAGINAIRE DE L'AMOUR.--Texte de Rakou-rakou-an T�yei et dessins de Hokousa�, 1re section, 3 vol., 1809. _On-y� Imos-yama_, LES FIANC�S ISOL�S SUR DEUX MONTAGNES EN FACE.--Texte de Shinrotei et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1810. _Tiyosaki-him� Shitih�ngh� Monogatari_, LES SEPT TRANSFIGURATIONS DE LA PRINCESSE TIYOSAKI.--Texte de Shinrotei et dessins de Hokousa�. 5 vol., sans date. _S�tano-Hashi Ri�jo Hondji_, LA FEMME-DRAGON DU PONT DE S�TA ou _Tawara t�da R�koden_, LE VIEUX RENARD DU GUERRIER TAWARA T�DA.--Texte de R�tei Tan�hiko et dessins de Hokousa�. 3 vol., 1811. _Hokou-itsou Kidan_, LES L�GENDES FANTASTIQUES DE LA PROVINCE DE Y�TIGO.--Texte et dessins de Tatibana Shigh�yo, augment� des dessins de Hokousa� Ra�shin (un des noms port�s par Hokousa�), 6 vol., 1811. _Matsouw� Monogatari_, L'HISTOIRE DE MATSOUW�.--Texte de Koh�da Shig�rou et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1812. _Aoto Foujitsouna Mori�-an_, LES DESSINS DU JUGE AOTO.--Texte de Bakin et dessins de Hokousa� Ra�shin. 10 vol., en 2 sections, 1812. _Ogouri Gwa�d�n_, LA L�GENDE SUR LE PRINCE OGOURI.--Texte de Koh�da Shigh�rou et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1814.

_Beibei Ki�dan_, LE CONTE VILLAGROIS DES DEUX ASSIETTES.--Texte de Bakin et dessins de �Ta�to, pr�c�demment Hokousa�. 8 vol., 1815. _T�k� Tch�rai Foushi_, LA MORALIT� DES CHANSONNETTES ITAKO-BOUSHI.--Texte de Y�mba et dessins de Hokousa�. 5 vol., 1817. _Shakouson Itida�ki Zouy�_, LA VIE DE �AKIAMOUNI.--Texte de Yamada Isa� et dessins de Hokousa�. 6 vol., 1839. Cet ouvrage est d'un format de 18 centim�tres de largeur sur 25 centim�tres de hauteur. _Y�hon Kan-So Goundan_, LA GUERRE DES DEUX ROYAUMES DE KAN ET DE SO. --Texte de Sh�ri� Sadataka et dessins de Katsoushika I-itsou Manjir�jin (Le vieillard Manji ou Katsoushika I-itsou noms divers de Hokousa�). 20 vol., en 2 sections. 1845. _Gu�nji Itt�shi_, LA POSSESSION DU POUVOIR PAR LA FAMILLE DE MINAMOTO. --Texte de Sh�tei Kinsoui et dessins du vieillard �Hatiy�mon, Hokousa� I-itsou�. 5 vol., 1846. Sanshoday�, nom du personnage du roman pris pour le titre.--Texte de Oum�bori Kokouga et dessins Hokousa�.--Le nombre de volumes et la date d'�dition sont inconnus. L'auteur a �crit autour de 1800. Livres de dessins. Les _Y�hon_, litt�rairement _livres de dessins_, ainsi appel�s � cause de la reliure semblable aux livres ordinaires, et par opposition aux _J�_, albums faits avec du beau papier repli� dans une couverture de luxe. Il y a 3 formats dans les livres de dessins: 1� Le _grand_ ou _Oh-hon_, 26 centim�tres de haut sur 18 de large. 2� Le _moyen_ ou _Tch�hon_, 23 centim�tres de haut sur 16 de large. 3� Le _petit_ ou _Kohon_, 18 centim�tres de haut sur 13 de large. LIVRES DU GRAND FORMAT. _Y�hon Ri�hitsou_, LE LIVRE DE DESSINS AUX DEUX PINCEAUX.--Les paysages et les plantes par Rikkosa� de Ohsaka, les personnages et animaux par Hokousa� Ta�to de Y�do. 1 vol., 1817. _Ri�hitsou Gwafou_, LE RECUEIL DE DESSINS AUX DEUX PINCEAUX.--Le titre donn� aux seconds tirages de l'ouvrage ci-dessus. _Hokousa� Gwaki�_, LE MIROIR DU DESSIN DE HOKOUSA�--1 vol., 1818, sign�: �Katsoushika Ta�to�. _D�nshin Gwaki�_. LA TRANSMISSION DE L'ESPRIT DU DESSIN QUI EST LE REFLET DU COEUR.--Sign�: �Katsoushika Ta�to, autrefois Hokousa�. Titre du second tirage, dans la m�me ann�e, de l'ouvrage ci-dessus. _Sh�ywa Itiran_, UN COUP D'OEIL SUR LES DESSINS REMARQUABLES.--Titre que porte le tirage en couleurs, du Hokousa� Gwaki�, tirage tr�s post�rieur

dans lequel on supprima 4 folios (18 � 21). _Hokousa� Gwashiki_, LA M�THODE DU DESSIN DU HOKOUSA�.--Sign�: �Katsoushika Ta�to, ci-devant Hokousa�. 1 vol., 1819. _Hokousa� Sogwa_, LES DESSINS GROSSIERS DE HOKOUSA�.--Sign�: �Katsoushika Ta�to�. 1 vol., 1820. LIVRES DU FORMAT MOYEN. _Hokousa� Mangwa_. LES �TUDES LIB�RALES DE HOKOUSA�--15 vol., parus dans l'ordre suivant: 1er vol., 1812; 2e vol., 1814; 3e vol., 1815; 4e vol., 1816; 5e vol., 1816; 6e vol., 1817; 7e vol., 1817; 8e vol., 1818; 9e vol., 1819; 10e vol., 1819; 11e vol., 1834; 12e vol., 1834; 13e vol., 1849; 14e vol., 1875; 15e vol., 1879. _Odori Hitori Keiko_, LA LE�ON DE DANSE PAR SOI-M�ME.--Invention et dessins par Katsoushika Hokousa�, et revus et corrig�s par Foujima Shinzabro, ma�tre de danse. 1 vol., 1815. Il y a le tirage de 1835 en 2 vol. _Santa� Gwafou_, LES TROIS FORMES DE DESSIN.--Sign�: �Ta�t�, Hokousa� chang� de nom�. 1 vol., 1816. _Ippitsou Gwafou_, LE RECUEIL DE DESSINS � UN SEUL COUP DE PINCEAU. --Invention de Foukouz�nsa� et l'id�e continu�e par Hokousa� Ta�to, 1 vol., 1823. _T'ch�gki souikod�n Y�hon_, LES PERSONNAGES DE SOUIKODEN.--Sign�: �I-itsou, autrefois Hokousa�. 1 vol., 1829. _D�tch� Gwafou_, LE RECUEIL DES DESSINS DU VOYAGE (de Y�do � Ki�to). --Sign�: �I-itsou, autrefois, Hokousa�. 1 vol., 1830. _Feugakou Hiakkei_, LES CENT VUES DE FOUZI-YAMA.--Sign�: �Manji, vieillard fou de dessin.� 3 vol., la 1re, 1834; la 2e. 1835, et la 3e, sans date. _Shin Hinagata_, LE NOUVEAU MOD�LE POUR LES OUVRIERS.--Sign�: �Manji, vieillard fou de dessin, autrefois Hokousa�. 1 vol., 1836. _Y�hon Sakigak�_, LES H�ROS DE LA CHINE ET DU JAPON.--Sign�: �Manji, vieillard fou de dessin, autrefois Hokousa�. 1 vol., 1836. _Y�hon Mousashi Aboumi_, LES �TRIERS DU SOLDAT ou le _2e volume de Sakigak�_.--Sign�: �Manji, vieillard fou de dessin, autrefois Hokousa�. 1 vol., 1836. Y�hon Wakan Homar�, LES GLOIRES DE LA CHINE ET DU JAPON.--Sign�: Manji, vieillard fou de dessin, autrefois Hokousa�. 1 vol., 1850. _Manjiw� S�hitson Gwafou_, LE RECUEIL DES DESSINS CURSIFS DU VIEILLARD MANJI.--Sign�: �Le vieillard Manji, autrefois Hokousa�. 1 vol., 1843. Ce volume a �t� dessin� en 1833, et porte une pr�face de 1834; mais on ne conna�t que l'�dition de 1843.

_Shoshin Gwakan_, LES MOD�LES DE DESSINS POUR LES COMMEN�ANTS.--1 vol. Le titre qui porte le retirage du _S�hitsou Gwafou_ ci-dessus avec huit dessins de moins. _Hokousa� Mangwa Sohitsouno-bou_, LA PARTIE DIT PINCEAU CURSIF DE LA MANGWA DE HOKOUSA�.--Le titre que porte un autre retirage tr�s post�rieur de _S�hitsou Gwafou_. Les sept dessins y manquent �galement. Le tirage est colori� m�diocrement. _Hokousa� Gwafou_, LE RECUEIL DES DESSINS DE HOKOUSA�.--3 vol., 1849. Cet ouvrage n'est qu'une r�impression, en format r�duit, de _Hokousa� Gwashiki_ et de _Hokousa� Sogwa_, avec un dessin de moins, et quatorze de plus. _Hokousa� Gway�n_, LE JARDIN DES DESSINS DE HOKOUSA�.--3 vol. Ces 3 volumes ne sont qu'une r�impression tout � fait moderne de diverses pages des livres de Hokousa�, de Hokkei, de Hokou-oun, de Hiroshigh�, de Keisa�-Yoisen, etc. LIVRES DU PETIT FORMAT. _Imay� Kouishi Kis�rou Hinagata_, MOD�LES DE PEIGNES ET DE PIPES � LA MODE.--Sign�: Katsoushika, I-itsou, autrefois �Hokousa�. 3 vol. dont 2 de peignes, 1822 et 1 de pipes, 1823. Ces volumes sont en largeur. _Riakougwa Haya Shinan_, LE�ON RAPIDE DU DESSIN CURSIF.--Sign�: �Katsoushika Ta�to, pr�c�demment Hokousa�. 2 vol., 1812 et 1814. _Gwad� Hitori Keiho_, LE�ON DE DESSIN PAR SOI-M�ME.--1 vol. 1815. Ce volume fait le 3e du _Haya Shinan_. _Y�hon Hayabiki_, R�PERTOIRE RAPIDE DE DESSIN.--Sign�: �Ta�to, autrefois Hokousa�. 2 vol., 1816 et 1819. Ces deux volumes constituent les 4e et 5e vol. de _Hayashinan_. _Nagashira Moushabouroui_, R�PERTOIRE DES SUJETS GUERRIERS.--Sign� �I-itsou autrefois Hokousa�. 1 vol., 1841. Ce vol. fait le 3e vol. de _Hayabiki_ et 6e vol. de _Hayashinan_. _Hokousa� Mangwa Hayashinan_, LE�ON RAPIDE DU DESSIN ARBITRAIRE DE HOKOUSA�.--Titre que porte un retirage d'un certain nombre de pages des 3 premiers volumes de _Hayashinan_. 1 vol. _Shingata Komantch�_, NOUVEAUX DESSINS POUR LES IMPRESSIONS D'�TOFFE. --Sign�: �Hatsoushika I-itsou�. 1 vol., 1824. _Hokousa� Moy� Gwafou_, RECUEIL DES DESSINS D'�TOFFE DE HOKOUSA�.--Titre port� par un retirage moderne de l'ouvrage ci-dessus. _Y�hon Sa�shiki-tsou_, TRAIT� DU COLORIS.--Sign�: �Manji, vieillard fou de dessin�. 2 vol., 1848. _Soshin Y�d�hon_, MOD�LES DE DESSIN POUR LES TOUT COMMEN�ANTS.--Non sign� et sans date. 1 vol.

Ce petit volume est en forme d'album, et imprim� en couleur. D'apr�s le style, il para�t avoir �t� fait en 1812, comme suppl�ment du 1er volume de _Hayashinan_. Ouvrages divers illustr�s par Hokousa�. _Adad�hon Tsoushin Mouda_, ALLUSION � L'�PISODE DES 47 R�NINS.--Texte de Kogan� Atsoumarou et dessins de Hokousa�. 1 vol. (format petit), 1803. Le second volume de cet ouvrage annonc� n'a pas paru. _J�dan Foutsouka Yehi_, IVRESSE DES DEUX SOEURS.--Texte de Jipp�nsha Ikkou. 2 vol., petit format: le premier illustr� par Hokousou et le deuxi�me par Hokousa�, 1811. _J�rouri Zekkou_, PRINCIPAUX SUJETS DES DRAMES.--Auteur inconnu et dessins de Hokousa�, avec collaboration de Bokous�n. 1 vol., format moyen, 1815. _Y�hon Teikin Ohra�_, L'�DUCATION DANS LA FAMILLE SOUS FORME DE CORRESPONDANCE.--Ouvrage ancien, aux dessins sign�s: �I-itsou, autrefois Hokousa�. 3 vol., format moyen, le premier 1828, le deuxi�me 1848, et le troisi�me sans date. _T�shisen Y�hon_, LES PO�SIES DES THANG ILLUSTR�S.--Commentaire par Taka� Ranzan. 10 vol. en deux sections: les premiers 5 vol. sign�s: �I-itsou autrefois Hokousa�, format moyen, 1833; les deuxi�mes 5 vol. sign�s: �Man-�, le vieillard fou de dessin�, 1836. _Y�hon T�shisen Gogon-z�kkou_, ILLUSTRATION DES PO�SIES DES THANG, _partie de cinq caract�res par ligne_.--2 vol., format moyen, sign�: �I-itsou, autrefois Hokousa� (signature de 1883), publi� en 1880. _Y�hon Koboun K�ki�_, LA PITI� FILIALE ILLUSTR�E.--Texte en chinois ancien et dessins du �vieillard Manji, autrefois Hokousa�, 2 vol., format moyen, 1835. _Y�kon Tch�ki�_, ILLUSTRATION DE LA FID�LIT� ENVERS LE MA�TRE.--Ouvrage chinois, 1 vol., format moyen, 1834. Dessins �de Manji, autrefois Hokousa�. _Y�hon S�njimon_, LE PO�ME EN MILLE CARACT�RES DIFF�RENTS.--Ouvrage chinois illustr� par �Katsoushika I-itsou autrefois Hokousa�. 1 vol., format moyen, 1834. _Wakan Inshitsoud�n_, EXEMPLES CHINOIS ET JAPONAIS DES CONS�QUENCES DES BONNES OU MAUVAISES ACTIONS INAPER�UES.--Texte de Fouji-i Ra�sa� et dessins de �Manji le vieillard fou de dessin�. 1 vol., format moyen, 1840. _Y�hon Onna Imagawa_, L'ILLUSTRATION DE �IMAGAWA� POUR L'USAGE DES FEMMES.--Exemplaire o� la signature et la date manquent. 1 vol., format moyen (1844?). Ouvrages divers renfermant un ou deux dessins de Hokousa�. _Hitori Bokkou_, RECUEIL D'AUTOGRAPHES ET DE DESSINS.--Une planche de �Hokousa�, fou de dessin� dans le second volume. 2 vol., grand format, 1801.

_Katsoushika Zoushi T�gouri-boun�_, LE PAYS DE KATSOUSHIKA.--Un dessin de Hokousa�.--1 vol., format moyen, 1813. _Hwankon Shiri�_, PAPIERS JET�S.--Texte de Tan�hiko avec quelques dessins et fac-simil� de I-itsou. 2 vol., grand format, 1826. _Bongwa Hitori Keiko_, LE�ON DU DESSIN AU SABLE.--Texte de Mme Tsouskihana Yei, avec un dessin de I-itsou. 1 vol., petit format en largeur, 1828. _Nikk� Sanshi_, DESCRIPTION DE LA MONTAGNE DE NIKK�.--Au quatri�me vol. 2 planches de cascades par �Manji, vieillard, fou de dessin�. 5 vol., grand format, 1837. _R�tsoujo Hiakounin Isshu_, CENT PO�TESSES.--Portraits par Toyokouni et petits dessins par �le vieillard Manji de Katsoushika�. 1 vol., petit format, 1847. _Sh�ga Hiakounin Isshu_, CENT PO�TES ARTISTES.--Les dix premiers folios par �Manji le vieillard de 88 ans�. 1 vol. petit format, 1848. _Zokou Yeigu Hiakounin Isshu_, CENT PO�TES GUERRIERS.--Les quinze premiers folios par �le vieillard Manji autrefois Hokousa�. 1 vol., petit format, 1849. _Guir�tsou Hiakounin Isshu_, CENT PO�TES H�ROS.--15 dessins du vieillard Manji. 1 vol. petit format, 1850. _Kwatch� Fouga�tsow_, RECUEIL DES PO�SIES KI�KA SUR LES FLEURS, LES OISEAUX, L'AIR ET LA LUNE.--Ouvrage illustr� par Hokous�n avec quelques dessins de Hokousa�. 1 vol., format moyen, 1824. _Ress�n Gwaz�sh�_, PO�TES COMPAR�S AUX HERMITES.--Recueil des po�sies Ki�ka, avec dessins de �I-itsou, autrefois Hokousa� 3 vol., format moyen, 1829. Livres de dessins en couleur. _T�to Meisho Itiran_, COUP D'OEIL SUR LES VUES C�L�BRES DE Y�DO, par Hokousa� Tokimasa. 2 vol., grand format, 1808. _T�to Sh�kei Itiran_, COUP D'OEIL SUR LES BELLES VUES DE Y�DO, titre que portent les seconds tirages de l'ouvrage ci-dessus. 2 vol., grand format, avec la m�me date. _Y�hon Azouma Asobi_, PROMENADE DE Y�DO.--Hokousa�. 2 vol., grand format, 1802. Cet ouvrage n'est autre que le tirage en couleur des dessins seuls du _Azouma Asobi_, imprim� en noir, en 1800, avec beaucoup de po�sies, et formant un seul volume. _Yama Mata Yama_, MONTAGNES ET MONTAGNES.--Hokousa�. 3 vol. grand format, 1804. _Soumidagawa Ri�gan Itiran_, COUP D'OEIL DES DEUX RIVES DE LA SOUMIDA. --3 vol. grand format, 1806.

_Isosouzou-gawa Ki�ka gourouma_, CINQUANTE PO�TES DE KI�KA, par Hokousa� Tokimasa.--1 vol. grand format, 1802. _Sh�gwa Itiran_, COLLECTION DE BEAUX DESSINS, titre que porte le tirage en couleur et post�rieur de _Hokousa� Gwaki�_, avec 8 pages de moins. _Itakouboushi ou Tch�ra�-zekkou_, CHANSONNETTES SUR L'AIR DU BATELIER. --2 vol. petit format, 1801. _Y�hon Tch�shin goura_, MAGASIN DES VASSAUX FID�LES, par Hokousa� Tokimasa.--2 vol. moyen format, 1802. _Misoka Kouzoukago_, PANIER � PAPIER, AU 30 DU MOIS.--Recueil de po�sies et de dessins, dont 4 par Hokousa�, fou de dessin�. 1 petit vol. mince, 1804. _Ki�ka Mouma Zoukoushi_, PO�SIES POPULAIRES SUR LES CHEVAUX.--Recueil de Ki�ka, avec un dessin de �I-itsou, le vieillard fou de la lune�. 1 petit vol. mince, 1822. _Onna Itida� Yeigwash�_, AGR�MENTS DE LA VIE DES FEMMES.--Recueil de po�sies, avec deux planches de �I-itsou, autrefois Hokousa�, et �g� de 72 ans�. 1 vol. format moyen, 1831. Albums de po�sies Ki�ka avec des planches en couleur. Ces albums sont du grand format. _Shunki�jo_, DISTRACTIONS DU PRINTEMPS, 2 vol., 1791 et 1798.--Un dessin par volume sign�: �S�ri et Hokousa� S�ri.� _Hatsou Wakana_, LE PREMIER L�GUME VERT.--1 vol. Une planche de �Hokousa�, S�ri chang� de nom�, 1798. _Sandara Kasoumi_, BRUME DE SANDARA.--1 planche de Hokousa� S�ri. 1 vol., 1797. _Yanaghino Ito_, CORDELETTES DE SAULE PLEUREUR.--1 planche de Hokousa� S�ri. 1 vol., 1797. _Dant�ka_, CHANT DE DANSE D'HOMME.--1 planche de Hokousa� S�ri. 1 vol., 1798. _Ha�ka� Shijikou z�shi_, CAHIER DES QUATRE SAISONS.--1 planche de �Hokousa� Tokimasa, S�ri chang� de nom�. 1 vol., 1798. _Hananoy�_, L'A�N�E DES FLEURS.--2 planches sign�es: �Hokousa�, S�ri chang� et Hokousa� Tokimasa�. 1 vol., 1798. _Onna Sanj� Rokkas�n_, TRENTE-SIX PO�TESSES, par Yeishi, et une composition par �Hokousa�, fou de dessin�. 1 vol., 1801. _Harouno Fouji_, FOUZI-YAMA AU PRINTEMPS.--Recueil de Ki�ka, dont le titre est perdu, mais para�t, selon le texte, porter ce nom. 2 dessins de �Hokousa�, fou de dessin�. 1 vol. 1803.

Albums de dessins. _Hokousa� Shashin Gwafou_, ALBUM DES �TUDES D'APR�S NATURE DE HOKOUSA�. --15 planches en largeur. 1 vol. grand format, 1814. Albums de dessins originaux avec titre imprim� et vendus chez les libraires. _Nikoushitsou Gwaj�_, ALBUM DE DESSINS ORIGINAUX ou _Z�n Hokousa� Manji-� Nikoushitsou Gwaj�_ ALBUM DE DESSINS ORIGINAUX DU VIEILLARD MANJI, AUTREFOIS HOKOUSA�.--Sign�: �Manji, le vieillard fou de dessin, �g� de 80 ans.� Format en largeur. 29 centim�tres de largeur sur 19 1 2 de hauteur, 1 vol. renfermant 12 dessins cursifs, coloris l�ger, 1839. Cet ouvrage a �t� invent�, ex�cut� et vendu par Hokousa�, � la suite des ann�es de famine. Albums et livres de dessins du printemps. _Kinoh�no Komatsou_, JEUNES POUSSES DE PINS.--Livres en couleur de format moyen, 3 vol. _Tsouma Kasan�_, DOUBLE OCCUPATION.--Livres en format moyen, 3 vol. _Foukoutokou Wag�jin_, LES DEUX DIEUX D'UNION ET DE BONHEUR.--Livres en couleur du format moyen, 3 vol. SANS TITRE.--Album � couverture aux planches de bois laqu� noir et dessin or. 12 grandes feuilles en largeur, pli�es en deux, grands dessins tir�s sur un fond micac� et colori�s � la main, 1 vol. NOTA.--Les autres albums ou livres �rotiques attribu�s � Hokousa�, sont de ses �l�ves. Albums d'amateurs. Il existe nombre d'albums faits par des amateurs, avec des estampes, ou des sourimonos parus par s�rie, tels que les Po�tes, les Attributs du Cheval, les Sc�nes des r�nins, les T�ka�do, les 36 Vues de Fouzi-yama, les Ponts c�l�bres, les 8 Vues de Liou-Kiou, les cent Po�sies expliqu�es par la nourrice, les Fleurs, les Fleurs et Oiseaux, les Caricatures, etc. Ces dessins n'ayant pas �t� �dit�s en albums, ils entrent dans la classification des estampes et des sourimonos. Les noms arbitrairement donn�s � ces albums, ne sont pas accept�s par nous. Livres parus ou non, mais dont on ne conna�t que le titre annonc� dans des ouvrages. _Gwats�tsou_, ESTH�TIQUE DU DESSIN, 1 vol.

_Hokousa� Ringwa_, LE CALQUE, 1 vol. _Hokousa� Zank�_, LA COMPOSITION ET LE DESSIN, 1 vol. _Hokousa� Gwakau_, MOD�LES DE DESSINS DE HOKOUSA�. 3 vol. _I-tsou gwafou_, ALBUM DE DESSINS D'I-ITSOU. _Sh�nin Kagami_, ENCYCLOP�DIE DES COMMEN�ANTS. 3 vol. _Meizan Shokei Shinzou_, PAYSAGES VRAIS DES MONTAGNES C�L�BRES. 1 vol. _Y�dou Hakkei Shinzou_, VRAIS DESSINS DES HUIT VUES DE Y�DO. 1 vol. _Mitino Shiori_, INDICATEUR DU CHEMIN DES BEAUX PAYSAGES. 1 vol. _Azouma Hiakounin Isshu Tamazousa_, LETTRES DES CENT PO�TES DE Y�DO. 1 vol. _Manda� Hiakounin Isshu Misao Bounsh�_, EXPLICATION DES CENT PO�SIES. 1 vol. _Ta�sei Hiakounin Tiy�kagami_, L'ESPRIT DE CENT PERSONNES. 1 vol. _Ri�sand� Itiran_, COUP D'OEIL SUR LES DEUX ROUTES DES MONTAGNES. 3 vol. _Tch�shingoura J�nidan_, LES DOUZE TABLEAUX DES SC�NES DES R�NINS. 1 vol. _Y�hon Katsoushika-bouri_, LE FAIRE DES DESSINS DE KATSOUSHIKA. _Ki�gwa Katsoushika-bouri_, DESSINS COMIQUES A LA MANI�RE DE KATSOUSHIKA. _Y�hon Nakout� Nanakous�_, LES SEPT MANIES DE LA PERSONNE QUI N'EN A PAS. _Riakougwa Mousha Kagami_, DESSINS CURSIFS DES GUERRIERS. _Noui-moy� T�bikino Ito_, DESSINS DE BRODERIE. _Y�hon Tokibano Matsou_, LE PIN TOUJOURS VERT. _Y�hon Tiy�no Ita_, LE JEU DES PLANCHES G�OM�TRIQUES. _Y�hon Irohagoura_, MAGASIN DE L'ALPHABET. _Y�hon Hitori Anna�_, GUIDE POUR SOI-M�ME. _Iitsou Sensei Keirokou Gwafou_, ALBUM DE DESSINS DU MA�TRE I-TSOU. _Fougakou Hatta�_, HUIT �TATS DU FOUZI-YAMA. _Gwato Fou-ou Sess�h�n_, DESSINS DU VENT, DE LA PLUIE, DE LA GEL�E ET DE LA NEIGE. _Y�hon Oyakogousa_, M�RES ET ENFANTS. _Katsoushika Gwari�ba�_, LA STRUCTURE DU DESSIN. _Y�hon Kounizoukoushi_, G�OGRAPHIE DES PROVINCES.

_Y�hon Hana-shikishi_, FLEURS DES QUATRE SAISONS. _Y�s� Hiakkwas�n_, CENT FLEURS D'HERBES. _Hiakka Hijitsou_, ART PITTORESQUE DES CENT MA�TRES. _Ki�gwa S�shitsou Hiakouyan_, DESSINS COMIQUES ET CURSIFS DE CENT YEUX. _Hiakouju Hiakoufoukou_, CENT LONG�VIT�S ET CENT BONHEURS. _Ons�n Hiakkei_, CENT VUES THERMALES. _Ippiakou Jin�n-zouy�_, CENT DESSINS VENUS TOUT SEULS. _Hiakouba Hiakouguiou_, CENT CHEVAUX ET CENT BOEUFS. _Hiakkin Hikouj�_, CENT ANIMAUX ET CENT OISEAUX. _Guioka Hiakkei_, CENT VUES DES VILLAGES DE P�CHEURS. _Y�hon Katsoushika Bounko_, LA MALLE DE PAPIERS DE KATSOUSHIKA. _Y�hon Gwa�d�n_, LES TRADITIONS. _Han�komi Ousou-za�shiki_, LE COLORIS CLAIR. _Gokou Soshitsou_, DESSIN EXTR�MEMENT CURSIF. _Jinboutsou Dompitsou_, DESSIN N�GLIG� DES PERSONNAGES. Livres et Albums sont illustr�s de planches en couleur ou en noir, mais tr�s souvent les tirages en noir sont harmonis�s � l'aide d'une teinte grise, d'une teinte rose.

POSTFACE Par L�on Hennique Qui remarque une paille dans l'oeil d'autrui n'aper�oit pas toujours la poutre qui cr�ve le sien. Nous allons le montrer une fois de plus. J'ai entre les mains (_Feuilles de Momidzi_, page 287) une vieille �tude de M. L�on de Rosny: �Un mot aux amateurs de Japoniaiseries�, �tude o�, apr�s avoir d�clar� qu'il se refuse � �crire un article sur _Hokousa�_, le nouveau livre d'Edmond de Goncourt, il en �crit un, d�sagr�able, avec tranquillit�; �tude o� il accuse p�dantesquement ledit Edmond de Goncourt d'avoir appel� un po�te chinois Lihacou, lorsqu'il se nomme Li-Ta�-peh. �Le terrible empereur Tsin-chi Hoang-ti, ajoute M. de Rosny, qui fit construire la grande muraille et br�la les livres et les lettr�s de son heureux pays, lui aussi est cit� par M. de Goncourt sous le nom de Shiko!� Il n'y a point � barguigner, je suis tenu de d�couvrir la paille dans l'oeil du yamatophile incrimin�. Yamatophile signifie, para�t-il, amoureux

du Japon. Comment Edmond de Goncourt et son habituel conseiller, le Japonais Hayashi, ont-ils pu se tromper de la sorte?... Coupables, oui, plaidons coupables, je ne demande pas mieux... Cependant, pourquoi, en m�me temps, vois-je l�-bas, au diable, malgr� moi, un M. de Rosny coiff� d'un bicorne, et, le coupe-chou au poing, veillant sur ce qu'il croyait �tre son domaine?... M. de Rosny fut un galant homme et un ethnographe. De son vivant, il d�chiffrait assez bien trois langues: la chinoise, la japonaise et la cor�enne. Elles se ressemblent comme trois soeurs, du reste. Je consulte quelquefois ses livres, quelquefois seulement, parce que les savants tels que lui sont des rocs abrupts, lourds, ennuyeux, et que, pauvre ignorant, j'aime � rencontrer � droite et � gauche, au cours de mes lectures, les simples, les jolies fleurettes d'une rh�torique choisie; mais j'ai consult� ses livres, je les consulterai peut-�tre derechef, tout est possible... Et cela est un pont de M. de Rosny � ma personne; et cela m'autorise � le joindre dans l'Empyr�e, une minute, et � lui affirmer, en mon nom et en d'autres noms, que, s'il s'agit de l'art ou d'un artiste, ce n'est, le cas �ch�ant, ni � lui, qui n'est pas artiste, ni � son �rudition que nous nous adresserons. Ce sera, de pr�f�rence, � Edmond de Goncourt, plus averti, plus affin�, ou � Philippe Burty, � Th�odore Duret, Henri Vever, Gustave Geffroy, ou � MM. Revon, Focillon Louis Aubert, au groupe serr� de nos peintres et de nos dessinateurs. Car, vis-�-vis de la paille d�volue � M. de Goncourt, voici la poutre que je trouve aux yeux de M. de Rosny--va pour les � peu pr�s m�diocres,--� la fin de l'�tude �Un mot aux amateurs de Japoniaiseries�,--poutre devant �craser net l'illustre Hokousa� et ses thurif�raires. Nous en sommes. Je cite, textuellement: �Qu'on me permette un mot sur ce fameux Hok'sa�, le peintre japonais �fou de dessin� dont M. de Goncourt est le pan�gyriste enthousiaste et au char de triomphe duquel il esp�re atteler le public amateur des grandes cocasseries artistiques.� Ouf!... R�citons: �J'aurais sans doute mauvaise gr�ce, moi qui ai dit plus d'une fois, comme saint Fran�ois Xavier, que les Japonais �taient les d�lices de mon coeur, de m�dire sur n'importe lequel de leurs artistes et surtout sur ce brave Hok'sa� dont j'ai le premier fait une courte mention dans la biographie g�n�rale de Firmin Didot, il y a une vingtaine d'ann�es...� Oh! si courte, si incompl�te, la mention, M. de Rosny! Poursuivons: �Hok'sa� est, � coup s�r, caricaturiste dr�le par moments, bizarre presque toujours. Ses nombreuses charges � outrance amusent un instant. On s'arr�te quelques minutes avec plaisir sur les premiers cahiers de la Mangwa, on parcourt les autres un peu plus vite, on examine les derniers avec le pouce...� On, c'est M. de Rosny. Poursuivons encore: �Je n'ignore pas qu'une telle d�claration est de nature � arracher des cris d'horreur � certains bibliophiles, et, pour cause, � un bon nombre de marchands de curiosit�s. Aussi bien qu'eux tous, j'appr�cie parfois l'ancien art japonais, mais je juge qu'on a beaucoup surfait,

chez nous, quelques-uns de ses choryph�es... Mais, en feuilletant les oeuvres d'Hok'sa�, on a parfois la vell�it� de dire qu'il a r�alis� l'id�al du grotesque. Hok'sa�, d'ailleurs, n'est devenu un artiste hors ligne aux yeux de ses compatriotes que depuis le jour o� nous nous sommes avis�s _de rire un peu, pas bien longtemps_, de ses croquis fantaisistes et ensuite de les admirer _par genre, sans mesure et � tort et � travers_.� Halte! Brisons-l� cette mauvaise humeur, l'�pilogue ne nous apprendrait rien de neuf. On a lu et on a d�j� hauss� les �paules. De quel c�t� sont l'ignorance et la niaiserie? Du c�t� des Japonisants ou du c�t� de l'ethnographe?... Je me demande, pour ma part, si, lorsqu'il voulut �crire son �tude, M. de Rosny, traducteur d'un trait� sur l'�ducation des vers � soie, connaissait � fond Katsushika Hokousa�. Et je me h�te de r�pondre: non, puisqu'il ne s'occupa que du moindre aspect de ce Prot�e, _du caricaturiste qui le faisait rire un peu, pas bien longtemps_. Ce _bon_ M. de Rosny n'a donc pas l'air de se douter que le _brave_ Hokousa� est l'inventeur d'une oeuvre immense, qu'il a tout essay� et tout r�ussi sous des appellations diverses: Shiunr�, Tokitaro, Tokimasa, Seshin, Ta�to, Katsushikano, Iitsou et Manr�djin, le vieillard fou de dessin. Il n'a pas l'air de savoir davantage que nos impressionnistes ont enrichi leur technique de celle que nous apport�rent les artistes nippons, � commencer par Hokousa�. Je n'ai pas l'intention de narrer l'existence de ce grand homme; maints critiques l'ont racont�e avec ferveur, avec talent. Edmond de Goncourt les pr�c�da, fut disert et renseign� autant qu'il pouvait l'�tre en 1896. Mentionnons n�anmoins qu'Hokousa�, nou� � un labeur formidable jusqu'au terme de sa tr�s longue carri�re, fut une sorte de nomade archim�connu par les plus titr�s, les plus magnifiques de ses contemporains, regard� par les autres comme un ma�tre sans doute, mais comme un ma�tre adonn� � un petit art, � l'art _vulgaire_, indigne de l'art noble et de l'Histoire, ce jardin o� s'�taient �panouis les rosiers de Tosa et de Kano. Grave injustice � l'�gard d'un semblable historien, d'un peintre aussi parfaitement distingu� de la femme, de l'oiseau, de la fleur et du paysage! C'est elle qu'avait enfourch�e M. de Rosny lorqu'il s'avisa de vilipender Hokousa�. Au nom de qui, au nom de quoi osa-t-il �tre plus Japonais que les Japonais d'� pr�sent? Eux, ont oubli� les pr�ventions de nagu�re, de l'�poque o� leur archipel �tait clos de fils barbel�s, et ils admirent comme nous Fran�ais, Anglais, Hollandais. Hokousa� illustra seul plus de cent vingt ouvrages, dont l'un, le _Souiko-Gwaden_, compte quatre-vingt-dix tomes; il a collabor� � une trentaine de volumes. Le tas se forme avec les livres jaunes, livres populaires; le tas grossit avec des promenades orientales et occidentales, des coups d'oeil aux lieux c�l�bres, des manuels pratiques pour d�corateurs et artisans, une vie de �akiamouni, une conqu�te de la Cor�e, des contes, des l�gendes, des romans, des biographies de h�ros, d'h�ro�nes, des trente-six et des cent po�tes, avec des recueils de chansons; et le fa�te se couronne par de multiples albums d'oiseaux, de plantes, de patrons � la mode nouvelle, par des livres d'�ducation, de morale, d'anecdotes, de croquis fantaisistes ou d'apr�s nature, etc... etc... Hokousa� a tout abord�, tout r�ussi, je le r�p�te. Il fut abondant, vari�, g�nial, n'en d�plaise � M. de Rosny; il accumula dessins sur dessins, estampes sur estampes, nous y enseigna ses compatriotes, leurs travaux et leurs plaisirs, le peuple de la rue, celui des champs et de la mer. Il nous mena des brillantes courtisanes, soies et broderies, � large noeud de ceinture �tal� contre la poitrine et le ventre, au loqueteux sordide,

estropi�; puis vers des apparitions, des imaginations fantastiques, les plus terribles et les plus �mouvantes que je sache. Le meilleur, selon moi, des Tchou-Chin-Goura, s�rie de planches o� l'on assiste � la vengeance et au triomphe des quarante-sept fid�les Ronins, est de lui. Quel pieux hommage il rendit � la montagne sacr�e du Japon, au Fuji, par le moyen du livre et de la gravure! J'ai vu d'Hokousa� quantit� de sourimonos charmants, gaufr�s, rehauss�s d'ors et d'argentures, nombre d'�ventails fragiles et d�licieux, de kak�monos pleins de gr�ce ou d'une puissance inattaquable. L'un d'eux nous pr�sentait Yama-Uba, m�re de Kentoki, l'enfant rouge, une Yama-Uba �chevel�e, bleue et verte, rayon de soleil, joie du regard et de l'esprit. L'autre, chez Octave Mirbeau, figurait un aigle robuste, fauve, l'oeil implacable. Debout sur un pic, la b�te avait mine d'empereur, inspectait l'horizon; elle attendait; elle �tait pr�te � jaillir, � d�chirer et � d�vorer toute proie. Je me souviens en outre d'avoir vu, du m�me Hokousa�, encadr�es d'une �toffe ros�tre, deux t�tes fra�chement coup�es. La premi�re, celle d'un barbon, gisait blafarde, ruisselante de sang, et la deuxi�me �tait celle d'un jeune homme, les paupi�res ferm�es, la m�choire � peine tach�e de pourpre, une m�choire sur laquelle un petit l�zard avait �lu domicile, se complaisait � la derni�re ti�deur du mort. Je jure aux m�nes de M. de Rosny que ces trois pi�ces ne sentaient point la caricature, le grotesque, ne dilataient aucune rate, pas plus que les pr�c�dentes. Pour comprendre d'ailleurs, l'art d'un peuple lointain, tr�s particulier, il ne suffit gu�re d'apprendre plus ou moins bien la langue de ce peuple: il faut avoir p�n�tr� son �me, son go�t; il faut s'�tre fait l'�colier docile de cette �me et de ce go�t. Quelques privil�gi�s, par hasard, don naturel, ont eu la chance d'�viter l'�cole, mais ils sont rares. Aux gens que hante le Japon et qui le recherchent, je conseillerai, s'ils veulent aller vite, de lire d'abord les oeuvres de Lafcadio Hearn, ce professeur anglais �chou�, un matin, aux rivages du Soleil Levant, ce vigoureux observateur qui, frapp� d'admiration pour la force et le vouloir japonais, devint Japonais, puis �pousa une indig�ne. La lecture termin�e,--nul ne s'y morfondra une seconde,--on peut fr�quenter les artistes du pr�cieux empire, les anciens � l'aveuglette et les quasi-modernes avec prudence. On y constatera qu'ils abandonn�rent tout � coup leurs initiateurs, les Chinois. La raison de cette volte-face?... L'amour, l'extase profonde qu'ils ressentirent � exprimer la patrie. Ils l'ont aim�e passionn�ment; ils ont ch�ri sa beaut�, sa clart�, ils se sont ing�ni�s � �reproduire sa vie par le coeur�--l'expression est de Toriyama Sekiyen, au sujet des _Insectes_ d'Outamaro;--ils ont peint leur Japon quand il pleut, quand il vente, quand il neige, lorsqu'il s'�veille d�s l'aube, ou s'agite ivre de lumi�re, ou dort gav� de nuit noire et au clair de lune. Les cerisiers y dressent perp�tuellement leurs bouquets radieux, les pins et les bambous y foisonnent sous la brise ou dans la temp�te. Affection heureuse, travail incessant! Hokousa� est le r�sum� d'une foule. On me d�signera des peintres plus �l�gants, plus coloristes: il n'en est pas un de plus m�le, ayant mieux accompli ce qu'il jugea utile de nous offrir. Pour quel but, avec, derri�re eux, de tels guides, certains Japonais modernes s'acharnent-ils � nous imiter, � copier notre mani�re et notre plastique?... Artistes n�s au pays de K�rin et de Sharakou, gardez-vous ferme de vos cosmopolites: ils en sont � fabriquer des portraits de jolies mondaines et de messieurs tout-le-monde; ils suivent d'un pas l�ger les moindres de nos fabricants habituels. Ne les cultivez point: vous perdriez le contact des anc�tres, vous ne seriez plus qu'une filiation b�tarde. Visitez-nous, parbleu! continuez � nous visiter! Nonobstant, la visite b�cl�e, d�p�chez-vous de regagner le Japon; persistez, en vue de l'effet,

� ne vous servir que du trait n�cessaire, � ne flanquer d'ombres ni vos personnages, ni vos maisons, ni vos arbres. Ils n'en ont pas plus besoin aujourd'hui qu'hier: absurde est le progr�s qui d�pouille les �tres de leurs origines. Appr�ciez plut�t, appr�ciez comme se conduisent actuellement beaucoup de vos nationaux, malgr� leurs marins, leurs soldats � l'europ�enne, malgr� leurs nouveaux riches, leurs automobiles. Le soir tomb�, rentr�s au logis, en famille, � la lueur des douces lanternes de chez vous, des lanternes polychromes, ne reprennent-ils point les traditions, les moeurs et les costumes d'antan?... Demeurer soi, ne demeurer que soi, pas d'id�al sup�rieur � cet id�al. Artistes japonais, je vous souhaite de rester vous-m�mes. Et c'est encore, je pense, la gr�ce que vous souhaiterait Edmond de Goncourt, s'il devait revivre, Edmond de Goncourt, un de vos plus indubitables, de vos plus vieux amis, en France. L�ON HENNIQUE, de l'Acad�mie Goncourt. _Ce livre parut en mars 1896 dans la "Biblioth�que Charpentier". Il en fut tir� 30 exemplaires sur japon et 25 sur hollande._--N. D. E.

TABLE DES PARAGRAPHES I La m�sestime des Japonais pour le fondateur de _l'�cole Vulgaire_. II La naissance d'Hokousa� (5 mars 1760).--Son entr�e comme commis dans une librairie. Son renvoi.--Il prend l'�tat de graveur. III Hokousa� abandonne la gravure pour la peinture.--Ses premi�res illustrations, sous le nom de Shunr�, des Livres Jaunes, dont le premier est: _Gr�ce � un mot galant_.--Puis il illustre les _Courriers de Kamakoura. Les quatre Rois c�lestes des points cardinaux, habill�s � la derni�re mode; Les parfums des fleurs d'�ventail; Exp�dition dans la montagne de Yoshitsoun�, vue dans une bo�te � spectacle_, etc. IV Hokousa�, � la suite d'une affiche, qu'il avait faite pour un marchand d'estampes, d�chir�e par un camarade de l'atelier Shunsh�, quitte l'atelier et signe sous le nom de Mougoura des compositions tout � fait ind�pendantes du style des anciennes �coles. V

De 1786 � 1794, Hokousa� illustre un _Fragment de l'Histoire de Minamoto, un Conte pour les enfants, Conte du voyage des deux routes de la Richesse et de la Pauvret�, le Cordon d'une fille, la F�te improvis�e au quartier des Maisons vertes_. VI Les Sourimonos d'Hokousa� de 1793 � 1804, dans lesquels appara�t pour la premi�re fois seulement en 1798, le nom d'_Hokousa�_. VII En 1797 Hokousa� publie: les _Primeurs des l�gumes verts_, les _Cordelettes du saule pleureur_, la _Distraction du Printemps_, la _Brume de la Campagne_. VIII En 1798 Hokousa� publie: _Chansons de danse pour hommes, Histoire naturelle des Monstres du Japon_. IX Vente par Hokousa� de deux makimonos au capitaine de vaisseau hollandais, Isbert Hemmel. X Le prix pay� au ma�tre pour ses dessins par les �diteurs japonais. XI En 1799 Hokousa� illustre: _Promenade de la capitale de l'Est_ (Y�do). XII Feuilles s�par�es, publi�es depuis 1778 jusqu'� la fin du si�cle. XIII En 1780, publication de la _Tactique du G�n�ral Fourneau_, avec l'illustration, le texte, et la pr�face d'Hokousa�. XIV _Coup d'oeil sur les deux rives de la Soumida_.

XV En 1801, publication du _T�ngou, tomb� du haut de son nez dans le monde b�te d'ici-bas_, les _Trente-six po�tesses_, _Chacun une pens�e_. XVI En 1802, publication des: _Cinquante po�tes modernes_, _Magasin des fid�les vassaux_, _Chansonnettes d'Hakoboushi_. XVII En 1803, publication de la _Cuisine au hasard_, de _l'Inventaire des Mensonges_. XVIII En 1804, _Montagnes et Montagnes_, et le _Panier � papier_. XIX Le caract�re fantasque d'Hokousa�. XX L'illustration des romans japonais de Bakin, de Shigh�rou, de Tan�hiko, de Shakougakoudei, Mandei-S�sa, Sh�tei-Kinsoui, etc., de 1805, � 1846. XXI La _Mangwa_. XXII Peinture d'Hokousa� ex�cut�e sous les yeux du Sh�goun de Tokougawa. XXIII En 1811, publication de _l'Ivresse de deux jours_, _des L�gendes fantastiques de la province de Y�tigo_, etc. XXIV En 1814, le _Shashin Gwafou_. XXV En 1815 Hokousa� illustre les _Morceaux de drames_ et les _Le�ons de danse par soi-m�me_.

XXVI La peinture du Darma de 194 m�tres, ex�cut�e � Nagoya, en pr�sence de toute la ville, et peinture du cheval colossal � Honj�, et de l'Hote� g�ant � Ri�gokou. XXVII En 1818: _Le Miroir des dessins qui viennent de l'�me_. XXVIII En 1819: _M�thode de dessin_. XXIX En 1822: _Po�sies sur les chevaux_, et en 1826: les _Vieux papiers jet�s_. XXX Les feuilles s�par�es d'impressions, publi�es de 1800 � 1826. XXXI Hokousa�, pr�sident de la Soci�t� des po�tes appel�s les _soci�taires de Katsoushika_. XXXII Les _Trente-six vues du Fouzi-yama_, les _Cascades_, les _Ponts_. XXXIII Les Peintures _du printemps_ d'Hokousa�. XXXIV En 1828: _Correspondances traitant du Jardin de famille_, et _Le�on du dessin au sable_. XXXV En 1830, les cinq apparitions des _Cent Contes_. XXXVI _Image des Po�tes_.

XXXVII Les cinq grandes planches des �Grues dans la neige�, du �Faucon sur son perchoir�, des �trois Tortues�, des �deux Carpes dans la Cascade�, des �deux Chevaux et du poulain� et les autres grandes planches des collections particuli�res. XXXVIII Les sourimonos d'Hokousa� de 1805 � 1835. XXXIX Les portraits d'Hokousa�. XL _Po�sies de la dynastie des Thang_. XLI En 1834: _La Fid�lit� envers le ma�tre_ et la _Pi�t� filiale illustr�e_. XLII Les _Cent vues du Fouzi-Yama_. XLIII La retraite d'Hokousa� � Ouraga. Ses lettres: lettres o� il fait ses recommandations aux �diteurs pour la gravure de ses dessins, et o� il se plaint des coquineries de son petit-fils. XLIV Les albums guerriers: _Les gloires de la Chine et du Japon_, et les _H�ros_ et les _�triers du Soldat_. XLV En 1835: _Mille lettres illustr�es_, et en 1837: _Guide de Nikko_. XLVI _Nouveaux mod�les d'architecture_, _Mod�les des peignes et des pipes � la mode d'aujourd'hui_, _Album de petits dessins pour nouveaut�s_.

XLVII � la suite de trois ann�es de mauvaises r�coltes du riz, en 1839, Hokousa�, sans �diteurs, oblig� de vivre de la vente d'albums de dessins rapidement jet�s _au bout de son pinceau_. XLVIII Les: _Cent po�sies expliqu�es par la nourrice_. XLIX Incendie de la maison d'Hokousa� et de ses dessins. L De 1840 � 1849 Hokousa� illustre: _Traditions chinoises et japonaises sur les cons�quences de la conduite invisible_, le _Livre illustr� de l'�ducation des Femmes_, les _Nouvelles planches de dessins sur la voie publique_, et _l'Oc�an d'id�es_, et encore: _Cent pens�es de cent fid�les femmes_, etc. LI Les albums de professorat sur le dessin et la peinture: le _Trait� du coloris_, _Le�on rapide de dessin abr�g�_, _Dessins grossiers d'Hokousa�_, _Mod�les de dessins pour les commen�ants_, _R�pertoire de dessins_, _le Dessin � un coup de pinceau_, _Album de trois diff�rentes sortes de dessins_, _M�thode de dessins d'Hokousa�_. LII Attaque d'apoplexie d'Hokousa� � 68 ans. La _P�t�e de citron_. Son r�tablissement. Nouvelle maladie � 90 ans. Sa mort (le 10 mars 1849). Le tombeau �lev� par sa petite-fille Shira� Tati, dans le jardin du temple Seiki�ji d'Asakousa. LIII Les deux mariages d'Hokousa�, et les enfants n�s de ces mariages. LIV Livres publi�s apr�s la mort d'Hokousa�, et o� il y a des planches de lui: _Cent exemples de courage, Illustration des po�sies des Thang, compos�es de quatre vers de cinq mots_. LV Kak�monos, Makimonos, et dessins mont�s ou non mont�s en France, des collections de MM. Hayashi, Bing, Gonse, Gillot, Vever, Haviland, Manzi,

de Goncourt; en Hollande, du Mus�e de Leyde; en Angleterre, du British Museum, et de MM. Hart, Samuel; en Prusse, du Mus�e de Berlin; en Am�rique, de MM. Morse de Boston et Fenellosa; au Japon, de M. Homma Kos� de Sakata, de Wakai. LVI �ventails, �crans, Paravents, Peintures de pardessus, des collections de MM. Hayashi, Bing, Haviland, de Goncourt, Hart. LVII Albums des _Premi�res Pens�es_ d'Hokousa�, des collections de MM. Hayashi, Bing, Gillot, de Goncourt. Samuel. Les dessins _faits � l'ongle_ par Hokousa�. LVIII Les grandes collections de sourimonos, d'estampes en couleur et en noir, et de livres illustr�s. LIX Changements de noms et de signatures d'Hokousa�, �tablissant la date de ses dessins. LX Liste des �l�ves d'Hokousa�. BIBLIOGRAPHIE. POSTFACE. �VREUX, IMPRIMERIE CH. H�RISSEY. 414 5857.--Paris.--Imp. Hemmerl�, Petit et Cie. 12-22

End of the Project Gutenberg EBook of Hokousa�, by Edmond de Goncourt *** END OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK HOKOUSA� *** ***** This file should be named 18724-8.txt or 18724-8.zip ***** This and all associated files of various formats will be found in: http://www.gutenberg.org/1/8/7/2/18724/

Produced by Carlo Traverso, Mireille Harmelin and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images generously made available by the Biblioth�que nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr) Updated editions will replace the previous one--the old editions will be renamed. Creating the works from public domain print editions means that no one owns a United States copyright in these works, so the Foundation (and you!) can copy and distribute it in the United States without permission and without paying copyright royalties. Special rules, set forth in the General Terms of Use part of this license, apply to copying and distributing Project Gutenberg-tm electronic works to protect the PROJECT GUTENBERG-tm concept and trademark. Project Gutenberg is a registered trademark, and may not be used if you charge for the eBooks, unless you receive specific permission. If you do not charge anything for copies of this eBook, complying with the rules is very easy. You may use this eBook for nearly any purpose such as creation of derivative works, reports, performances and research. They may be modified and printed and given away--you may do practically ANYTHING with public domain eBooks. Redistribution is subject to the trademark license, especially commercial redistribution.

*** START: FULL LICENSE *** THE FULL PROJECT GUTENBERG LICENSE PLEASE READ THIS BEFORE YOU DISTRIBUTE OR USE THIS WORK To protect the Project Gutenberg-tm mission of promoting the free distribution of electronic works, by using or distributing this work (or any other work associated in any way with the phrase "Project Gutenberg"), you agree to comply with all the terms of the Full Project Gutenberg-tm License (available with this file or online at http://gutenberg.org/license). Section 1. General Terms of Use and Redistributing Project Gutenberg-tm electronic works 1.A. By reading or using any part of this Project Gutenberg-tm electronic work, you indicate that you have read, understand, agree to and accept all the terms of this license and intellectual property (trademark/copyright) agreement. If you do not agree to abide by all the terms of this agreement, you must cease using and return or destroy all copies of Project Gutenberg-tm electronic works in your possession. If you paid a fee for obtaining a copy of or access to a Project Gutenberg-tm electronic work and you do not agree to be bound by the terms of this agreement, you may obtain a refund from the person or entity to whom you paid the fee as set forth in paragraph 1.E.8. 1.B. "Project Gutenberg" is a registered trademark. It may only be used on or associated in any way with an electronic work by people who

agree to be bound by the terms of this agreement. There are a few things that you can do with most Project Gutenberg-tm electronic works even without complying with the full terms of this agreement. See paragraph 1.C below. There are a lot of things you can do with Project Gutenberg-tm electronic works if you follow the terms of this agreement and help preserve free future access to Project Gutenberg-tm electronic works. See paragraph 1.E below. 1.C. The Project Gutenberg Literary Archive Foundation ("the Foundation" or PGLAF), owns a compilation copyright in the collection of Project Gutenberg-tm electronic works. Nearly all the individual works in the collection are in the public domain in the United States. If an individual work is in the public domain in the United States and you are located in the United States, we do not claim a right to prevent you from copying, distributing, performing, displaying or creating derivative works based on the work as long as all references to Project Gutenberg are removed. Of course, we hope that you will support the Project Gutenberg-tm mission of promoting free access to electronic works by freely sharing Project Gutenberg-tm works in compliance with the terms of this agreement for keeping the Project Gutenberg-tm name associated with the work. You can easily comply with the terms of this agreement by keeping this work in the same format with its attached full Project Gutenberg-tm License when you share it without charge with others. 1.D. The copyright laws of the place where you are located also govern what you can do with this work. Copyright laws in most countries are in a constant state of change. If you are outside the United States, check the laws of your country in addition to the terms of this agreement before downloading, copying, displaying, performing, distributing or creating derivative works based on this work or any other Project Gutenberg-tm work. The Foundation makes no representations concerning the copyright status of any work in any country outside the United States. 1.E.

Unless you have removed all references to Project Gutenberg:

1.E.1. The following sentence, with active links to, or other immediate access to, the full Project Gutenberg-tm License must appear prominently whenever any copy of a Project Gutenberg-tm work (any work on which the phrase "Project Gutenberg" appears, or with which the phrase "Project Gutenberg" is associated) is accessed, displayed, performed, viewed, copied or distributed: This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org 1.E.2. If an individual Project Gutenberg-tm electronic work is derived from the public domain (does not contain a notice indicating that it is posted with permission of the copyright holder), the work can be copied and distributed to anyone in the United States without paying any fees or charges. If you are redistributing or providing access to a work with the phrase "Project Gutenberg" associated with or appearing on the work, you must comply either with the requirements of paragraphs 1.E.1 through 1.E.7 or obtain permission for the use of the work and the Project Gutenberg-tm trademark as set forth in paragraphs 1.E.8 or 1.E.9.

1.E.3. If an individual Project Gutenberg-tm electronic work is posted with the permission of the copyright holder, your use and distribution must comply with both paragraphs 1.E.1 through 1.E.7 and any additional terms imposed by the copyright holder. Additional terms will be linked to the Project Gutenberg-tm License for all works posted with the permission of the copyright holder found at the beginning of this work. 1.E.4. Do not unlink or detach or remove the full Project Gutenberg-tm License terms from this work, or any files containing a part of this work or any other work associated with Project Gutenberg-tm. 1.E.5. Do not copy, display, perform, distribute or redistribute this electronic work, or any part of this electronic work, without prominently displaying the sentence set forth in paragraph 1.E.1 with active links or immediate access to the full terms of the Project Gutenberg-tm License. 1.E.6. You may convert to and distribute this work in any binary, compressed, marked up, nonproprietary or proprietary form, including any word processing or hypertext form. However, if you provide access to or distribute copies of a Project Gutenberg-tm work in a format other than "Plain Vanilla ASCII" or other format used in the official version posted on the official Project Gutenberg-tm web site (www.gutenberg.org), you must, at no additional cost, fee or expense to the user, provide a copy, a means of exporting a copy, or a means of obtaining a copy upon request, of the work in its original "Plain Vanilla ASCII" or other form. Any alternate format must include the full Project Gutenberg-tm License as specified in paragraph 1.E.1. 1.E.7. Do not charge a fee for access to, viewing, displaying, performing, copying or distributing any Project Gutenberg-tm works unless you comply with paragraph 1.E.8 or 1.E.9. 1.E.8. You may charge a reasonable fee for copies of or providing access to or distributing Project Gutenberg-tm electronic works provided that - You pay a royalty fee of 20% of the gross profits you derive from the use of Project Gutenberg-tm works calculated using the method you already use to calculate your applicable taxes. The fee is owed to the owner of the Project Gutenberg-tm trademark, but he has agreed to donate royalties under this paragraph to the Project Gutenberg Literary Archive Foundation. Royalty payments must be paid within 60 days following each date on which you prepare (or are legally required to prepare) your periodic tax returns. Royalty payments should be clearly marked as such and sent to the Project Gutenberg Literary Archive Foundation at the address specified in Section 4, "Information about donations to the Project Gutenberg Literary Archive Foundation." - You provide a full refund of any money paid by a user who notifies you in writing (or by e-mail) within 30 days of receipt that s/he does not agree to the terms of the full Project Gutenberg-tm License. You must require such a user to return or destroy all copies of the works possessed in a physical medium and discontinue all use of and all access to other copies of Project Gutenberg-tm works.

- You provide, in accordance with paragraph 1.F.3, a full refund of any money paid for a work or a replacement copy, if a defect in the electronic work is discovered and reported to you within 90 days of receipt of the work. - You comply with all other terms of this agreement for free distribution of Project Gutenberg-tm works. 1.E.9. If you wish to charge a fee or distribute a Project Gutenberg-tm electronic work or group of works on different terms than are set forth in this agreement, you must obtain permission in writing from both the Project Gutenberg Literary Archive Foundation and Michael Hart, the owner of the Project Gutenberg-tm trademark. Contact the Foundation as set forth in Section 3 below. 1.F. 1.F.1. Project Gutenberg volunteers and employees expend considerable effort to identify, do copyright research on, transcribe and proofread public domain works in creating the Project Gutenberg-tm collection. Despite these efforts, Project Gutenberg-tm electronic works, and the medium on which they may be stored, may contain "Defects," such as, but not limited to, incomplete, inaccurate or corrupt data, transcription errors, a copyright or other intellectual property infringement, a defective or damaged disk or other medium, a computer virus, or computer codes that damage or cannot be read by your equipment. 1.F.2. LIMITED WARRANTY, DISCLAIMER OF DAMAGES - Except for the "Right of Replacement or Refund" described in paragraph 1.F.3, the Project Gutenberg Literary Archive Foundation, the owner of the Project Gutenberg-tm trademark, and any other party distributing a Project Gutenberg-tm electronic work under this agreement, disclaim all liability to you for damages, costs and expenses, including legal fees. YOU AGREE THAT YOU HAVE NO REMEDIES FOR NEGLIGENCE, STRICT LIABILITY, BREACH OF WARRANTY OR BREACH OF CONTRACT EXCEPT THOSE PROVIDED IN PARAGRAPH F3. YOU AGREE THAT THE FOUNDATION, THE TRADEMARK OWNER, AND ANY DISTRIBUTOR UNDER THIS AGREEMENT WILL NOT BE LIABLE TO YOU FOR ACTUAL, DIRECT, INDIRECT, CONSEQUENTIAL, PUNITIVE OR INCIDENTAL DAMAGES EVEN IF YOU GIVE NOTICE OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGE. 1.F.3. LIMITED RIGHT OF REPLACEMENT OR REFUND - If you discover a defect in this electronic work within 90 days of receiving it, you can receive a refund of the money (if any) you paid for it by sending a written explanation to the person you received the work from. If you received the work on a physical medium, you must return the medium with your written explanation. The person or entity that provided you with the defective work may elect to provide a replacement copy in lieu of a refund. If you received the work electronically, the person or entity providing it to you may choose to give you a second opportunity to receive the work electronically in lieu of a refund. If the second copy is also defective, you may demand a refund in writing without further opportunities to fix the problem. 1.F.4. Except for the limited right of replacement or refund set forth in paragraph 1.F.3, this work is provided to you 'AS-IS', WITH NO OTHER

WARRANTIES OF ANY KIND, EXPRESS OR IMPLIED, INCLUDING BUT NOT LIMITED TO WARRANTIES OF MERCHANTIBILITY OR FITNESS FOR ANY PURPOSE. 1.F.5. Some states do not allow disclaimers of certain implied warranties or the exclusion or limitation of certain types of damages. If any disclaimer or limitation set forth in this agreement violates the law of the state applicable to this agreement, the agreement shall be interpreted to make the maximum disclaimer or limitation permitted by the applicable state law. The invalidity or unenforceability of any provision of this agreement shall not void the remaining provisions. 1.F.6. INDEMNITY - You agree to indemnify and hold the Foundation, the trademark owner, any agent or employee of the Foundation, anyone providing copies of Project Gutenberg-tm electronic works in accordance with this agreement, and any volunteers associated with the production, promotion and distribution of Project Gutenberg-tm electronic works, harmless from all liability, costs and expenses, including legal fees, that arise directly or indirectly from any of the following which you do or cause to occur: (a) distribution of this or any Project Gutenberg-tm work, (b) alteration, modification, or additions or deletions to any Project Gutenberg-tm work, and (c) any Defect you cause. Section

2.

Information about the Mission of Project Gutenberg-tm

Project Gutenberg-tm is synonymous with the free distribution of electronic works in formats readable by the widest variety of computers including obsolete, old, middle-aged and new computers. It exists because of the efforts of hundreds of volunteers and donations from people in all walks of life. Volunteers and financial support to provide volunteers with the assistance they need, is critical to reaching Project Gutenberg-tm's goals and ensuring that the Project Gutenberg-tm collection will remain freely available for generations to come. In 2001, the Project Gutenberg Literary Archive Foundation was created to provide a secure and permanent future for Project Gutenberg-tm and future generations. To learn more about the Project Gutenberg Literary Archive Foundation and how your efforts and donations can help, see Sections 3 and 4 and the Foundation web page at http://www.pglaf.org. Section 3. Foundation

Information about the Project Gutenberg Literary Archive

The Project Gutenberg Literary Archive Foundation is a non profit 501(c)(3) educational corporation organized under the laws of the state of Mississippi and granted tax exempt status by the Internal Revenue Service. The Foundation's EIN or federal tax identification number is 64-6221541. Its 501(c)(3) letter is posted at http://pglaf.org/fundraising. Contributions to the Project Gutenberg Literary Archive Foundation are tax deductible to the full extent permitted by U.S. federal laws and your state's laws. The Foundation's principal office is located at 4557 Melan Dr. S. Fairbanks, AK, 99712., but its volunteers and employees are scattered throughout numerous locations. Its business office is located at 809 North 1500 West, Salt Lake City, UT 84116, (801) 596-1887, email

[email protected] Email contact links and up to date contact information can be found at the Foundation's web site and official page at http://pglaf.org For additional contact information: Dr. Gregory B. Newby Chief Executive and Director [email protected] Section 4. Information about Donations to the Project Gutenberg Literary Archive Foundation Project Gutenberg-tm depends upon and cannot survive without wide spread public support and donations to carry out its mission of increasing the number of public domain and licensed works that can be freely distributed in machine readable form accessible by the widest array of equipment including outdated equipment. Many small donations ($1 to $5,000) are particularly important to maintaining tax exempt status with the IRS. The Foundation is committed to complying with the laws regulating charities and charitable donations in all 50 states of the United States. Compliance requirements are not uniform and it takes a considerable effort, much paperwork and many fees to meet and keep up with these requirements. We do not solicit donations in locations where we have not received written confirmation of compliance. To SEND DONATIONS or determine the status of compliance for any particular state visit http://pglaf.org While we cannot and do not solicit contributions from states where we have not met the solicitation requirements, we know of no prohibition against accepting unsolicited donations from donors in such states who approach us with offers to donate. International donations are gratefully accepted, but we cannot make any statements concerning tax treatment of donations received from outside the United States. U.S. laws alone swamp our small staff. Please check the Project Gutenberg Web pages for current donation methods and addresses. Donations are accepted in a number of other ways including checks, online payments and credit card donations. To donate, please visit: http://pglaf.org/donate Section 5. works.

General Information About Project Gutenberg-tm electronic

Professor Michael S. Hart is the originator of the Project Gutenberg-tm concept of a library of electronic works that could be freely shared with anyone. For thirty years, he produced and distributed Project Gutenberg-tm eBooks with only a loose network of volunteer support. Project Gutenberg-tm eBooks are often created from several printed editions, all of which are confirmed as Public Domain in the U.S. unless a copyright notice is included. Thus, we do not necessarily keep eBooks in compliance with any particular paper edition. Most people start at our Web site which has the main PG search facility:

http://www.gutenberg.org This Web site includes information about Project Gutenberg-tm, including how to make donations to the Project Gutenberg Literary Archive Foundation, how to help produce our new eBooks, and how to subscribe to our email newsletter to hear about new eBooks. *** END: FULL LICENSE ***

View more...

Comments

Copyright ©2017 KUPDF Inc.
SUPPORT KUPDF