Guide d'interprétation géomantique par Stéphane Monnot-Boudrant

August 4, 2017 | Author: Stéphane Monnot-Boudrant | Category: Science, Philosophical Science
Share Embed Donate


Short Description

Nombre d'ouvrages ont été écrits au fil des siècles sur cette science divinatoire que l'on nomme Géomancie. Pour...

Description

GUIDE D'INTERPRÉTATION

GÉOMANTIQUE

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : Attribution Pas d'Utilisation Commerciale Pas de Modification 4.0 International1 Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Plus d’information sur le site de l’auteur : blog.espherus.com [email protected]

1

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

GUIDE D'INTERPRÉTATION

GÉOMANTIQUE Stéphane Monnot-Boudrant

© 2017 Stéphane Monnot-Boudrant.

Tous droits réservés. ISBN 978-1534997745

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION................................................................. 1 1

LE MONTAGE DU THÈME ....................................... 4

1.1

La formulation de la question ........................................... 4

1.2

Le thème géomantique ....................................................... 5

1.3

Le jet de traits.....................................................................10

1.4

L’origine des Mères ...........................................................11

1.5

Anatomie d’une figure géomantique ..............................13

1.6

Les seize figures géomantiques .......................................14

1.6.1

Les figures de feu ....................................................................15

1.6.2

Les figures d'air .....................................................................17

1.6.3

Les figures d'eau ....................................................................19

1.6.4

Les figures de terre .................................................................21

1.7

L’origine des Filles ............................................................23

1.8

La copulation géomantique .............................................25

1.9

L’origine des Nièces ..........................................................26

1.10

Le Tribunal .........................................................................27

1.11

La Sentence ........................................................................28

2

LE THEME EST-IL PROPICE AU JUGEMENT ? ....... 31

2.1

Aspect global du thème ....................................................31

2.2

Validité dans le temps .......................................................32

2.3

Examen de la figure en Maison I ....................................34

2.4

Examen symbolique du thème ........................................35

3

EXAMEN DU THEME ............................................ 38

3.1

Qualité des figures en Maisons Fondamentales ........... 39

3.2

Qualité des figures en Maisons Cardinales ................... 39

3.3

Propriété des figures ......................................................... 43

3.4

Dominante élémentaire du thème .................................. 44

3.5

Dominante planétaire du thème ..................................... 47

3.6

Examen des Maisons particulières ................................. 49

3.7

Examen de la triplicité du Tribunal ............................... 51

3.8

Examen des triplicités du sensitif ................................... 58

4

LES SIGNIFICATEURS ........................................... 64

4.1

Détermination de la Maison de la Question ................. 64

4.2

Détermination du Questionneur .................................... 69

4.3

Analyse approfondie des Significateurs ......................... 70

4.4

Réactions des figures ........................................................ 71

4.4.1

Réaction par qualité............................................................... 72

4.4.2

Réaction par nature ............................................................... 74

4.4.3

Réaction par affinité .............................................................. 76

4.4.4

Réaction par propriété ............................................................ 78

4.4.5

Réaction par hérédité ............................................................. 79

4.4.6

Groupements de figures .......................................................... 79

4.5

Interactions entre les figures et les Maisons ................. 88

4.5.1

Interaction par qualité ........................................................... 88

4.5.2

Interaction par nature ............................................................ 90

4.5.3

Interaction par affinité ........................................................... 93

4.6

Règles d'une figure fortunée ........................................... 93

4.7

Revers de fortune des figures.......................................... 97

4.8

Exaltation des figures ....................................................... 99

4.9

Figures en analogie ou parenté de forme ......................99

4.10

Figure de figure............................................................... 103

4.11

Triplicité de figures ........................................................ 104

5

LES COMPAGNIES DE FIGURES ............................107

5.1

Compagnie simple .......................................................... 107

5.2

Compagnie demi-simple................................................ 108

5.3

Compagnie composée ................................................... 108

5.4

Compagnie par points ................................................... 108

5.5

Compagnie de conjonction........................................... 108

5.6

Interpréter les compagnies............................................ 109

6

LES ASPECTS ........................................................ 114

6.1

La conjonction ................................................................ 114

6.2

L’opposition .................................................................... 115

6.3

Le trigone......................................................................... 116

6.4

Le carré ............................................................................ 116

6.5

Le sextile .......................................................................... 117

6.6

Interpréter les aspects .................................................... 117

7

LES PERFECTIONS ...............................................122

7.1

L'occupation.................................................................... 122

7.2

La mutation ..................................................................... 123

7.3

La conjonction ................................................................ 124

7.4

La translation .................................................................. 126

7.5

La prohibition ................................................................. 127

8

LES PASSATIONS ..................................................129

8.1

La passation simple ........................................................ 130

8.2

La passation avec répétition .......................................... 130

8.3

Les passations parallèles ................................................ 130

8.4

La passation double ........................................................ 131

8.5

Interprétation des passations ........................................ 132

9

LES PATERNITES DE FIGURES ............................. 136

10

LES VOIES ORACULAIRES .................................... 141

10.1

La Part de fortune ........................................................... 141

10.2

Le Point de l’intention ................................................... 143

10.3

La Voie du point ............................................................. 146

11

LES MAISONS DE MAISONS ................................. 151

12

LES CORRESPONDANCES ÉLÉMENTAIRES .......... 156

12.1

Le Feu ............................................................................... 160

12.2

La Terre ............................................................................ 161

12.3

L’Air .................................................................................. 163

12.4

L’Eau................................................................................. 164

13

LES CORRESPONDANCES PLANETAIRES ............. 167

14

LES FIGURES GEOMANTIQUES ............................ 176

14.1

Populus (Peuple) ............................................................. 176

14.2

Via (Voie) ......................................................................... 178

14.3

Albus (Blanc) ................................................................... 180

14.4

Puella (Fille) ..................................................................... 182

14.5

Puer (Garçon) .................................................................. 184

14.6

Rubeus (Rouge) ............................................................... 186

14.7

Fortuna Major (Grande Fortune) ................................. 188

14.8

Fortuna Minor (Moindre Fortune) .............................. 190

14.9

Acquisitio (Gain) ............................................................ 192

14.10 Amissio (Perte) ............................................................... 194 14.11 Laetitia (Joie) ................................................................... 196 14.12 Caput Draconis (Tête du dragon)................................ 198 14.13 Cauda Draconis (Queue du dragon) ........................... 200 14.14 Tristitia (Tristesse) .......................................................... 202 14.15 Conjonctio (Réunion) .................................................... 204 14.16 Carcer (Prison) ................................................................ 206 15

LES MAISONS GEOMANTIQUES ...........................210

15.1

Domicile du sujet ........................................................... 210

15.2

Domicile des biens ......................................................... 210

15.3

Domicile des familiers ................................................... 211

15.4

Domicile du père ............................................................ 212

15.5

Domicile des enfants ..................................................... 212

15.6

Domicile de la servitude ................................................ 213

15.7

Domicile des adversaires ............................................... 214

15.8

Domicile de la mort ....................................................... 215

15.9

Domicile de la religion................................................... 216

15.10 Domicile des honneurs.................................................. 217 15.11 Domicile des amis .......................................................... 218 15.12 Domicile des afflictions ................................................. 218 15.13 Le Témoin Droit ............................................................ 219 15.14 Le Témoin Gauche ........................................................ 220 15.15 Le Juge ............................................................................. 221 15.16 La Sentence ..................................................................... 222

16

EXEMPLES DE QUESTIONS ................................. 224

16.1

Questions de la Maison I ............................................... 224

16.2

Questions de la Maison II ............................................. 224

16.3

Questions de la Maison III............................................ 225

16.4

Questions de la Maison IV ............................................ 225

16.5

Questions de la Maison V ............................................. 226

16.6

Questions de la Maison VI ............................................ 227

16.7

Questions de la Maison VII .......................................... 228

16.8

Questions de la Maison VIII ........................................ 229

16.9

Questions de la Maison IX............................................ 230

16.10 Questions de la Maison X ............................................. 231 16.11 Questions de la Maison XI............................................ 232 16.12 Question de la Maison XII............................................ 232 17

GEOMANCIE QUOTIDIENNE .............................. 235

CONCLUSION ................................................................. 240

« J'ai lancé mon âme à travers l'invisible Pour déchiffrer le Mot de l'au-delà Mon âme m'est revenue et m'a répondu : C'est moi qui suis le ciel et l'enfer. »

Omar Khayyam.

De sable, au senestrochère de sinople, tenant un flambeau versé d’or, allumé de gueules. Espherus.

Introduction Si tout ou presque a déjà été écrit sur la géomancie au fil des siècles, il demeure difficile de s’entendre sur un plan d’interprétation clair et homogène du thème divinatoire en luimême. Les concepts subtils qui en gouvernent le mode de consultation s’y trouvent en effet bien souvent noyés parmi d’autres plus éthérés encore, et se révèlent difficiles d’accès au chercheur en quête de rigueur et d’objectivité. C’est pour mieux accompagner l’aspirant géomancien sur son chemin d’apprentissage que ce court traité a été rédigé, afin qu’il puisse en acquérir les bases de la meilleure manière qui soit, entendre la pratique. Ce guide fait la part belle à l’expérimentation, laquelle se doit d’être exercée avec une assiduité patiente, en tous les domaines de l’existence, et non pas seulement en telle science, divinatoire ou de quelque obédience. Ainsi, vous ne trouverez dans cet abrégé ni référentiel encyclopédique, ni base documentaire, ni nomenclature ésotérique, qui alourdiraient inutilement le propos, et compromettraient le travail de l’imagination. Je renvoie d’ailleurs le lecteur souhaitant approfondir ses connaissances aux excellents ouvrages déjà parus sur le sujet, et qui complèteront à merveille les réflexions initiées au fil des pages du présent. Comme tous les traités de géomancie, celui-ci ne saurait prétendre à l’exhaustivité, tant la matière est considérable dans ses extensions à tous les domaines du vivant.

1

Aussi terminerai-je cette brève introduction par une ultime recommandation : ce guide a été rédigé à seule fin de favoriser votre apprentissage d’un savoir-faire pratique, et d’accompagner votre parcours d’initiation. Il ne saurait en rien constituer un manuel initiatique, lequel pourra faire l’objet d’une publication ultérieure, dédiée à l’analyse symbolique. Vous-seuls pourrez acquérir l’intuition, laquelle dépasse la maîtrise technique et donc le cadre de cet ouvrage, dont nous sommes tous fort heureusement dotés, à condition de lui permettre de s’exprimer. Or, vous constaterez par l’expérience que s’il peut s’avérer ardu d’acquérir le socle formel de l’interprétation géomantique, il est bien plus délicat encore de s’en ouvrir à la dimension symbolique de ses composantes. Puisse ce maigre traité vous montrer la voie vers votre propre réalisation, et vous transmettre le goût de la géomancie, jusqu’à ce que vous forgiez, par et pour vous-même, votre propre Art géomantique. Stéphane Monnot-Boudrant, AVRIL 2017.

2

3

1 Le montage du thème 1.1

La formulation de la question

Au commencement de toute interprétation géomantique, il y a une question, exprimée avec précision, et dont on cherche la solution. Celle-ci devra être posée d’une manière aussi claire que possible, et toujours dans un sens positif. Il s’agira bien souvent de questions binaires, univoques, dépourvues d’ambiguïté, et pouvant être répondues par oui ou par non. Toute la délicatesse consistera dès lors pour le Géomancien à assister le Questionneur dans la formulation de sa question, afin d’être bien assuré de toucher au cœur de ses préoccupations du moment. Dans les cas plus complexes d’interrogations multiples, vous aurez soin de procéder à plusieurs interprétations consécutives, en déclinant autant de questions particulières qu’il conviendra. L’objet de la question devra porter sur des considérations pratiques et concrètes de la vie courante, en lien avec une situation contemporaine au tirage, dont l’issue est proche, pour laquelle plusieurs issues réalistes sont envisageables, et sans qu’aucune n’ait de réelle ascendance sur les autres. De fait, aux questions vagues et générales telles que : « ai-je une chance de rencontrer un jour le prince charmant ? », vous préférerez une formulation plus spécifique et ciblée du type : « la relation initiée avec untel va-t-elle évoluer prochainement vers une union sérieuse ou s’éteindre lentement ? ». Vous privilégierez en outre des questions telles qu’elles appelleront des conseils d’action, et favoriseront l’aide à la prise de décision. Plutôt que de demander par exemple : « est-ce qu’une telle affaire se conclura par un accord fructueux ? », vous serez mieux avisé de formuler : « est-il judicieux d’initier tel projet de rapprochement commercial ? », afin de favoriser l’émergence de solutions au moment de l’interprétation. 4

Vous vous méfierez également des questions ambigües ou étant déjà répondues dans l’esprit du questionneur. Ce sera une chose en effet de demander « si telle prise de poste s’accomplira sans embûches », et une autre de s’interroger sur « l’intérêt même d’accepter telle opportunité professionnelle ». Dans le premier cas, la décision aura déjà été arrêtée dans l’esprit du Questionneur, inquiet de surcroît des conséquences de son choix, tandis que dans le second, le processus de décision sera précisément l’objet de la question. Vous éviterez enfin les questions multiples ou à tiroirs, de celles appelant des réponses elles aussi plurielles et multithématiques. Plutôt que de demander si « untel arrivera sain et sauf d’un long voyage et s’il en tirera un récit autobiographique », vous questionnerez successivement les deux domaines du voyage, et de l’écriture, déployés en deux thèmes bien distincts. Une fois la question clairement formulée, vous l’écrirez en haut d’un feuillet vierge avec l’heure et la date de consultation, lequel vous servira de support lors des travaux ultérieurs d’érection du thème.

1.2

Le thème géomantique

Le thème géomantique est généralement représenté dans la tradition sous la forme d’un écu (on dit aussi « blason », « éventail » ou « canevas »), dans lequel prendront place au fur et à mesure de leur génération seize figures ou signes, éclairant la réponse à la question posée. Il se compose de quatre Mères, quatre Filles, quatre Nièces, deux Témoins, un Juge et une Sentence. Vous apprendrez au cours de ce premier Chapitre comment produire ces idéogrammes, par diverses opérations que nous allons détailler : 

Les figures des Mères seront engendrées par projection aléatoire de seize lignes de traits. 5



Les figures des Filles seront engendrées par translation de celles des Mères.



Les figures des Nièces, des Témoins, du Juge et de la Sentence seront engendrées par ce que l’on appelle les triplicités.



Les douze premières figures (Mères, Filles et Nièces), « réceptrices » et « naturelles », occuperont les douze premières Maisons du thème notées en chiffres romains (de I à XII), et composeront la réponse de l’oracle à la question posée.



Les quatre figures supplémentaires, « accidentelles », serviront à asseoir et confirmer le jugement du fait mis en cause par la question posée. Elles occuperont les Cases notées en chiffres arabes (13, 14, 15 et 16) dans la représentation du thème.

Les douze premiers secteurs du thème, dits « existentiels », sont porteurs des attributs fondamentaux de la question posée, et dressent ensemble le portrait d’une personne ou d’une situation, au moment précis où le thème est érigé. Vous vous reporterez tout au long de votre instruction au Chapitre 15, dédié à l’étude approfondie des Maisons géomantiques ; à ce stade, il vous suffira de connaître les significations essentielles des douze domaines fondamentaux associés à chaque Maison et détaillés ci-après : Maison I : le domicile du Sujet. 

6

Le Questionneur, sa vie, son tempérament, sa personnalité, son caractère, les commencements, la naissance.

Maison II : le domicile des Biens. 

Les acquis, les profits, les dépenses, les cadeaux, les acquisitions, les ventes, les richesses, les biens mobiliers.

Maison III : le domicile des Familiers. 

L’entourage, les frères, les voisins, les collatéraux, les petits voyages, les déménagements.

Maison IV : le domicile du Père. 

Le père, l’hérédité paternelle, le patrimoine, le domicile, les biens immobiliers, l’issue des choses entreprises.

Maison V : le domicile des Enfants. 

Les enfants, les plaisirs, la chance, les amours, la grossesse pour une femme, l’enseignement.

Maison VI : le domicile de la Servitude. 

Les obligations du quotidien, les maladies, le travail en tant que besogne, les (petits) animaux domestiques, la pauvreté, les subordonnés.

Maison VII : le domicile des Adversaires. 

Les adversaires, le conjoint, l’associé, les ennemis, les négoces, les contrats, les procès, les discussions.

Maison VIII : le domicile de la Mort. 

La mort, les maladies graves, les craintes, la tristesse, les héritages, les risques de l’accouchement, les héritages.

7

Maison IX : le domicile de la Religion. 

La spiritualité, les idéaux religieux et philosophiques, les grands voyages, la moralité, la métaphysique.

Maison X : le domicile des Honneurs. 

Les titres, les récompenses, les ambitions, le rang social, la profession, la mère et les ancêtres maternels.

Maison XI : le domicile des Amis. 

Les amis et la qualité de leur soutien, l’aide providentielle, les espérances, l’échec ou le succès d’un projet envisagé.

Maison XII : le domicile des Afflictions. 

Les épreuves physiques et morales, les ennemis cachés, les maladies incurables, les accidents, la chirurgie, la prison, les gros animaux.

Les trois dernières Cases composent ce que l’on a coutume d’appeler le Tribunal géomantique, lequel regroupe deux Témoins (Cases 13 et 14) et un Juge (Case 15) : Case 13 : le Témoin Droit.

8



Aussi nommé Témoin du Passé et Père du Juge.



Il symbolise le requérant, ses pensées du moment, la causalité, les influences et les effets du passé, bénéfiques ou maléfiques ; (émergence, hérédité, acquis, antériorités, origine).



Il révèle les entraves, tout ce qui freine et retient.



Il condense et synthétise les enseignements de la partie droite du thème.

Case 14 : le Témoin Gauche. 

Aussi nommé Témoin du Futur et Mère du Juge.



Il symbolise la chose demandée, la finalité, l’évolution d’une situation, bénéfique ou maléfique ; (projection, direction, perspectives, conséquences, volonté, tendance



Il révèle tout ce qui accélère et soutient, les aides, et les impulsions.



Il condense et synthétise les enseignements de la partie gauche du thème.

Case 15 : le Juge. 

Il synthétise et résume les significations de l’ensemble des figures comprises dans le thème ; (permanence, résultante, appréciation, décision).



Il informe sur l’issue bonne ou mauvaise de l’affaire en cause.

Une figure supplémentaire, la seizième du thème, aussi dite de la Sentence, trouvera domicile en Case 16, à l’extérieur de l’écu : Case 16 : la Sentence 

Elle complète et affine le cas échéant la réponse du Juge en énonçant le motif.



Elle renseigne sur le résultat final, entendre à plus long terme, de l’affaire entendue.



Elle informe sur l'influence de l'environnement en rapport avec le domaine de la question posée à l'oracle ; (atmosphère de la question, ambiance, milieu).



Elle annonce par sa figure en occupation la grâce ou le châtiment ultime de la justice oraculaire. 9

Figure 1 - Les secteurs ou Maisons géomantiques.

1.3

Le jet de traits

Vous débuterez le montage du thème géomantique par ce que l’on a coutume d’appeler la projection des traits et qui consistera à tracer à l’aide d’un simple crayon et d’une feuille de papier, seize lignes de bâtonnets au hasard, et sans les compter. Le tracé des traits se fera de manière inconsciente, sans réfléchir, et sans que l’esprit ne se détache jamais de la question posée. S’il importe de ne pas compter le nombre de traits pour chaque ligne, vous essaierez malgré tout d’en tracer approximativement sept à vingt par ligne, ceci afin de préserver la qualité aléatoire de l’opération. Vous aurez au préalable inscrit au sommet de votre feuille l’énoncé clair et univoque de la question posée à l’oracle, et 10

aurez pris soin de vider votre esprit suffisamment afin qu’il ne soit pas troublé par les tracas de la contingence ordinaire. Vous opérerez dans un environnement calme et préservé de toute perturbation susceptible de vous distraire de votre travail de concentration mentale. Vous tracerez des petits traits verticaux sans décoller votre main de son support, comme lors d’une écriture automatique, en ayant toujours à l’esprit l’objet de la question posée. Vous obtiendrez ainsi et sur un même feuillet seize lignes de traits, que vous regrouperez ensuite en quatrains, soit quatre lignes par quatre lignes, en partant naturellement de la première. Chaque quatrain donnera naissance à une figure Mère, qui seront celles les premières à peupler le thème géomantique.

1.4

L’origine des Mères

Pour transformer un quatrain en tétragramme géomantique, vous déterminerez la parité de chaque ligne qui le compose comme suit :  

Relier deux par deux les traits et observer le reliquat en bout de ligne. S’il reste deux traits, la ligne est paire et vous inscrirez deux points à côté de celle-ci.



S’il reste un seul trait, la ligne est impaire et vous inscrirez un point unique à côté de celle-ci.



Une fois l’opération répétée pour les quatre quatrains, vous devriez obtenir quatre figures à l’image de l’illustration en page suivante.

11

Énoncé de la Question et Date ||||||||||||| ||||||||||||||||| |||||||||||||||||||| |||||||||||

* *

* * * Puer

|||||||||||||||| ||||||||||||||||||| |||||||||||| |||||||||||||||||||||

* * * * * * Acquisitio

||||||||||||||| ||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||| |||||||||||||||||||||||

* * * * Via

|||||||||||||| ||||||||||||||||||| |||||||||||||||||| ||||||||||||||||

* * * * * * * Albus

Traits

Figures Figure 2 - Le jet de traits.

Vous pourrez dès lors commencer à compléter le thème à l’aide des quatre figures Mères obtenues, ici : Puer (I), Acquisitio (II), Via (III) et Albus (IV), lesquelles viendront se disposer dans les quatre premières maisons en partant de la droite, et comme illustré sur la Figure 3.

12

Figure 3 – Les figures des Mères dans le thème.

1.5

Anatomie d’une figure géomantique

Les figures géomantiques s’obtiennent et se lisent du haut vers le bas ; elles sont composées de quatre rangs de points, auxquels correspondent les quatre éléments de Feu, d’Air, d’Eau et de Terre :  La première ligne en partant du haut ou premier étage du tétragramme représente le Feu, la Tête, le monde spirituel, le corps divin. 

La seconde ligne représente l’Air, la Poitrine (le Cœur), le monde affectif, le corps mental.



La troisième ligne représente l’Eau, le Ventre, le monde instinctif, le corps émotionnel.



La quatrième et dernière ligne représente la Terre, les Pieds, le monde matériel, le corps physique. 13

1.6

Les seize figures géomantiques

Il existe en tout et pour tout seize figures géomantiques, issues de toutes les combinaisons possibles de points, représentées avec leurs noms latins et français dans le tableau ci-après : Nom latin

Idéogramme

Acquisitio Acquisition

Laetitia Joie Caput Draconis Tête de dragon Puella Fille

Fortuna Major Grande Fortune

Albus Blanc

Populus Peuple

Conjonctio Réunion

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Nom latin Amissio Perte

Tristitia Tristesse Cauda Draconis Queue de dragon Puer Garçon

Fortuna Minor Moindre Fortune

Rubeus Rouge

Via Voie

Carcer Prison

Figure 4 - Les 16 figures géomantiques.

14

Idéogramme * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Vous vous imprégnerez progressivement du sens fondamental de chacune de ces figures, dont vous affinerez ensuite l’étude à l’aide du Chapitre 18 en fin de volume, et qui leur est consacré. 1.6.1

Les figures de feu

Fortuna Major

* * * * * * * *

Puer

* * *

Fortuna Minor

Rubeus

* * * * * * * * * * * * *

Figure 5 : Les figures de feu.





Fortuna Major o

Nature élémentaire : Le Feu.

o

Qualité : Très bonne ; la meilleure de toutes les figures.

o

Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.

o

Figure contraire : Fortuna Minor.

o

Figure complémentaire : Fortuna Minor.

o

Figure en analogie de sens : Fortuna Minor.

o

Mode d’action : Fixe, Entrante, Directe.

o

Sens : Tout ce qui concerne la fortune, les honneurs et la noblesse.

Fortuna Minor o

Nature élémentaire : Le Feu. 15





16

o

Qualité : Moyenne, plutôt défavorable.

o

Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.

o

Figure contraire : Fortuna Major.

o

Figure complémentaire : Fortuna Major.

o

Figure en analogie de sens : Fortuna Major.

o

Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui concerne la fortune illégitime, et la gloire furtive.

Puer o

Nature élémentaire : Le Feu.

o

Qualité : Mauvaise.

o

Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.

o

Figure contraire : Puella.

o

Figure complémentaire : Rubeus.

o

Figure en analogie de sens : Rubeus.

o

Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui touche à la virilité, à l’impulsivité, à la jouissance et la violence.

Rubeus o

Nature élémentaire : Le Feu.

o

Qualité : Très mauvaise.

o

Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.

1.6.2

o

Figure contraire : Albus.

o

Figure complémentaire : Puer.

o

Figure en analogie de sens : Puer.

o

Mode d’action : Mobile, Entrante, Directe.

o

Sens : Tout ce qui a trait au rouge et à sa symbolique, à la guerre et à la passion.

Les figures d'air

Laetitia

* * * * * * *

Acquisitio

* * * * * *

Caput Draconis

* * * * *

Amissio

* * * * * *

Figure 6 : Les figures d’air.



Laetitia o

Nature élémentaire : L’Air.

o

Qualité : Très bonne.

o

Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.

o

Figure contraire : Tristitia.

o

Figure complémentaire : Caput Draconis.

o

Figure en analogie de sens : Acquisitio.

o

Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui tend vers la joie et l’exaltation, avec un sens d’expansion.

17







18

Caput Draconis o

Nature élémentaire : L’Air.

o

Qualité : Bonne.

o

Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.

o

Figure contraire : Cauda Draconis.

o

Figure complémentaire : Laetitia.

o

Figure en analogie de sens : Cauda Draconis.

o

Mode d’action : Fixe – Entrante – Directe.

o

Sens : Tout ce qui évolue vers l’épanouissement, avec harmonie.

Acquisitio o

Nature élémentaire : L’Air.

o

Qualité : Très bonne.

o

Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.

o

Figure contraire : Amissio.

o

Figure complémentaire : Amissio.

o

Figure en analogie de sens : Laetitia.

o

Mode d’action : Fixe, Entrante, Directe.

o

Sens : Tout ce qui croît, le gain et l’abondance, des richesses et des facultés.

Amissio o

Nature élémentaire : L’Air.

o

Qualité : Très mauvaise.

1.6.3

o

Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.

o

Figure contraire : Acquisitio.

o

Figure complémentaire : Acquisitio.

o

Figure en analogie de sens : Conjonctio.

o

Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui se délite et se disperse, avec l’idée de perte et de fuite.

Les figures d'eau * * * * * * *

Albus

* * * *

Populus

* * * *

Puella

* * * * *

Via

* * * *

Figure 7 : Les figures d’eau.



Albus o

Nature élémentaire : L’Eau.

o

Qualité : Bonne.

o

Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.

o

Figure contraire : Rubeus.

o

Figure complémentaire : Puella.

o

Figure en analogie de sens : Puella.

o

Mode d’action : Fixe, Entrante, Directe. 19

o





20

Sens : Tout ce qui a trait à la pureté, à la blancheur, et à la spiritualité.

Puella o

Nature élémentaire : L’Eau.

o

Qualité : Bonne.

o

Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.

o

Figure contraire : Puer.

o

Figure complémentaire : Albus.

o

Figure en analogie de sens : Albus.

o

Mode d’action : Fixe, Sortante, Directe.

o

Sens : Tout ce qui touche à la féminité, à la sensualité, à la diplomatie et à l’Art.

Populus o

Nature élémentaire : L’Eau.

o

Qualité : Moyenne, légèrement favorable ; sous l’influence des figures accolées.

o

Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.

o

Figure complémentaire : Via.

o

Figure en analogie de sens : Via.

o

Mode d’action : Commune (ou Bicorps), Mobile, Entrante, Directe.

o

Sens : Tout ce qui évoque la foule, la multitude, et la masse désordonnée.



1.6.4

Via o

Nature élémentaire : L’Eau.

o

Qualité : Moyenne, légèrement défavorable ; sous l’influence des figures accolées. Tend à corrompre les figures en association.

o

Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.

o

Figure complémentaire : Populus.

o

Figure en analogie de sens : Populus.

o

Mode d’action : Commune, Mobile, Sortante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui s’étire en longueur, les actions indécises et retardées.

Les figures de terre * * * * * * *

Tristitia

* * * * * *

Carcer

Cauda Draconis

* * * * *

Conjonctio

* * * * * *

Figure 8 : Les figures de terre.



Tristitia o

Nature élémentaire : La Terre.

o

Qualité : Très mauvaise.

o

Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne. 21





22

o

Figure contraire : Laetitia.

o

Figure complémentaire : Cauda Draconis.

o

Figure en analogie de sens : Carcer.

o

Mode d’action : Fixe, Entrante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui tend vers la tristesse et l’abattement, physique et psychique.

Cauda Draconis o

Nature élémentaire : La Terre.

o

Qualité : Mauvaise.

o

Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.

o

Figure contraire : Caput Draconis.

o

Figure complémentaire : Tristitia.

o

Figure en analogie de sens : Caput Draconis.

o

Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui évolue vers la destruction et la dissolution

Carcer o

Nature élémentaire : La Terre.

o

Qualité : Mauvaise.

o

Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.

o

Figure complémentaire : Conjonctio.

o

Figure en analogie de sens : Tristitia.

o

Mode d’action : Commune, Sortante, Directe.

o



1.7

Sens : Tout ce qui indique l'arrêt, l'entrave, l'isolement, mais aussi la gestation et la concentration.

Conjonctio o

Nature élémentaire : La Terre.

o

Qualité : Assez bonne.

o

Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.

o

Figure complémentaire : Carcer.

o

Figure en analogie de sens : Amissio.

o

Mode d’action : Commune, Entrante, Rétrograde.

o

Sens : Tout ce qui concerne les rapprochements, les réconciliations et les unions.

L’origine des Filles

Les figures des Filles seront obtenues non par calcul, mais translation de celles des Mères, dont elles dérivent ; elles ont donc en réalité déjà été créées, simultanément à celles des Mères, et lors du jet de traits initial. Vous les découvrirez par lecture horizontale et sinistroverse (de droite à gauche) du carré formé par celles des Mères.

23

Mère 4

Mère 3

Mère 2

Mère 1

Fille 1

* *

*

* *

*

Fille 2

*

*

*

*

Fille 3

* *

*

* *

* *

Fille 4

* *

*

*

*

Figure 9 - Le carré des Mères et des Filles.

Dans notre exemple, les quatre Filles obtenues sont : Amissio (V), Via (VI), Rubeus (VII) et Cauda Draconis (VIII).

Figure 10 - Les figures des Filles dans le thème.

La première Fille héritera ainsi des points de tête ou ligne de Feu des Mères, la seconde des points de cœur, et ainsi de suite jusqu’à la quatrième. Vous les disposerez dans les quatre Maisons suivantes du thème géomantique, et toujours de droite à gauche comme illustré sur la Figure 10. 24

1.8

La copulation géomantique

Toutes les autres figures du thème, de la neuvième à la seizième, seront obtenues par ce que l’on a coutume de nommer la copulation géomantique. Les expressions : « couplage », « fusion », « addition », « réduction » ou encore « sommation » géomantique sont également d’usage courant. La copulation géomantique donne toujours naissance à une nouvelle figure, à partir de deux autres, pour former une triplicité. Vous pratiquerez cette opération : 

lors du montage initial du thème, au moment de générer les figures des Nièces, des Témoins, du Juge et de la Sentence ;



lors de l’étude des relations mutuelles entre deux figures à l’intérieur du thème ; (notamment des Significateurs ; voir le Chapitre 4).

La copulation géomantique revient à effectuer une addition à deux opérandes que sont : 

le bipoint (2 ; pair ; [* *]) ;



le point simple (1 ; impair ; [*]).

Si l’on considère la première Nièce comme étant la résultante de la fusion géomantique entre la première et la seconde Mère, il conviendra d’additionner les points de chaque rang de cellesci pour l’amener à l’existence : Mère 1

Mère 2

Nièce 1

* *

* * * * * *

* * * * * * *

* * *

Figure 11 - La copulation géomantique.

25



1 + 2 = 3, impair donc je retiens 1 point.



1 + 1 = 2, pair donc je retiens 2 points.



2 + 2 = 4, pair donc je retiens 2 points.



1 + 1 = 2, pair donc je retiens 2 points.

Le mécanisme consistera ainsi qu’il vient d’être exposé à inscrire un ou deux points, selon que le résultat de l’addition sera impair ou pair. Dans l’exemple précédent, la Mère 1 – Puer (1, 1, 2, 1) additionnée à la Mère 2 – Acquisitio (2, 1, 2, 1) donne la nouvelle figure Nièce 1 – Laetitia (1, 2, 2, 2). L’addition de deux signes identiques donnera toujours lieu à un bipoint, tandis que deux signes différents produiront un point simple ; (à l’identique du OU exclusif binaire (XOR) des informaticiens en logique binaire). Vous consulterez à profit le Chapitre 9 relatif aux Paternités de figures, lequel détaille le sens symbolique produit de l’union de deux figures, selon les Maisons qu’elles occupent, et leurs significations fondamentales.

1.9

L’origine des Nièces

Les figures des Nièces s’obtiendront par ce mécanisme d’addition géomantique, au respect d’un ordre strict et constant : Mère 1 (I)

+

Mère 2 (II)

=

Nièce 1 (IX)

Mère 3 (III)

+

Mère 4 (IV)

=

Nièce 2 (X)

Fille 1 (V)

+

Fille 2 (VI)

=

Nièce 3 (XI)

Fille 3 (VII)

+

Fille 4 (XIII)

=

Nièce 4 (XII)

Figure 12 - Déduction des Nièces.

26

Ce qui nous donne dans notre cas d’exemple les quatre nouvelles figures des Nièces suivantes : Laetitia (IX), Puella (X), Acquisitio (XI) et Fortuna Minor (XII), que nous pouvons dès lors disposer dans le thème comme représenté ci-dessous :

Figure 13 – Les figures des Nièces dans le thème.

1.10 Le Tribunal La dernière triplicité du thème sera déterminée par un mécanisme identique de sommation des Nièces pour engendrer les Témoins, puis de ceux-ci pour établir la figure du Juge. Nièce 1 (IX)

+ Nièce 2 (X)

=

Témoin Droit (14)

Nièce 3 (XI)

+ Nièce 4 (XII)

=

Témoin Gauche (13)

Témoin Droit (15)

+ Témoin Gauche (13)

=

Juge (15)

27

Figure 14 - Déduction du Tribunal.

Vous disposerez selon ce procédé les figures du Témoin droit (13) – Fortuna Major, du Témoin gauche (14) – Carcer, et du Juge (15) – Amissio.

Figure 15 – Les figures du Tribunal dans le thème.

1.11 La Sentence La figure de la sentence sera quant à elle le fruit de l’union du Juge avec la figure de l’Ascendant, en Maison I. Dans notre exemple, cela revient à fusionner la figure Amissio du Juge, avec la figure Puer du Questionneur, pour révéler la Sentence Caput Draconis en case 16.

28

Figure 16 – Le thème géomantique au complet.

Au terme de toutes ces opérations, vous serez en possession de la distribution complète des seize figures composant le calligramme géomantique, et en capacité d’en effectuer le montage intégral ; notez à nouveau que la figure complémentaire de la Sentence se placera toujours en dehors du champ de l’écu géomantique. La figure 16 représente le thème géomantique complètement monté, et prêt à être interprété à l’aide des techniques que nous allons aborder dans les chapitres suivants.

29

30

2 Le thème jugement ?

est-il

propice

au

Vous apprécierez avant tout la validité générale du thème géomantique, afin de déterminer dès le prime abord s'il est bien formé, entendre s’il répond justement à la question posée. Cette entreprise de découverte du thème vous permettra en outre de révéler les intentions réelles du Questionneur, selon qu'il vous les aura plus ou moins consciemment dissimulées. Cet acte préliminaire de lever le voile sur la genèse du thème aura en outre comme vertu de vous épargner les pièges et embûches susceptibles de consteller le thème, dont ils fausseraient dès lors l'interprétation. Trois facteurs d'appréciation en particulier retiendront votre attention que sont : l'étude de l'aspect global du thème, sa validité dans le temps, et l'examen spécifique de la Maison I.

2.1

Aspect global du thème

Mieux vaudra abandonner le thème si : 

Les figures des Mères sont toutes identiques.



Les figures des Mères répètent celles des Filles ; (même si l'ordre diffère).



Les figures de dispersion et d’indécision Peuple et Via se répètent dans le thème.



Une figure se répète plus de quatre fois dans les douze Maisons du sensitif.



La somme des points du Juge est impaire ; (par suite d'une anomalie dans le montage du thème).

31

Un thème répondra particulièrement bien si : 

Le Point de l’intention ou la Part de fortune tombe en Maison de la Question ; (voir le Chapitre 10).



Il y a perfection entre la Maison du Questionneur et celle de la Question ; (voir le Chapitre 7).



La Voie du point passe et relie le Juge à une Mère ou une Fille ; (voir le Chapitre 10).

2.2

Validité dans le temps

Lorsque dans l’une des maisons Angulaires (I, IV, VII, X), apparaîtra une figure correspondant au jour (ou à défaut au mois) où le thème aura été érigé, il pourra être conclu que celui-ci répond bien à la question posée. Dans le cas contraire, il importera de réaliser l’inconséquence de la réponse obtenue et l’incertitude du jugement édicté, sans s’interdire toutefois d’apprécier les forces en présences et les jeux d’influence à l’œuvre dans le thème. L’accrochage du thème dans le temps par les maisons cardinales, fortes et « angles de l’existence », permettra d’établir une correspondance entre le macrocosme et le microcosme, au sens de la Tabula Smaragdina : « Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d'une seule chose. »2 Correspondance des figures avec les jours :

2



Lundi : Via, Populus.



Mardi : Puer, Rubeus.



Mercredi : Amissio, Conjonctio.

Source : Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Table_d%27%C3%A9meraude

32



Jeudi : Acquisitio, Laetitia, Caput Draconis.



Vendredi : Puella, Albus.



Samedi : Carcer, Tristitia, Cauda Draconis.



Dimanche : Fortuna Minor, Fortuna Major.

Correspondance des figures avec les mois : 

Janvier : Fortuna Minor.



Février : Carcer.



Mars : Puer, Rubeus.



Avril : Fortuna Minor, Laetitia.



Mai : Acquisitio.



Juin : Albus.



Juillet : Via.



Août : Caput Draconis, Conjonctio.



Septembre : Puella, Amissio.



Octobre : Tristitia.



Novembre : Cauda Draconis.



Décembre : Populus.

Dès lors que les conditions de circonstances auront été acquises, vous marquerez la Maison d’arrimage du thème au présent par une lemniscate ∞ ; (symbole de l’infini). Le thème suivant, réalisé un mardi, satisfait aux conditions de validité dans le temps, puisque le mardi se trouve en correspondance analogique avec la figure Puer, elle-même localisée dans ce tirage en première Maison (angulaire).

33

Figure 17 : Illustration de la Maison du présent

La ou les Maisons désignées par ce procédé permettront enfin de révéler les modalités événementielles associées au domaine existentiel de la question, toujours contemporaines à l’érection du thème.

2.3

Examen de la figure en Maison I 

34

Si Cauda Draconis (Queue du dragon) – figure de très mauvais augure et associée à la duperie – se trouve en Maison I (du Questionneur), mieux vaudra estimer que le thème est impropre à l’interprétation. Dans ce cas, vous jugerez le message contenu dans le thème vicié et objet de tromperie, et abandonnerez le travail pour mieux le reprendre plus tard.



2.4

Rubeus (Rouge) en Maison I, alertera sur une dissimulation intentionnelle par le Questionneur avec volonté de nuire ou de tromper le Géomancien ; (en particulier si Rubeus passe en Maison de la Question). Mieux vaudra en pareil cas comme dans le précédent, abandonner le thème et ne pas aller plus avant dans l'interprétation.

Examen symbolique du thème

Les règles qui viennent d’être énoncées ne sauraient endosser de valeur absolue ; ainsi et dans tous les cas où il existera au cœur du thème une malformation en disconvenance avec la tradition, il conviendra malgré tout de s’interrompre quelques instants et d’apprécier, au-delà de la validité formelle de celuici, le message véhiculaire susceptible de s’y dissimuler, et qui ne saurait être révélé sinon par l’intuition, et le concours d’une imagination féconde. Vous en ferez donc toujours appel à votre esprit critique pour juger d’une anomalie ou d’une curiosité sémantique ou de construction, plutôt que d’appliquer inopinément les modalités opératoires prévues dans ce manuel d’étude. À telle enseigne que même un Juge malformé (figure impaire), pourra en soi porter le message d’une vérité cachée, qu’il conviendra de révéler par l’affranchissement des règles d’usage courant. Or en tout ce qui précède et suivra au fil des pages du présent, vous considérerez les techniques exposées comme des potentialités et seulement comme telles : toutes ne seront pas à retenir et moins encore à appliquer ; seule votre sagacité

35

permettra de restituer au message oraculaire, son évidence de clarté et de vraisemblance. Aucun manuel ne saurait prétendre se substituer complètement à la créativité d’un esprit éclairé ; la véritable magie consistera bien plutôt à cultiver perspicacité et inspiration, jusqu’à devenir capable de saisir instantanément le langage et la trame du récit oraculaire, à la manière dont se révèle l’image cachée dans un stéréogramme, une fois que l’on a appris à discriminer dans le chaos de la représentation. Vous commencerez d’abord par saisir des révélations partielles, composites et fragmentaires ; à mesure que l’Art vous deviendra plus naturel et spontané, vous dépasserez le cadre spéculatif et purement intellectuel pour atteindre la révélation parfaite, seulement aidé par l’intelligence intuitive de votre cœur. Parvenu au stade ultime vous serez capable de « sentir » le thème, et en déceler la signification profonde dès le premier regard porté sur la figure.

SMB

36

37

3 Examen du thème Lorsque toutes les conditions de validité seront satisfaites, vous tenterez de dégager la qualité générale du thème, favorable ou défavorable, afin de déterminer s’il est ou non bien formé, en rapport avec la question posée. Vous retiendrez et observerez trois critères fondamentaux pour juger de la qualité du thème : 1. La proportion de figures bénéfiques et maléfiques en réponse à la question posée. 2. La proportion de lignes de points paires et impaires composant le thème géomantique. 3. La proportion de figures bonnes et mauvaises dans les quatre Maisons Angulaires. Cette analyse d’ensemble du thème vous permettra rapidement de : 

Déterminer si l’ambiance de la question est favorable ou non au Questionneur.



Apprécier l’atmosphère de la consultation avant d’entreprendre le jugement.



Évaluer la tonalité générale de la réponse oraculaire à la question posée.

Pour y parvenir, vous établirez parmi les douze premières Maisons (existentielles) une balance des influences positives et négatives, ainsi que des proportions entre les aspects favorables et défavorables, afin d'en extraire les enseignements généraux du thème.

38

3.1

Qualité des figures en Maisons Fondamentales

Une majorité de figures bénéfiques parmi les douze premières Maisons du thème marquera un climat favorable et bénéfique au Questionneur, manifesté par des aides, des soutiens et des facilités. En cas d'égalité entre les bonnes et les mauvaises figures, une dominante de figures paires dans ces mêmes Maisons vous incitera à prononcer un jugement positif à l’identique. À l'inverse, une surreprésentation de figures maléfiques ou impaires orientera l'impression générale en faveur d’un contexte difficile, parsemé d'obstacles et de blocages. Il conviendra dans tous les cas de bien se remémorer en cas d’équilibre que : 

Les Mères l’emportent sur les Filles.



Les Filles l'emportent sur les Nièces.



Les figures en Maisons Angulaires l'emportent sur celles en Maisons succédentes.



Les figures en Maisons succédentes l'emportent sur celles en Maisons cadentes.

3.2

Qualité des figures en Maisons Cardinales

Vous focaliserez ensuite votre attention sur les Maisons Angulaires (I - IV - VII - X) – puissantes et bénéfiques – afin d’apprécier le contexte propice ou hostile offert par le thème : 

Une majorité de bonnes figures dans les Maisons d'angle révélera le caractère bénéfique des composantes majeures de l’affaire, et un contexte profitable au Questionneur.

39



L’inverse révélera des facteurs défavorables susceptibles de contrarier le bon déroulement de l’affaire en cause, et agiront en disgrâce de la demande formulée par le Questionneur.

Les Maisons Angulaires rendront en outre possible et dès l’examen initial du thème la formulation d’un jugement liminaire :

40



Vous veillerez en conséquence à toujours tenir grand compte des Maisons Cardinales, lesquelles participent activement à l’influence générale, bonne ou mauvaise, du thème.



Lorsque les figures en Maisons d'angles seront favorables, le Questionneur obtiendra satisfaction dans ses attentes ; l’inverse se produira si elles sont défavorables.



Lorsque la dominante angulaire sera bonne, l'influence des figures mauvaises et qui peuplent le thème par ailleurs, s’en trouvera amplement atténuée.



La figure en Maison IV indiquera toujours l’issue de toute entreprise, et les caractéristiques finales de l’affaire soumise à la question.



Lorsque l'on fera le vœu d'une chose, et que les figures placées en Maisons Angulaires la promettront, tandis que celles en Maisons XI (les espérances) et XV (le Juge) la refuseront, on en conclura à une attente vaine de ladite chose désirée ; dans le cas contraire, on obtiendra à tous les coups ce qui est attendu, mais avec du retard, et de probables contrariétés de gravité variable.



Dans tout thème où l'on cherchera à établir si le présage annoncé par une figure placée en Maison angulaire se réalisera, il conviendra d'examiner les figures en Maisons XI (les espérances) et XV (le Juge) : si les figures en occupation font obstruction par nature ou qualité à l'objet de la question posée, l'issue sera défavorable au Questionneur et tout espoir devra être abandonné. L'inverse s'appliquera naturellement dans le cas contraire.



Lorsque dans un thème le Juge aura pour figure Populus, il conviendra de juger non par cette figure, mais par celles placées en Maisons Angulaires la réponse à la question posée.

Sachez enfin que les douze Maisons fondamentales peuvent être organisées en vue de connaître les circonstances d'une situation actuelle (Maisons Angulaires), future (Maisons succédentes) ou passée (Maisons cadentes), et ainsi déterminer l’évolution de celle-ci en fonction de la qualité des figures présentes en chaque lieu. Vous jugerez à profit du progrès de la chose demandée à l'aide du système de groupement des Maisons et dont suivent les principales caractéristiques : 

Les Maisons Angulaires (I, IV, VII, X) : o

sont les plus fortes et les plus bénéfiques ;

o

représentent les choses qui se font ou doivent se faire au présent ;

o

renseignent sur les choses publiques et les affaires en cours.

41

o





Décuplent les effets bénéfiques ou maléfiques des figures favorables et défavorables, et imprègnent de bonté les figures indifférentes (neutres).

Les Maisons Succédentes (II, V, VIII, XI) : o

sont moyennes en force comme en influence ;

o

représentent les choses futures, ou incertaines et spéculatives ;

o

renseignent sur les choses partiellement publiques et privées.

o

Maintiennent les figures en leur propre vertu : les bonnes en leur bonté, les mauvaises en leur méchanceté.

Les Maisons Cadentes (III, VI, IX, XII) : o

sont faibles, débiles et maléfiques ;

o

représentent les choses passées ou très éloignées, le futur lointain ;

o

renseignent sur les choses cachées (privées) ou invisibles (secrètes).

o

Altèrent la bienfaisance des bonnes figures, infectent les figures moyennes par leur malice, et empirent les figures mauvaises.

En vertu de ce qui précède, les figures seront toujours plus puissantes en Maisons Angulaires, là où elles produisent les effets les plus intenses et les plus immédiats. Elles perdront une partie de leur force en cas de passage en Maisons succédentes ou cadentes :

42



Elles conserveront leurs qualités et influenceront les événements à venir en cas de passation en Maisons succédentes.



Elles se débiliteront et produiront des conséquences sur le passé (effets rétroactifs) en cas de passation en Maisons cadentes.

3.3

Propriété des figures

Il est possible d'affiner encore l’appréciation générale en étudiant dans le détail le mode d'action spécifique des figures ainsi que leurs correspondances binaires, de manière à révéler les grandes tendances à l’œuvre dans le thème : 

Une majorité de figures fixes dénotera une grande stabilité, tandis qu'une majorité de figures mobiles trahira une instabilité latente et une période de grands changements.



Une majorité de figures entrantes orientera en faveur d’ancrages solides, tandis qu'une majorité de figures sortantes impliquera une forme de légèreté, de brièveté et l'idée d'un départ.



Une majorité de figures masculines indiquera une affaire révélée au grand jour (figures diurnes) et sans aboutissement (figures stériles), tandis qu'une majorité de figures féminines laissera penser à un contexte plus confidentiel (figures nocturnes) et propice à la réalisation (figures fertiles).



Une majorité de figures rétrogrades informera sur des atermoiements et des tergiversations (figures retardatrices), tandis qu'une majorité de figures 43

directes fera pencher en faveur d'une issue rapide (figures activatrices).

3.4

Dominante élémentaire du thème

Vous déterminerez ensuite et parmi les figures en présence, le nombre de celles relevant de chacun parmi les quatre éléments (Feu – Air – Eau – Terre), ceci afin de dégager la dominante élémentaire du thème géomantique. Il sera de surcroît instructif d’opérer un même type d'analyse pour chaque moitié du thème (droite et gauche), ceci afin de développer le jugement lapidaire du Tribunal, en y intégrant les influences issues du passé (Témoin Droit) et de l’avenir (Témoin Gauche). La valeur symbolique des quatre éléments étant au cœur de la démarche géomantique, la table d'interprétation abrégée ciaprès constituera une bonne entrée en matière, à compléter plus tard par l’étude du Chapitre 13, dédié aux Correspondances élémentaires :

44



Dominante de figures de Terre (Terrestres) : Préoccupations d'ordre matériel, stabilité et maintien de la situation dans ses conditions actuelles.



Dominante de figures d’Eau (hydriques, aquatiques, liquides, aqueuses) : Passivité et indécision du Questionneur aboutissant à une situation d'inertie subie.



Dominante de figure d’Air (aériennes) : État incertain de la situation avec de nombreux changements et impondérables en perspective.



Dominante de figures de Feu (ignées) : Précipitation de la situation vers une issue brutale et irréfléchie avec envenimement possible des choses.

Il existe en outre et en tout thème géomantique une clé d’interprétation que l’on nomme figure élémentaire ou « figura elementaris ». Cette signature se manifestera par addition de la Sentence successivement avec les quatre figures à sept points de la géomancie, et jusqu'à ce que celle-ci devienne l'une d'entre elles, si ce n’est pas déjà le cas au moment de sa construction. Chacun de ces signes à sept indices correspond à l'un des quatre éléments de Feu, d’Air, d’Eau, et de Terre, au respect de la hiérarchie alchimique, et selon le rang occupé par le point impair. Afin de vous épargner le calcul fastidieux inhérent à la découverte de ladite figure, vous tirerez profit de la matrice de corrélation élémentaire ci-dessous et à titre de référence : Sentences

Éléments

Figures élémentaires

Populus, Caput Draconis, Conjonctio

Feu

* * * * * * *

Puella, Fortuna Major, Fortuna Minor

Air

* * * * * * *

Amissio, Acquisitio, Cauda Draconis

Eau

* * * * * * *

Via, Puer, Carcer

Terre

* * * * * * *

Par la détermination de la figure élémentaire, vous déduirez quel élément gouverne l’affaire en cours, ainsi que les 45

tendances en rapport avec cet élément dominant, et susceptibles d’exercer leurs effets sur la situation actuelle du Questionneur : 







Figure de Terre : o

Le Questionneur est absorbé par la contingence ordinaire et motivé par des intérêts matérialistes.

o

Le jeu des forces en présence paralyse toute évolution ou progression significative de la situation.

Figue d’Eau : o

Le Questionneur se trouve en incapacité de réagir et impuissant devant l’adversité.

o

Les épreuves inopinées qui se dressent devant lui le contraignent à une situation de stagnation hostile.

Figure d’Air : o

Le Questionneur fait preuve de sagacité et d’éloquence dans la situation considérée.

o

La situation recevra le soutien de bienfaiteurs ou de facteurs extérieurs providentiels.

Figure de Feu : o

Le Questionneur fait montre d’un esprit dynamique et conquérant dans l’atteinte de la chose demandée.

o

Il règne sur la situation un vent de changement salutaire et profitable aux grands projets de transformation.

Ce qui vient d’être exposé quant à la signature élémentaire d’un thème ne saurait être entendu une fois pour toutes ; aussi et pour chaque thème, vous aurez soin d’ajuster le sens, la nature 46

symbolique, et les correspondances analogiques de chaque élément, relativement au contexte et aux enjeux de la question posée. Or ce faisant, vous réaliserez qu’il existe une quantité à peu près infinie de déclinaisons sémantiques possibles en face de chaque tonalité élémentaire, dont il vous faudra apprendre à maîtriser les raffinements les plus subtils, pour en tirer les plus grands bénéfices. En cette science comme en toute autre, l’intuition devra toujours primer sur l’exécution stérile de règles, toujours imprécises et approximatives, de par la complexité au cœur même du travail d’interprétation.

3.5

Dominante planétaire du thème

Vous rechercherez dans le thème les planètes associées à chaque figure ; de celle qui se retrouvera en supériorité numérique, vous déduirez l’influence de son caractère sur le thème tout entier, qu’elle marquera de ses propriétés essentielles. Pour vous y aider, vous pourrez tout d’abord considérer de manière simplifiée que : 

Les Bonnes figures sont généralement celles de Jupiter (Laetitia, Acquisitio), de Vénus (Puella, Albus) et de la Tête de dragon (Caput Draconis).



Les Mauvaises figures sont celles de Mars (Puer, Rubeus), de Saturne (Carcer, Tristitia) et de la Queue de dragon (Cauda Draconis).



Les figures Moyennes (médiocres, neutres) sont plutôt celles de la Lune (Via, Populus), et de Mercure (Conjonctio, Amissio).

Or à chaque planète reviendra l’un des quatre éléments et son tempérament associé, toujours susceptibles de déverser une somme d’influences sur le thème objet de la projection des pensées du Questionneur. 47

Soleil – Mars Planètes diurnes

Le Feu Chaud et sec

Lune – Vénus Planètes nocturnes

L’Eau Froide et humide

Jupiter Planète diurne

L’air Chaud et humide

Mercure – Saturne Planètes nocturnes

La Terre Froide et sèche

Tempérament bilieux, colérique Tempérament flegmatique, lymphatique Tempérament sanguin, communicatif Tempérament nerveux, mélancolique

Vous apprécierez comme il a été dit l’influence de la planète dominante sur le thème à l’aide de la table des correspondances planétaires ci-dessous, pour laquelle nous ne retiendrons que le septénaire planétaire et les nœuds lunaires :

48



Jupiter (Acquisitio – Laetitia) : le grand bénéfique – croissance, réussite et prospérité, avec parfois une tendance à l’oisiveté, la paresse, la facilité et l’excès ; force moyenne en bien comme en mal.



Vénus (Puella – Albus) : le petit bénéfique – la beauté, la forme, l’Art, le plaisir et l’amour ; favorable mais de moindre puissance que Jupiter



Mercure (Amissio – Conjonctio) : Science, commerce, échanges, transmission, prise de conscience, faiblement bénéfique et ambivalente ; de puissance médiocre, sous l’influence des planètes adjacentes.



Soleil (Fortuna Major – Fortuna Minor) : puissance, succès, autorité, renommée, situation avantageuse, avec parfois une tendance à la rigidité, l’orgueil et la suffisance ; bénéfique et puissant, il peut se révéler destructeur dans ses excès.



Lune (Populus – Via) : passivité, indolence, résignation, situations incertaines et mouvantes, mais aussi changements, transformations, renaissance et

renouvellement ; favorise les facultés émotionnelles et de l’inconscient. 

Mars (Rubeus – Puer) : le petit maléfique – conflits, rivalités, accidents, colère, destructions, mais aussi mouvement, dynamisme, audace, esprit d’initiative ; bénéfique pour le dépassement de soi, le succès dans l’adversité, et les passions amoureuses.



Saturne (Carcer – Tristitia) : le grand maléfique – renoncements, sénescence, solitude, austérité, mais aussi libération des attaches terrestres, capacité d’abstraction, solidité et longévité ; bénéfique pour l’étude des sciences, naturelles ou occultes, et toutes les activités requérant solitude et concentration.



Tête de dragon (Caput Draconis) : bénéfique et associée aux commencements, à Jupiter et Vénus, son incidence positive est à moduler selon les regards entretenus et la représentation dans le thème.



Queue de dragon (Cauda Draconis) : maléfique et associée au flétrissement, à la fin, à la corruption, à la chute, à Mars et Saturne, mais aussi à l’imminence d’un nouveau cycle, et à la dissolution salvatrice.

Vous vous reporterez avec avantage au Chapitre 13 de cet ouvrage, lequel développe plus avant le sujet des analogies astrologiques.

3.6

Examen des Maisons particulières

Vous dégagerez du thème une tendance et une première impression sur l'ambiance de la question par l’observation des Maisons particulières : 

Maison I (du Questionneur) : L’état d’esprit du Questionneur en regard avec la chose entreprise, au sens de son orientation mentale du moment, et de la

49

manière dont il se trouve affecté par l’affaire interrogée. 

Maison de la Question (cf. Chapitre 4) : L’état de toute chose entreprise, au sens des répercussions, favorables ou défavorables qui règnent sur la situation – selon la qualité de la figure en présence – au moment de la consultation.



Point de l’intention (cf. Chapitre 10) : La motivation à la source de toute chose entreprise, au sens des intentions secrètes du Questionneur.



Part de fortune (cf. Chapitre 10) : L’état final de toute chose entreprise, au sens de son évolution échue.



Voie du point (cf. Chapitre 10) : Les antériorités (l’état initial) de toute chose entreprise, au sens des facteurs de départ les plus influents sur son évolution.



Maison du présent (cf. Chapitre 2) : La contemporanéité de toute chose entreprise, au sens des préoccupations en l’esprit du Questionneur au moment de la consultation, et les facteurs concomitants de plus grande influence.



Maison IV : L'issue de toute chose entreprise, au sens de sa capacité d'accomplissement.



Maison VIII : La fin de toute chose entreprise, au sens de son terme achevé ou de sa mort.



Maison X :



50

o

Le verdict à propos de toute chose entreprise, au sens de son jugement favorable ou non.

o

La destinée en rapport avec toute chose entreprise, au sens de la vocation à la réaliser.

Maison XI : La chance qu'a toute chose entreprise de réussir, au sens de son espoir de succès.



Témoin Droit : La tournure de toute chose entreprise, au sens de son évolution prochaine.



Juge : Le résultat de toute chose entreprise, au sens de son aboutissement immédiat ; (la résultante).



Sentence :

3.7

o

Le sort réservé à toute chose entreprise, au sens des influences extérieures.

o

L’issue de toute chose entreprise, au sens des conséquences sur le long terme du résultat indiqué par le Juge.

o

Le résultat du résultat, au sens de la réponse définitive à la question posée.

o

L’effet de toute chose entreprise sur le Questionneur, au sens de la satisfaction finale qu’il pourra en tirer en cas de réalisation.

Examen de la triplicité du Tribunal

Vous estimerez le caractère bénéfique ou maléfique de la triplicité des Témoins et du Juge, ceci afin de déterminer l’accord ou la contradiction du Tribunal avec les éléments d’analyse déjà obtenus. De l’examen sommaire des figures en présence, vous pourrez déjà tirer un premier diagnostic, à seule vocation de vous forger une conviction sur la tonalité d'ensemble. 

En cas de présence de bonnes figures seulement, vous déduirez à un contexte bénéfique au Questionneur et à l’atteinte du résultat escompté.



En cas de mélange de bonnes et de mauvaises figures, vous inférerez des retards, des difficultés, des obstacles, des gênes et des contrariétés. 51



Lorsqu’il ne se trouvera que de mauvaises figures, vous y verrez un milieu globalement hostile et défavorable, et affinerez le sens par l'étude des douze premières Maisons.

Une analyse subséquente et approfondie du Juge permettra immédiatement après de préciser la réponse oraculaire, en se souvenant bien que : 

Une bonne figure engendrée par deux autres bonnes croit en bonté ; à l’inverse, une mauvaise figure engendrée par deux autres mauvaises devient pire encore.



Une bonne figure produite par une bonne et une mauvaise indique un succès avec ennuis et retards. Elle conserve dans ce cas sa propre signification et l’influence des figures parentes se trouve neutralisée.



Une bonne figure issue de deux mauvaises figures est teintée de leur influence négative, se corrompt et revêt une qualité mitigée.



Une mauvaise figure issue de deux bonnes figures reste imprégnée de leur influence positive, et s’en trouve améliorée dans sa qualité.



Lors de toute copulation de figures, celle à dextre (droite) est toujours le père, et celle à senestre (gauche) la mère ; (c'est pour cette raison que l'on dit le Témoin Gauche « Mère » du Juge, et le Droit « Père » du Juge, le Juge pouvant être selon les cas Fils ou Fille, en fonction de son degré d'affinité avec l'un ou l'autre des deux Témoins).

Suivant ces règles, nous obtenons les combinaisons ci-après 52

pour l'analyse du Tribunal, et qu'il sera bien entendu possible d'enrichir avec l’expérience : 





Deux bons Témoins et un mauvais Juge : o

La chose demandée sera obtenue mais après des délais et des difficultés.

o

Les conséquences seront regrettables à l’arrivée.

o

Vous affinerez le verdict du Tribunal à l’aide des douze Maisons du sensitif.

et

Deux mauvais Témoins et un bon Juge : o

Le Questionneur n’obtiendra satisfaction médiocre et partielle.

o

L'issue sera favorable mais précédée de difficultés et d'embûches certaines.

qu’une

Mauvais Témoin Droit et bon Témoin Gauche : o



fâcheuses

L'affaire sera mal engagée et souffrira d'un piètre démarrage avec des déboires certains, mais l'issue sera plutôt favorable avec plus ou moins de retard, selon la qualité du Juge.

Bon Témoin Droit et mauvais Témoin Gauche : o

Quoique bien amorcée, il ne résulta rien de foncièrement positif de l'affaire considérée, dont l'issue sera plus probablement malheureuse.

53

Enfin vous pourrez affermir votre jugement à l’aide des quelques règles particulières d’interprétation du Tribunal qui suivent : 

Lorsque le Témoin Gauche et le Juge seront maléfiques, l'issue sera fatalement défavorable au Questionneur.



Vous aurez présent à l’esprit que chaque Témoin est le Juge de la moitié du thème qu'il gouverne avec les conséquences sur le passé et l’avenir que cela implique.



Lorsque la figure du Juge se trouvera en accord dans sa qualité avec celle de la Maison IV, aucun doute ne sera permis quant à l’issue la plus avantageuse qui soit pour le Questionneur. Quand l’une sera bonne et l’autre mauvaise, le résultat escompté se révèlera mitigé.



Lorsque deux figures bénéfiques se retrouveront l’une en Maisons angulaires, l’autre en Maison de la question ou en Juge, leur bonté influera sur le thème en entier, d’autant quand elles s’accorderont en nature, l’inverse étant vrai en cas de mauvaises figures.



En cas de doute et si les figures du Juge et de la Maison I appartiennent au même élément, l'issue pourra être jugée en faveur du Questionneur.



Vous veillerez à toujours moduler le sens et la signification des figures, en particulier du Juge, selon la nature de la question posée : o

54

Conjonctio, figure positive mais associée à la mort, devient défavorable pour une question concernant l’issue d’une maladie grave.

o

Carcer, figure négative devient bénéfique pour les actes immobiliers, la magie, les semaisons, tout ce qui doit germer et sortir de terre (y compris les constructions), la conservation des biens et des statuts, et toutes questions attenantes à l’évolution d’une grossesse.

o

Amissio, figure négative devient bénéfique lorsque l'on interroge l'issue d'une affaire bloquée.

o

Tristitia, figure négative devient bénéfique dès lors que l’affaire a trait aux choses de l’esprit, aux sciences occultes, à l’agriculture (récoltes abondantes), ou que l’on espère la pluie.

o

Cauda Draconis, figure négative, promet pourtant la guérison d’une longue maladie, et la libération du prisonnier en lourde peine.



L’interprétation du Juge ne pourra s’avérer adéquate qu’à la condition de tenir compte de la triplicicté qu'il forme avec les Témoins, et ne saurait être commise en isolation, sous peine de contre-sens et d'approximations malheureuses.



De la même manière, l'interprétation du Juge devra-telle toujours être asservie aux enseignements tirés des Maisons existentielles, condition nécessaire à la formation d'une opinion éclairée et affectée de sens.



Lorsque la figure du Juge (ou de la Sentence) sera favorable ou éminemment favorable, mais qu’elle se retrouvera dans le thème en mauvaise Maison, comme c’est le cas par exemple de la VI, de la VIII ou de la 55

XII, des obstacles imprévisibles seront à redouter qui empêcheront l’atteinte du résultat, dans le meilleur intérêt toutefois du Questionneur et pour son plus grand bien.

56



Lorsque dans un thème le Juge aura pour figure Populus, il conviendra de juger non par cette figure, mais par celles placées en Maisons Angulaires la réponse à la question posée.



Contrairement à une croyance bien ancrée, peut-être liée à une surestimation de la valeur conclusive et proprement sentencieuse du Tribunal, celui-ci ne saurait infléchir le pronostic obtenu au moyen des douze premières Maisons, cette triplicité n’étant que la résultante – accidentelle – de tout ce qui lui précède, elle ne saurait revêtir de véritable légitimité, autre que secondaire et accessoire.



En conséquence, l'interprétation du Tribunal guidera et orientera celle du thème dans sa généralité, sans toutefois endosser aucune valeur de conclusion et moins encore d'arrêt.



Avant d’interpréter le Tribunal (qualité, sens), vous serez donc attentifs à tenir scrupuleusement compte des données environnementales du thème : o

Nature de la question posée.

o

Caractère de la réponse demandée.

o

Qualité de l’ensemble du thème.

o

Passations éventuelles des trois figures du Tribunal.

Des Témoins vous apprendrez enfin qu’ils représentent l’alternance inévitable qui est la condition de tout jugement ; ils sont comme les deux plateaux de la balance : Le Témoin Droit : 

La Causalité, l’actif.



Issu des Mères qu’il résume.



Le requérant.

Le Témoin Gauche : 

La Finalité, le passif.



Issu des Filles qu’il résume.



La chose demandée.

Le Juge exprimant quant à lui la Fatalité, neutralise les deux modes et condense leurs propriétés actives et passives. Notez qu’en passant des Nièces aux Témoins, il se produit un phénomène de croisement dans la distribution, le Témoin des Mères opérant la synthèse des Filles, et celui des Filles la synthèse des Mères : 

Les points du Témoin Droit (Case 13) étant de même parité unitaire que les figures des Filles.



Les points du Témoin Gauche (Case 14) étant de même parité unitaire que les figures des Mères.

Ainsi le Témoin Gauche issu des Mères et de la verticalité symbolise-t-il l’élan et les forces agissantes.

57

Tandis que le Témoin Droit issu des Filles et de l’horizontalité représente-t-il les forces contraignantes et hostiles à l’accomplissement de la chose demandée.

3.8

Examen des triplicités du sensitif

De l’observation des triplicités parmi les douze premières Maisons (existentielles) du thème, (aussi dites « triplicités élémentales ») vous tirerez des déductions rapides, en scrutant plus particulièrement les figures de celle-ci à laquelle appartiendra le domaine de la question posée. Vous vous appuierez pour cela sur un principe de classification quaternaire des Maisons, entendre un ordonnancement en quatre groupes de trois, selon leur nature élémentaire : 1. Triplicité de Feu, dite des « Dynamismes » : Maisons (actives) I, V et IX. 2. Triplicité de Terre, dite des « Fins » : Maisons (passives) II, VI et X. 3. Triplicité d’Air, dite des « Concours » : Maisons (actives) III, VII et XI. 4. Triplicité d’Eau, dite des « Obstacles » : Maisons (passives) IV, VIII et XII. Vous noterez qu’à chaque groupement appartient une Maison angulaire, qui lui confère son sens et sa signification fondamentale. Vous interpréterez les triplicités comme je vais vous montrer à présent : 

58

Identifiez la triplicité où se situe la Maison de la Question. Par exemple, si la question posée porte sur l’entourage, la Maison III correspondante appartiendra à la triplicité de l’Air, composée des Maisons III, VII et XI.



Analysez parmi les trois figures mises en valeur, la proportion de celles favorables et défavorables : o

Trois figures favorables : le contexte jouit d’influences toutes bénéfiques ; le domaine de la question est nimbé de positivité.

o

Trois figures défavorables : le contexte subit uniquement des influences maléfiques ; le domaine de la question est saturé de négativité.

o

Une bonne figure et deux autres mauvaises : l’influence est mixte à dominante négative, trahissant des oppositions et des résistances difficiles à surmonter.

o

Deux bonnes figures et une autre mauvaise : l’influence est mixte à dominante positive, indiquant une issue heureuse malgré des difficultés de second ordre.

Qu’il vous suffise enfin de vous référer à la table sommaire de récapitulation des triplicités ci-après afin de vous aider à en saisir le sens général, et la symbolique associée. Triplicité des dynamismes (I, V, IX) : 

Élément : le Feu,



Royaume : l’Esprit.



Nature : Personnelle.



Angle : Maison I, du Questionneur.



Sens : la vie manifestée du Questionneur.



o

Maison I : l’existence en soi.

o

Maison V : l’existence en ses enfants.

o

Maison IX : l’existence en Dieu.

Tout ce qui touche le Questionneur dans sa vie, ses joies et ses aspirations spirituelles. 59



Tout ce qui porte à agir sur autrui, par pur égoïsme, volonté de puissance, ou désir d’influence.



Les intentions, les buts, les objectifs, les désirs, les évolutions, les considérations de nature spirituelle, initiatique, l’affirmation de soi.

Triplicité des fins (II, VI, X) : 

Élément : la Terre,



Royaume : le Corps.



Nature : Matérielle.



Angle : Maison X, des Honneurs.



Sens : les possessions du Questionneur. o

Maison II : ses biens.

o

Maison VI : ses servitudes.

o

Maison X : ses réalisations.



Tout ce qui concerne les moyens d’existence du Questionneur, sa santé, et ses aspirations matérielles.



Tout ce qui a trait aux réalisations finales, aux résultats obtenus en rapport avec la chose demandée.



Le besoin de concentration, la conservation, la soumission, les sensations, la fixité, l’inertie, les considérations de nature matérielle, corporelle, le retrait.

Triplicité des concours (III, VII, XI) :

60



Élément : l’Air,



Royaume : le Mental.



Nature : Sociale.



Angle : Maison VII, des Adversaires.



Sens : les relations du Questionneur. o

Maison III : son entourage.

o

Maison VII : ses adversaires.

o

Maison XI : ses amis.



Tout ce qui a trait aux relations sociales et amicales du Questionneur, et ses aspirations intellectuelles.



Tout ce qui manifeste les aides et les appuis, l’assistance providentielle par un tiers.



Les pensée, les théories, les idées, les intuitions, les aléas, les considérations de nature intellectuelle, relationnelle, le désir de changement, l’expansion.

Triplicité des obstacles (IV, VIII, XII) : 

Élément : l’Eau,



Royaume : l’Âme.



Nature : Occulte.



Angle : Maison IV, du Père.



Sens : la vie intérieure du Questionneur. o

Maison IV : son hérédité.

o

Maison VIII : sa mort.

o

Maison XII : ses épreuves.



Tout ce qui représente le renoncement du Questionneur, sa mort, ses racines, et ses aspirations psychiques.



Tout ce qui évoque l’adversité, la résistance et les épreuves qu’il faudra subir, dépasser ou vaincre.



Les émotions, la réceptivité, les sentiments, l’imagination, les entraves, les considérations de 61

nature émotionnelle, affective, l’aspiration à la contemplation, l’abandon.

62

63

4 Les Significateurs Tout tirage géomantique débutera par la formulation écrite d'une question simple et univoque (impliquant un objet unique, défini et limité) ; immédiatement suivie par la détermination de la Maison de la Question, entendre celle englobant par ses significations le fond de la question posée, ainsi que celle du Questionneur, pour qui le thème est monté. De la détermination pertinente et rigoureuse des Significateurs dépendra ni plus ni moins que la justesse de l'interprétation du thème géomantique dans son ensemble, ce dernier reposant en plus grande partie sur l'analyse desdits, à travers les Maisons concernées et les figures en occupation. En conséquence, le Géomancien aura à cœur de verser toute sa concentration et sa science dans l'objet de la question posée au moment du jet initial des traits, tout en ordonnant son effort de clairvoyance à l'intérieur du cadre conféré par ces deux Significateurs. Cette étape de la construction du thème géomantique sera considérée comme déterminante pour s'assurer que figureront bien en Maisons des Significateurs les signes les plus représentatifs, entendre ceux révélant les facteurs prédominants en relation avec la question posée. 

Qui est le Questionneur pour qui l'oracle est consulté ?



Quel est le domaine de la question et la Maison en correspondance ?

De ce travail initial de cartographie du thème résultera le plan final d'interprétation, ou canevas d'adaptation du sens global, par lequel vous tirerez les mots de la bouche de l'oracle.

4.1

Détermination de la Maison de la Question

L'action de déterminer la Maison ayant le plus d'affinités avec la question posée permettra au Géomancien d'ériger le thème 64

en se concentrant simultanément sur la demande formulée, ainsi que le domaine de la question posée, matérialisé donc par la Maison de la Question. Ce dernier sera ainsi et dès le tracé des points, en pleine possession des tenants et des aboutissants de la question, de même que des extensions de sens apportées par le secteur existentiel impliqué ; cette communion sémantique permettra en outre d’appréhender plus complètement le contexte de la question, de même que ses répercussions sur le domaine analysé. Retenez simplement que l'objet de la question sera toujours localisé dans l'une parmi les douze Maisons fondamentales du thème, le sujet de la question apparaissant quant à lui toujours dans la première Maison, dite « Maison du Questionneur » :

Figure 18 - Les Maisons géomantiques.

65

Précisons enfin qu'il ne peut exister qu'une seule Maison de la Question pour un tirage donné ; cette dernière avec sa figure formera le socle de l'interprétation ; ce qui n'empêchera toutefois pas l'étude complémentaire de tierces Maisons éclairant la réponse à la question posée, sous divers angles additionnels et successifs. Précisons également que la Maison du Questionneur (Maison I) et celle de la Question peuvent se confondre et se révéler identiques, dans le cas d'une interrogation dont l'objet porterait sur le Questionneur lui-même par exemple. De la juste détermination de la Maison de la Question dépendra l'éloquence de l'interprétation du thème géomantique intégral, et la pertinence de la réponse oraculaire à la question posée. Voici quelques exemples d’associations de Maisons avec les domaines existentiels correspondants ; l’étude du Chapitre 14 consacré aux Maisons géomantiques complètera idéalement cette brève entrée en matière : Questions financières : 

Maison II : L’argent et les biens mobiliers.



Maison IV : Les biens immobiliers.



Maison V : Les placements, la bourse.



Maison VIII : L’héritage.

Questions affectives :

66



Maison II : Le Questionneur.



Maison VII : Le conjoint, le divorce.



Maison VIII : La solitude, la séparation.



Maison V : L’amant, l’harmonie sexuelle.



Maison XI : L’espoir d’être aimé.



Maison XII : L’adultère, les liaisons cachées.

Questions professionnelles : 

Maison II : Le traitement, le salaire, les gratifications.



Maison IV : Le lieu de travail.



Maison VI : Le travail quotidien, les subordonnés.



Maison VII : les associés, les collègues.



Maison X : Les promotions, le patron.



Maison XI :



o

Le banquier, la clientèle.

o

La chance qu'a un projet d’aboutir.

Maison XII : Les risques de licenciement.

Questions familiales : 

Maison III : L’entourage proche.



Maison IV :



o

L’ascendance paternelle.

o

Le foyer.

Maison V : o

Les enfants.

o

Les plaisirs.



Maison VII : Le conjoint, l’être aimé.



Maison IX : Les petits-enfants.



Maison X : L’ascendance maternelle.

Questions médicales : 

Maisons III – IX : les accidents de la circulation.



Maison V : La valeur du traitement.



Maison VI : L’état de santé, la maladie. 67



Maison VIII : o

Les attaques soudaines.

o

L’issue de la maladie.



Maison X : Le médecin et l’ordonnance.



Maison XI : La convalescence.



Maison XII : Les hôpitaux, la chirurgie.



Maisons I – V – XIII : La grossesse.



Maisons VI – XII : Les opérations.

Questions judiciaires : 

Maison I : Le Questionneur.



Maison VII : La partie adverse.



Maison X : La sentence du tribunal.



Maison IV : L’issue du procès.



Maison VI : L’avocat du Questionneur.



Maison XI : Les témoins favorables.



Maison II : Les pièces à charges.



Maison V : La valeur de ces pièces.

Il vous appartiendra de développer votre propre grille d’interprétation avec l’expérience. À mesure que s’établira votre maîtrise pratique, vous découvrirez en effet une infinité d’extensions analogiques qui composeront votre palette, unique et personnelle, de lecture du thème géomantique. Notez enfin que si la figure en Maison de la Question passe au Témoin Droit, laquelle symbolise le Questionneur, ce sera l’indication d’un succès obtenu par la volonté de celui-ci qui désire, en cas d’heureux présage.

68

4.2

Détermination du Questionneur

Il importera de toujours identifier en plus de la Maison de la Question, l’identité du Questionneur, et pour qui le thème sera érigé, cela avant même le tracé des points, soit dès que la question aura été posée ; il en va là encore de la justesse du travail d'interprétation dudit dans son entièreté. Dans les cas les plus complexes, comme lors d'interrogations pour de tierces personnes – familières ou inconnues – la détermination du Questionneur pourra s'avérer subtile, et bien que toujours localisé en Maison I, il importera malgré tout de l'avoir identifié sans ambiguïté, ceci afin d'orienter mentalement le travail de divination, et dès son initialisation. Ces quelques aphorismes tirés de la tradition géomantique vous seront un appui sûr pour identifier le Questionneur : 

Si la question est posée pour une tierce personne, celle-ci sera toujours représentée par la figure en Maison I ; (le questionnant, s'il existe, n'agissant qu'en qualité de porte-parole).



Dit autrement, il conviendra d'identifier dans l'énoncé de la question la personne la plus intéressée par l'objet de cette dernière, au sujet de laquelle la consultation est entreprise, et lui attribuer la Maison I ; (centre de l'interprétation du thème général).



Vous considérerez toujours les attributions des douze Maisons fondamentales dans leurs significations premières et imprescriptibles ; jamais une figure ne modifiera la nature et la qualité intrinsèque de la Maison qu'elle occupe, laquelle conservera toutes ses caractéristiques élémentaires et fondamentales intactes.

69



4.3

Le principe des Maisons de maisons développé dans le Chapitre 11 vous permettra en cas d’interrogation à l’adresse d’un tiers, d’étendre l’interprétation en adoptant de point de vue symbolique de l’intéressé.

Analyse approfondie des Significateurs

Pour chacun des deux Significateurs, vous détaillerez les éléments de la réponse oraculaire par l'analyse étendue de : 

La nature, la qualité et les propriétés des figures en occupation.



L'association desdites avec celles en compagnie.



Les regards qu'elles entretiendront dans le thème (qualité, affinité, accord élémentaire, résultante de la copulation), selon le sens et la nature de la question posée.



En cas de déplacement d’un Significateur dans une autre Maison existentielle, les regards entretenus avec le second Significateur de la figure passante ; (voir le Chapitre 8 sur les Passations).

Notez bien que la valeur bonne ou mauvaise des deux figures principales devra bien entendu être modulée selon leur réaction vis-à-vis de la question posée : 

Exemple : Tristitia, figure maléfique, devient favorable pour les questions en lien avec les récoltes, les biens (Maison IV), ou encore le temps météorologique (Maison X).

Vous débuterez l'étude des Significateurs par l'observation de leurs interactions dans le thème, selon qu'il existera un accord 70

ou un désaccord entre les deux figures (qualité, nature élémentaire, affinité, mode d'action, sommation) ; car même en présence d'une bonne figure en Maison de la Question, des déboires seront à redouter en cas de contrariété desdites : Toutes les fois où il se produira un désaccord entre les figures du Questionneur et de la Question, il en résultera fatalement des désagréments pour le Questionneur, quand bien même la figure de la Question indiquerait une heureuse issue : 

Lorsque la figure en Maison du Questionneur sera mauvaise et que celle en Maison de la Question sera bonne, vous en déduirez que le Questionneur obtiendra ce qu’il souhaite, mais qu’il le regrettera.



Le cas opposé indiquera au contraire que le Questionneur n’obtiendra pas ce qu’il demande, mais que ce sera pour le mieux.



Le type de désaccord (qualité, nature, affinité, etc.) vous instruira en outre de la nature de ces désagréments, selon le mode de réaction des figures en présence.

Vous poursuivrez votre examen en observant comment les deux figures des Significateurs influent l’une sur l’autre et opèrent au sein de la ruche géomantique, à l’aide des cinq modes de réaction que nous allons détailler maintenant.

4.4

Réactions des figures

Les figures élémentaires apparaissant dans le thème géomantique seront susceptibles de s'associer entre elles par diverses voies que nous étudierons bientôt, et de réagir mutuellement en fonction de leur : 1. Qualité ; (bonne ou mauvaise). 2. Nature élémentaire ; (Feu, Air, Eau, Terre). 71

3. Affinité ; (contraires, complémentaires, analogie de sens). 4. Propriété ou mode d'action ; (fixes - mobiles, entrantes - sortantes, directes - rétrogrades). 5. Hérédité ; (figure issue de la sommation). Ces cinq modes de réaction réciproques auront comme effet remarquable de modifier le sens général des figures, selon une hiérarchie d'influences établie : l’altération inhérente à la qualité l'emportant sur celle par nature, celle-ci surpassant le lien par affinité, qui à son tour domine le mode d'action, lequel prime sur la sommation. La réaction des figures selon les accords – harmonieux ou dissonants – qu'elles forment entre elles, aura comme double incidence de modifier leur empreinte positive ou négative dans le thème, tout en élargissant le sens et la signification desdites par la révélation des tenants et des aboutissants de l'affaire en cause. 4.4.1

Réaction par qualité

La règle générale voudra qu'une figure maléfique corrompt toujours une bonne figure, et décuple encore le pouvoir malveillant d'une figure mauvaise ; l'inverse se vérifiant dans le cas d'une bonne figure. Vous nuancerez toutefois ces influences et ces effets selon le degré de bonté ou de malignité des figures analysées, à l’aide de la grille en page suivante.

72

Figures favorables

Figures défavorables

(par ordre décroissant de bonté)

(par ordre décroissant de malignité)

Fortuna Major

Tristitia

Acquisitio

Cauda Draconis

Laetitia

Amissio

Caput Draconis

Carcer

Albus

Rubeus

Puella

Puer

Conjonctio

Via

Populus

Fortuna Minor

Figure 19 - Les figures favorables et défavorables.

73

4.4.2

Réaction par nature

Les réactions élémentaires impliqueront primordiaux de rapport :

quatre

types



Feu – Air, Eau – Terre : Affinité, avec un sens de renforcement.



Feu – Feu, Air – Air, Eau – Eau, Terre – Terre : Identité, avec un sens d’alliance.



Feu – Eau, Air – Terre : Antagonisme, avec un sens d’affrontement.



Feu – Terre, Air – Eau : Dysharmonie, avec un sens d’indifférence.

En retenant bien que deux figures avec similitude, affinité ou corrélation de sens ou élémentaire, s’accorderont et renforceront leur nature, tandis qu'elles s'opposeront dans le cas contraire, entendre de contrariété desdites :

74



Une bonne figure verra sa qualité bénéfique amplifiée et deviendra encore meilleure en cas d'affinité ou d’identité élémentaire avec une seconde en association ; (Ex. : Feu – Air, Terre – Terre) ; la même règle s'appliquera à l'inverse en cas de figure maléfique.



Une bonne figure verra sa qualité bénéfique indemne et ne subira pas d'influence particulière en cas de dysharmonie élémentaire avec une seconde en association ; (Ex. : Terre – Feu) ; la même règle s'appliquera à l’identique en cas de figure maléfique.



Une bonne figure verra sa qualité bénéfique dégradée et perdra de sa bonté en cas d’antagonisme élémentaire avec une seconde en association ; (Ex. : Air - Terre) ;

la même règle s'appliquera à l'inverse en cas de figure maléfique. Les rapports élémentaires entre figures étant au cœur de la démarche de consultation géomantique, je vous recommande de vous imprégner des principes cardinaux qui les gouvernent afin de développer votre intuition dès le premier regard porté sur le thème : 





Le Feu : o

Sec et chaud.

o

Élément actif.

o

Exalte et intensifie.

o

Supérieur, principiel, spirituel.

o

Impulsif et destructeur.

o

Embrase l’Air, dissocie l’Eau, dessèche la Terre.

L’Air : o

Humide et chaud.

o

Élément actif moyen.

o

Diffuse et vibre.

o

Subtile, mobile, intellectuel.

o

Instable et inconstant.

o

Attise le Feu, soulève l’Eau, disperse la Terre.

L’Eau : o

Humide et froide.

o

Élément passif moyen.

o

Assimile et indifférencie.

o

Réceptive, sensible, source de vie.

o

Indécise et passive. 75

o 

Combat le Feu, fertilise ou entraîne la Terre, obscurcit l’Air.

La Terre : o

Froide et sèche.

o

Élément passif.

o

Condense et fixe.

o

Féconde, ferme, matérielle.

o

Inflexible et austère.

o

Atténue le Feu, trouble l’Eau, exhale l’Air.

Reportez-vous au Chapitre 13 pour approfondir les caractéristiques essentielles de chacun des quatre éléments. 4.4.3

Réaction par affinité

Vous serez attentifs à localiser puis à identifier dans le thème les figures dites en affinité, selon qu’elles seront contraires, complémentaires ou de sens analogues : 

76

Figures contraires : o

Deux figures sont dites « contraires » lorsque l’une dérive de l’autre par renversement de ses points, selon un axe horizontal (Ex. : Laetitia – Tristitia), à l’exception des figures Via, Populus, Conjonctio et Carcer qui sont à ellesmêmes leurs propres symétriques.

o

Une figure est objectée, affaiblie et se trouve en antipathie mutuelle avec une autre qui lui est contraire, aussi dite « opposée » ; c'est alors le signe de contrariétés et d'antagonismes sévères, et l'annonce d'une crise avec opposition drastique des forces en présence.





Figures complémentaires : o

Deux figures sont dites « complémentaires » lorsque l’une dérive de l’autre par substitution de ses points simples par des doubles, et réciproquement ; (entendre par inversion de la parité de ses éléments ; Ex. : Caput Draconis – Laetitia).

o

Une figure est reliée avec une seconde qui lui est complémentaire, et se trouve en communion de sens avec celle-ci qui la complète et en précise la signification.

Figures en analogie de sens : o

Deux figures sont dites en analogie de sens lorsque leurs significations fondamentales se rejoignent et qu’elles partagent une dialectique, une symbolique et une signification communes ou apparentées ; (Ex. : Puer – Rubeus).

o

Une figure est renforcée par une autre en analogie de sens, et leur message énoncé d'une seule voix se voit doublement réaffirmé au sein d'un ensemble cohérent et uniforme.

Deux figures en affinité se trouveront toujours reliées, notamment en cas d'absence de passations primaires dans le thème, donnant ainsi lieu à une passation secondaire, laquelle il conviendra d'étudier en associant la signification et les attributs des Maisons traversées ; (reportez-vous sur le sujet au Chapitre 8 dédié aux passations).

77

4.4.4

Réaction par propriété

Vous prendrez tout particulièrement soin d'étudier les modes d’action des figures et leurs correspondances binaires selon qu'elles seront : 





Fixes (sables, solides, fermes), mobiles (instables, faibles, vacillantes) ou communes (influençables) : o

Une figure fixe est toujours renforcée par une autre figure fixe, et affaiblie par une figure mobile.

o

Une figure mobile gagne toujours en stabilité et se voit renforcée par une autre fixe.

o

Une figure commune acquiert les attributs d'une autre en association : elle croît en fermeté contact d'une figure fixe, et se débilite avec une figure mobile.

Entrantes (persévérance, assurance) sortantes (inconstance, versatilité) : o

Une figure entrante est signe de bases solides et d'ancrages assurés dans l'existence ; elle évoque un tempérament honnête et équilibré.

o

Une figure sortante manifeste un caractère changeant de la situation ou de la personne convoquée, tout comme l'idée de fugacité et de frivolité.

Directes (activatrices) ou rétrogrades (retardatrices) : o

78

ou

Une figure directe active, accélère, et incline vers un déblocage rapide et facilité d'une situation donnée ; (révélant une certaine

passivité du Questionneur dans l'obtention de la chose demandée). o



4.4.5

Une figure rétrograde engendre du retard et manifeste une résistance dans l'obtention de la chose demandée ; (des efforts importants devront être déployés par le Questionneur en vue de l'atteinte du résultat espéré).

Féminines (fertiles et nocturnes) ou masculines (stériles et diurnes) : o

Les figures féminines sont synonymes de fécondité, de fertilité et d'épanouissement, et sont favorables à la naissance – au propre comme au figuré – à la création, aux nouveaux départs, à l'éveil.

o

Les figures masculines quant à elles sont signes de stérilité consécutive à une déperdition ou un gaspillage d'énergie, d'absence de transformation et de dénouement funeste.

Réaction par hérédité

Vous calculerez enfin la sommation géomantique, et scruterez avec attention la figure engendrée par copulation – en particulier sa qualité bonne ou mauvaise – et vous référerez au Chapitre 9 traitant de la Paternité des figures pour émettre les conclusions de circonstance. 4.4.6

Groupements de figures

Vous vous appuierez afin de vous assister à la tâche sur l’aidemémoire de la page suivante, lequel vous permettra d'identifier 79

facilement les propriétés secondaires ainsi que les significations dérivées des figures, et jusqu'à leur mémorisation complète, à force de pratique. 

Toutes les figures fixes (celles possédant deux points en haut et un point en bas, ou plus de points dans la moitié supérieure) sont entrantes sauf Puella.



Toutes les figures fixes sont directes sauf Tristitia ; (le mouvement direct se trouvant en affinité naturelle avec la Fixité, tandis que le mouvement rétrograde incline à la Mobilité).



Toutes les figures mobiles (celles possédant un point en haut et deux points en bas, ou plus de points dans la moitié inférieure) sont sortantes et rétrogrades sauf Albus.



Les figures masculines : Feu (méridionales, chaudes et sèches) et Air (orientales, chaudes et humides), sont toujours stériles et diurnes.



Les figures féminines : Eau (septentrionales, froides et humides) et Terre (occidentales, froides et sèches), sont toujours fertiles et nocturnes.

Les groupements de figures des tableaux à venir vous seront un précieux appui aux premiers temps de votre apprentissage.

80

Figures contraires (compagnies composées)

Puella

Puer

Acquisitio

Amissio

Albus

Rubeus

Fortuna Major

Fortuna Minor

Laetitia

Tristitia

Caput Draconis

Cauda Draconis

Figure 20 - Les figures contraires.

81

Figures complémentaires

Puer

Rubeus

Acquisitio

Amissio

Albus

Puella

Populus

Via

Fortuna Major

Fortuna Minor

Conjonctio

Carcer

Laetitia

Caput Draconis

Tristitia

Cauda Draconis

Figure 21 - Les figures complémentaires.

82

Figures en analogie de sens

Puella

Albus

Conjonctio

Amissio

Rubeus

Puer

Populus

Via

Fortuna Major

Fortuna Minor

Caput Draconis

Cauda Draconis

Laetitia

Acquisitio

Tristitia

Carcer

Figure 22 - Les figures en analogie de sens.

83

Figures mobiles

Figures fixes

Figures communes

Cauda Draconis

Caput Draconis

Via

Laetitia

Tristitia

Populus

Amissio

Acquisitio

Carcer

Puer

Puella

Conjonctio

Albus

Rubeus

Fortuna Minor

Fortuna Major

Figure 23 - Les figures fixes, mobiles et communes.

84

Figures entrantes

Figures sortantes

Caput Draconis

Cauda Draconis

Tristitia

Laetitia

Acquisitio

Amissio

Albus

Puer

Fortuna Major

Fortuna Minor

Rubeus

Puella

Populus

Via

Conjonctio

Carcer

Figure 24 - Les figures entrantes et sortantes.

85

Figures directes

Figures rétrogrades

Caput Draconis

Cauda Draconis

Puella

Albus

Acquisitio

Laetitia

Carcer

Tristitia

Fortuna Major

Fortuna Minor

Rubeus

Puer

Populus

Via

Amissio

Conjonctio

Figure 25 - Les figures directes et rétrogrades.

86

Figures masculines (mâles)

Figures féminines (femelles)

Stériles & Diurnes

Fertiles & Nocturnes

FEU

AIR

EAU

TERRE

Méridionales

Orientales

Septentrionales

Occidentales

Chaudes

Chaudes

Froides

Froides

Sèches

Humides

Humides

Sèches

(Été)

(Printemps)

(Hiver)

(Automne)

Fortuna Major

Acquisitio

Albus

Conjonctio

Fortuna Minor

Amissio

Puella

Carcer

Puer

Caput Draconis

Populus

Tristitia

Rubeus

Laetitia

Via

Cauda Draconis

Figure 26 - Les figures masculines et féminines.

87

4.5

Interactions entre les figures et les Maisons

4.5.1

Interaction par qualité

Vous observerez tout d’abord si la figure de la question est située dans une Maison favorable ou défavorable, en ayant bien à l'esprit les règles ci-dessous : 

Une bonne figure dans une bonne Maison deviendra encore meilleure, et sera doublement bénéfique : le Questionneur obtiendra ce qui lui tient à cœur.



Une mauvaise figure dans une mauvaise Maison deviendra pire et plus défavorable encore ; elle s’avérera grandement néfaste au Questionneur, et un bien sinistre augure pour la suite de l'affaire considérée.



Une bonne figure dans une mauvaise Maison retirera de la malice à cette dernière, mais se verra également gâtée dans sa bonté ; vous y verrez le témoignage d'une promesse de bien qui ne sera pas tenue.



Une mauvaise figure dans une bonne Maison se trouvera en quelque sorte neutralisée, la Maison lui ôtant de sa méchanceté, la figure sans pouvoir nuire au Questionneur, le privera malgré tout du bien espéré.

Voici pour vous orienter une table de distribution des Maisons, selon qu’elles seront favorables (bonnes), défavorables (mauvaises) ou neutres : 

88

Les Maisons favorables (bonnes) sont : o

La Maison I ; (le Questionneur).

o

La Maison V ; (les Enfants).

o

La Maison X ; (les Honneurs).

o 



La Maison XI ; (les Amis).

Les Maisons défavorables (mauvaises) sont : o

La Maison VI ; (la Servitude).

o

La Maison VII ; (les Adversaires).

o

La Maison VIII ; (la Mort).

o

La Maison XII ; (les Afflictions).

Les Maisons neutres (moyennes) sont : o

La Maison II ; (les Biens).

o

La Maison III (l’Entourage).

o

La Maison IV ; (le Père).

o

La Maison IX ; (la Religion).

En retenant toutefois que la cardinalité l’emportera toujours sur la qualité de la Maison. Ainsi, la Maison VII, puissante de par sa caractéristique angulaire, le demeurera-t-elle malgré sa qualité malfaisante (Maison de l’adversaire). Vous garderez bien à l’esprit au cours de votre analyse, les influences et les effets imprimés par les figures sur les Maisons : 

Du caractère bénéfique ou maléfique de la figure dépendra le sens heureux ou malheureux de la Maison.



L'adaptation du sens de la Maison est assujettie à la signification fondamentale de la figure en occupation.



L'effet produit par ladite figure sur la Maison sera caractérisé dans ses causes en vertu de sa propre nature élémentaire (ignée, aérienne, hydrique, ou terrestre).

89



Les propriétés de la figure seront enfin intégrées à l'analyse afin d'évaluer notamment le degré de stabilité ou les chances d'aboutir de la chose demandée.

L'influence des figures sera à son tour contrebalancée par la réaction des Maisons sur celles-ci, traduite en termes d'altération de leurs qualités fondamentales, et selon le degré de corrélation relevé entre elles au cas par cas. Ainsi, les figures représenteront-elles les éléments actifs de la question, et les Maisons les éléments passifs ; de leurs interactions vous extrapolerez l’évolution à court terme de la situation. 4.5.2

Interaction par nature

À chacune des douze premières Maisons correspond un élément. Or ces éléments réagissent avec ceux des figures, bonifiant ou altérant la qualité de celles-ci. Aussi, conviendra-til de toujours observer l’accord ou le désaccord élémentaire de la Maison concernée avec la figure en occupation, et ainsi d’apprécier les modifications induites sur le sens et la nature de cette figure. Lorsqu'une figure occupera une Maison avec laquelle elle est en affinité élémentaire, ses effets et son influence s'en trouveront amplifiés, et sa puissance décuplée, grâce au rapport harmonieux qui s'établira entre les deux entités. Dans le cas contraire, elle s'affaiblira et verra sa propre signification altérée :

90



Une figure bénéfique deviendra meilleure en cas d'affinité ou d’identité élémentaire avec la Maison qu'elle occupe.



Une figure bénéfique conserva tout de ses aspects positifs même en cas de dysharmonie élémentaire avec la Maison qu'elle occupe.



Une figure bénéfique se trouvera dépossédée d'une partie de sa bonté en cas d'antagonisme élémentaire avec la Maison qu'elle occupe.



Une figure maléfique deviendra pire en cas d'affinité ou d’identité élémentaire avec la Maison qu'elle occupe.



Une figure maléfique le restera sans altération de sa qualité en cas de dysharmonie élémentaire avec la Maison qu'elle occupe.



Une figure maléfique verra sa médiocrité atténuée en cas d'antagonisme élémentaire avec la Maison qu'elle occupe.

Vous jugerez des interactions entre les Maisons et les figures selon que ces dernières seront : 

En correspondance : la figure est en identité élémentaire avec la Maison qu'elle occupe ; signifiant alors : coopération, renforcement, soutien, aides, fluidité, alliance, union, équilibre.



En accord : la figure est en affinité élémentaire avec la Maison qu'elle occupe ; signifiant alors : harmonie, cohérence, abondance, mais aussi excès, disproportion, exagération, exubérance, abus.



En contrariété : la figure est en dysharmonie élémentaire avec la Maison qu'elle occupe ; signifiant alors : désagréments, résistances, tensions, cacophonie, inconstance, confusion, tourments et parfois indifférence.



En conflit : la figure est en antagonisme élémentaire avec la Maison qu'elle occupe ; signifiant alors : opposition, corruption, antagonisme, contradiction, antipathie, concurrence, divergence, conflit, tiraillement, affrontement.

91

La Maison conservera quant à elle toujours ses attributs et sa valeur interprétative intacts, quel que soit la figure en occupation : La signification s'obtiendra toujours par l'interprétation du sens de la figure, adapté au domaine et aux attributs de la Maison qu'elle occupe. Vous vous référerez à la table ci-dessous pour mieux apprécier les interactions entre les figures et les Maisons :

92



Maison I : Feu, Angulaire, Personnelle, Puissante, Mobile.



Maison II : Terre, Succédente, Matérielle, Peu puissante, Fixe.



Maison III : Air, Cadente, Sociale, Faible, Commune.



Maison IV : Eau, Angulaire, Occulte, Puissante, Mobile.



Maison V : Feu, Succédente, Personnelle, Peu puissante, Fixe.



Maison VI : Terre, Cadente, Matérielle, Faible, Commune.



Maison VII : Air, Angulaire, Sociale, Puissante, Mobile.



Maison VIII : puissante, Fixe.



Maison IX : Feu, Cadente, Personnelle, Faible, Commune.



Maison X : Terre, Angulaire, Matérielle, Puissante, Mobile.



Maison XI : Air, Succédente, Sociale, Peu puissante, Fixe.



Maison XII : Commune.

Eau,

Eau,

Succédente,

Cadente,

Occulte,

Occulte,

Peu

Faible,

4.5.3

Interaction par affinité

Vous pourrez compléter au besoin et de façon subsidiaire l’étude des interactions entre les figures et les Maisons par celle des affinités, dont suit une table simplifiée de lecture :

4.6



Une figure fixe située dans une Maison fixe verra son présage confirmé.



Une figure fixe située dans une Maison mobile verra son présage contesté.



Une figure fixe située dans une Maison commune verra son présage atténué.



Une figure mobile située dans une Maison fixe verra son présage amélioré.



Une figure mobile située dans une Maison mobile indiquera un présage défavorable.



Une figure mobile située dans une Maison commune ne subira aucune influence.



Une figure commune située dans une Maison fixe sera signe d’un présage favorable.



Une figure commune située dans une Maison mobile annoncera un mauvais présage.



Une figure commune située dans une Maison commune restera neutre.

Règles d'une figure fortunée

Une figure bien formée, dite aussi « fortunée », influencera favorablement l'issue de la question posée et le thème tout entier, spécialement si elle apparaît en Maison du Questionneur ou de la question.

93

Une figure géomantique sera dite bien ou mal formée relativement à huit critères, qu'il conviendra d'apprécier, en particulier lors de l'étude des deux Significateurs : 1. Selon sa nature, entendre le degré d’affinité élémentaire qu’elle entretient avec une autre figure en association, comme lorsqu’elles sont en conjonction. 2. Selon sa signification, lorsque la figure en Maison de la Question s’accorde avec celle-ci par le sens et les affinités. On la dit en ce cas figure de figure ; (voir la Section 4.8) : elle se trouve alors proprement dans la Maison de la chose demandée, avec laquelle elle s’allie pour le meilleur. 3. Selon le lieu qu’elle occupe : o

Maisons favorables ; (I, V, X, XI) : influence positive.

o

Maisons défavorables ; (VI, VII, VIII, XII) : influence négative.

o

Maisons moyennes ; (II, III, IV, IX) : influence négligeable.

o

Maisons Angulaires : lieux où les figures sont les plus puissantes.

o

Maisons succédentes : lieux où les figures sont de force ordinaire.

o

Maisons cadentes : lieux où les figures sont les plus faibles.

4. Selon les regards (aspects) qu’elle soutient avec les autres figures du thème et leur qualité (bonne ou

94

mauvaise), de élémentaires : o

même

que

leurs

corrélations

Une bonne figure en regard d’une autre également bénéfique ou de même nature élémentaire verra sa bonté encore augmentée, et sera dite « bien fortunée » ; ou « mal fortunée » si le contraire advient.

5. Selon la conjonction, si une bonne figure est accostée à une seconde également favorable, ce sera pour le meilleur et par bonheur ; ou par grand malheur et infortune si le contraire advient. 6. Selon les antagonismes, à savoir les contradictions éventuelles susceptibles d’opposer la figure envisagée avec une seconde en association, toujours synonymes d’affaiblissement et d’altération de la qualité : o

Une figure bonne avec une autre mauvaise.

o

Une figure fixe avec une autre mobile.

o

Une figure directe avec une autre rétrograde.

o

Une figure bonne avec un mauvais regard.

o

Etc.

7. Selon les passations, entendre les mouvements, quel que soit leur nombre, d’une figure dans de bonnes ou de mauvaises Maisons. o

Si une bonne figure passe en Maison bénéfique, elle gagne encore en bonté et son caractère bénéfique se voit renforcé.

95

o

Si une bonne figure passe en Maison maléfique, son caractère bénéfique s’en trouve amoindri, et dégradé.

o

Si une figure ne passe pas et se trouve isolée, cela indique qu’elle reste ferme et campée dans ses significations, et qu’elle ne recherche ni aide, ni compagnie.

8. Selon l’hérédité de la figure, par l’examen attentif des figures génératrices ; (à l’exception c’est entendu des figures des Mères, issues du jet de traits initial) : o Une figure issue de deux bons parents bénéficie de leur influence bénéfique ; l’inverse si le contraire se produit. o

Cette règle s’applique à toutes les figures du thème engendrées par triplicité, entendre les Nièces, les Témoins, le Juge et la Sentence.

Notez bien ici que les figures des Filles, formées à partir des éléments dérivés de celles des Mères, et bien que possédant leur propre nature, demeurent pleinement imprégnées par la dominante élémentaire dont elles proviennent :

96



Le première Fille issue de la ligne de Feu des Mères reste sous l’influence de son origine ignée.



La seconde Fille issue de la ligne d’Air des Mères reste sous l’influence de son origine aérienne.



La troisième Fille issue de la ligne d’Eau des Mères reste sous l’influence de son origine aqueuse.



La quatrième Fille issue de la ligne de Terre des Mères reste sous l’influence de son origine terrestre.

Il conviendra donc de toujours observer lors de l’examen des Filles leur généalogie élémentaire, afin de reconnaître puis d’apprécier l’influence sur elles de cette filiation. Exemple : Rubeus, figure de la nature du Feu, en provenance de la file des points d’Eau des Mères, verra sa nature ignée contredite par son origine aqueuse. Il conviendra en pareille circonstance d’adapter l’interprétation du sens de la figure, en fonction des effets induits par les relations élémentaires sousjacentes.

4.7

Revers de fortune des figures

Toute figure géomantique est susceptible de se comporter comme les deux revers d’une même médaille. En sorte qu’une figure bénéfique telle que Laetitia par exemple, si elle s’oppose en qualité à la volonté du Questionneur, devient maléfique. L’inverse s’appliquant en cas de figure malfaisante. Si à titre d’illustration vous interrogiez l’oracle avec l’espoir d’y découvrir le terme prochain d’une union consommée, et que vous découvriez en Maison VII du conjoint la bonne figure Albus, associée à l’idée de stabilité et de durée, celle-ci endosserait alors une valeur négative, compte-tenu du contexte de la question posée. A contrario, et si vous obteniez en même Maison la figure Amissio, pourtant malveillante de prime abord, vous en déduiriez à une sortie rapide de l’impasse, et donc au sens finalement bénéfique de la dite figure, au regard de la situation considérée. Selon une logique identique, la présence de la figure Acquisitio en Maison I du Questionneur, pour une question portant sur la vente d’un bien, pourtant l’une des meilleurs de la géomancie,

97

viendra contrarier la volonté de celui-ci qui interroge, et dénotera l’issue défavorable du processus engagé. Vous tempérerez toutefois ce qui vient d’être énoncé en retenant bien que la méchanceté contenue dans une bonne figure ne sera jamais si mauvaise en comparaison d’une autre malfaisante, l’inverse s’appliquant en cas de mauvaise figure. En sorte qu’il n’y aura grand mal à redouter d’une bonne figure, ni grand bien à espérer d’une mauvaise. Et comme si la règle n’y suffisait pas, voici quelques cas remarquables de figures en contradiction apparente de qualité, à titre d’illustration seulement :

98



Amissio en Maison II signera un augure favorable pour la poursuite d’un amour.



Cauda Draconis en Maison IV sera présage de succès au procès, de profit quant au bien acquis, et de recouvrement de la chose égarée.



Conjonctio en Maison IV prédira la mort du malade, la maladie pour le père, et menacera de mort en Maison VI en cas de mauvaise figure en Maison VIII.



Caput Draconis en Maison VI sera indice de fièvre chez le malade avec possible issue fatale en cas de mauvaise figure en Maison VIII.



Acquisitio en Maison VIII sera menace de mort pour l’absent ou le malade.



Carcer en Maison IX signera le don des sciences cachées et divinatoires, telles que la Géomancie.

4.8

Exaltation des figures

Toutes les fois où une bonne figure se trouvera en son exaltation, ses effets bénéfiques se verront décuplés, l’inverse étant véridique en cas de figure malfaisante. Pour déterminer cet état, vous retiendrez par cœur les Maisons en lesquelles les figures se trouvent en joie :

4.9



Amissio – Conjonctio (Mercure) : Maison I ; (des aptitudes et des compétences, des dispositions de l’esprit et des commencements).



Populus – Via (Lune) : Maison III ; (des proches, des voisins, de la vie en communauté et du rapport à la collectivité).



Puella – Albus (Vénus) : Maison V ; (des plaisirs physiques, des joies, des amours, et des jeux de hasard).



Rubeus – Puer (Mars) : Maison VI ; (des maladies, des servitudes, des labeurs du quotidien et des subordonnés).



Fortuna Major – Fortuna Minor (Soleil) : Maison IX ; (des plus hautes aspirations philosophiques et religieuses, des idéaux et de l’élévation).



Acquisitio – Laetitia (Jupiter) : Maison XI ; (des protections, des espérances, des appuis, des amis et autres bienfaiteurs).



Carcer – Tristitia (Saturne) : Maison XII ; (des maladies graves, des accidents de la vie et de toutes les formes d’aliénation).

Figures en analogie ou parenté de forme

L'analyse de la Maison de la Question (et de la figure en occupation) pourra se voir enrichie grâce à l'identification dans

99

le thème géomantique de la figure symbolisant l’objet de la question par analogie de sens ou de forme : 

Par exemple pour une question d’argent, il conviendra non seulement d’étudier la figure en Maison II (des biens), mais également de rechercher la présence éventuelle de la figure Acquisitio dans le thème, qui par sa forme rappelle celle d'une bourse.



Ou si votre interrogation porte sur le domaine des plaisirs, lequel se trouve représenté par la Maison V, vous rechercherez dans le thème les figures liées à la jouissance et à la sensualité (Puella, Albus), et analyserez la manière – harmonieuse ou discordante – dont elles s'accorderont (accord élémentaire), et réagiront (aspects), avec la figure localisée en Maison de la Question (V).



Il importera également d'examiner la figure en rapport avec l’anatomie, la forme ou l’image symbolique de la chose, de la situation, du lieu, ou de l’être vivant objet de la question posée.

La démarche d'analyse des figures en analogie de sens ou de forme de décomposera comme suit : 1. Envisagez la Maison qui signifie la question (ici la Maison II pour les biens). 2. Recherchez la figure qui, par ses analogies ou sa forme, rappelle l’objet de la question posée. 3. Examinez dans quelle(s) Maison(s) tombe la figure symbolisant l'objet de la question. 4. Déterminez en quel aspect elle se trouve avec la Maison de la Question, et comment elle s’accorde avec la figure de cette Maison. 100

Afin de vous aider à mieux appréhender ces concepts d’analogie de sens et de parenté de forme, vous trouverez ciaprès quelques exemples courants extraits de la tradition parmi une infinité d’autres, à seule fin de susciter vos propres représentations mentales des figures. Exemples d’analogies de formes symboliques : 

Albus : un calice.



Rubeus : un homme en armes.



Puella : un miroir, une silhouette féminine.



Puer : une épée, une dague, le sexe masculin.



Laetitia : un abri, une tour.



Tristitia : un abri renversé, un puit, un abîme.



Conjonctio : une croisée de chemins, un cercueil.



Carcer : une enceinte, un ovocyte.



Caput Draconis : un serpent dressé, un germe de plante.



Cauda Draconis : une clef.



Acquisitio : une besace joufflue.



Amissio : un sac renversé et dont le contenu se déverse.



Fortuna Major : une coupe.



Fortuna Minor : une coupe renversée.



Via : une bougie.



Populus : une foule.

101

Exemples d’analogies de sens symboliques :

102



Via : les cours d’Eau, les routes et les chemins, les canaux, les voies navigables.



Populus : la mer, les océans, les grands lacs, la foule, les assemblées.



Caput Draconis : les montagnes et tous les lieux élevés, les édifices.



Cauda Draconis : les puits, les mines, les grottes, les caves, les chutes.



Fortuna Major : l’or, les trésors cachés, les monuments et les châteaux.



Fortuna Minor : la loterie, les caprices de l’infortune, la joaillerie.



Puella : les salles de spectacles, les galeries d’art, la mode et le luxe.



Puer : les révoltes et les rébellions, les places d’armes, les débits de boissons.



Conjonctio : les lieux d’assemblées, les amphithéâtres, les grandes écoles.



Carcer : les prisons, les cliniques et les hôpitaux, les cimetières, les lieux obscurs.



Acquisitio : la fortune, la convalescence, la grossesse, tout ce qui est en expansion.



Amissio : les pénuries, l’indigence financière ou morale, la santé chétive.



Laetitia : les temples, le ciel, les célébrations, les rapports harmonieux.



Tristitia : tout ce qui est enfoui, le poids du souvenir et du savoir, le crépuscule.



Albus : la pureté, l’élévation morale, tout ce qui expose au blanc, les maternités.



Rubeus : l’entreprenariat, la conquête brutale, la révolte populaire, la guerre.

4.10 Figure de figure Toutes les fois où une figure domiciliée en Maison de la Question ou du Questionneur s'accordera sur le sens avec celle-ci (le lieu de la chose demandée), elle sera dite figure de figure. Or quand une figure occupera la Maison qui lui est correspondante par sa nature et sa qualité, sa puissance en sera d’autant accrue. 

Exemple : Obtiendrai-je le gain escompté dans l'affaire que j'entends entreprendre ? Acquisitio en Maison II est figure de figure.



Exemple : Ferai-je tel déplacement dans la journée ? Via en Maison III est figure de figure.



Exemple : Les festivités organisées ce week-end se tiendront-elles sous des auspices favorables ? Laetitia en Maison V est figure de figure.



Exemple : Si le thème est érigé pour une femme et que la figure en Maison I (du Questionneur) est féminine : elle est aussi figure de figure.

103

En outre, et si la figure en Maison de la question se trouve être en correspondance planétaire avec l’objet de la question posée, il en résultera une grande confiance dans le témoignage de celle-ci qui répond ; vous y verrez alors un indice supplémentaire d’une figure fortunée, dite aussi bien formée. Voici à effet d’illustrer ce qui vient d’être dit, quelques exemples de rapports signifiants entre une question posée et sa figure en Maison de la question : 

Mariage et choses de l’amour : figures de Vénus.



Honneurs et succès de carrière : figures du Soleil.



Conquêtes, défis et compétitions : figures de Mars.



Épreuves et obstacles de la vie : figures de Saturne.



Sciences et domaine du savoir : figures de Mercure.



Voyages et transformations : figures de la Lune.



Croissance et épanouissement : figures de Jupiter.

4.11 Triplicité de figures Vous relèverez une triplicité de figures lorsque dans le thème trois figures de même nature élémentaire ou planétaire se trouveront accolées. Lorsque donc trois figures consécutives seront d’un même élément ou d’une même planète, il conviendra de juger le sens de la triplicité selon la qualité et la signification de celles-ci qui la composent, sous l'effet de la dominante observée. Si une figure est marquée par plus d’une triplicité, il conviendra de la juger selon celle la plus forte, et selon les accords en prévalence.

104

Trois figures identiques à la suite marqueront également une triplicité, plus remarquable encore, et imprégneront le thème dans son ensemble de leur influence bénéfique ou maléfique.

105

106

5 Les compagnies de figures L'aspect de compagnie en géomancie s’analyse toujours dans le sens de numérotation des Maisons ou sens direct, ce qui implique qu'il ne peut exister qu'un seul aspect de compagnie pour une figure donnée. En outre, les Maisons appairées par ce mode d'association ne peuvent être que les suivantes, du type « impair - pair » : 

I & II



III & IV



V & VI



VII & VIII



IX & X



XI & XII

En conséquence, la Maison II par exemple ne sera jamais en aspect de compagnie avec la Maison III, laquelle peut seulement s'associer avec la Maison IV. Il existe quatre aspects de compagnie, auxquels on pourra ajouter celui de conjonction, et qui sera détaillé lors de l'étude des perfections ; (voir le Chapitre 7).

5.1

Compagnie simple 

Deux figures identiques se suivent dans le sens de numérotation direct des Maisons et forment un binôme de type « impair - pair » signifiant harmonie et renforcement mutuel.



La compagnie simple renforce le pronostic favorable ou défavorable de la réponse à la question posée. 107

5.2

Compagnie demi-simple 

5.3

Compagnie composée 

5.4

Deux figures opposées (contraires) se suivent dans le sens de numérotation direct des Maisons et forment un binôme de type « impair - pair » signifiant réunion heureuse des contraires.

Compagnie par points 

5.5

Deux figures de même parité de tête se suivent dans le sens de numérotation direct des Maisons et forment un binôme de type « impair - pair » signifiant vision commune supérieure : o

Souvenez-vous que le Feu est l'élément primordial et supérieur à tous les autres, à qui les premiers points de la figure sont attribués.

o

Si la fusion des deux figures dans ce cas en donne une troisième de même parité de tête (2, 2, 2), c’est le signe d’une très grande bonté.

Compagnie de conjonction 

108

Deux figures de même nature élémentaire se suivent dans le sens de numérotation direct des Maisons et forment un binôme de type « impair - pair » signifiant alliance et complémentarité.

La figure localisée en Maison I (du Questionneur) dans le thème passe en conjonction de la chose demandée

(Maison de la Question), et vice-versa ; (voir la Section 7.3).

5.6

Interpréter les compagnies

L'aspect de compagnie établit un lien entre deux Maisons, révèle le sens de la nouvelle entité ainsi formée, et complète à la fois la signification et la valeur interprétative des figures en association. Dans tous les aspects de compagnie, la première figure représentera le présent, et la seconde le futur ; si les deux figures sont bonnes, on pourra de fait en conclure à une évolution positive de l’affaire ; l’inverse en cas de mauvaises figures. Il conviendra d'approfondir toujours le sens de la compagnie à la manière que je vais vous montrer maintenant : 

Toutes les formes de compagnies renforcent ou atténuent le caractère bénéfique ou maléfique des figures en relation.



Vous veillerez à toujours associer l’analyse des affinités de figures à l’étude de la compagnie (figures complémentaires, contraires, en analogies de sens).



Si deux figures en compagnie sont de même nature élémentaire, elles indiqueront grand bien ou grand mal selon leur degré de bonté ou de malice.



Les aspects bénéfiques ou maléfiques des figures en Maisons de la question et du Questionneur seront toujours accentués ou tempérés par les figures en compagnie.

109

110



Quand deux figures semblables se retrouveront en deux Maisons prochaines et qu’elles seront bonnes, elles signifieront une grande bonté : vous y verrez une manifestation éminemment positive, à la faveur du pronostic d'ensemble du thème étudié.



A contrario, quand deux figures semblables se retrouveront en deux Maisons prochaines et qu’elles seront mauvaises, elles insuffleront dans tout le thème leurs influences maléfiques.



On tirera de précieux renseignements complémentaires par l'observation de la résultante issue de la copulation des figures en compagnie, et la triplicité ainsi formée.



En cas d’absence de compagnie entre la Maison du Questionneur (Maison I) et sa compagne, il importera d’analyser malgré tout, les points supérieurs (ligne de Feu) de la figure engendrée par copulation. Si la nouvelle figure se trouve en affinité de points supérieurs avec la seconde, lesquels points sont attribués au Feu, le Questionneur obtiendra jouissance de son désir, et connaîtra une évolution positive et favorable de sa situation.



Toutes les formes de compagnies (simples, demisimples, composées, par points) affectant la Maison du Questionneur ou celle de la question indiqueront par les Maisons qu'elles désignent et les figures qu'elles contiennent un nouvel élément d'interprétation, lequel agira à son tour comme un Significateur supplémentaire et à part entière dans tout le thème.



Toutes les fois où la compagne de la figure en Maison du Questionneur ne s’accordera pas avec celle-ci, mais que les deux figures seront favorables, vous en déduirez que l’objet de la demande sera satisfait à grand-peine, avec moult efforts et difficultés en tous genres.



Toutes les fois où la figure de la Maison appairée (en compagnie) passera dans le thème, les translations et les aspects qu’elle formera compteront comme si le Significateur lui-même les avait réalisés.



Vous resterez vigilant, en sachant bien que la compagnie entre un Significateur et sa Maison appairée peut constituer une arme à double tranchant, tant il s’avère exact que le nouveau Significateur sera susceptible d’entretenir des aspects ou des connexions potentiellement défavorables avec l'autre Significateur.



Toutes les fois où il existera une compagnie de Maisons, ceci impliquera que des tiers joueront un rôle actif dans la résolution de la situation pour atteindre le résultat escompté : o

Lorsque la figure en compagnie de la Maison du Questionneur perfectionnera le thème : vous en déduirez que les amis ou les associés du Questionneur seront en dispositions d’apporter leur soutien.

o

Dans le cas contraire et lorsque la figure en compagnie avec la Maison du Questionneur déniera la perfection, vous reconnaîtrez que les amis ou les associés du Questionneur 111

représenteront le principal obstacle au succès de l’affaire.

112

o

Toutes les fois où la figure en compagnie de la Maison de la Question perfectionnera le thème, vous soupçonnerez que quelqu’un en rapport avec le but poursuivi détiendra la clé du succès et que le Questionneur aura intérêt à solliciter son recours et son assistance.

o

Dans le cas contraire et lorsque la figure en compagnie avec la Maison de la Question déniera la perfection, vous informerez le Questionneur que quelqu’un en rapport avec la chose demandée constituera la source du problème.

113

6 Les aspects Les aspects ou regards exposent les interactions entre la Maison du Questionneur et celle de la Question, avec le reste de l’échiquier géomantique. Vous tiendrez donc un compte attentif des associations que les Significateurs formeront avec les figures environnantes, dont la nature, active et dynamique, les amènent à réagir les unes sur les autres (contrairement aux Maisons qui demeurent passives), à telle enseigne que leurs qualités intrinsèques s'en trouvent affectées, sous l'effet des combinaisons qu'elles forment entre elles. Ce sont ces associations que l'on nomme « aspects », et que l'on va rechercher en comptant le nombre de cases qui séparent les figures entre elles. De nature harmonique ou dissonante, les aspects constituent un réseau complexe de forces et d’influx, susceptible de révéler les champs d'énergie dissimulés dans le thème. Il importera donc de repérer si de bonnes figures sont en aspect favorable avec la figure en Maison I et celle de la Question (compagnie, trigone, sextile), ou à l’inverse si ces dernières se trouvent affaiblies par des aspects conflictuels de figures défavorables (carré, opposition). Les aspects et leurs ramifications vibratoires dessinent la structure intime du thème dont ils exaltent la pulsation première et le chant intérieur, à travers le jeu des interférences qui tantôt s’accroissent, tantôt se défont, ou se régulent. On compte cinq aspects primordiaux en géomancie, détaillés ci-après par ordre décroissant de dignité.

6.1

La conjonction 

114

Met en relation les figures localisées en deux Maisons contiguës.



L’aspect de conjonction se compte dans le sens direct de la numérotation des Maisons, sachant qu'il ne peut exister qu'un seul aspect de conjonction pour une figure donnée ; (Se reporter au Chapitre 5 sur les Compagnies de figures).



La conjonction précise et complète la signification et la valeur interprétative d’une figure. Les influences des deux figures en conjonction se combinent pour étendre et préciser le sens de chacune ; par exemple, Albus en Maison I fera penser à une personnalité calme et apaisée, mais en compagnie de Tristitia en Maison II, elle tendra à connoter un tempérament taiseux et renfermé.



Il est toujours recommandé d'effectuer le couplage géomantique de deux figures en conjonction, et d'étudier avec attention la triplicité de figures résultant de cette opération.

6.2

L’opposition 

Met en relation les figures localisées en deux Maisons séparées de cinq cases.



Cet aspect, le plus défavorable de tous, affaiblit toujours, sauf en cas de bonne figure ou d’identité élémentaire, auquel cas il perdra de sa malignité.



L’aspect d’opposition révèle les éléments contraires, ceux-là même qui s’opposent au Questionneur ou à l'objet de sa question.

115



Symboliquement, l'aspect d'opposition représente ce qui se met en travers du chemin, et empêche la progression d’une affaire ou l’évolution d’une situation : il y a contrariété des forces en présence matérialisée par les figures, et conflit des opposés.



Les gênes et les oppositions susceptibles d'intervenir en obstruction de l'affaire devront être appréciées selon la qualité de la figure en opposition, et ses réactions avec celle considérée. Les correspondances analogiques de la figure en opposition révéleront la nature et les caractéristiques des obstacles à redouter.

6.3

Le trigone 

Met en relation les figures localisées en deux Maisons séparées de trois cases.



Cet aspect est toujours favorable s’il provient d’une bonne figure.



L'aspect trigone met l'emphase sur les possibilités d’épanouissement et d’extension offertes par le contexte et l'environnement.



Il sera de nature affective ou psychique pour l’aspect direct (sens normal de numérotation des cases), et de nature intellectuelle ou spirituelle pour l’aspect rétrograde.

6.4

Le carré 

116

Met en relation les figures localisées en deux Maisons séparées de deux cases.



Cet aspect, défavorable par nature, est le signe de difficultés et de retards.



L’aspect carré révèle les entraves, les difficultés, et les freins, mais de moindre gravité (intensité) que celui d’opposition.



Symboliquement il représente ce qui se met en travers du chemin et gêne la progression d’une affaire, l’évolution d’une situation.



Il sera d’ordre intérieur pour l’aspect direct, et d’ordre extérieur pour l’aspect rétrograde.

6.5

6.6

Le sextile 

Met en relation les figures localisées en deux Maisons séparées par une seule case.



Cet aspect est légèrement favorable en cas de bonne figure (identité élémentaire ou partageant une même dialectique), et défavorable dans le cas contraire.



Les aspects sextiles complètent l’interprétation des aspects trigones et sont de même nature : ils sont l'indication d'un contact, d'une connexion entre deux figures, et le révélateur des appuis et des aides à la faveur du Questionneur.

Interpréter les aspects

Lors de l’examen de l'effet des aspects sur les Significateurs, vous retiendrez les règles et les conventions suivantes :

117

118



Toutes les fois où la figure d’un Significateur passera dans le thème, vous analyserez avec une attention toute particulière les aspects que celle-ci formera avec le second Significateur. Selon la qualité des regards échangés, vous apprécierez les rapports de force existant entre le Questionneur et l’objet de la Question posée à l’oracle au moment de la consultation ; (Voir le Chapitre 8 sur les passations).



L’action de la conjonction peut être réduite, mais jamais entièrement défaite, même par l’ensemble des autres associations.



La conjonction l’emporte en valeur sur l’opposition, celle-ci sur le trigone, et ainsi de suite par ordre décroissant de dignité.



Il est d'usage de quantifier le nombre de figures bonnes et mauvaises et leur « force », selon les aspects qu’elles forment avec le Significateur interrogé.



Vous évaluerez également le degré d’affinité élémentaire desdites avec le Significateur considéré, de même que le degré d'harmonie ou de contrariété induit. En fonction de la proportion de figures bonnes ou mauvaises, et de leur accord élémentaire avec la figure en Maison du Significateur, vous en déduirez l’effet sur la qualité (bénéfique ou maléfique) de cette dernière.



Vous associerez à ces analogies propres aux figures, les considérations de sens des Maisons aspectant les Significateurs, afin d'élaborer les déductions les mieux en résonnance avec la question posée.



Sachant que ces significations pourront être encore étendues par l'usage du mécanisme des Maisons de Maisons et des sens dérivés ; (voir le Chapitre 11). Ainsi, vous apporterez un soin minutieux à analyser, non seulement le sens initial d’une Maison aspectant un Significateur, mais également les significations découlant de son rang, en rapport avec ledit Significateur. Par exemple, la Maison VII, en aspect de trigone avec la Maison XI pour une question portant sur un associé, renseignera sur : o

le caractère fructueux ou délétère des aides que l’on pourra en attendre ; (Maison XI).

o

le caractère plaisant ou non de la future relation ; (la XI étant la Ve de la VII).



Si des aspects favorables et défavorables cohabitent dans le même thème, vous soupçonnerez chez le Questionneur de la confusion et une certaine indécision, avec comme corollaire des voies incertaines et indéterminables d'évolution de la situation.



Les aspects à dextre sont généralement plus puissants car ils rompent avec l’ordre naturel des Maisons.



Dans le sens direct, l’action ou l’influence sera à envisager sur le plan intérieur, affectif ou psychique et du passé, tandis que dans le sens indirect (rétrograde), elle s’opérera dans le champ intellectuel ou matériel, extérieur et du futur imminent.

Voici à titre d’illustration les aspects qu’entretient la Maison I du Questionneur avec les figures du thème :

119

Figure 27 - Illustration des aspects géomantiques.

    

120

Aspect de Compagnie : Maison II. Aspect d’opposition : Maison VII. Aspects sextiles : Maisons XI & III. Aspects carrés : Maisons X & IV. Aspects Trigones : Maisons IX & V.

121

7 Les perfections Je vais maintenant vous présenter les modes de perfection géomantique, par la voie desquels il vous sera possible d’apprécier le niveau d’accord ou du désaccord du thème avec la question posée.

7.1

L'occupation

L'occupation se produit lorsque la Maison I (du Questionneur) et la Maison (objet) de la Question sont occupées par la même figure : c'est le plus fort de tous les modes de perfection, le meilleur signe qu'il soit possible d'obtenir à l'issue du montage d'un thème. Ainsi, et dans toute question qui peut être répondue par oui ou par non, l’occupation signifiera toujours : « oui ». Cette configuration donne indéniablement la perfection, et de fait une réponse favorable, spécialement si la figure est bénéfique ou même neutre : si la figure en passation est favorable, le Questionneur obtiendra ce qu’il a demandé par ses propres mérites et sera satisfait du résultat (profitable). Dans le cas contraire, et si la figure en occupation se révèle maléfique, vous y verrez un mauvais signe, et l'annonce de difficultés et d'obstacles pour atteindre l'objet de la demande, lesquelles devront être précisées par l'analyse de facteurs connexes dans le thème, et dont il importera de toujours préciser le sens. En pareille circonstance le Questionneur sera susceptible de regretter le résultat (décevant) de l'affaire, qu'il obtiendra malgré tout. Exemple : La figure Albus de la Maison I du Questionneur se répète dans la Maison IV de la Question, pour une interrogation portant sur le Père :

122

Figure 28 - La perfection par occupation.

Vous veillerez enfin à porter une attention particulière à la nature élémentaire de la figure en passation :

7.2



Une figure de Feu par exemple dans le cas d’une négociation équivaudra à un accord passé sous la contrainte et décevant.



De bonnes figures d’Air, d’Eau ou de Terre signifieront une grande bonté.

La mutation

La mutation se produit lorsque les deux figures (le Questionneur et la Maison de la Question) effectuent chacune une passation et se retrouvent côte à côte dans le thème. Dans ce cas, le but poursuivi par le Questionneur devra être 123

recherché par des voies inattendues, et la figure issue de la Maison de la Question agira comme un guide pour éclaircir ces voies d’accès. Exemple : Les figures du Questionneur en Maison I (Tristitia) et de la Question en Maison III (Fortuna Minor), pour une interrogation portant sur l’entourage, se retrouvent accolées respectivement en Maison VII et VIII.

Figure 29 - La perfection par mutation.

7.3

La conjonction

La conjonction apparaît dans un thème lorsque la figure de la Maison I ou celle de la question se retrouve en aspect de conjonction avec l’autre figure ; (reportez-vous au Chapitre 5 sur les compagnies de figures, et au paragraphe 6.1 sur l’aspect de conjonction).

124

Ce type de disposition est favorable, et presque aussi positif que la perfection par occupation. Dans ce cas, la personne ou l’objet symbolisé par la figure du Significateur qui effectue la conjonction par passation agira en faveur d’une issue profitable au Questionneur : 

Lorsque la figure de la Maison de la Question passera en conjonction de celle du Questionneur, aucun effort ne sera nécessaire et la chose désirée sera obtenue facilement.



Dans le cas inverse (lorsque la figure du Questionneur passera en conjonction de celle de la Maison de la Question), la chose désirée sera obtenue mais au prix de nombreux efforts de la part du Questionneur.

Figure 30 - La perfection par conjonction.

125

Exemple : La figure Albus en Maison XI de la Question, pour une interrogation portant sur les amis, se retrouve en compagnie de la figure Populus de la Maison I du Questionneur. Notez enfin que lorsqu'une figure fixe passera à la conjonction de la Maison de la Question, elle lui confèrera du retard ; une figure mobile au contraire tendra à accélérer la chose demandée.

7.4

La translation

Il y a perfection par translation lorsqu'une tierce figure se trouve adjacente à la Maison I et à celle de la question. Vous en déduirez alors l'intervention d'un facteur extérieur en faveur de l’atteinte du résultat, sans cela hors de portée du Questionneur. L’interprétation de la figure en translation sera également très importante, laquelle indiquera selon sa qualité, favorable ou défavorable, un résultat obtenu avec facilité ou difficulté, et en cas de figure commune, un résultat produit par des voies inattendues ou par pure coïncidence. Exemple : Les Maisons du Questionneur (Maison I) et de la Question (Maison V), pour une interrogation portant sur les enfants, se trouvent toutes deux accostées par la figure Via (en Maisons II et VI). Vous aurez soin d’analyser également la triplicité formée par les trois figures en réponse à la question posée : si toutes sont bonnes ou neutres, il y aura bien perfection. Si au moins une figure est défavorable, il conviendra de rechercher d'autres éléments pour éclairer le diagnostic et son orientation finale.

126

Figure 31 - La perfection par translation.

7.5

La prohibition

La prohibition est synonyme d'absence de connexion entre les deux Significateurs, et trahit un manque de perfection dans le thème : le Questionneur et l’objet de sa question ne se rejoignent pas, entraînant une issue défavorable pour celui-ci.

127

128

8 Les passations Au moment d'observer les mouvements de figures à l'intérieur du thème, il peut s'avérer profitable de dresser l'inventaire de celles n’y apparaissant pas, ceci afin d'en tirer les enseignements qui conviennent : quel peut être le sens de leur absence et que peut-on en conclure relativement à la réponse apportée ? Une fois ce diagnostic préliminaire posé, vous noterez bien vite les rencontres (redoublements) de figures par les Maisons se produisant dans le thème géomantique, en vous souvenant que chaque fois qu’une figure se répète, son apparition simultanée dans plusieurs secteurs associe en quelque sorte le sens et la signification des Maisons qu’elle traverse. Il conviendra donc d'identifier ces passations dont l’importance variera selon qu’elles affecteront les Maisons du Questionneur, de la Question, ou celles du Tribunal ; (une passation au Juge revêtira toujours un caractère exceptionnel, avec pour effet de décupler la valeur et la signification de la figure en passation). Vous apprécierez également l'absence ou l'abondance des passations dans le thème. Une multiplication des passations impliquera de nombreuses transformations, changements et combinaisons successives dans la réponse apportée par l'oracle. Une absence de passation révélera au contraire des éléments complexes sans enchaînement réciproque ; il sera en tel cas judicieux de consulter les passations secondaires, et d'associer les figures de même affinité ; (complémentaires, contraires, en analogie de sens). Vous en conclurez de même en pareil cas, mais d’une manière moins catégorique et moins affirmative. Vous extrapolerez le sens global tiré de la combinatoire des significations propres à chaque Maison pour n'en faire plus qu'une, et parviendrez ainsi à remonter à la source d'une situation, d'une décision, ou encore des préoccupations actuelles du questionneur. On distingue traditionnellement quatre types de passations selon les modes de répétition observés : 129

8.1

La passation simple 

8.2

La passation avec répétition 

8.3

Une figure se répète plusieurs fois dans d'autres Maisons. Lorsque la passation se fait avec répétition, le lien entre les Maisons où la figure passe successivement s’établit toujours dans le même sens, et l’on interprète chacune des passations successives. On dit alors que la figure se « charge » des influences et des éléments en affinité rencontrés sur son passage, en sorte que le sens des Maisons traversées s’en trouve enrichi et renforcé. Sachant in fine que le sens donné à la passation reliant la Maison initiale à la Maison finale devra toujours s’accorder avec le sens des passations intermédiaires.

Les passations parallèles 

130

Une figure se répète une seule fois dans une autre Maison. Vous vous appuierez sur les instructions générales de cette section pour évaluer les prescriptions de l'oracle en pareille circonstance.

Deux figures se répètent une ou plusieurs fois dans le thème en se déplaçant toujours d'un même nombre de Maisons. Vous interpréterez d'abord chacune des passations individuellement, puis vous combinerez leurs sens respectifs afin de dégager une signification globale cohérente, en rapport avec la question posée et la connexion manifestée par les passations.

8.4

La passation double 

Une figure se répète en Maison voisine, dans l’ordre direct de numérotation – ce type particulier de passation se révélera toujours de très grande importance lors de l'interprétation, avec celui, plus remarquable encore, de passation double avec répétition. La passation double pourra dans certains cas se confondra avec l'aspect déjà évoqué de compagnie, mais il n'en ira pas toujours ainsi. Souvenez-vous en effet que les Maisons ne peuvent se trouver en aspect de compagnie qu'en formant des binômes de type « impair-pair » (Ex. : Maison I & Maison II), et jamais de type « pairimpair » (Ex. : Maison II & Maison III). Ainsi, une même figure en Maisons II & III sera bien en passation double, mais non pas en compagnie d'ellemême. Dans l'autre cas où une même figure se trouvera en passation double et en aspect de compagnie simple avec elle-même (Ex. Puer en Maison I & II), il conviendra de combiner les deux interprétations et d'évaluer la manière dont elles collaborent à éclairer le sens de leur association. La signification de la figure s’en trouvera encore renforcée, et les Maisons occupées par celle-ci seront à considérer tout particulièrement dans l’interprétation du thème, de par l'accent qui sera mis sur un facteur crucial de l’affaire. Retenez enfin que la passation double aura toujours comme effet de renforcer les significations des Maisons qu'elle réunit, tout en leur conférant un sens nouveau.

131

8.5

Interprétation des passations

Toutes les fois où la passation s’effectuera de la Maison du Questionneur en Maison de la Question, elle revêtira une importance exceptionnelle et démontrera que le thème répond bien à la question posée. Si de surcroît la figure est bonne, elle orientera en faveur d'une issue profitable au Questionneur, et imprégnera tout le thème de son influence bénéfique. Si la figure en passation trouve son origine en Maison du Questionneur ou de la question (des Significateurs), on pourra en déduire les aides ou les à-côtés associés à la question posée. En pareil cas, la ou les Maisons d’arrivée renseigneront également sur les facteurs additionnels à prendre en compte lors de l’interprétation. Si au contraire la figure en Maison de la Question ne passe pas, on en conclura que l’affaire suivra son cours sans subir aucune transformation notable. Toutes les fois où la figure d’un Significateur réapparaîtra dans une autre Maison fondamentale, vous scruterez attentivement les aspects entretenus par celle-ci avec le second Significateur. Si, à titre d’illustration, la figure Puer du Questionneur en Maison I passe en Maison III, et se retrouve ainsi en aspect d’opposition avec la Maison IX de la Question, vous en déduirez à l’existence de facteurs coercitifs en défaveur du résultat escompté ; (du fait même de ce regard éminemment défavorable). Selon la nature de la question posée, vous éclairerez le sens de ces oppositions en vous appuyant sur l’interprétation des réactions de figures entre elles, et avec les Maisons. Dans tous les cas de passation d’un Significateur, l’étude des regards soutenus par la nouvelle figure sera opérée comme si le Significateur les réalisait lui-même ; (Voir le Chapitre 6 sur les aspects). L'analyse des passations se fera toujours dans le même sens, correspondant à l’ordre naturel de numérotation des Maisons, la figure « voyageuse » aussi dite « passante » diffusant sur son passage une combinaison d'influences dont il conviendra d'interpréter le sens comme un tout, en rapport avec le domaine de la question posée. La passation d’une figure aura toujours comme effet secondaire de moduler la qualité de bienfaisance ou de malfaisance de cette dernière. Par exemple, la figure Puer, plutôt défavorable, 132

verra sa qualité rehaussée en cas de passation en maisons IX ou XI, elles-mêmes bénéfiques. L’inverse s’appliquant en cas de passation d’une bonne figure en maisons défavorables. La passation exercera son influence tel un flux d'énergie – positive ou négative – circulant à travers le thème, et mettant en connexion (en relation) deux Maisons, avec une notion de concours et de renforcement apporté par la seconde à la première, tout comme l'idée d'une association étroite des significations propres à chacune pour n'en faire plus qu'une. Vous tirerez des passations de figures de précieuses informations relativement aux facteurs de plus grande influence sur la question, de même que les causes agissantes d'une situation donnée, par une remontée critique jusqu'à leur origine. Il vous sera ainsi permis de juger les effets et les conséquences d'une décision ou d'un événement en parcourant le cheminement de la figure dans le thème, et jusqu'à sa source. Vous retiendrez enfin qu'une figure passante demeure imprégnée du sens et des influences de la Maison d’où elle est émanée, ce qui la rend susceptible de drainer derrière elle et de diffuser selon sa qualité – bonne ou mauvaise – une somme d'effets et d'influences – bénéfiques ou maléfiques – agrégée sur son parcours, valorisant ou débilitant ainsi toutes celles traversées consécutivement. Sachant que ces associations successives seront toujours profitables en cas de bonne figure, et néfastes dans le cas contraire. En cas de passation aux Témoins ou au Juge, vous en conclurez au rôle essentiel joué dans l'affaire par la signification de la Maison à l'origine et la qualité de la figure en mouvement, avec des répercussions sur : 

Le passé ou les causes de l’affaire jugée si elle passe dans le Témoin Droit.



L’avenir ou les effets de l’affaire jugée si elle passe dans le Témoin Gauche.

133



Le sort de la question si elle passe dans le Juge : la figure en passation condensera alors la réponse à la question posée. Par la Maison d’où elle provient, on connaîtra les facteurs déterminants de la réponse.

Notez que si la figure de la Question passe au Témoin Droit, l’entreprise consultée s’accomplira par la volonté du Questionneur. En cas d’absence de passation, et comme il a été dit déjà, vous rechercherez toujours des passations secondaires dans le thème ; (affinités de figures). Il se produira dans tout thème une passation secondaire dès lors que deux figures se trouveront en état d’affinité réciproque, comme lorsqu’elles sont contraires, complémentaires ou analogues de sens. En pareille circonstance, on étudiera l’enseignement de la liaison constatée ainsi qu’il vient d’être détaillé pour les passations primaires, soit en associant la signification des Maisons occupées pour parvenir à dégager un sens cohérent en rapport avec la question posée. Enfin, lors de l’étude des passations affectant les Significateurs eux-mêmes, vous serez attentifs à analyser outre la signification première des Maisons réceptrices, le sens dérivé de celles-ci, par l’emploi de la technique dite des Maisons de Maisons, détaillée au Chapitre 11. Par exemple, et pour une question portant sur une union amoureuse, la passation de la figure Acquisitio objet de la Question de VII en XI, laissera non-seulement entrevoir une perspective positive d’épanouissement de la relation, mais également son caractère passionnel et fondé sur le plaisir (la XI étant également la Ve de la VII). 134

135

9 Les paternités de figures L'étude des figures génératrices interviendra comme une phase cruciale de l'interprétation, à l'exception c'est évidence, des figures des Mères, créées à partir de la projection initiale des seize lignes de traits, et dont on dit qu'elles sont engendrées par nature légitime. Lorsque donc une figure aura été conçue par triplicité ou translation (cas des Filles, des Nièces, des Témoins et du Juge), on dira de celle-ci qu’elle est a été produite par artifice, et il conviendra en tel cas d’analyser finement si elle est issue de bonnes ou de mauvaises figures : 

La figure à dextre (droite) est Père de la figure résultante de l’accouplement.



Celle à senestre (gauche) est Mère de la figure résultante de l’accouplement.



Si la figure engendrée est semblable au Père, on la dira Fils issu de la copulation des figures parentes.



Si elle est semblable à la mère, on la dira Fille issue de la copulation des figures parentes.

Vous opérerez l'analyse des fusions géomantiques en procédant à diverses additions spéciales, lesquelles contribueront à l'affinement de la réponse oraculaire :

136



Couplage des figures en Maisons du Questionneur et de la Question.



Couplage des figures en passation.



En cas de compagnie, couplage des figures en Maisons du Significateur et en Maison appairée.



En cas de translation, couplage de chaque Significateur avec la figure en translation (troisième facteur ; voir la Section 7.4).



Couplage de la figure en Maison du Questionneur avec celle de la Mère ou de la Fille débutant la Voie du point, lorsque celle-ci passe.



Couplage de la figure en Maison du Questionneur avec celle de la Part de fortune.



Couplage de la figure en Maison de la Question avec celle de la Part de fortune.



Couplage de la figure du Juge avec celle de la Part de fortune.



Couplage de la figure en Maison du Questionneur avec celle du Point de l’intention.



Couplage de la figure du Significateur (Questionneur, Maison de la Question) avec : o

La figure en trigone : pour révéler le type d’aide que l’on peut espérer.

o

La figure en carré : pour éclairer la nature des difficultés à surmonter.

La figure issue de la copulation renseignera toujours sur la connexion à un instant donné entre deux secteurs fondamentaux de l’existence ; (sans toutefois permettre d'en prédire l’évolution à plus long terme). Vous rechercherez ici « le sens caché des choses », la projection, la résultante, ce vers quoi le domaine analysé, la question ou le consultant lui-même, sera susceptible de « tendre ». Il ne s’agit pas d’une prédiction au sens de ce qui sera et d’un futur déterminé une fois pour toutes, mais plutôt la matérialisation d’un état possible de l’avenir. Par l'addition géomantique, vous tenterez de découvrir le signe qui parle, celui qui ne ment jamais.

137

Lorsque qu’une figure tirée de l’assemblage de deux autres sera de même nature bénéfique ou en affinité avec le Juge, il en résultera un heureux présage pour le domaine interrogé, l’inverse s’appliquant en cas de désaccord. Les bienfaits ou les dommages seront à rechercher dans le thème en cas de passation de ladite figure (redoublement) ou d’affinité de celle-ci avec une autre (passation secondaire). Ces couplages pourront également et sous certaines conditions particulières, apporter une quantité à peu près illimitée de renseignements complémentaires. Par exemple, pour connaître la nature et la qualité des relations entre les enfants du Questionneur et sa conjointe, il pourra s'avérer judicieux d’additionner les figures en Maison V et VII, qui leur sont attribuées respectivement. Ces couplages seront aussi très utiles lors de l’analyse des Maisons de Maisons (voir le Chapitre 11), en vue d'approfondir et d'étendre la portée de l’interprétation. Par exemple, pour connaître l’état des relations du frère avec son futur employeur, il conviendra de fusionner la figure en Maison III (les Familiers) avec la figure en Maison VIII, qui est également la VI (les Servitudes) de la III. Toutes ces opérations pourront être guidées à l'aide des règles coutumières qui suivent :

138



Une bonne figure issue de deux autres bénéfiques demeure pleinement favorable et annonciatrice d’heureux présages.



Une mauvaise figure issue de deux autres maléfiques réaffirme son pouvoir de nuisance et annonce une issue funeste.



Une figure, bonne ou mauvaise, issue d’une bonne et d’une mauvaise figure, conserve sa propre signification, et l’influence des figures parentes se trouve en quelque sorte neutralisée. Si le Père (à droite)

est bon et que la Mère (à gauche) est mauvaise, la figure résultante se parera des influences et des attributs issus de la figure en conjonction. 

Une bonne figure issue de deux autres mauvaises Maison imprégnée de leur influence négative, se corrompt, et revêt une qualité mitigée.



Une mauvaise figure issue de deux bonnes figures se trouve rehaussée par leur influence positive, et améliorée dans sa qualité.



Deux figures fixes se renforcent. Une figure fixe s’affaiblit au contact d’une figure mobile qu’elle renforce. Les figures communes sont sans influence sur les figures fixes et mobiles, dont elles héritent des attribuent lorsqu’elles se trouvent en contact.

139

140

10 Les voies oraculaires Les symboles numériques (Voie du point, Point de l’intention et Part de fortune) complètent le message du Juge en éclairant les composantes principales de l'affaire, la première à son origine, la dernière à sa conclusion.

10.1 La Part de fortune La Part de fortune éclaire sur les circonstances et les caractéristiques finales de l'affaire entendue, dans le sens opposé à la Voie du point ; (laquelle s'attache aux sources de la question). La Part de fortune résulte du calcul de l'ensemble des points du thème qu'elle initialise, et opère ainsi une synthèse de la question posée. La Part de fortune condense le sens du thème, agit comme une quintessence, et un guide lors de l'interprétation de ce dernier, dans son ensemble. Porteuse de parole et de lumière, la Part de fortune exalte le message essentiel au cœur du thème, objet des préoccupations conscientes ou non du Questionneur. La Part de fortune s’obtiendra de la manière suivante : 

Comptez les bipoints des figures contenues dans les douze premières Maisons du thème et par ordre d'apparition, en repartant à « un » toutes les fois où vous atteignez le chiffre « douze ». Multipliez par deux (chaque bipoint valant « deux »), et retranchez « douze » si le résultat est supérieur.



Comptez les points uniques des figures contenues dans les douze premières Maisons du thème et par ordre d'apparition (chaque point unique valant « un »), en repartant du résultat précédent (par exemple si le reste des bipoints vaut « huit », commencer le comptage à « neuf »). Appliquez la même règle qui prévoit qu'arrivé à « douze » on reparte à « un ». 141

Figure 32 - Illustration de la Part de fortune.

Exemple avec le thème ci-dessus : 

Résultat du calcul des bipoints : 4. (En dénombrant les bipoints des 12 premières figures par paquets de 12, il en reste 8, que multiplie 2, donne 16, moins 12 = 4.)



Résultat du calcul des points uniques : 10. (En dénombrant les points uniques des 12 premières figures, en partant de 5, et par paquets de 12, il en reste 10.)



Maison de la Part de fortune : X.

Vous matérialiserez la Part de fortune dans la Maison où elle tombera à l’aide d’un petit cercle rempli d’une croix.

142

Contrairement à ce que son nom laisse entendre, la Part de fortune n'est pas toujours associée à l'idée de chance ; seules la figure et la Maison où tombera la Part de fortune permettront de d’en évaluer la teneur véritable : 

La Part de fortune prend l'influence non seulement de la figure, mais également de la Maison qui l’accueille.



Si la figure et la Maison sont bonnes, la Part de fortune est bonne, sinon elle est mauvaise.



Si la figure est bonne et la Maison mauvaise, ou le contraire, la Part de fortune est moyenne.



Si la figure en Maison où tombe la Part de fortune est en passation au Juge, elle revêt une importance exceptionnelle.



Si la Part de fortune tombe en Maison de la Question, on peut en déduire que la question été bien posée, et que l'issue de l'affaire sera favorable au Questionneur.



Si la figure occupant la Maison où tombe la Part de fortune est en correspondance analogique ou dialectique avec les significations générales de cette Maison (Figure de figure), on pourra également en déduire que la question a été bien posée ; l'inverse s'appliquera dans le cas contraire.

10.2 Le Point de l’intention Aussi nommé « point de l'instruction », « sommation des impairs », « point impair » ou « actif », il s'obtient de la manière suivante :

143



Comptez les points uniques des figures contenues dans les douze premières Maisons du thème et par ordre d'apparition (chaque point unique valant « un »).



Repartez à « un » chaque fois que vous atteignez « douze ».

Exemple : Dans le même thème que précédemment : 

Maison du Point de l’intention : VI. (En dénombrant les points uniques des 12 premières figures, par paquets de 12, il en reste 6).

Figure 33 - Illustration du Point de l’intention.

Vous matérialiserez le Point de l’intention et la Maison qu’il désignera à l’aide du symbole « $ », comme le montre la figure 33. 144

Le Point de l’intention, par la Maison qu'il occupe, désigne la velléité à l’œuvre, en vue de laquelle le thème a été érigé, de même que l'énergie et les efforts que le Questionneur devra déployer pour accomplir l'objet de sa demande et atteindre son objectif. Le Point de l’intention révélera également les actes, les événements, et toutes les formes de collaborations – actives et dynamiques – qui joueront un rôle ou une influence – positive ou négative – en rapport avec la réalisation de la chose demandée. Vous chercherez en quelque sorte à connaître la pensée intime du Questionneur, c'est-à-dire la nature réelle et profonde de ses intentions, parfois ignorées de lui-même, et qui ont motivé la consultation ; (ceci s'applique à l'identique dans le cas d'une consultation pour soi-même). Le résultat final vous dévoilera la figure en sa Maison dont l'analyse révélera les intentions secrètes du Questionneur, et de cheminer ainsi plus aisé dans la nébuleuse de ses pensées. Ne négligez pas en outre d’observer les déplacements éventuels de la première figure (du Questionneur) en d’autres Maisons. Ceux-ci constitueront toujours une source précieuse d’information quant à ses préoccupations, et qu’il conviendra d’apprécier en accordant la signification des Maisons occupées avec le sens général de la situation interrogée. Enfin vous pourrez procéder à l’addition des figures I (le Questionneur) et VII (l’objet de la Question, l’adversité, tout ce qui fait face ou s’oppose au Questionneur), afin de déterminer la nature réelle de son désir, parfois enfoui et méconnu. La figure issue de cette copulation vous renseignera de par sa nature symbolique sur le grand domaine de l’existence réellement au cœur de la démarche de consultation. À titre d’exemple, si le fruit de la copulation de la figure I – Fortuna Minor – avec la figure VII – Carcer – donne la figure Acquisitio, traditionnellement associée aux choses de l’argent, vous pourrez en déduire que l’objet de la demande est en rapport 145

avec une question d’ordre financier. Vous aurez soin, comme toujours, de bien adapter le sens de la figure obtenue au contexte de la question posée à l’oracle.

10.3 La Voie du point La Voie du point relie le Juge à une, et une seule, des figures des Mères et des Filles ; elle est parfois qualifiée d'arbre généalogique du Juge, en référence à sa manière de formation, dont je vais vous exposer à présent le principe : On appelle Voie du point l’itinéraire par lesquel il est possible de relier une Mère ou une Fille au Juge, à la double condition que toutes les figures qui jalonnent son parcours présentent une parité identique de Feu, et que cette parité constante soit impaire ; (un seul point). Pour tracer la Voie du point, vous considérerez donc uniquement les points simples de tête du Juge, des Témoins, des Nièces puis des Mères et des Filles, en remontant toujours le thème par filiation de figures. Vous observerez bien ici que la Voie du point ne pourra se former que sur quatre des huit figures (paires) de Juge possibles : Fortuna Minor, Amissio, Via et Carcer, respectivement de Feu, d’Air, d’Eau et de Terre, toutes de qualité mesquine. En pareilles circonstances, la réponse du Juge devra être soumise à caution et nécessitera que l’on s’interroge sur l’origine d’une telle duplicité, comme il est d’usage en héraldique face à des armes dites à enquerre. La Voie du point permettra à travers son cheminement dans le thème, de remonter jusqu'aux origines de l'affaire et à ses composantes initiales, entendre celles de plus forte influence sur l'issue de la demande formulée, et son aboutissement. Il deviendra dès lors possible d'émettre un jugement rapide sur l'ensemble du thème, par simple observation de la figure qui l'initialise (qualité, nature, etc.), de juger à bien ou à mal selon ces critères, et de compléter la sentence du Juge, en décelant les modalités de l’affaire en question à son départ.

146

La Voie du point ne pourra reposer que sur des points uniques – autrement dit actifs, les seuls susceptibles de pointer vers les causes racines à une problématique donnée. Par la Voie du point vous connaîtrez les facteurs sous-jacents de la situation interrogée, ses antériorités, et les causes agissantes susceptibles d'influencer la tournure des événements. La Voie du point ainsi obtenue désignera une figure et une seule, laquelle contribuera à révéler les "arrière-pensées" du Juge, dont elle enrichira le sens, en éclairant la situation à ses débuts.

Figure 34 - Illustration de la Voie du point

Si à titre d’illustration la voie du point tombe en Demeure II dite parfois des Biens, il se pourra déduire que la situation courante est gouvernée par des considérations d’ordre financier, en cause et à la source du jugement prononcé par la quinzième figure, selon la nature de la question.

147

La Voie du point ne saurait emprunter un autre chemin que l’un de ceux par lesquels les figures ont été engendrées : 

Des Mères au Juge en passant par les deux premières Nièces et le Témoin Droit.



Des Filles au Juge en passant par les deux dernières Nièces et le Témoin Gauche.

Il existera donc en tout et pour tout huit et seulement huit Voies du point possibles : 

I - IX - XIII - XV



II - IX - XIII - XV



III - X - XIII - XV



IV - X - XIII - X



V - XI - XIV - XV



VI - XI - XIV - XV



VII - XII - XIV - XV



VIII - XII - XIV – XV

La Voie du point agira comme une trame de réflexion logique et organisée permettant de cheminer à travers le thème pour remonter jusqu'aux origines de l'affaire et à ses composantes initiales, entendre celles de plus forte influence sur l'issue de la demande formulée, et son aboutissement. Par la Maison où elle tombera et la figure en occupation, ainsi que par celles qui la jalonnent, la Voie du point éclairera sur les causes efficientes d’une situation donnée : les figures et les Maisons traversées par la Voie du point revêtiront alors une importance exceptionnelle pour éclairer le déroulement – de l'origine à son terme – de ladite situation. Il sera en conséquence judicieux d'évaluer le nombre de figures bénéfiques et maléfiques qui la composent, ceci afin 148

d'apprécier rapidement le développement et l'issue d'une situation. Vous déduirez en l’absence de Voie du point dans le thème à l'existence de causes cachées et de facteurs inopinés, et il sera dès lors inutile de tenter de détecter dans le thème aucun enchaînement causal ni raison manifeste. Si la Voie du point se forme en revanche, il sera permis d'émettre un jugement rapide sur le thème au complet en observant la figure qui l'initialise (Mère ou Fille), et sa signature sur la situation considérée ; si celle-ci est bonne, on jugera la question à bien dans son ensemble, si elle est mauvaise, à mal.

149

150

11 Les Maisons de Maisons Le principe des Maisons de Maisons consiste à étudier successivement toutes les Maisons du thème, en considérant leur rang par rapport à celui de la Maison de la Question, et en ne retenant que le sens conféré par ce rang. La Maison de la Question devient alors la Maison I du thème, la suivante ou compagnie la Maison II, signifiant l’argent ou les biens en rapport avec la question posée, et ainsi de suite. Pour le dire encore autrement, il s'agira d'établir le rang des douze Maisons rapporté à celui de la Maison de la Question, considérée comme nouvelle origine du thème géomantique. Une fois la Maison de la Question établie comme point de départ, vous prendrez soin d'ajuster la signification des onze autres Maisons selon leur ordre d'apparition successif. Ce procédé, et selon la nature de la question posée, vous permettra d'enrichir considérablement les attributions des douze Maisons fondamentales, lesquelles pourront être interprétées selon une infinité théorique de combinaisons dérivées. Cette tradition est d’ailleurs d’usage très ancien et constant en géomancie, notamment en ce qui concerne la Maison en conjonction, laquelle désigne toujours les biens de celle qui lui est appairée : 

Maison VI : les biens des enfants (V).



Maison VIII : les biens de l’épouse (VII).



Maison XI : les biens de la mère (X).

Exemple : 

Amissio (Perte) est une figure défavorable, mais si l’on cherche à savoir si le Questionneur recevra l’argent 151

qu’il espère d’un associé et qu’elle se trouve en Maison VIII (la II de la VII ; l’argent du partenaire), on en conclura positivement au versement de la somme en provenance de l’associé. En outre, et dans le cas d'une interrogation à l'adresse d'un tiers, le recours systématique à ce dispositif vous permettra d’éclaircir les caractéristiques de l’affaire en cause, en adoptant le point de vue symbolique de la personne impliquée : 

Maison III : o



Maison IV : o



Gouverne les employés du Questionneur, les petits animaux, en particulier ceux de compagnie.

Maison VII : o

152

Gouverne les enfants du Questionneur, et tout partenaire sexuel que le Questionneur pourrait fréquenter en dehors d’une union maritale ou principale.

Maison VI : o



Gouverne le père et l’ascendance paternelle du Questionneur.

Maison V : o



Gouverne les frères, les sœurs et les voisins du Questionneur.

Gouverne le conjoint, le partenaire en affaires, l’ennemi déclaré, et les collègues du Questionneur.



Maison IX : o



Maison X : o



Gouverne la mère du Questionneur, ainsi que toute personne exerçant sur lui une forme d’autorité : l’employeur, le juge, le maire d’une ville dans laquelle vit le Questionneur.

Maison XI : o



Gouverne les précepteurs du Questionneurs ; (enseignants, maîtres spirituels, etc.).

Gouverne les amis du Questionneur.

Maison XII : o

Gouverne les ennemis cachés et les grands animaux détenus par le Questionneur.

Vous pourrez utiliser ce même principe de Maisons dérivées pour localiser dans le thème un tiers dont vous souhaiteriez connaître et développer la perspective, toujours par analogie : 

Beaux-frères et belles-sœurs : Maison IX – car elle est aussi la VIIe (l’époux, l’épouse) de la III (les frères, les sœurs).



Gendres et brus : Maison XI – car elle est aussi la VIIe (l’époux, l’épouse) de la V (les enfants).



Belles-mères : Maison X – car elle est aussi la VIIe (l’épouse) de la IV (le père).



Beaux-pères : Maison IV – car elle est aussi la VIIe (l’époux) de la X (la mère). 153

Certains géomanciens, plutôt que de dériver le sens des Maisons ainsi qu’il vient d’être démontré ou à titre de complément, choisissent de décliner chaque question particulière à l’intérieur d’un nouveau thème, dans lequel les significations des Maisons se trouvent asservies à l’attribut de la question de départ, que l’on souhaite développer. Par exemple, si à l’occasion d’un tirage initial relatif au succès d’un partenariat commercial, on souhaite connaître plus spécifiquement l’état des comptes et la solvabilité de l’entité approchée, il conviendra de monter un thème dérivé, dans lequel toutes les figures obtenues endosseront une nouvelle signification, polarisée autour de l’état de santé économique de ladite entité. Il sera dès lors permis de compléter et d’affermir la prédiction de départ, en exposant par le détail les facteurs impliqués dans sa réalisation.

154

155

12 Les correspondances élémentaires Le rôle des quatre éléments est au cœur de l'interprétation géomantique. Tous les efforts pour déchiffrer le message oraculaire contenu dans le thème reposeront donc sur l’examen attentif du symbolisme élémentaire, et de ses extensions analogiques de sens.

Figure 35 - Les quatre éléments.

Chaque figure géomantique se trouve proprement en rapport avec l'un des quatre éléments fondamentaux : 

Figures de Feu : o



Figures d’Air : o



Amissio, Acquisitio, Caput Draconis, Laetitia.

Figures d’Eau : o



Puer, Rubeus, Fortuna Major, Fortuna Minor.

Albus, Puella, Populus, Via.

Figure de Terre : o

Cauda Draconis, Tristitia, Conjonctio, Carcer.

Il en va de même des Maisons, qui toutes se voient dotées d’une dominante élémentaire :

156



Triplicité de Feu : Maisons I, V et IX.



Triplicité de Terre : Maisons II, VI et X.



Triplicité d’Air : Maisons III, VII et XI.



Triplicité de d’Eau : Maisons IV, VIII et XII.

La qualité des figures et des Maisons sera toujours influencée par leurs éléments d’appartenance, et dont elles se parent, outre leurs significations fondamentales, pour manifester le sens : Figures de Feu : 

La Spiritualité, l’activité.

Figures d'Air : 

L’Intelligence, la subtilité.

Figures d'Eau : 

La Fertilité, la réceptivité.

Figures de Terre : 

La Matérialité, la stabilité.

Or, les relations entre les quatre éléments peuvent être de quatre différents ordres, selon que ceux-ci se trouveront en rapport : 





d’affinité : o

Feu – Air, Eau – Terre.

o

Les éléments s’accordent en chaleur mais s’opposent en humidité.

o

les effets s’amplifient et la puissance est décuplée ;

d’identité : o

Feu – Feu, Air – Air, Eau – Eau, Terre – terre.

o

Les éléments s’accordent en chaleur et en humidité.

o

les effets se cumulent et la puissance est accrue ;

d’opposition : 157



o

Feu – Eau, Air – Terre.

o

Les éléments s’opposent en chaleur et en humidité.

o

les effets s’annihilent et la puissance est brisée ;

de dysharmonie : o

Feu – Terre, Air, Eau.

o

Les éléments s’opposent en chaleur mais s’accordent en humidité.

o

les effets se parallélisent et la puissance est conservée.

Ce qui nous donne l’ensemble des combinaisons élémentaires suivantes : Le Feu : 

Se nourrit du Feu.



S’accorde avec l’Air.



S’oppose à l’Eau.



Est indifférent à la Terre.

L’Air : 

S’accorde avec le Feu.



Se mélange avec l’Air.



Est indifférent à l’Eau.



S’oppose à la Terre.

L’Eau :

158



S’oppose au Feu.



Est indifférente à l’Air.



Se mêle à l’Eau.



S’accorde avec la Terre.

La Terre : 

Est indifférente au Feu.



S’oppose à l’Air.



S’accorde avec l’Eau.



S’amalgame avec la Terre.

Figure 36 - La dynamique des éléments.

Les éléments entretiennent par ailleurs une correspondance binaire avec les figures et les Maisons, en sorte que : 

Toutes celles de Feu et d’Air sont dites : masculines, stériles, diurnes, chaudes et sèches (Feu – méridionales – l’été) ou humides (Air – occidentales – le printemps) ; la stérilité étant associée à la notion de 159

« dispersion d’énergie par transmission », et le jour à « la manifestation ». 

Toutes celles d'Eau et de Terre sont dites : féminines, fertiles, nocturnes, froides et humides (Eau – septentrionales – l’hiver) ou sèches (Terre – occidentales – l’automne) ; la fertilité étant associée à l’idée de « réception de cette énergie », et la nuit à « l’occultation ».

12.1 Le Feu 



Figures : o

Puer – Rubeus

o

Fortune Major – Fortuna Minor.

Attributs : o



Tempérament : o



160

Bilieux, impulsif, instinctif, colérique et actif.

Corps physique : o



Sec, chaud, élément actif supérieur, subtil, spirituel, brûlant.

L’énergie amenée dans le corps notamment par l’alimentation et celle consommée par nos cellules, muscles, cerveau et les fonctions vitales – La température.

Extensions analogiques : o

L’initiation, l’esprit, l’ardeur, midi, l’été, l’âge mûr.

o

Le principe, la cause première de toute chose, l’énergie, la passion, le feu intérieur, la domination, la connaissance intuitive, l’action, la vitalité, la renaissance, la passion, l’élan,

l’affirmation de soi, l’élévation, la volonté de puissance, l’impulsion, la compulsion, le feu du ciel, le feu sacré, la couleur rouge, le sang du corps, les rivalités de sang, la guerre, les combattants à l’épreuve du feu, l’action fécondante et illuminatrice. o



Action : o



Purifie, exalte, transforme, consume, intensifie, anime, détruit, isole, libère, porte les choses à l’état subtil, régénère.

Qualités : o



Le principe du changement inéluctable et le changement lui-même, le chaos créateur et le cycle infernal de l’éternel recommencement.

La volonté, l’action, la force, l’expansion, le courage dans la lutte, l’initiative, l’ardeur, l’enthousiasme, la confiance en soi, l’ambition, la générosité, la fierté, l’indépendance, l’esprit d’entreprendre.

Défauts : o

L’agressivité, l’ambition féroce, l’arrivisme, la témérité excessive, la vanité, l’orgueil.

12.2 La Terre 



Figures : o

Cauda Draconis – Tristitia.

o

Conjonctio – Carcer.

Attributs : o



Froide, sèche, élément passif matérielle, dense, introvertie.

inférieur,

Tempérament : 161

o 

Corps physique : o





o

La vie matérielle, le corps, la matérialité, le soir, l’automne, la vieillesse.

o

L’aspect féminin, la fécondité, la sensualité, la maternité, le creuset de la vie, la terre-mère, la terre nourricière, la régénération, la matrice universelle, la mélancolie, les sensations, la soumission, la transformation lente, la pesanteur et la gravitation, la conservation, la fermeté, la résistance, la densité, la durée, la réalisation concentration, l’introspection, l’introversion, l’inconscient, l’achèvement, l’issue.

o

Le lieu où tout pousse, où tout émerge, et le lieu où tout revient, où tout retourne, où tout est enterré.

Action : transforme,

nourrit,

La stabilité, l’activité réalisatrice, la prudence, la réflexion, l’analyse, la ténacité, la patience, le raisonnement, la concentration mentale.

Défauts : o

162

Condense et fixe, supporte, donne vie.

Qualités : o



Le squelette avec ses os et tous les éléments solides du corps.

Extensions analogiques :

o 

Austère, mélancolique, strict et ascétique.

L’inquiétude, le matérialisme, l’égoïsme, le rigorisme, la peur, la dépression, la sensualité maladive, l’attachement excessif aux possessions matérielles.

12.3 L’Air 



Figures : o

Acquisitio – Amissio.

o

Caput Draconis – Laetitia.

Attributs : o



Tempérament : o





Sanguin, extraverti, chaleureux et tonique.

exubérant,

agité,

Corps physique : o



Humide et chaud, élément actif moyen, subtil, mobile, dynamique, expansif.

L’air que nous respirons et les gaz que produisent les fonctions biologiques et chimiques du corps.

Extensions analogiques : o

La philosophie, le mental, l’intellectualité, l’aube, le printemps, l’adolescence.

o

L’intuition, la pensée raffinée, l’intellect, la finesse d’esprit, le mental, l’expansion, le mouvement, la transmission, la liberté, la mobilité, la légèreté, le vent, les échanges, l’espace, l’intelligence, l’envol, l’intangible, l’instabilité, les changements fréquents, les parfums, la transparence, l’impalpable, la légèreté, le rêve.

o

Le souffle vital, divin, omniprésent, qui pénètre tout, soutient le monde, comme l’âme soutient le corps.

Action :

163

o 

Qualités : o



Diffuse, vibre, transmet, insuffle, pénètre, inspire, parfume. La subtilité, l’intellectualité, la diplomatie, l’agilité, l’invention, l’intuition, le sens artistique, l’adresse d’esprit, la vivacité.

Défauts : o

La ruse, l’inconstance, la faconde, l’excitation excessive, l’artifice, la précipitation, la fourberie.

12.4 L’Eau 



Figures : o

Populus – Via.

o

Albus – Puella.

Attributs : o



Tempérament : o



164

Lymphatique, placide, passif, flegmatique et nonchalant.

Corps physique : o



Humide et froide, élément passif moyen, fluide, envahissante, dissolvante.

Le sang, la lymphe et toute l’eau contenue dans nos cellules.

Extensions analogiques : o

La religion, l’âme, la sensibilité, minuit, l’hiver, l’enfance.

o

La contemplation, l’émotivité, la réceptivité, la soumission, la source de la vie et de toutes

choses, l’origine de la création, la matrice originelle, la liaison, la régénérescence, la purification, la fertilisation, la bénédiction, la sagesse, la pureté, la vertu, la fluidité, la passivité, la synthèse, l’imaginaire. o



Action : o



Purifie, régénère, indifférencie.

dissout,

assimile,

Qualités : o



L’océan, la mer, l’eau de pluie, l’eau de source, l’eau lustrale, l’eau purificatrice, le déluge, les eaux éternelles, les eaux primordiales de la Genèse, l’eau sacrée, le plasma, la sève, la semence masculine, le sang.

La modération, l’acceptation, la mémorisation, l’empathie, la sensibilité, l’attraction, la pénétration.

Défauts : o

L’inertie, la dispersion, la mollesse, la rêverie, la dissolution, l’émotivité excessive, la jalousie, l’envie, l’indécision.

165

166

13 Les correspondances planétaires Le lecteur m’autorisera ici à retenir uniquement les significations communément admises, et associées à chaque planète, tant sont vastes les analogies et les connexions entretenues avec l’astrologie. Or si tout ne saurait être révélé, il s’avérera exact que la fréquentation des planètes vous sera un précieux appui dans l’interprétation du thème, de par les multiples extensions offertes, tirées de leur symbolisme universel : 



Le Soleil (Fortuna Major – Fortuna Minor) : o

Puissance, renommée et statut sociale élevé ; attitude noble et chevaleresque, encore renforcée par une situation stable, confortable et privilégiée ; le père, le conjoint, les personnages importants ou de grande influence sur le Questionneur ; les lieux baignés de lumière, les institutions gouvernementales, les monuments en tous genres.

o

La supériorité, la majesté, la noblesse, les talents et les dons, le faste, la gloire, la célébrité, l’expansion, l’ambition, la passion, la recherche de perfection, les plus hautes valeurs morales, les grandes exigences.

o

L’orgueil, la mégalomanie, le despotisme, la volonté pathologique de pouvoir et de puissance, l’arrogance et la suffisance.

La Lune (Populus – Via) : o

La popularité, le changement, les voyages, et toutes les circonstances incertaines ou de transition ; attitude conciliatrice et réceptrice, parfois inquiète, susceptible de se révéler 167

influençable, toujours en recherche d’assurance et de sécurité ; l’épouse, la mère, les voyageurs au long cours, les poètes et les professions de santé ; la maison, les places publiques et les marchés, tous les endroits où la foule s’assemble, les voies maritimes, les lieux de séjour et de restauration.



168

o

La fécondité, la renaissance, le renouvellement, l’imagination, la contemplation, la solitude, la puissance occulte, la clairvoyance, les facultés inconscientes.

o

La passivité, la paresse, l’indolence, l’inconstance et l’instabilité, les caprices, les fantaisies et les fantasmes.

Mercure (Amissio – Conjonctio) : o

La transmission du savoir, la science et la recherche, les échanges et les transactions, d’idées et commerciales, la quête intellectuelle, la prise de conscience ; attitude souple et diplomatique, ouverte à la nouveauté et au renouvellement, y compris de sa propre vision du monde et des autres ; les enseignants, les journalistes, les passeurs de messages, les savants, les écrivains, les éditeurs, les libraires.

o

La médiation, la rationalité, l’intellect, le mental, les facultés conscientes, la logique, le sens critique et des réalités, le jugement objectif, la compréhension et l’appréhension concrète du réel, la cérébralisation, la socialisation et la communication.

o

La ruse, l’artifice, la fourberie, la trahison, l’ambivalence, le déséquilibre nerveux, la lâcheté, la fuite, l’abandon.





Vénus (Puella – Albus) : o

La beauté, l’harmonie, le luxe, le confort et le plaisir, l’entente sur le plan relationnel, l’élégance et le bon goût, l’amour et l’attrait pour le raffinement, y compris dans le domaine artistique ; attitude de cordialité, pleine de tact, de grâce et de bienveillance, capable de beaucoup d’empathie et de compréhension, parfois complaisante, oisive, avec un penchant pour la superficialité et la sensualité ; les lieux où s’exposent l’Art et la beauté sous toutes ses formes : les musées, les théâtres, et tous les espaces de divertissement, les salons de beauté, les majestés de la nature.

o

La séduction, le charme, le charisme, l’équilibre, la bonté, la douceur, le bonheur, la paix du cœur, la joie de vivre, la pureté, la sérénité, l’apaisement, la prudence, l’inspiration, l’intelligence dominant la brutalité.

o

L’inconstance, la coquetterie, la légèreté, la facilité et la passivité, l’idéalisme forcené, le puritanisme, le mysticisme aveugle.

Mars (Rubeus – Puer) : o

La puissance, l’énergie, la compétition, la lutte, la rébellion, la pensée avant-gardiste et pionnière, l’esprit d’entreprendre et l’insoumission ; attitude passionnelle, tempérament tempétueux, forte assurance et sensualité débridée, convoitise, courage et parfois même inconscience face au danger, combativité et acharnement obstiné, égoïsme ; les chirurgiens, les militaires, les ingénieurs, les fabriques d’armes, les abattoirs, les laboratoires, les salles d’opération. 169



170

o

La force, « le cœur vaillant », l’ardeur, l’empire de la volonté, la puissance sexuelle, la dynamique de l’action et du mouvement, l’esprit d’initiative, l’audace, la franchise, la bravoure face aux dangers et aux obstacles, l’instinct de conquête, le dépassement de soi, l’autoréalisation par l’effort et la lutte, la victoire au plan sportif.

o

La violence, l’orgueil, le tempérament belliqueux et querelleur, la cruauté, l’impulsivité, la colère, la jalousie, la possessivité, la rancune, la destruction.

Jupiter (Acquisitio – Laetitia) : o

Le développement matériel et spirituel, l’accroissement du bien interne et externe, la richesse, la capitalisation d’expérience et financière, les entreprises grandioses et la démesure ; attitude sincère, droite et foncièrement honnête, fondée sur le sens du devoir et le mérite, avec une inclinaison possible pour l’arrogance et la recherche effrénée du plaisir ; les juges, les négociants en gros, les ministres, les banquiers.

o

L’équilibre, l’autorité, la stabilité, la grandeur d’âme, la sagesse, la faculté de jugement, la richesse et les protections, la satisfaction des ambitions et les avantages que l’on peut en espérer, la promotion, le développement personnel, l’épanouissement et le bien-être.

o

Le goût du faste, l’avarice, le conformisme, l’immobilisme, l’égoïsme, l’appât du gain et l’accumulation maladive de biens.





Saturne (Carcer – Tristitia) : o

L’apprentissage et la révélation initiatique, parfois dans la douleur, la prise de conscience de nos limites, la coercition, les lois, les règles et les restrictions, les œuvres de concentration, de longue haleine et de vaste ampleur, nécessitant replis, labeur et grande constance ; attitude patiente, assidue, hautement persévérante et disciplinée, souvent distante et réservée jusqu’à effacement, à tendance inhibée et maîtrisée, inclinant au pessimisme, à la rigidité et au rigorisme, causant des personnalités taciturnes, prudentes à l’excès, et à terreau anxieux ; les reclus, les anciens, les ennemis cachés, les individus à l’esprit conservateur ; les endroits paisibles, solitaires et reculés, les ruines, les cimetières, les prisons, les caves et tous les lieux souterrains, les ermitages.

o

Le renoncement, l’élévation et le détachement, la réalisation morale, intellectuelle et spirituelle, la libération de la nécessité matérielle et des attaches terrestres, la concentration la conservation, l’abstraction, la structuration et l’intégrité.

o

La fatalité, les peines et les chagrins de la vie, les épreuves, les renoncements, la décrépitude, le dépouillement, les sacrifices, la pesanteur et l’inertie, la vieillesse, l’épuisement, la méchanceté et la malveillance, l’austérité sinistre.

Tête de dragon : L’avenir, l’élévation spirituelle acquise par l’effort et le dépassement de soi, le conscient, l’objectif que l’on cherche à atteindre, les

171

promesses d’un futur meilleur, le royaume supérieur, le seuil intérieur. 

Queue de dragon : Le passé, la stagnation et le connu, la facilité et le moindre effort, l’inconscient, la voie de moindre résistance lorsqu’associée à un domaine existentiel, le conseil de changer de perspective, de but ou de croyance, peut-être limitante en ce cas, le royaume inférieur, le seuil extérieur.

Vous aurez pris soin d’apercevoir ici qu’à chaque planète répond une figure directe, et une autre rétrograde (voir le tableau page 86), correspondant respectivement aux aspects intérieur et extérieur de chacune desdites figures, aux mouvements directs et rétrogrades des planètes, aux côtés diurne et nocturne du soleil, à la lune croissante et décroissante, ainsi qu’au nœud lunaire ascendant et descendant. Or en toute interprétation d’un thème, il importera de relever la propriété directe ou rétrograde des figures, ceci afin d’affiner le travail d’élucidation des préoccupations du Questionneur, selon qu’elles seront tournées vers l’épanouissement personnel et intime (le développement intérieur, le plan affectif ; figures rétrogrades), ou bien l’expansion matérielle extérieure (figures directes). Car si les figures géomantiques se trouvent par nature enclines à se comporter comme les deux revers d’une même médaille, ainsi qu’il a déjà été démontré au paragraphe 4.7., elles sont tout autant susceptibles de refléter la dimension interne, privée et secrète du Questionneur, son individualité, et les œuvres de l’esprit ; aussi bien que les phénomènes extérieurs, existentiels, publics et collectifs. Sachant cela, vous prendrez toute la mesure d’une prépondérance de figures directes ou rétrogrades dans le thème, et notamment lors de l’étude des triplicités, en particulier du tribunal, et tirerez les déductions analogiques en conséquence. 172





Majorité de figures directes : o

Action externe et matérielle recherchée.

o

Action interne et spirituelle secondaire.

o

Le succès est à rechercher à l’extérieur de soimême, dans la collectivité.

o

« Agir en homme de pensée, penser en homme d'action. »

Majorité de figures rétrogrades : o

Action externe et matérielle retardée.

o

Action interne et spirituelle intense.

o

Les ressources sont à rechercher en soi-même.

o

« Aide-toi, le ciel t’aidera. »

Comme lors de toute opération de raisonnement analogique, vous prendrez garde de ne pas verser dans un manichéisme simplificateur et sans nuance ; une clé de lecture seule ne dit rien ; elle n’est qu’un indice supplémentaire, discutable de surcroît ; elle signe une tendance, authentique ou fallacieuse, qu’il conviendra toujours d’accorder avec le sens de la matrice géomantique objet de l’étude. Ainsi, une surreprésentation de figures rétrogrades, si elle pourra indiquer quelques retards et délais dans l’action, sera également la manifestation d’une profonde réflexion intérieure, et l’annonce d’un effet sur le monde extérieur, certes différé, mais d’une toute autre ampleur. À l’identique, un appauvrissement matériel pourra-t-il engendrer un enrichissement spirituel, occasionnant ainsi des effets bénéfiques pour le Questionneur, sur le plan de son développement personnel. Or donc vous le constater, aucune figure de géomancie n’est proprement ni bonne, ni mauvaise, mais embarque une panoplie de sens qu’il conviendra de raffiner, au travers le tamis d’une pensée influencée par l’expérience et la grâce. 173

La géomancien aura par ailleurs fait le chemin de sa propre révélation, jusqu’à concevoir intuitivement que les notions d’intériorité et d’extériorité ne valent que pour le regard vulgaire, et qu’il n’existe rien de tel qu’un royaume du dedans et autre du dehors, hors la manifestation ; tout est compris dans l’unité, pour faire le miracle d’une seule chose. Des planètes je dois encore vous dire qu’elles nourrissent entre elles des rapports d’amitié et d’inimitié, précieux à maîtriser lors de l’analyse des rapports de force entre figures : 

Saturne est ami de Jupiter, et ennemi de tous les autres.



Jupiter est ami de tous excepté du Soleil.



Le Soleil est ami de Mercure, et ennemi des autres.



Vénus est amie de Jupiter, du Soleil, de Vénus et de la Lune, et ennemi des autres.



Mercure est ami de Jupiter, du Soleil, de Vénus, de la Lune, et ennemi de tous les autres.



La Lune est amie de Jupiter, de Vénus et de Mercure, et ennemie des autres.

Le lecteur avide d’en apprendre plus sur la symbolique des planètes aura accès à une littérature généreuse sur le sujet, sans qu’il soit nécessaire dans le cadre de cette étude d’approfondir encore. Je ne saurais trop ici renouveler mon conseil au praticien de tenter de développer sa propre capacité par l’imagination et la pensée inspirée ; bien des contenus nous sont en fait déjà connus, enfouis au plus profond de nous, et qui ne demandent qu’à se révéler, si seulement nous les laissons s’exprimer. Libérez-vous même de ce manuel, écoutez-vous, la richesse est en vous ; que ce guide devienne enfin pour vous un compagnon gênant, à écarter pour suivre votre propre voie d’illumination.

174

175

14 Les figures géomantiques 14.1 Populus (Peuple)

176



Nature élémentaire : L’Eau.



Nature planétaire : La Lune.



Qualité : Moyenne, légèrement favorable ; sous l’influence des figures accolées.



Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.



Figure complémentaire : Via.



Figure en analogie de sens : Via.



Mode d’action : Commune (ou Bicorps), Mobile, Entrante, Directe.



Jour : Lundi – Mois : Décembre.



Signification résumée : La matérialité, la foule, la pluralité, la diversité, la quantité, l’amas ou le mouvement désordonné.



Échelle de temps : Les Semaines ou les Mois.



Parties du corps : le Thorax.



Lieux : Les rivières, les étangs, la mer, les grands lacs, les aqueducs, les lieux obscurs et retirés, les forêts et les vastes plaines, la foule, les lieux où l’on se rassemble, la place publique, les lieux de divertissement.



Météorologie : Temps lourd et agité avec rafales de vent subites.



Tempérament : Réceptif parfois jusqu’à la passivité, la mollesse et le lymphatisme, mélancolique, indiscret parfois intrigant, commère et cancanier, rêveur voire fantasque, imaginatif, à dominante émotionnelle forte, honnête et de service, obéissant mais inconstant, grégaire et social, bien entouré et évoluant dans un cercle d’intimes, doué pour les choses de la politique et du spectacle.



Message liminal : La situation impose ordre et focalisation pour remédier à la confusion et à l’éparpillement des forces.



Sens fondamental : La diversité, la matérialité, la pluralité, la double voie, le peuple, la réunion, le grand nombre, l’assemblée, la foule, les amas, les agrégats, la multitude, la collectivité, les grandes villes, l’agora, la nation, les grands rassemblements, la place publique.



Analogie symbolique : Le tumulte, le désordre, l’agitation, l’instabilité, l’accumulation désordonnée, le chaos, le grouillement disproportionné, la masse informe, les mouvements de foules, la prolifération anarchique, le foisonnement incontrôlé, la dispersion des forces, les actions rapides et imprévisibles, tout ce qui pullule de manière anarchique, l’absence de cohésion, la confusion absolue, la division interne aboutissant à l’inertie des forces, la surabondance de tout ce qui peut s’agréger, l’envahissement et le débordement, la dépression, la mélancolie, l’amenuisement par irruption incontrôlable ; bénéfique si la question 177

appelle une période de réflexion, maléfique dans le cas contraire, où une réponse rapide et ciblée serait condition de succès ; peut désigner la masse (la populace) ou l’individu (de petite condition) manipulable ou sous influence, capable du meilleur comme du pire.

14.2 Via (Voie)

178



Nature élémentaire : L’Eau.



Nature planétaire : La Lune.



Qualité : Moyenne, légèrement défavorable ; sous l’influence des figures accolées. Tend à corrompre les figures en association.



Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.



Figure complémentaire : Populus.



Figure en analogie de sens : Populus.



Mode d’action Rétrograde.



Jour : Lundi – Mois : Juillet.

:

Commune,

Mobile,

Sortante,



Signification résumée : La direction, le changement, la transformation, l’instabilité, l’indétermination, l’indécision, la confusion, l’effort, le départ, le mouvement, les projets éphémères, l’alternance, les dangers, la pauvreté.



Échelle de temps : le Mois.



Parties du corps : les Intestins.



Lieux : Les cours d’eau, les canaux, toutes sortes de voies navigables, les moyens de locomotion, les lieux de passage, les routes, les chemins de fer, les gares, les lieux de restauration et d’hôtellerie.



Météorologie : Temps variable à pluvieux avec alternance pluie – éclaircies.



Tempérament : Impassible et impénétrable de prime abord, avec une vie intérieure intense, peu enclin aux mouvements d’humeur, indécis, capricieux, irascible, sensuel, irréfléchi, rêveur et imaginatif, adepte des voyages et des changements, opportuniste avec une tendance à la paresse, peu tourné vers la chose intellectuelle et la profondeur.



Message liminal : Festina lente (« Hâte-toi lentement »), n’allez pas trop vite, chaque chose vient à son heure et en son temps. La situation est parvenue à maturité ; il convient à présent faire œuvre de patience et de persévérance pour en consacrer le dénouement.



Sens fondamental : L’indétermination, l’effort, le retard, le mouvement, tout ce qui s’étire et traîne en longueur, les vicissitudes, les actions laborieuses et indécises, tout ce qui prend du temps et de la difficulté pour s’accomplir, les changements, les mutations, les transformations.



Analogie symbolique : Tout ce qui touche à la route, au voyage, aux moyens de communication ; le mouvement lent, permanent, inexorable et sans 179

entraves ; la condition agissante, aveugle et entêtée ; les entreprises de longue haleine, la monotonie au sens d’un effort ou d’une route sans but ni fin ; le ralentissement contraint, l’hésitation, la progression pas à pas, l’itinérance ; le chemin initiatique, l’élévation lente et solitaire, « la traversée du désert », l’incertitude, l’indécision, l’instabilité, les changements, la mobilité ; la ligne de vie, la direction, l’isolement, l’errance, l’aliénation, la pauvreté, contraire au bien-être, intellectuel et moral ; tend à corrompre les bonnes figures en association ; favorable aux changements, de condition et de lieu, maléfique en toute autre situation imposant stabilité ou évolution lente et progressive ; parfois signe d’un accident imminent. 

Lorsque Via se répète dans plusieurs maisons consécutives, on pourra en déduire à une exécution retardée : les événements ou la chose attendue tendront à traîner en longueur.

14.3 Albus (Blanc)

180



Nature élémentaire : L’Eau.



Nature planétaire : Vénus.



Qualité : Bonne.



Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.



Figure contraire : Rubeus.



Figure complémentaire : Puella.



Figure en analogie de sens : Puella.



Mode d’action : Mobile, Entrante, Directe.



Jour : Mercredi – Mois : Juin.



Signification résumée : La pureté, la vertu, le repos, l’intelligence pratique, intuitive et judicieuse, l’action réfléchie dans le calme, la sagesse.



Échelle de temps : Plusieurs années.



Lieux : Les lacs, les jardins, les paysages vallonnés, doux, humides et fertiles, tous les lieux de repos et de recueillement dans le calme, la réflexion et la méditation, les champs de neige.



Météorologie : Temps calme et agréable avec ciel floconneux non menaçant.



Parties du corps : les yeux, les épaules et les bras, la gorge, les entrailles.



Tempérament : Sincère, intègre, honnête, droit, spirituel parfois mystique, pénétré, profond, réservé, adepte du consensus et des relations fraternelles et pacifiques, philosophe, médiateur hors-pair, empathique, altruiste, philanthrope, parfois timide mais toujours captivant.



Message liminal : Prenez le temps de la réflexion et rétablissez en vous le calme propice à la décision sage.



Sens fondamental : La paix, le calme, la tranquillité, l’apaisement, le soulagement, la convalescence, le repos, le sommeil, la contemplation, la méditation, la 181

spiritualité, la récupération des forces vives dans le recueillement, le dépouillement des souillures matérielles, le dénuement des sens, l’achèvement des passions, les plus hautes aspirations, l’unification, la tempérance, l’instanciation de Dieu en l’Homme, le renoncement et la paix de l’Âme, la pureté, l’élévation, l’ascétisme, la transformation mais dans un sens pacifiste, sans violence ni passion. 

Analogie symbolique : La vie intérieure, le détachement, la sagesse, le pardon, la mansuétude, l’abnégation, l’éthique, la déontologie, l’intelligence, la chasteté, l’inspiration naturelle et la capacité d’abstraction, la prise de hauteur nécessaire à la réflexion pondérée, la spiritualité, l’éthique, la création artistique, la mystique, la transcendance, le succès aux commencements d’une affaire ; défavorable pour toutes les situations imposant une réaction rapide, un sens tactique et de l’observation aiguisés ; peut induire un caractère idéaliste et borné dans ses préjugés en cas d’associations avec de mauvaises figures.

14.4 Puella (Fille)

182



Nature élémentaire : L’Eau.



Nature planétaire : Vénus.



Qualité : Bonne.



Significations dérivées : Figure Septentrionale, Froide et Humide, Féminine, Nocturne, Féconde, correspondant à l’Hiver.



Figure contraire : Puer.



Figure complémentaire : Albus.



Figure en analogie de sens : Albus.



Mode d’action : Fixe, Sortante, Directe.



Jour : Vendredi – Mois : Septembre.



Signification résumée : La séduction, l’adaptation, la procréation, la sublimation, la charité, l’empathie, la compassion, la concorde, l’harmonie, la joie, les plaisirs de la mondanité.



Échelle de temps : De deux à quatre semaines.



Parties du corps : le visage, mes bras et les épaules, les seins, les reins et les pieds.



Lieux : Les parcs, les jardins, les fleurs, les salles de spectacle et de divertissement, les musées et les expositions d’Art, les lieux de concert, partout où se cultivent les mondanités.



Météorologie : Temps doux et ensoleillé dans une atmosphère légèrement humide.



Tempérament : Doux et tendre, attentionné, prompt aux choses de l’amour, affable, courtois, sensible, émotif, charmant et charmeur, parfois frivole et inconstant.



Message liminal : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas » : Soyez attentifs à vos émotions et écoutez ce que vous dit votre cœur.



Sens fondamental : La douceur, la féminité, la conciliation, la grâce, la beauté, l’harmonie, la 183

sensualité, les plaisirs tant spirituels que charnels, la passivité, la langueur parfois jusqu’à l’inertie, les sentiments, les premiers émois amoureux, la tentation, la fiancée que l’on désire ardemment, les histoires romanesques, l’entente affective sans heurts, le sens artistique. 

Analogie symbolique : la pureté, la volupté, le festin des sens, la gourmandise, la sensualité, avec une tendance à l’excès et à la luxure en cas d’association avec de mauvaises figures, les heureux événements, la générosité, la concorde, l’amitié, le tendre amour, la gourmandise, le charme, la séduction, parfois à l’excès avec un sens de frivolité et d’inconstance, mais toujours sans méchanceté ni malveillance.

14.5 Puer (Garçon)

184



Nature élémentaire : Le Feu.



Nature planétaire : Mars.



Qualité : Mauvaise.



Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.



Figure contraire : Puella.



Figure complémentaire : Rubeus.



Figure en analogie de sens : Rubeus.



Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.



Jour : Mardi – Mois : Mars.



Signification résumée : La liberté, l’indépendance, la révolte, l’insoumission, l’indiscipline, l’insubordination aux lois, aux codes et aux règles, l’énergie, la fougue, la hardiesse, les emportements violents et soudains.



Échelle de temps : De deux à quatre semaines.



Parties du corps : l’estomac, la vessie, les os, les pieds.



Lieux : Les stades, les dojos, les casernes et les arsenaux, les citadelles, les champs de batailles, les usines et les sites de production, les lieux de débauche et de dépravation.



Météorologie : Temps sec et instable avec variations brusques.



Tempérament : Indiscipliné, révolté, instable, impulsif, libertin, séducteur, acharné, compétiteur, parfois brutal et sans tact, fin stratège, doué pour les sciences de l’ingénierie.



Message liminal : Canaliser votre énergie vous aidera à atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.



Sens fondamental : L’indépendance, l’enthousiasme, la rébellion, l’adolescence, l’insoumission, l’énergie indifférenciée et non maîtrisée, la conquête, la volonté d’entreprendre, le joug sexuel, le désir compulsif, l’agressivité non retenue, la liberté conquise par la force, le rejet des lois et des traditions, les comportements ordaliques, le courage, l’énergie débordante, la vie sans règles et sans limites ; favorable aux projets nécessitant audace et énergie. 185



Analogie symbolique : Goût de la compétition et de l’affrontement singulier, la combativité, l’impulsivité, l’entêtement, la victoire acquise par le dépassement et une volonté de fer, le dynamisme, les événements inopinés, la séduction et la parade masculine, l’action aveugle et irréfléchie, l’aptitude à la prise de risque, la rapidité, la prise d’initiative et de décision, la réaction dans l’instant, le moment présent ; favorable pour la conquête amoureuse et l’obtention des faveurs de l’être convoité.

14.6 Rubeus (Rouge)

186



Nature élémentaire : Le Feu.



Nature planétaire : Mars.



Qualité : Très mauvaise.



Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.



Figure contraire : Albus.



Figure complémentaire : Puer.



Figure en analogie de sens : Puer.



Mode d’action : Fixe, Entrante, Directe.



Jour : Mardi – Mois : Mars.



Signification résumée : La passion, la violence, la détermination, le feu fécond et destructeur, la lutte, le danger, les pulsions, l’empire des sens et des instincts naturels.



Échelle de temps : le Mois.



Parties du corps : La Poitrine.



Lieux : Les déserts et tous les lieux secs et arides, les forges, les hauts fourneaux, les poudrières, les champs de bataille, les volcans, les entrepôts de munition, les abattoirs et les boucheries.



Météorologie : Temps orageux avec vent chaud, sec et violent.



Tempérament : Courageux, téméraire à l’excès, violent et cruel, prompt aux choses de la guerre et aux affrontements en tous genres, querelleur, à la sexualité brutale et débridée, à haut potentiel créatif, critique et parfois polémique.



Message liminal : Accueillez positivement le changement qui s’annonce et maintenez-vous dans le calme.



Sens fondamental : La lutte, le combat, la violence, la guerre, les conflits, les batailles sanglantes, les révoltes, les explosions, les révolutions, le renouveau, la transformation, la reconstruction, le jaillissement, l’éruption volcanique, l’orage, le tonnerre, le feu fécondant, créatif et salvateur laissant place à un ordre nouveau qui précède la paix (Albus), l’étincelle de vie, le principe libérateur, la détermination, le courage, l’intrépidité, la stimulation.



Analogie symbolique : La fureur, le bellicisme, les pulsions primaires et instinctives, l’agressivité, le goût de la victoire violente, par annihilation ou 187

envahissement de l’ennemi, les réactions violentes, les addictions avec ou sans substances et leur emprise sur le sujet, la soumission aux pulsions, aux passions et à la violence ; bénéfique pour les nouveaux départs, les conquêtes et la vitalité sexuelle, les changements de cap à 180 degrés, les situations exigeant d’opérer une table rase du passé ou la destruction d’un existant, les actions en rupture avec les lois ; donne la victoire en cas de conflit.

14.7 Fortuna Major (Grande Fortune)

188



Nature élémentaire : Le Feu.



Nature planétaire : Le Soleil.



Qualité : Très bonne ; la meilleure de toutes les figures.



Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.



Figure contraire : Fortuna Minor.



Figure complémentaire : Fortuna Minor.



Figure en analogie de sens : Fortuna Minor.



Mode d’action : Fixe, Entrante, Directe.



Jour : Dimanche – Mois : Janvier.



Signification résumée : La puissance, le succès, la stabilité, la fortune foncière, l’harmonie, le lustre, la magnificence, les honneurs, la majesté de rang ou de fortune, le pouvoir légitime.



Échelle de temps : L’Année.



Parties du corps : le cou et la gorge.



Lieux : Les palais, les monuments, les parcs, les jardins, et les appartements prestigieux, les résidences gouvernementales et d’exception.



Météorologie : Temps chaud, sec et très ensoleillé.



Tempérament : Imperturbable, serein, calme et apaisé, incorruptible, de haute morale, intègre, maître de ses passions, fier parfois hautain, meneur d’hommes né, puissamment charismatique, leader naturel, confiant et inspirant, tolérant, magnanime, brillant pour les choses de l’esprit.



Message liminal : Persévérez dans la voie que vous vous êtes fixée, sans douter de rien ni regarder en arrière.



Sens fondamental : La réussite sans faille, l’élévation, la protection, l’initiative heureuse, l’accomplissement, la consécration, le bien absolu et sans tâches, la plénitude, les triomphes solennels, les grands œuvres, les sentiments nobles, la voie royale, la force tranquille, les succès pérennes et mérités, l’accueil de la chance, le terme des tourments, l’énergie parfaitement distillée et canalisée, l’harmonie, le flux, l’honnêteté, la bonté et la générosité, l’ouverture d’esprit.



Analogie symbolique : La prospérité, la croissance, l’évolution favorisée et assurée des projets, la noblesse d’Âme et de lignage, l’assise familiale, affective ou professionnelle, les appuis relationnels, le pouvoir légitime, la puissance financière installée et acquise par la naissance ou le mérite, la respectabilité, les hautes 189

responsabilités, la splendeur, la bonté, la fortune pécuniaire, le succès naturel, les milieux aisés et protecteurs, le talent et le potentiel servis par un environnement éminemment bénéfique ; défavorable pour les affaires confidentielles requérant de la discrétion, révèle que les secrets seront dévoilés, ainsi que pour la sortie d’une situation ou d’une relation pénible dont elle indique la persistance dans le temps.

14.8 Fortuna Minor (Moindre Fortune)

190



Nature élémentaire : Le Feu.



Nature planétaire : Le Soleil.



Qualité : Moyenne, plutôt défavorable.



Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.



Figure contraire : Fortuna Major.



Figure complémentaire : Fortuna Major.



Figure en analogie de sens : Fortuna Major.



Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.



Jour : Dimanche – Mois : Avril.



Signification résumée : La fortune inopinée et furtive, les succès militaires, le succès et l’éclat momentanés ou accidentels, les efforts dispersés sans vision ni cohésion.



Échelle de temps : La Semaine ou le Mois.



Parties du corps : La tête, le cerveau.



Lieux : Les châteaux, les palais, les lieux élevés, les appartements et les villas richement décorés, l’opulence, les lieux de prestige et le luxe ostentatoire.



Météorologie : Temps chaud et ensoleillé à tendance instable.



Tempérament : Audacieux, opportuniste, entrepreneurial, aventurier, appétent au risque, généreux, sans filtre, brusque, direct, manquant parfois de confiance en soi, porté sur les choses du plaisir et de la belle vie, dépensier, épicurien, jouisseur, bon vivant.



Message liminal : Sachez saisir l’opportunité lorsqu’elle se présentera, et acceptez qu’elle puisse être de courte durée.



Sens fondamental : Les succès inattendus et limités dans le temps, l’opportunité furtive et imprévue, la chance que l’on doit saisir avant qu’elle ne reparte, la réussite matérielle et concrète, la quête du pouvoir, de la gloire et de l’autorité, l’accomplissement intéressé, superficiel et sans réelle profondeur, la précipitation en matière intellectuelle ou sentimentale, l’apparat, l’ostentation, la gloriole, l’exubérance du luxe et du superflu, l’inauthenticité.



Analogie symbolique : La gloire et le pouvoir de circonstance soumis aux aléas du destin, la rapidité, l’instabilité, les gains faciles, les concours de circonstances, la fugacité, la vacuité ; positive pour la sortie imminente d’une situation, la survenue d’un 191

changement immédiat, la réussite à court terme ou limitée dans le temps, les gains rapides ; défavorable pour les affaires imposant constance et stabilité, et les œuvres de l’esprit supérieur ; confère une victoire arrachée dans la difficulté en cas de conflit, et de piètres succès dans le domaine sentimental et amoureux.

14.9 Acquisitio (Gain)

192



Nature élémentaire : L’Air.



Nature planétaire : Jupiter.



Qualité : Très bonne.



Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.



Figure contraire : Amissio.



Figure complémentaire : Amissio.



Figure en analogie de sens : Laetitia.



Mode d’action : Fixe, Entrante, Directe.



Jour : Jeudi – Mois : Mars.



Signification résumée : la possession, l’évolution, l’accroissement, la concentration et l’harmonisation des énergies, la synergie des influx vitaux, le gain, l’épanouissement.



Échelle de temps : Le Semestre ou l’Année.



Parties du corps : Le Ventre.



Lieux : Les lieux bénéfiques et agréables, les places d’affaires, les bourses, les établissements bancaires, les loteries, les coffres forts, les agences d’assurance.



Météorologie : Temps calme et ensoleillé sans risque de dégradation.



Tempérament : Sincère et droit, avec une haute idée de la justice et du respect des valeurs morales, intègre, entier, juste, généreux, bienveillant, fidèle, empreint de sagesse et d’équité, habile pour les choses des sciences et de l’organisation.



Message liminal : La chance est à vos côtés, et vous avez tout intérêt à en profiter pour faire fructifier vos acquis.



Sens fondamental : L’acquisition, le mérite, le progrès et l’amélioration au plan matériel, tout ce que l’Homme peut posséder et tout ce dont il peut jouir, la réussite d’ordre concret ou spirituel plus qu’affectif, les satisfactions pécuniaires et substantielles, mais aussi les acquis spirituels, en sagesse et en ouverture d’esprit, la noblesse du cœur et de l’Âme, les « gains » de toutes natures.



Analogie symbolique : L’accroissement, la synergie des forces vives, l’octroi du gain escompté, l’épanouissement, l’atteinte du but ou la réalisation de l’objectif, la prudence ; bénéfique pour le recouvrement de la santé du malade ; maléfique pour échapper à une situation difficile, pour tout question 193

portant sur le risque de décès d’un proche disparu ou éloigné, et pour toute situation ou une perte est redoutée.

14.10 Amissio (Perte)

194



Nature élémentaire : L’Air.



Nature planétaire : Mercure.



Qualité : Très mauvaise.



Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.



Figure contraire : Acquisitio.



Figure complémentaire : Acquisitio.



Figure en analogie de sens : Conjonctio.



Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.



Jour : Vendredi – Mois : Septembre.



Signification résumée : La déperdition, la restriction, la dispersion, la diminution, la contrainte, la dissipation, la perte, la disparition, la ruse, le mensonge te le vol.



Échelle de temps : La Demi-Journée ou le Jour.



Parties du corps : Les reins et les cuisses.



Lieux : Les impasses, les barrages, les tripots, les cabarets, tous les endroits malfamés, les sites nucléaires, les endroits stériles et désolés.



Météorologie : Temps très agité avec de possibles averses de grêle et des pluies abondantes.



Tempérament : Susceptible, vaniteux, nerveux, hypersensible, impressionnable, émotif, provocateur parfois hargneux, indélicat, esclave de ses désirs, hypocrite et menteur, déséquilibré, inconstant, versatile, capricieux, impatient, fragile.



Message liminal : Vos désirs vous consument et il convient d’y mettre un frein avant de vous perdre complètement.



Sens fondamental : Le renoncement, la restriction, la perte, la diminution surtout d’ordre matériel, la régression, la dilapidation des biens, le sort aveugle, les risques mal calculés, l’échec lors d’une épreuve intellectuelle, le gaspillage et la dissolution d’énergie physique et morale, la santé dégradée ; bénéfique pour terminer vite ou se séparer d’une chose devenue indésirable.



Analogie symbolique : La dispersion, la disparition, les pertes d’argent et de biens, la dégradation des énergies vitales, psychiques, morales et physiques, l’abandon aux pulsions charnelles et instinctives ; bénéfique pour les affaires de cœur quoique licencieuse en pareil cas, l’abandon des peurs et des angoisses, les sorties de crises ou de situations délicates, la libération, l’évasion, le détachement dans les épreuves ; défavorable en cas d’interrogation sur l’issue d’une maladie incurable.

195

14.11 Laetitia (Joie)

196



Nature élémentaire : Le Feu.



Nature planétaire : Jupiter.



Qualité : Très bonne.



Significations dérivées : Figure Méridionale, Chaude et Sèche, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant à l’été.



Figure contraire : Tristitia.



Figure complémentaire : Caput Draconis.



Figure en analogie de sens : Acquisitio.



Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.



Sens : Tout ce qui tend vers la joie et l’exaltation, avec un sens d’expansion.



Jour : Jeudi – Mois : Avril.



Signification résumée : La plénitude, l’élévation, l’accomplissement, la bienfaisance, la philanthropie, l’expansion, l’abondance, le surplus, de biens, d’énergie et de santé, la gaieté, le bonheur, le succès social et sentimental, la facilité, la superficialité, l’enclin au conformisme et à l’étiquette.



Échelle de temps : Le Semestre ou l’Année.



Parties du corps : Le Ventre.



Lieux : Les montagnes boisées et luxuriantes, les salles de fête, les banquets, tous les lieux d’agrément, de plaisance et de divertissement, le grand air, les sites d’altitude et très lumineux, les châteaux et les demeures de prestige édifiées sur des hauteurs, les temples, les tours, les clochers, les églises, les palais de justice.



Météorologie : Temps ensoleillé et bien installé dans une atmosphère légèrement lourde.



Tempérament : Fougueux, sanguin, exubérant, épicurien, serein, partisan de la paix et de la concorde, bienveillant, innocent parfois naïf, habile orateur et réconciliateur, tout entier tourné vers l’extérieur et l’autre, disposé aux œuvres de bienfaisance et à la philanthropie, peu enclin au recueillement et à la solitude.



Message liminal : Tout est pour le mieux, alors profitez de l’instant et du bien-être que vous procure la situation présente.



Sens fondamental : La réussite, les satisfactions, les plaisirs de la vie, l’engouement, l’entrain, l’optimisme, la positivité, la joie de vivre, l’humeur heureuse, le bonheur, la gaieté, l’abondance, la plénitude, le rire, l’épanouissement, l’euphorie, le plaisir décomplexé, l’harmonie affective, la santé florissante, le succès facile des projets, le beau fixe, la joie sans nuance ni partage, le bien-être absolu, la concordance des désirs et des sentiments, l’insouciance avec une once de superficialité.



Analogie symbolique : Bénéfique pour les choses de la santé, la réussite sociale, et l’harmonie affective, 197

associée à l’idée de force et de concorde, de puissance et de vigueur, l’énergie constructive ; conformiste, sans audace et peu imaginative, révérencieuse des normes et des conventions ; maléfique pour les affaires nécessitant stabilité et fermeté, catastrophique pour le respect du secret et de la parole donnée ; promet plus qu’elle ne peut tenir en réalité, et n’apporte pas toujours les gains qu’elle fait pourtant miroiter ; peu intègre, laxiste et conformiste, susceptible d’enfreindre la morale pour éviter le conflit, et par tentation de la facilité.

14.12 Caput Draconis (Tête du dragon)

198



Nature élémentaire : L’Air.



Qualité : Bonne.



Significations dérivées : Figure Orientale, Chaude et Humide, Masculine, Diurne, Stérile, correspondant au printemps.



Figure contraire : Cauda Draconis.



Figure complémentaire : Laetitia.



Figure en analogie de sens : Cauda Draconis.



Mode d’action : Fixe – Entrante – Directe.



Jour : Jeudi – Mois : Août.



Signification résumée : La paix, le renouveau, la métamorphose, l’aptitude, le talent, les facilités, les débuts et les commencements, l’initiation, le calme, les opportunités, la construction, l’intégrité, l’action lente.



Échelle de temps : Le Semestre ou l’Année.



Parties du corps : Les organes génitaux féminins, le ventre supérieur, la matrice, le foie.



Lieux : Les vignes, les vergers, les escaliers, les jardins, les monticules, les villas, les maisons, les pylônes, les châteaux d’eau, les tours, les cheminées, tout ce qui s’élève en hauteur.



Météorologie : Temps agréable et atmosphère tempérée.



Tempérament : Calme, gai, ouvert, positif, bienfaisant, en quête du vrai et du bien, pionnier, entrepreneurial et innovateur, toujours constructif, capable d’une grande ouverture d’esprit et de flexibilité, fiable, solide et de confiance, avec une très bonne capacité d’abstraction, de visualisation et d’imagination créative.



Message liminal : Le succès est à portée de main, à condition de vous fier à votre intuition et d’avoir confiance en vous.



Sens fondamental : La réalisation, la volonté dirigée par la tête, la conscience, la lucidité, l’objectivité, les débuts, le commencement de toute chose, la croissance, la spiritualité, la philosophie, la transformation vers un épanouissement, l’issue heureuse, l’évolution favorable, le changement positif, le rayonnement, la hauteur de vue.



Analogie symbolique : Positive et bénéfique pour les commencements, les débuts, les phases d’initialisation de projets, surtout ceux de longue haleine ; influencée 199

par les figures bonnes ou mauvaises en relation ; susceptible d’indiquer des difficultés au démarrage en cas d’association avec une figure maléfique, l’issue étant toujours favorable ; négative pour les choses, les entreprises ou les relations auxquelles on souhaite mettre un terme rapide.

14.13 Cauda Draconis (Queue du dragon)

200



Nature élémentaire : La Terre.



Qualité : Mauvaise.



Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.



Figure contraire : Caput Draconis.



Figure complémentaire : Tristitia.



Figure en analogie de sens : Caput Draconis.



Mode d’action : Mobile, Sortante, Rétrograde.



Jour : Samedi – Mois : Novembre.



Signification résumée : La corruption, la putréfaction, la décomposition, la désagrégation, la dissolution, la tromperie, l’échec, le mensonge, l’escroquerie, la chute, la perte de l’équilibre, la trahison, la traîtrise.



Échelle de temps : Les Heures ou les Semaines.



Parties du corps : Les organes génitaux masculins, les pieds.



Lieux : Les mines, les cavernes, les gouffres, les fosses profondes, et tous les endroits souterrains, les puits, les marais, les lieux périlleux et malsains, les catacombes, les stations d’entreposage et de recyclage des déchets de toutes sortes.



Météorologie : Temps instable et atmosphère agitée avec de brèves averses.



Tempérament : Rusé, fourbe, trompeur, cruel, belliqueux, sans état d’âme ni scrupules, ni empathie, perfide, misanthrope, vénal, égoïste, amoral, débauché, pervers.



Message liminal : Ne vous laisser pas envahir par la haine et la rancœur qui risqueraient de vous nuire plus que tout.



Sens fondamental : les mauvais instincts, la fausseté, le mensonge, les forces souterraines, les influences négatives et nocives, la bassesse, la méchanceté, la dégénérescence, la pourriture, la cruauté, la calomnie, la noirceur de l’Âme, la désagrégation des forces du bien, la perversion et la manipulation.



Analogie symbolique : La décomposition, la putréfaction, la corruption, la disparition, l’escroquerie, la duperie, les initiatives condamnées à l’échec, le déclin lent et inexorable, les pathologies longues ou chroniques ; mauvaise figure lorsqu’elle s’associe à d’autres bénéfiques, bonne cas de relation avec d’autres mauvaises ; bénéfique pour la sortie rapide d’une situation, d’une relation ou d’une entreprise.

201

14.14 Tristitia (Tristesse)

202



Nature élémentaire : La Terre.



Nature planétaire : Saturne.



Qualité : Très mauvaise.



Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.



Figure contraire : Laetitia.



Figure complémentaire : Cauda Draconis.



Figure en analogie de sens : Carcer.



Mode d’action : Fixe, Entrante, Rétrograde.



Jour : Samedi – Mois : Octobre.



Signification résumée : La dépression, la tristesse et les regrets, les pensées funestes, la ruine et le délabrement mental et physique, l’effondrement des projets et des espérances, le retrait, la concentration, la pénétration, l’exploration lente des profondeurs et les œuvres de l’esprit, la sagesse, la fatalité, l’hérédité, le destin, « ce qui ne tue pas rend plus fort ».



Échelle de temps : L’Année.



Parties du corps : Les reins, le foie et la vésicule biliaire.



Lieux : Les caves, les puits, les souterrains, les crevasses, les précipices, tous les lieux obscurs, la forêt sombre et profonde, les ruines, les oubliettes, les bibliothèques et les laboratoires.



Météorologie : Temps fortement pluvieux et froid installé avec peu de luminosité.



Tempérament : Tourmenté, perturbé, torturé, fortement introverti et peu sociable, ascétique, austère, froid, verrouillé, parcimonieux, replié sur lui-même, inapte au contact et à la sensualité, capable d’une concentration hors-norme et d’une patience à toute épreuve, disposé aux travaux de recherches profonds dans tous les domaines exigeant une ascèse totale.



Message liminal : Ne cédez pas à l’abattement quelques soient vos pertes et reprenez courage, car c’est tout ce qu’il vous reste dans la situation.



Sens fondamental : L’échec, le découragement, la mélancolie, l’état dépressif, l’immobilité, la passivité, la confiance perdue, l’abattement sous l’effet d’une masse écrasante, la fatigue, la déperdition des énergies, l’anémie, l’apathie, la paralysie, le marasme, le dépérissement, l’impuissance, les idées noires, la perte de tout espoir, le glissement dans le néant, les tunnels sans fin, l’attitude dépréciative, les longues périodes de trouble, la détresse et l’abandon.



Analogie symbolique : Les pensées sinistres, le renfermement sur soi, les angoisses profondes, les restrictions matérielles, l’indigence, le dénuement, la déficience, la défaillance psychique, les déboires amoureux, les échecs professionnels et ce que l’on en retire d’enseignements ; bénéfique pour : la préservation du secret, la découverte de trésors enfouis, l’immobilier et l’agriculture, les situations où 203

des assises stables sont recherchées, les activités nécessitant persévérance et abnégation.

14.15 Conjonctio (Réunion)

204



Nature élémentaire : La Terre.



Nature planétaire : Mercure.



Qualité : Assez bonne ; sous l’influence des figures accolées.



Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.



Figure complémentaire : Carcer.



Figure en analogie de sens : Amissio.



Mode d’action : Commune, Entrante, Rétrograde.



Jour : Mercredi – Mois : Août.



Signification résumée : L’union, la médiation, la coopération, l’association, le regroupement, la confluence, le passage, la transition, l’intelligence analytique, l’arrêt des choses, la mort (ferretrium) et les objets qui s’y rapportent.



Échelle de temps : L’Heure ou le Jour.



Parties du corps : Le système nerveux, la poitrine.



Lieux : Les salles de réunions, les collèges et les écoles, les sites de formation et de recherche, les établissements de lettres ou de finances, les lieux de mariage, les agences de presse et les médias.



Météorologie : Temps variable et légèrement couvert sans précipitations.



Tempérament : Charismatique, magnétique, diplomate, aimable, intègre, sociable, courtois, parfois mondain, superficiel et papillonnant, excellent communiquant, loquace, éloquent à l’oral comme à l’écrit.



Message liminal : Prenez appui sur ceux qui vous entourent car c’est par eux qu’arrivera votre bonheur, et fuyez la solitude.



Sens fondamental : L’entente, les associations, les contacts, le soutien de la communauté, le dialogue, les moyens de communication, les retrouvailles, les intérêts partagés, les entreprises collectives guidées par un intérêt commun, la convergence, la réunion des opposés, la confluence des tendances diverses, le rapprochement que l’on espère avec un tiers, l’atteinte imminente de ses désirs, tous les types d’associations affectives ou professionnelles, les contrats, le mariage, l’entente restaurée, les efforts convergents, les connexions avec le monde extérieur, la diplomatie, l’éloquence.



Analogie symbolique : L’union des forces et des efforts, l’association des individus et des énergies au service d’un projet qui les dépasse et les réunit, la mise en contact d’éléments complémentaires, les communautés d’intérêt, l’émergence de nouvelles propriétés au sein de systèmes complexes et adaptatifs, le recouvrement des choses perdues ou égarées ; défavorable pour l’action individuelle et la séparation d’une personne ou 205

d’un bien ; peut également signifier l’arrêt des choses, la fin de vie, la mort, le cercueil, le détachement des choses terrestres et de l’enveloppe charnelle.

14.16 Carcer (Prison)

206



Nature élémentaire : La Terre.



Nature planétaire : Saturne.



Qualité : Mauvaise.



Significations dérivées : Figure occidentale, froide et sèche, féminine, nocturne, féconde, correspondant à l’automne.



Figure complémentaire : Conjonctio.



Figure en analogie de sens : Tristitia.



Mode d’action : Commune, Sortante, Directe.



Jour : Samedi – Mois : Février.



Signification résumée : L’isolement, la solitude, la réclusion, la limitation, la restriction, l’emprisonnement, le statisme, l’enfermement psychologique et physique, la coercition, l’égoïsme, l’égocentrisme, l’inertie, l’immobilité, la contrainte, la réflexion, la méditation, la concentration,



Échelle de temps : L’Année ou les Siècles.



Parties du corps : L’estomac, la vessie, les os, les pieds.



Lieux : Les forteresses, les prisons, les cimetières, les tribunaux, les enclos, les cavernes, les hôpitaux, les monastères, les cloîtres, les couvents, et tous les lieux susceptibles d’entraver la liberté de mouvement, de pensée et d’action.



Météorologie : Temps froid et pluvieux avec peu de luminosité, possibilité d’averses de neige et de gel.



Tempérament : Opiniâtre, renfermé, austère, sévère, autocentré, replié sur lui-même, avare et parfois mesquin, inquiet et susceptible, borné et septique, apte aux travaux exigeant de la minutie, de la logique et une extrême rigueur.



Message liminal : Maintenez-vous patiemment dans la situation, et sachez attendre le bon moment ou la bonne opportunité pour agir.



Sens fondamental : Le blocage, l’arrêt, la limitation, la frustration, l’isolement, les empêchements, la privation de liberté et d’autonomie, tout ce qui stoppe net, enferme, prive, ralentit, resserre et empêche d’aller de l’avant ; mais aussi la protection des acquis, la conservation, le for intérieur, la vie cachée, la sécurité, le repos forcé, la réflexion, et la concentration, la recherche solitaire.



Analogie symbolique : les forces contraignantes, aliénantes, coercitives, les obstacles rédhibitoires, la cristallisation, l’immobilité, la fossilisation, l’opposition des forces et l’inertie, la stagnation, le verrou psychologique, l’impossibilité d’avancer, l’enfermement, le statisme ; bénéfique pour le domaine immobilier et les possessions foncières en général, dans toutes situations où un statu quo est préférable 207

telles que la conservation d’une union, d’un statut ou d’une fonction, le travail intellectuel patient et minutieux ; annonce la grossesse, signe la protection occulte, le calme intérieur et le contrôle de soi.

208

209

15 Les Maisons géomantiques 15.1 Domicile du sujet 

Angulaire, puissante, mobile, personnelle, masculine, positive, chaude et sèche.



Le Questionneur : sa naissance, son tempérament, son caractère, sa physionomie, ses pathologies, ses mœurs, son comportement, son intelligence, ses états d’âme, ses intentions, apparentes et cachées.



Le commencement de toute chose, de toute entreprise ou d’une période.



Son savoir, son esprit, ses aptitudes et compétences, sa condition, son apparence, son énergie, sa force



La durée de la vie du Questionneur.

15.2 Domicile des biens

210



Succédante, peu puissante, fixe, matérielle, féminine, négative, froide et sèche.



Les possessions, le patrimoine, la fortune.



Les biens matériels de celui ou celle pour qui le thème est érigé.



Les dons, les profits, les gains, les acquisitions, les primes.



Les richesses, leur stabilité et leur origine, respectable ou scélérate.



Les finances, les gains et les pertes, les salaires, les traitements et les dépenses.



Tout ce que l’on peut acquérir, posséder, et receler ; (y compris l’expérience).



Le profit que l’on peut retirer d’un voyage, d’un serviteur, d’un ami, d’un puissant (supérieur), d’une affaire en cours.



L’importance et la nature des dépenses.



Les moyens financiers acquis par le travail.



Les détentions, acquises comme celles convoitées.



Les satisfactions matérielles et comptables.



Les bénéfices concrets et immédiats.



L’attitude du Questionneur face à l’argent.



Si la chose perdue se retrouvera.

15.3 Domicile des familiers 

Cadente, faible, commune, sociale, masculine, positive, chaude et humide.



Les proches du Questionneur : frères, sœurs, neveux, et autres alliés.



Les familiers et voisins, les proches, l’entourage : cousins, oncles, tantes, etc.



Les facultés intellectuelles et les réalisations concrètes.



Les mouvements de l’esprit, l’intelligence, l’humeur.



Les petits écrits : lettres, articles, textes (sauf religieux et universitaires).



Les œuvres littéraires, les impressions.



L’éducation obligatoire, la presse écrite.



Les nouvelles et les lettres que l’on attend ou adresse.



Les agences de communication.

211



Les moyens d’expression sous toutes leurs formes (paroles, écrits).



Les entreprises commerciales et industrielles.



Les déplacements et petits voyages (courts, peu éloignés).



Les véhicules, les moyens de transports, les routes et les chemins.

15.4 Domicile du père 

Angulaire, puissante, mobile, occulte, féminine, négative, froide et humide.



Le père et les ancêtres paternels du Questionneur, le patrimoine, l’hérédité.



La résidence, le domicile, le foyer, la Maison du Questionneur, son logement.



La ville, la Maison, les Terres, les vignes, les prés, les bois, les biens immobiliers.



Les trésors, les mines, et tout ce qui est caché, enfoui dans le sol.



Les lieux où se trouvent les choses cachées ou gardées.



La fin de la vie, de toute chose entreprise, ou d’une période.



Les déménagements, sauf le futur domicile (Maison VII).

15.5 Domicile des enfants 

212

Succédante, peu puissante, fixe, personnelle, masculine, positive, chaude et sèche.



Les enfants : leur sexe, nombre et qualités physiques et morales.



Sont-ils légitimes ou non ?



La grossesse et le sexe de l’enfant



L’amour, l’affectivité, le sentiment.



Les amours, les maîtresses, les amants.



Les amours libres, les relations sentimentales et passionnelles.



Les plaisirs physiques et sexuels



Les joies et les plaisirs du Questionneur, les jeux de hasard.



La chance au jeu, les investissements, les opérations financières spéculatives (bourse).



Les festivités, les vêtements et les parures.



La qualité des écrits (Maison III), des aliments ou des remèdes (Maison X), des cultures et des récoltes (Maison II), et leur profit.



Les créations de l’Homme et du cœur.



L’Art sous toutes ses formes et déclinaisons.

15.6 Domicile de la servitude 

Cadente, faible, commune, matérielle, féminine, négative, froide et sèche.



Les maladies du Questionneur : leur nature, cause, traitement et évolution.



La pauvreté, l’indigence, l’infortune, la honte, les injustices, les craintes, et les obligations du quotidien.



Le travail en tant que métier et labeur. 213



Les travailleurs et les gens de qualité subalterne, inférieure.



Les serviteurs, les employés, les entremetteurs, les faux-Témoins.



Les animaux domestiques de petite taille, plus petit que soi, le petit bétail.



Le lieu où se tient le malade, et l’utilité de le faire soigner.



Les examens et les tests professionnels.



Les professions de santé (personnel soignant) sauf les médecins (Maison X).



La diététique, les régimes alimentaires.

15.7 Domicile des adversaires

214



Angulaire, puissante, mobile, sociale, masculine, positive, chaude et humide.



Tout ce qui est contraire au Questionneur, le conjoint, les associés, les ennemis, et les adversaires déclarés.



Les Pourparlers, les négociations en tous genres.



Les tractations, la diplomatie, les alliances, les accords, les traités, les litiges.



Les voleurs, les fugitifs, les affaires, les contrats, les procès, les discussions.



Le mariage, la paix, la guerre.



Les combats, les concours, la compétition, la puissance de l’ennemi.



Les institutions, la vie associative, la vie juridique, les lois sociales, les associations.



Le lieu où l’on souhaite déménager.

15.8 Domicile de la mort 

Succédante, peu puissante, fixe, occulte, féminine, négative, froide et humide.



Les maladies graves, la mort du Questionneur et ses modalités de temps et de nature.



L’époque et la durée des maladies, les dépressions et les angoisses.



Les peines, les craintes, et les tristesses.



Les dangers de l’accouchement avec la Maison V.



Les douleurs de l’enfantement avec la Maison XII.



Les grands bouleversements et les grands changements, les transformations de la vie, la régénération.



Les héritages, les legs, l’esprit des défunts, tout ce qui provient des morts ou les relie aux vivants, le dialogue avec les disparus, la médiumnité.



La vie onirique, le sommeil, les rêves.



Les dons psychiques, les pouvoirs occultes, latents ou ignorés.



Les prêts contractés par le Questionneur, et les assurances.



L’assassin, la crainte et le danger de vol ou d’une grande perte.



La violence et les effusions de sang.



La magie, la goétie, l’occultisme ; (sauf les techniques divinatoires).



La dot de l’épouse ; (Maison II de la VII).



Les confidents de l’ennemi ou de la femme. 215



Si le mal que l’on redoute se réalisera.

15.9 Domicile de la religion

216



Cadente, faible, commune, personnelle, masculine, positive, chaude et sèche.



Les sentiments religieux, les idées philosophiques du Questionneur, ses idéaux.



Les aspirations spirituelles et intellectuelles, les tendances morales.



L’engagement dans une religion, ou une voie initiatique.



La moralité, la déontologie, l’éthique, la réputation, et la chance avec la Maison XI.



La religion, le clergé, la magistrature, la philosophie, la métaphysique.



Les personnes d’esprit élevé, d’une grande élévation morale, gouvernées par un idéal.



Les grands voyages et les expéditions lointaines, leur durée et les incidents à redouter.



L’étranger, les aspirations supérieures, les institutions.



Les hautes études (abstraites), les universités, les connaissances hermétiques.



Les sciences divinatoires ; (astrologie, géomancie).



La valeur prémonitoire d’un songe.



Le degré de véracité d’une rumeur.



Les petits-enfants.



Le monde du droit, des lois, des ordonnances, l’avocat du Questionneur.



Les scientifiques, les chercheurs, les experts, les savants, les professeurs.

15.10 Domicile des honneurs 

Angulaire, puissante, mobile, matérielle, féminine, négative, froide et sèche.



La profession du Questionneur, ses honneurs, ses ambitions, ses actes et réalisations.



La réussite, le succès (dans un sens plus social que moral), la gloire.



La destinée au sens de la vocation à réaliser quelque chose, la carrière, le pouvoir, la renommée, l’autorité publique.



Les grands de ce monde, les chefs d’états et les militaires, les capitaines d’industries.



Le supérieur direct, le patron ou le directeur (institution, entreprise).



Les relations avec l’employeur, avec l’autorité.



Les positions d’autorité : juge, notaire, autorité de l’État, et les faveurs que l’on peut en espérer.



La mère du Questionneur et les ancêtres maternels.



Le médecin et l’ordonnance qu’il prescrit, le pharmacien, les médicaments, le traitement.



La chose dérobée ou perdue, et son état actuel.



La tendance météorologique (Maison la plus élevée dans le ciel).

217

15.11 Domicile des amis 

Succédante, peu puissante, fixe, sociale, masculine, positive, chaude et humide.



Les amis du Questionneur, ceux dont il dépend, et qui le protègent.



Les appuis, l’aide et le soutien qu’il peut en attendre, les protections extérieures.



Ce que l’on peut attendre de ceux dont on dépend : le patron, l’employeur en Maison X.



L’utilité d’entreprendre une démarche, le succès ou l’échec à la clé.



La chose souhaitée ou demandée, les promesses, les espérances.



Les vœux, les désirs, les aspirations.



La bonne fortune, la prospérité et les biens temporels.



La vertu d’espérance, les projets d’avenir du Questionneur.



Les amis, l’assistance, la confiance, le profit, les bienfaiteurs, l’ange gardien.

15.12 Domicile des afflictions

218



Cadente, faible, commune, occulte, féminine, négative, froide et humide.



Les épreuves du Questionneur, et ses ennemis, privés ou cachés.



Tout ce qui est caché, en analogie avec la grossesse.



Les maladies incurables, les chirurgicales, les maladies chroniques.

interventions



Les accidents, les calamités, la tristesse, les trahisons, l’exil, l’emprisonnement.



Les séjours dans les hôpitaux, les accouchements avec les Maisons V et VIII.



Les traîtres, les faux-amis, les gens de peu de vertu.



Les grands animaux sauvages, les domestiques de grande taille ou de trait.



Les grandes épreuves, la sublimation, le mysticisme, le renoncement.



Les ennemis extérieurs et intérieurs tels que l’alcool, les drogues, les addictions, et autres déchéances intimes.



Le détachement progressif des choses matérielles.



Les attaques magiques, les sorts maléfiques, les envoûtements.

animaux

15.13 Le Témoin Droit 

Le père du Juge, la causalité.



Le Témoin du passé signifie le requérant, et symbolise les joies et les tristesses des choses passées.



Le Témoin Droit condense les significations de la partie droite du thème.



Le Questionneur en tant que personne privée : l’individu opposé à son milieu social.



Les forces régressives, contraignantes, et débilitantes, tirant le Questionneur en arrière.



L’état d’une situation à son commencement, le point d’émergence causal, temporel.

219



La position du Questionneur au début de la demande et son attitude en phase initiale.



L’historique et les antériorités de la question posée.



La trajectoire, les causes agissantes, le subconscient.



Le rationnel, l’entrave, l’origine.



Si la figure du Témoin Gauche se retrouve parmi les douze Maisons existentielles, ce sera le signe d’influences ou d’événements ayant déterminé l’objet de la chose demandée.

15.14 Le Témoin Gauche

220



La mère du Juge, la finalité.



Le Témoin Gauche signifie la chose demandée, et symbolise l’avenir, les joies et les tristesses des choses futures.



Le Témoin Gauche condense les significations de la moitié gauche du thème.



Le Questionneur en tant que personne sociale.



Les atouts du Questionneur, les forces agissantes et dynamisantes.



Le Témoin Gauche renseigne sur l’évolution de la situation et le devenir (public et social) du Questionneur.



Le Témoin Gauche manifeste les conséquences de la réponse du Juge et ses effets résultants sous la forme d’une réponse « projective ».



La force projetée, « le sens caché des choses », la tonalité, la tendance, la coloration, la projection, la résultante, l’influx, les forces en présence.



Ce vers quoi le domaine analysé, la question ou le Questionneur lui-même est susceptible de « tendre ».



La mesure et donc la matérialisation d’un état possible de l’avenir, un conseil d’action possible.



Le devenir du Questionneur et les préoccupations qu’il évoque ou bien qu’il ressent sans les exprimer.



La réussite ou échec de la chose demandée et sa profitabilité pour le Questionneur.



Le passionnel, l’impulsion, la tendance.



Si la figure du Témoin Droit se retrouve parmi les douze Maisons existentielles, ce sera le signe d’influences ou d’événements susceptibles d’altérer l’objet de la chose demandée.

15.15 Le Juge 

Le Juge synthétise l’ensemble du thème, confère une issue positive ou négative à la demande, et renseigne sur l’issue de l’affaire en cause.



Le Juge condense à lui seul tout le thème géomantique, et les figures qu’il contient.



Le Juge manifeste la résultante des interactions entre le Questionneur et son environnement.



Le Juge oriente sur l’état global de la réponse apportée, et le résultat général.



Le Juge opère la balance des forces en présence et représente un état d’équilibre momentané ; son verdict à vocation de conseil et ne saurait constituer un arrêt.

221

15.16 La Sentence

222



La Sentence, aussi nommée : « la Claire », « le Juge Suprême », « le Subjudex », le « Juge auxiliaire », « la Maison Dieu », « la Providence », « le Réconciliateur », trouve domicile à l'extérieur du thème. Elle résulte de la copulation du Juge avec la première figure ; (du Questionneur).



Elle tend à préciser la signification du Juge lorsque le sens de celui-ci n’apparaît pas nettement. Maison du destin par excellence, du fatum, sa consultation doit être précautionneuse et justifiée.



La Sentence éclairera sur le degré de satisfaction que le Questionneur (en Maison I, point de départ du thème) sera en droit d’espérer du développement de l’affaire mise en cause, et renseignera sur l’aboutissement du décret prononcé par le Juge (Maison XV).



Si la figure de la Sentence est bonne, annonçant une issue finale heureuse, et se trouve également représentée dans le thème, des bienfaits providentiels pourront être espérés dans le domaine indiqué par la Maison réceptrice. Le contraire s’appliquant en cas de figure mauvaise.

223

16 Exemples de questions Cette rubrique vous aidera à localiser plus facilement la Maison de la Question lors de vos premières consultations. Sachant bien qu’il existe une infinité d’analogies corrélatives aux attributs de chaque Maison existentielle. Ces exemples de questions doivent-ils en conséquence être considérés pour ce qu’ils sont, à savoir des pistes de réflexion et une aide temporaire, jusqu’à l’acquisition d’une maîtrise suffisante de la signification des Maisons pour en extraire vos propres correspondances.

16.1 Questions de la Maison I 

La Maison I représente le Questionneur pour qui le thème est érigé : o

Questions sur l’état d’esprit ou d’humeur, la condition.

o

Questions sur la santé.

o

Questions sur la longueur de la vie.

o

Questions portant sur la physionomie, les proportions du corps, la beauté ou la laideur.

16.2 Questions de la Maison II

224



Serai-je riche un jour ?



Obtiendrai-je mon prêt ? (avec la Maison VIII)



Tirerai-je bénéfice de telle entreprise ?



Mon affaire sera-t-elle profitable ?



Est-ce que mon investissement va me rapporter ?



Serai-je payé pour le travail réalisé ?



Est-ce le bon moment pour emprunter ?



Cet objet vaut-il le prix exigé par le vendeur ?



Telle dépense est-elle justifiée ?



Tel voyage sera-t-il profitable ?



Untel tiendra-t-il sa promesse ?

16.3 Questions de la Maison III 

Où vit mon frère ou ma sœur ?



Comment sont mes nouveaux voisins ?



Ma lettre arrivera-t-elle à bon port ?



Devrais-je faire tel déplacement aujourd’hui ?



Ma relation avec mon frère s’améliorera-t-elle ?



Les voisins accepteront-ils un compromis ?



Devrais-je inscrire mon enfant dans telle école ?



Tel itinéraire est-il sûr et praticable ?



Mon voisin est-il de bon conseil ?



Les nouvelles du jour sont-elles exactes ?



Devrais-je accorder du crédit à ces rumeurs ?

16.4 Questions de la Maison IV 

Où est enterré le trésor ?

225



Comment se porte mon père ?



Mon grand-père est-il en bonne santé ?



Devrais-je acheter cette maison ?



Devrais-je déménager ?



Le sol est-il fertile ?



L’accord en discussion sera-t-il concrétisé ?



Paris serait-elle une bonne ville où m’installer ?



Tel meuble ancien est-il authentique ?



Quelle sera l’issue de telle situation en cause ?



Quelle est la situation financière de ma sœur ?



Où se situera mon nouveau lieu de travail ?

16.5 Questions de la Maison V

226



Suis-je enceinte ?



Mon fils est-il en bonne santé ?



Comment sera l’entente sexuelle avec untel ?



Gagnerai-je à la loterie ?



Mon placement en bourse rapportera-t-il ?



Devrais-je acheter ou vendre des actions ?



Est-ce que le colis ou la lettre arrivera ?



Telle personne est-elle intéressée par moi ?



Mon enfant à venir est-il un garçon ou une fille ?



Le concert vaudra-t-il le prix du billet ?



Telle soirée sera-t-elle un succès ?



Le nouveau restaurant italien est-il de qualité ?



La robe sera-t-elle prête pour le mariage ?



Comment se passera la pêche ce week-end ?



Recevrai-je une lettre de ma grand-mère ?



Les assomptions de tel livre sont-elles vraies ?



La récolte de raisin sera-telle bonne cette année ?



Le livre que j’écris sera-t-il bon ou médiocre ?



Les clauses du contrat sont-elles valables ?



Quelle est la valeur du traitement médical ?

16.6 Questions de la Maison VI 

Quelle est la cause de la maladie ?



Suis-je réellement malade ?



Combien de temps restera-t-il dans le coma ?



Quelle est la qualité du médecin ?



Tel remède est-il approprié et efficace ?



Devrais-je embaucher la fille au pair ?



Où se trouve mon chat ou mon chien ?



Mes employés volent-ils dans la réserve ?



Le serrurier est-il honnête ? 227



Retrouverai-je mon chien égaré ?



Telle maladie est-elle sérieuse ?



Devrais-je entreprendre des soins dentaires ?



Mes horaires de travail seront-ils révisés ?



Attraperai-je la grippe cet hiver ?

16.7 Questions de la Maison VII

228



Vais-je me marier avec telle personne ?



Devrais-je me séparer de ma compagne ?



Gagnerai-je le procès ?



Tel individu sera-t-il un partenaire en affaires ?



Tel individu est-il un client sérieux et fiable ?



Tel individu est-il mon ennemi ?



Est-ce que cette personne m’aime ?



Cette relation va-t-elle durer ?



Devrais-je prononcer ma demande en mariage ?



Devrais-je m’associer avec cette personne ?



Mon collègue est-il bien disposé à mon égard ?



Ai-je intérêt à signer ce contrat ?



Telle amitié est-elle sincère ou malsaine ?



Telle équipe remportera-t-elle le championnat ?



Lequel des deux joueurs emportera la partie ?



Le mariage sera-t-il heureux et harmonieux ?



L’amour d’une femme sera-t-il recouvré ?



Le futur conjoint est-il un bon parti ?



Deux pays signeront ils un acte de paix ?



Est-ce dans mon intérêt de déposer plainte ?



L’accord entre les parties tiendra-t-il ?



La police arrêtera-t-elle le voleur ?



Vais-je à me réconcilier avec telle personne ?

16.8 Questions de la Maison VIII 

Vais-je mourir cette année ?



Untel mourra-t-il de mort naturelle ou violente ?



Lequel des deux frères mourra le premier ?



Que vaudra le contrat de mariage d’une femme ?



Qui conseille en secret mon adversaire ?



Mon épouse me sera-t-elle fidèle ?



L’argent prêté à un tiers rapportera-t-il ?



Percevrai-je le paiement de l’assurance vie ?



Untel me restituera-t-il l’objet de mon prêt ?



Mon partenaire est-il solvable ?



L’accouchement se fera-t-il sans douleurs ?



Mon client est-il en mesure de me payer ? 229



De quelle nature sera l’héritage ?



Devrais-je souscrire une assurance vie ?



Devrais-je prendre ces menaces au sérieux ?



La Maison est-elle hantée ?



Le rituel magique est-il approprié ?



La personne disparue est-elle en vivante ?



Récupérerai-je le livre que j’avais prêté à untel ?

16.9 Questions de la Maison IX

230



Devrais-je faire un long voyage ?



Serai-je admis à l’Université ?



Devrais-je suivre tel chemin ou guide spirituel ?



Pourrai-je aller au Mexique cette année ?



Le voyage sera-t-il ou non agréable ?



Dois-je redouter un accident de transport ?



Quel sera l’afflux de fréquentation à l’aéroport ?



Untel est-il sage ou fou ?



La rumeur est-elle fondée ?



Mes petits-enfants sont-ils en bonne santé ?



Devrais-je persévérer en géomancie ?



Tel songe est-il bon ou mauvais présage ?



Obtiendrai-je le diplôme convoité ?



Réussirai-je le concours d’admission ?



Devrais-je suivre telle formation pour adultes ?



Devrais-je reprendre mes études supérieures ?



Devrais-je étudier le bouddhisme ?

16.10 Questions de la Maison X 

Obtiendrai-je le poste convoité ?



Serai-je élu maire ?



Vais-je me brouiller avec mon supérieur ?



Obtiendrai-je le statut convoité ?



Devrais-je chercher un autre travail ?



M’entendrai-je avec mon nouveau patron ?



Devrais-je postuler au Comité de Direction ?



Quelle sera la sentence du tribunal ?



Serai-je célèbre un jour ?



Mon permis de construire sera-t-il accepté ?



Mon jury d’examen sera-t-il clément ?



Comment se porte ma mère ces jours-ci ?



Ma grand-mère récupérera-t-elle ses moyens ?



Ma belle-mère est-elle sincère avec moi ?



Le député sera-t-il réélu au prochain tour ?



Le temps de demain sera-t-il ensoleillé et sec ? 231



Devrais-je demander un second avis médical ?



Est-il sage de suivre l’ordonnance établie ?



Ma voiture volée sera-t-elle retrouvée ?

16.11 Questions de la Maison XI 

Untel est-il mon ami ?



Comment va mon ami ?



Comment se porte tel ami d’enfance ?



Mon ami tiendra-t-il sa promesse ?



Tel ami est-il fidèle ou traître ?



Puis-je compter le soutien de mon meilleur ami ?



Pourrai-je réaliser mon rêve le plus cher ?



Mon espoir sera-t-il ou non satisfait ?



Telle promesse est-elle authentique et sincère ?



Telle année sera-t-elle bénéfique et profitable ?



La convalescence d’untel sera-t-elle pénible ?

16.12 Question de la Maison XII

232



Suis-je envoûté ?



Parviendrai-je à honorer mes dettes d’argent ?



Serai-je incarcéré ?



Untel sera-t-il libéré de sa détention ?



Tel accusé dit-il la vérité ?



Comment se passera mon séjour à l’hôpital ?



Dois-je redouter des complications opératoires ?



Untel sombrera-t-il dans le dénuement ?



Telle personne me cache-t-elle quelque chose ?



Tel collègue essaye-t-il de me faire renvoyer ?



Quelqu’un tente-t-il de me jeter un sort ?



Le cancer dont je souffre guérira-t-il ?



Devrais-je acheter ce cheval ?



Tel cheval sera-t-il rapide et prompt à l’éperon ?



Le bétail sera-t-il bien vendu cette année ?



Tel véhicule sera-t-il fiable et sûr à l’usage ?



Un traître se cache-t-il dans mon entourage ?

233

234

17 Géomancie quotidienne Comme énoncé en introduction au présent, la voie royale d’apprentissage de la pratique passe par la pratique elle-même, en matière géomantique comme dans toutes les disciplines où le savoir-faire constitue un prérequis. Or, il n’est ni aisé ni naturel aux premiers pas de son initiation de se tourner vers d’authentiques Questionneurs, avec le risque de prononcer des ordonnances approximatives, voire confinant à l’inexactitude. La technique d’interprétation de la géomancie quotidienne sera votre meilleur allier pour franchir ce cap difficile, en vous permettant de : 

Formuler chaque jour des prédictions et accélérer le développement de votre intuition.



Valider systématiquement la justesse de vos tirages et perfectionner votre raisonnement analogique.



Émettre des prévisions n’engageant que vous, sans avoir nécessairement besoin de recourir à un tiers.



Mettre en pratique les enseignements tirés du présent fascicule.

Vous observerez tout d’abord la tonalité générale (la dominante) de la journée à partir de l’analyse des proportions de figures : 

La dominante élémentaire (Feu – Air –Eau – Terre).



La tendance qualitative (bonne ou mauvaise).



La température et le tonus d’ensemble du thème (stabilité, mobilité, etc.).

Vous analyserez en suivant la figure en Maison I, sa qualité, ses propriétés et ses passations.

235

Vous étudierez avec attention les attributs et la signification de chaque domaine des Maisons, selon les figures en occupation, ainsi que les accords ou désaccords des éléments présents en chaque lieu. Vous approfondirez l’examen des Maisons par l’étude des aspects afin d’identifier les entraves et les aides de la journée. Vous noterez et interprèterez les passations, lesquelles révèleront les dominantes de la journée et le lien entre les réponses apportées : 

Si une figure passe au Témoin Droit, vous en déduirez un rôle actif du domaine concerné provenant des événements de la veille.



Si une figure passe au Témoin Gauche, vous en déduirez un rôle actif du domaine concerné sur les projets du lendemain.



Si une figure passe au Juge, vous en déduirez un rôle déterminant du domaine concerné sur le déroulement de la journée.

Vous sommerez les figures issues de deux Maisons d’intérêt, dès lors que vous souhaiterez connaître l’issue et les conséquences de l’une sur l’autre. Vous interpréterez les symboles numériques : la Part de fortune, le Point de l’intention et la Voie du point. Vous sonderez au besoin l’entourage privé et professionnel du Questionneur (enfants, père, mère, frères, sœurs, voisins, etc.), à l’aide du procédé des Maisons de Maisons (voir le Chapitre 11). Vous déduirez du Tribunal la couleur, l’ambiance et l’atmosphère générale de la journée : 

236

Le Témoin Droit indiquera l’influence des événements de la veille sur la journée.



Le Témoin Gauche indiquera l’évolution de la journée et sa projection sur les projets du lendemain.



Le Juge vous permettra d’apprécier la teneur des événements et des actes ; il synthétisera la tendance principale de la journée.



Le Juge Suprême complètera l’opinion du Juge et énoncera la conduite à tenir au cours de la journée.

Les règles particulières qui suivent pourront enfin s’avérer de précieux atouts en conduite de l’interprétation du thème quotidien : 

La figure en Maison I représentera le début de journée.



La figure en Maison X représentera le milieu de journée.



La figure en Maison VII représentera l’après-midi.



La figure en Maison IV représentera la fin de journée.



Pour connaître le temps qu’il fera, vous observerez la figure en Maison X.

De l’interprétation des secteurs (Maisons) appliquée à la géomancie quotidienne : Maison I : le Questionneur. 

L’état d’esprit au réveil.



La bonne ou mauvaise humeur.



L’événement important de la journée.

Maison II : les gains. 

La situation financière de la journée.



L’objet des dépenses et leur origine.



L’appétit et la nourriture. 237

Maison III : l’entourage. 

Les nouvelles du jour, la lecture.



Les conversations, les rencontres.



Les facultés intellectuelles.

Maison IV : le patrimoine. 

Le lieu où l’on s’arrêtera.



La chambre et le lit où l’on dormira.



La nuit, la soirée, la toute fin de journée.

Maison V : les plaisirs. 

Les distractions et les loisirs.



La chance aux jeux de hasard.



Les rapports avec les enfants.



La qualité du repas.



L’acte sexuel.



Les vêtements.

Maison VI : les servitudes. 

Le travail et les préoccupations du jour.



Les petits tracas de la journée.



Les médicaments, la digestion.



Les animaux familiers.



Les déplacements dans la journée.

Maison VII : les adversaires.

238



Le projet, l’engagement, la promesse.



L’après-midi.



La rencontre importante de la journée.



La qualité du rapport avec autrui.

Maison VIII : les transformations. 

L’inspiration, les facultés psychiques.



Le contrôle de soi.



Les changements d’humeur et d’opinions.



Les malaises et les conflits de la journée.

Maison IX : les voyages. 

Le déplacement important de la journée.



Les actes religieux.



La politique et l’occulte.

Maison X : les honneurs. 

Les rapports avec la collectivité.



La relation à l’autorité et à la hiérarchie.



Le déjeuner.



L’acte important de la journée.



L’ambiance à la mi-journée.

Maison XI : les Affinités. 

Les actes généreux.



Les rapports amicaux.



Les espoirs.

Maison XII : les Épreuves. 

Les ennuis, les disputes.



Les médisances de la journée.



Les moyens de locomotion.

239

Conclusion J’espère être parvenu avec ce bref exposé à éclaircir pour vous les raffinements de l’interprétation géomantique, et d’avoir levé un peu le voile sur ses mystères. Sans doute vous faudra-t-il maintes fois sur le métier remettre votre ouvrage, tant la complexité de ses composantes lui confère une infinité de développements, à la manière du jeu d’échecs dont les règles simples produisent d’innombrables combinaisons. Aussi vous recommanderai-je pour terminer à une immense patience et une modestie sincère, face à une science insaisissable, dont on ne peut finalement soutirer qu’une part infime. Il n’est rien en matière géomantique tel qu’un état de réalisation, et seul comptera le chemin par lequel vous progresserez éternellement sur la voie de votre propre initiation.

Stéphane MONNOT-BOUDRANT.

240

ÉLÉMENTS DE BIBLIOGRAPHIE CATTAN – La Géomance du Seigneur Christofle de Cattan, gentil-homme Genevois, livre non moins plaisant et récréatif, que d’ingénieuse invention, pour sçavoir toutes choses présentes, passées et advenir, avec la Roüe de Pythagoras – Paris, 1558. DE LA TAILLE – La Géomance abgrégée de Jean de la Taille de Bondaroy, gentil-homme de Beauce, pour sçavoir les choses passées, présentes et futures, etc. – Paris, 1574. DE LA TAYSSONNIÈRE, gentilhomme Dombois. – La Géomance, par laquelle on peut prévoir, deviner et prédire toutes choses doubteuses et incertaines. – Science repurgée des superfluitez qui l’offusquoyent, séparée de l’Astrologie et réduite à sa pure simplicité et vraye purité ancienne, pour les gens d’esprit, par tables briefves et familières. – Lyon, 1574. D’ABANO – Comincia la Geomantia di Pietro d’Abano, tradotta di Lattina lingua nel volgare idioma. – Venetia (Venise), 1552-1556. DE PERUCHIO – La Chiromance, la Physionomie et la Geomance, avec la signification des Nombres et l’Usage de la Roüe de Pythagore. – Paris, 1656. COLONNA – Le nouveau miroir de la fortune, ou abrégé de la Géomance, pour la récréation des personnes curieuses de cette science – Paris, 1726. CASLANT – Traité élémentaire de Géomancie – Éd. Véga, 1935. KHAMBALLAH – la Géomancie traditionnelle – Éd. Véga, 1976. WARRAIN – Physique, métaphysique, mathématique et symbolique cosmologique de la Géomancie – Éd. Véga, 1968. JAULIN – la Géomancie, analyse formelle – Maison des Sciences de l'Homme, 1966.

TABLES DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 - Les secteurs ou Maisons géomantiques. ...................10 Figure 2 - Le jet de traits. ...............................................................12 Figure 3 – Les figures des Mères dans le thème. .......................13 Figure 4 - Les 16 figures géomantiques. ......................................14 Figure 5 : Les figures de feu. .........................................................15 Figure 6 : Les figures d’air. ............................................................17 Figure 7 : Les figures d’eau. ...........................................................19 Figure 8 : Les figures de terre........................................................21 Figure 9 - Le carré des Mères et des Filles. .................................24 Figure 10 - Les figures des Filles dans le thème. ........................24 Figure 11 - La copulation géomantique.......................................25 Figure 12 - Déduction des Nièces. ...............................................26 Figure 13 – Les figures des Nièces dans le thème. ....................27 Figure 14 - Déduction du Tribunal. .............................................28 Figure 15 – Les figures du Tribunal dans le thème. ..................28 Figure 16 – Le thème géomantique au complet.........................29 Figure 17 : Illustration de la Maison du présent ........................34 Figure 18 - Les Maisons géomantiques. ......................................65 Figure 19 - Les figures favorables et défavorables. ...................73 Figure 20 - Les figures contraires. ................................................81 Figure 21 - Les figures complémentaires. ...................................82 Figure 22 - Les figures en analogie de sens.................................83 Figure 23 - Les figures fixes, mobiles et communes. ................84

Figure 24 - Les figures entrantes et sortantes. ........................... 85 Figure 25 - Les figures directes et rétrogrades. .......................... 86 Figure 26 - Les figures masculines et féminines. ....................... 87 Figure 27 - Illustration des aspects géomantiques................... 120 Figure 28 - La perfection par occupation. ................................ 123 Figure 29 - La perfection par mutation. .................................... 124 Figure 30 - La perfection par conjonction. .............................. 125 Figure 31 - La perfection par translation. ................................. 127 Figure 32 - Illustration de la Part de fortune............................ 142 Figure 33 - Illustration du Point de l’intention. ....................... 144 Figure 34 - Illustration de la Voie du point .............................. 147 Figure 35 - Les quatre éléments. ................................................ 156 Figure 36 - La dynamique des éléments. ................................... 159

Retrouvez le contenu de ce livre en ligne et son auteur : [email protected] blog.espherus.com

View more...

Comments

Copyright ©2017 KUPDF Inc.